Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
14 Juillet 2020 à 22:49:53

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 9
1  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Adversité et s’y conformer. le: Aujourd'hui à 09:56:03



12, la stagnation ou adversité et
17, suivre.


Particularité de ces deux hexas:
 - dans le H12 l'idée contenue est le signe d’une bouche qui dit un non,
 c’est rassembler des paroles et de fait la communication
ou une non communication.
- dans le H17, c’est un état " de suivre ".



12, la stagnation ou adversité . P’I.

Le trigramme Terre est situé en bas surmonté par le trigramme Ciel.
Il y a séparation des forces complémentaires et opposées,
leur direction est en sens contraire ; les deux éléments fondamentaux
à la vie se séparent de façon absolue, cela exprime la fin de tout cycle
et est contenu l’avènement d’un autre nouveau.
Naissance de l’adversité.

Les mots : aliénation – impasse – stagnation – résistance – immobilisation – manque de sensibilité – méfiance.

Mais aussi :
Mauvais, mal, malheur, infortune, bouché, obstrué,
ne pas pouvoir avancer, ne pas pouvoir réussir, etc.…
Prononcé FOU : Dénier, refuser, dire non, non, est-ce que… ou non ?

Autres symboles :
Dire non, s’opposer – une bouche – un oiseau qui s’envole – parole oiseuse – obstruction – la parole qui sort de la bouche est tel qu’un oiseau qui s’envole, impossible à rattraper – trop de questions – stagnation – fluidité et stagnation alternent naturellement.

Le Ricci : stagnation, moment où les contraires ne communiquent pas.


Cet hexagramme est totalement l’inverse du H11 la paix, prospérité, harmonie féconde.
Alors que dans le H11, ciel et terre s'épousaient...là
 le Ciel est le trigramme du Haut , il s'écarte vers le haut.
La Terre, trigramme du bas s'enfonce dans le sol, on dit
qu'ils n'ont plus "commerce " !

C'est aussi ces moments, de non communication, forcée ou pas,
 mais qui sont là pour nous inviter aussi ,
 un jour à... communiquer sous une autre forme.
Sur le bas du pictogramme une bouche. Le haut est un signe qui deviendra en chinois moderne le sinogramme qui signifie la négation.
 De la bouche émerge un "non."

L’évènementiel représente deux éléments qui se repoussent,
on dit qu’ils n’ont plus " commerce" entre eux,
d’où la stagnation. Mais ce n’est pas si simple que cela.

Voyons l’image origine.
De haut en bas : la terre (dessinée par un trait horizontal supérieur)
empêche une plante de pousser.
Celle-ci a ses racines, ses cotylédons, mais ne donne aucune tige.
Tout en bas une bouche exprime cette difficulté. Le seul trait du haut bloque toute expansion, celle de la plante comme celle de la communication.

P’i était primitivement l’" obstacle " et la bouche ajoutée postérieurement à l’idéogramme, évoque l’idée de " négation", de refus.
La sentence est cinglante :
La malhonnêteté conduit à l’insuccès, la sagesse à la réussite.

Quand le grand se déplace il attire le petit.
L’adversité est le temps des vauriens, des tricheurs et des affabulateurs.
 De ceux qui profitent des fruits du cycle écoulé et cherchant la compétition
 s’attribuent les reflets d’une gloire imméritée et pervertissent la parole.

L’homme de bien se retire dans son for intérieur,
 car il possède une qualité éminente,
celle de voir la réalité au-delà de l’instant immédiat,
 il sait que pas plus que les autres cette saison (d’adversité) ne durera.
Le temps de la stagnation arrive lorsque tout ce qui jusqu’alors,
débordait d’activité s’immobilise.

 Cela peut être la maladie, la paralysie, l’incapacité de déplacement
mais l’on dit
 (la bouche de l’idéogramme) que sans raison apparente,
 les portes de communication sont soudainement fermées…
c’est aussi apparenté à la dépression.
Une chose est dite et on en entend une autre.

En ce H12 évènementiel, on peut se sentir désorienté comme voir une chape de plomb bloquer peu à peu tout ce qui allait se dérouler selon des plans trop bien organisés
alors qu’hier encore, nous en avions la maîtrise.

En des moments semblables, la meilleure chose à
 faire est de sereinement
 s’en tenir aux "petites  choses".
Prendre soin au niveau le plus basique, de toutes les petites choses qui ont besoin de maintenance, d’attention et, dans certains cas, d’être éliminées.

Ceci s’applique également aux façons de faire, d’être, d’entrer en relation et de penser. Un conseil revient souvent en ce H12.

Toute tentative de vous accrocher, par sens du devoir ou parce que vous ne savez pas quoi faire d’autre, ne vous sera d’aucune aide maintenant.
Il est temps de dire stop et de voir que le résultat si l’on insiste sera de s’embourber de plus en plus.

C’est le moment de faire une pause, tourner son attention vers l’intérieur
et devenir attentif à toutes les petites choses intimes
qui contribuent à la force intérieure et nourrissent un sentiment de bien-être.

En faisant fondre la glace (paralysante) de l’intérieur et restaurer le lien avec une confiance en la vie, on s’accorde ainsi à une pause bien utile vis-à-vis d’une lutte inutile. Est-ce une définition renforçant l'idée de rester confiné ?

J’ajoute que lorsque des amis m’interpelaient sur ce H12 souvent je leur répondais tout de GO, de rester couché chez eux ce jour.

 Et pour certains cela " marchait " dans le sens qu’ils en prenaient compte dans l’avenir.
Et c’est ainsi se mettre à utiliser une grande
capacité de réceptivité pour le plus grand bien dans une joie
de vivre et d’employer son libre arbitre.

Un regard sous un autre angle de l’adversité s’opère
et malgré tout d’engendrer l’harmonie du seul fait d’être soi.

Quel guide pour se donner du cœur à l’ouvrage,
et passer cette adversité ou s’en passer ?

Rien n’est précipité,
 s’attacher à sa réceptivité est d’effectuer un pas réfléchi
 avant de suivre la façon de se conduire en harmonie avec le H17.


17. Suivre.  En chinois SUI.

Le trigramme Foudre ou Tonnerre est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Suivre, s’adapter, conduit à la liberté.
Il y a nécessité de rechercher l’instant juste.

Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement – sans motif, sans cause, sans précédent.

le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte – bataille, tâtonne, travaille les ingrédients d’une maturité futur.

Mais arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance
 et évolue un peu plus souplement….. !

Se tenir toujours dans l'acceptation de ce qui "arrive"....
 en suivant jusqu’à " plus soif ",
ou bien en refusant, refoulant de suivre , dilemme …?
Le dictionnaire Ricci parle de
 "conformité  au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.
"
J’ajoute cosmique.

Suivre est un guide qui éclaire malgré les images contenues
dans les trigrammes un " Tonnerre " le trigramme Tchen du bas,
sort de la Brume (ou communication) le trigramme Touei du haut.

SUI est un mouvement souple,
 comme si le mouvement conduisait à une allure simple, plus ouverte, plus diffuse,
comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté qui permet aux forces de s’assembler.
L’homme de bien ne craint pas l’obscurité
car il connaît la valeur de l’abandon :
 qu’après les difficultés des premières expériences
survient une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide,
 plus relâchée, et ainsi plus entière.
Alors qu’une impulsion a été donnée, suivre
c’est savoir abandonner le volontarisme et laisser
 le mouvement se poursuivre de façon naturelle .

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.

Et en ne cherchant plus à contrôler, on a confiance à suivre autrui.
Jean-François Billeter ajoute :

   " L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier de diriger les opérations
 comme elle le faisait jusque là,
et s’oublier elle-même " .


J’aime bien ce SUIVRE puisqu’il donne un conseil très simple.
Que l’homme doit savoir s’adapter et
 adapter à son existence ce qui l’entoure,
 en prenant modèle sur le monde…c’est le suivre.

S'accorder avec l’harmonie...par ce  SUIVRE,
on en vient à suggérer une méthode pour déployer des connaissances acquises ...
puis après de permettre de s’accorder aux situations les plus subtiles !

Suivre invite à adopter un nouveau mode de vie (ou de pensée),
 c’est-à-dire se mettre en relation totale avec l’univers
pour en recevoir énergie et certitude :
c’est se CONFORMER à ce qui dépasse l’être.
Suivre : les pierres, les oiseaux, les fleurs, les nuées, les vents, le soleil…etc..
 tout ce qui est dans la nature est l’objet d’un nouveau regard.
 L’adversité en fait partie.

Observons les oiseaux.
Comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel… spontanément.
Chaque jour est comme un vol d’oiseau
majestueux, libre comme  le vent.
L’oiseau suit le vent et le vent le lui rend bien.


Ces deux hexas invitent à modifier la manière de percevoir l’invisible,
 ressentir intérieurement afin
de s’adapter à toutes les situations.

En fait se tenir, ou tenir sa place,
engage à développer par la parole,
 un art de la modération et cette souplesse du langage
permet d’épanouir au mieux de nouveaux talents
et même de dire un non ferme, massif.

Ce qui donne comme perspective :
d’avoir un impact approprié par le long terme
 et s’accorder avec l’harmonie.

Suivre en vient même à
suggérer une méthode pour déployer une vision nouvelle des situations imprévues come l'adversité,
cette vision peut assurer un développement extraordinaire
 lorsqu'une problématique est installée.

C’est le principe même des transformations,
ne plus subir le déroulement des phénomènes,
mais en côtoyer l’émergence...
par l’observation de cette planète Terre !




A cette association des H12 et H17
on plonge en cette immense harmonie qui peu à peu
fait entrevoir un gage de réussite à tout ce qui germe,
 partout temps et en tout temps.

L’idée d’adversité du H12, accompagnée par le H17 mène à l’action partagée de concert.
En toute épreuve est induit le partage des connaissances.

Savoir suivre c'est aussi savoir plier
sans perdre de sa force et d'être un peu bambou
comme l'étaient beaucoup de sages.

Se montrer, robuste et souple à la fois et vivre les instants
"comme ils viennent".
C'est ce qu'il faut appeler le pouvoir de suivre.

Un moment à vivre en ce flux vitale
où tout ce qui éveille s'exprime.
A souhait est proposé en cette association de faire patienter
 le déploiement des énergies ce qui réclame le besoin de développer en soi
 (lors d'une circonstance périlleuse) une perception intuitive.

Un plongeon en cette immense flux universel ou QI…
 fait retrouver une parole sereine... dans cet éternel chemin de changements,
semé parfois d’embuches, de circonstances problématiques.

Se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
d’épouser le mouvement global…et de transformer un imbroglio
en mise en route sereine... ces H12 et H17 permettent
 de découvrir que la vie est faite d’extérieure et d’intérieur,
de diminution et d’augmentation, de croissance et décroissance
 à l’image des saisons.


C’est l’harmonie sur terre qui dirige
 alors autant en consommer sans modération et
 d’être en mesure de faire face à une non communication
comme de ressentir un fracas tout naturel.

Les trigrammes sont clairs en symbolisme :
H12 : le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Ciel.
H17 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).

La terre est le don de soi capable d’accueillir ce qui doit être vu et ce qui vient,
elle s’enfonce en son domaine, le ciel en fait autant, il y a séparation.
Ciel comme terre, de rentrer « chez soi » et d’œuvrer à être  « chez soi ».

Un fracas s’entend, une secousse a lieu de quoi s’étendre ensuite en gouttelettes d’eau.
Une diffusion agréable s’ensuit puisque le fracas est passé.
Ainsi l’homme de bien se retire en son for intérieur,
car il possède une qualité éminente,
celle de voir la réalité au-delà de l’instant immédiat.

En cette séparation toute naturelle avec l’image du H12 cette « bouche » prononçant un non,
un tonnerre lui s’entend au loin, un animal criard dans le ciel également.
Deux sens alors s’éveillent à la nature.
Un non franc parfois un non-dit et un mouvement très dynamique pour certains trop énergique. Est-ce faire naître une confusion ?
Plutôt un apprentissage à ce qui survient et qui ne s’entend qu’en son for intérieur.

Cette association H12 et H17, est significative
de se tenir en une position de visualiser grandement dans le sens de haut
et d’être en mesure de n’être pas effrayé par ce qui s’éveille,
de se satisfaire, d’en être éveillé même sous un fracas.

C’est une aide à la perception intuitive de chacun.
On vibre alors à l’écho (du fracas) de ce moment crucial
appelé Harmonie – ou rétablissement de l’harmonie perdue.

Oui un séisme parfois dramatique est expliqué par un mouvement brusque de plaques tectoniques en harmonie, l'une voulant supplanter une autre,
 j'ose écrire naturellement. La vie reprend ses droits de suivre.

Plonger en ce flux immense fait entrevoir peu à peu un gage de réussite même dans l’adversité.
Un tonnerre fort, impose un choix dans l’instant et
être éprouvé ou d’éprouver une situation délicate
est difficile à concevoir comme " bienvenue ».

Cela désigne-t-il un niveau de conscience nouveau à appréhender ?
Palper un niveau de conscience nouveau d’une profondeur subtile
et d’aller au plus harmonieux c’est aussi mieux comprendre le Livre.

Je cite souvent l’exemple dans la nature du serpent dont je dirais qu’il est 50/50 yin yang. Filiforme yin, rapide, yang rampant sur terre ou nageant dans l’eau, grimpant aux arbres, il est le parfait animal ayant les deux éléments naturels en symbiose,
 certes il est craint mais l’harmonie ne devrait pas nous faire peur;
le serpent la vit en pleine nature même son venin est très utile.
Cet état d’harmonie nous devrions le côtoyer et d’effacer en soi le réflexe
de la peur à toute image extrêmement équilibrée.
Paradoxalement nous sommes en admiration devant une œuvre (peinture, sculpture, etc…) si harmonieuse et de craindre un élément naturel sur terre tout autant harmonieux.

Nos habitudes nous empêchent de saisir visuellement de l’harmonie aux alentours de soi à tout moment, encore faut-il faire pause,
 s’arrêter et d’entrer en la contemplation d'une adversité, pas évident.

Si l'harmonie est au rendez-vous alors
 une fois la secousse passée on "en revient"
rassuré et c'est merveilleux.
La crainte qu’inspire une situation soudaine d’adversité doit être évacuée.
 En soi il y a tous les éléments pour apaiser mais également
 s’il faut " prendre le taureau par les cornes ",
 un élan énergique peut survenir de manière naturelle !

C’est comme en tout combat d’une épidémie.

Quel beau guide alors que ce H51, cet éveilleur " miracle " provoquant
un éveil d’une force naissante brutale.

Et comme en générale on essaye d’éviter les expériences bouleversantes……
ce H17 invite à ne pas manquer la chance d’orienter
la vie vers une expérience plus vulnérable
 pour se mettre de nouveau à l’épreuve de la réalité
 de situations stimulantes dès leur émergence.

Tiens un big bang pour ce jour, ou bien une éclipse !


 Associés, ces deux hexagrammes expriment ce qui surgit,
comme de l’adversité et que ce moment doit être sérieusement pris en conséquence
 avant que le tonnerre s’en mêle,
il est facile d’appréhender les changements figés
exprimant trois fois des oh oh oh
…puis trois jolis ah ah ah .
 Entre les deux il y a un arrêt bien utile, une pause bienfaitrice.

J’aime bien ce suivre, il en vient même à faire accepter toute adversité qui survient,
et le regard s’entrouvre, c’est percevoir, ressentir intérieurement afin
de s’adapter à toutes les situations même les plus inattendues et difficiles à gérer.

S'accorder avec l’harmonie...par ce SUIVRE,
on en vient à suggérer une méthode pour déployer des connaissances acquises ...
puis après de permettre de s’accorder aux situations les plus subtiles !

 De l'association de ces hexagrammes 12 et 17,
les conseils invitent à expérimenter la méthode de se laissez couler
 dans tout ce qui surgit.
Comme le NON-AGIR....
puis après de se permettre de l'enseigner !
Comme en s’élançant dans le ciel…spontanément
à l’image des oiseaux.
Le secret est de s’élancer dans le ciel… tout de go chaque jour même
de côtoyer l’adversité.

Vol d’oiseau majestueux, libre comme le vent et de s’y complaire.
Pas simple à copier.
L’oiseau suit le vent et le vent le lui rend bien.
Est-ce en faire de même avec l’adversité ?
Pourquoi pas ?


 


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées
 apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire à cette étude.]


2  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Changer de cycle et s’y stabiliser. le: Hier à 10:35:24




52, l’immobilisation ou méditation et 49, révolution.

" Quand l’ordre, la construction, la sagesse et le calme ont été atteints, il s’ensuit une évolution naturelle, a lieu une influence sans interruption par l’action d'une Montagne. "
 
Des lors il est aisé de comprendre qu’une méditation disciplinée et quotidienne est bien utile, de là, une décantation a lieu et une révolution d’être engagée.



52, immobilisation, stabilité voire même méditation
ou montagne redoublée.


Trigramme Montagne redoublé ou
arrêt répété deux fois, c’est le repos par la nature même des choses.
La voie de l’arrêt dépend essentiellement du moment.
A chacun de trouver son lieu de repos ou de méditation.

Les mots : méditation – renouvèlement automatique – sang-froid –  détachement – acceptation de soi – équanimité – sérénité.

Mais aussi :
GEN, prononcé au premier ton :
Refuser d’avancer, résister. Prononcé au troisième ton : Ferme, solide, dur, inébranlable, franc, droit, simple dans sa mise.

Autres symboles :
Arrêt – cesser d’avancer à l’issue d’une prise de conscience – l’être en marche se retourne et regarde – se tenir immobile – se détourner – stabiliser et prendre appui sur…

Ricci : Stabilité, moment où s’affirme la continuité dans le repos comme dans le mouvement.


Fermeté et droiture sont associées à cet hexa avec cette sentence :
"  L’homme ferme et droit s’ignore lui-même,
et ne tient aucun compte
 des à-côtés dans ses actes. " 


Pour aller à l’essentiel, je dirais qu’être constant dans la maîtrise des sentiments cela réclame d'être amené à se reposer avant de se mettre en mouvement.
Et la première étape d’une stabilisation
 est l’arrêt par la méditation
 qui n’est pas forcément une affaire sérieuse,
 difficile à gérer ; elle est au contraire,
aussi naturelle que la respiration et aussi vivifiante que l’air frais de la montagne.
De K.Anthony : Méditer ;
En se tournant vers l’intérieur pour cesser de dépendre des autres, il entre dans sa cour à la recherche de sa vérité intérieure…/…

L’idéogramme chinois représente un pied qui ne va pas au-delà de la limite
 mais s’arrête à l’endroit correct.
On évoque également un immense œil qui surmonte un humain.
Le mouvement est inversé.
 L’idée de l’arrêt est exprimée afin de pouvoir changer la vision, un point de vue de telle situation précise.
Observer permet un arrêt, une pause pour changer une vision.
Peut-être celle d’un nouveau cycle à engager,
demandant rigueur et retour à soi.

Tout au long du texte du Livre,
il y a des références à des pratiques de méditation proches du yoga.
Et pour image une citation de Zhong Yong XIV :

"  L’homme de bien se conduit selon la place
où il se trouve sans rien désirer en dehors…[…]
 Rien ne pénètre en lui au point
qu’il ne se trouverait plus lui-même. "


Là est un point subtil pour " ressentir"
 la stabilisation à déployer avec cette citation (apparentement possible avec le chapitre 11 du Tao te king de Lao tseu.:
 " d’être comme le moyeu de la roue : immobile et en mouvement. Prêter attention à son corps tout entier et ne pas se préoccuper que d’une seule partie." Sylvie Verbois.

Quel guide peut-il bien participer à la stabilisation ?

Si ce n’est ce H49, qui aspire à se donner un cap, le " Nord "
comme direction, celle de la révolution un cap défini avec lucidité des conséquences :
" …/…Il démêlera les fils de trame et les fils de chaîne ", comment ?

En entrant ou pas dans une révolution choisie ou imposée.

Devoir user de trop de yang ou s’en remettre à plus tard, est un réel dilemme.
Ce H49 impose à se dire " …/… c’est assez ! ",
 et d’employer la stabilisation de suite (paradoxalement avant toute action inappropriée, impulsive)
sans attendre qu’arrive des jours meilleurs, c’est tourner une page et d'en écrire une aussi grande.

Des temps de changements parfois n’attendent pas,
une révolution imposant des changements radicaux
permet de proposer sur terre une révolution-évolution.H49.



49, la révolution, mutation, changement, transformation ou modifier.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Lac ou Brume.
La nature du Feu est de s’élever, celle de l’Eau de descendre.
L’Eau et Feu s’influencent mutuellement,
d’où l’image de séparation nécessaire.

Le Ciel et la Terre changent, les quatre saisons s’achèvent.
Le renouvèlement, la modification, le changement
sont les traces que nous puissions suivre.

Les mots : transformation – changement radical – abandon de ce qui est vieux pour faire place à la nouveauté – bond en avant .

Mais aussi:
Peau débarrassée des poils, cuir en préparation, cuir.
Peau. Cuirasse. Soldat. Éliminer, abroger, retrancher.
Changer, révolutionner, renouveler.

Autres symboles :
Révolution – une peau de bovidé tendue pour être raclée – raser – recycler – transformer la peau en cuir – abolir l’ancien.

Le Ricci : révolution, moment où deux forces opposées suscitent
 le rejet de ce qui est décadent et le renouvèlement de la vie.


Deux hommes écorchent un animal à cornes accroché à une traverse :
 c’est le symbole de changer de peau.

"  La mue de l’esprit n’est jamais regrettable,
Si on l’oriente vers la justice. "


Le temps de la révolution est celui de la rupture quand,
souvent en dépit de ce que vous souhaitez,
 les choses anciennes disparaissent remplacées par de nouvelles.
Jamais aucun serpent ne résiste à la mue de sa peau,
quel que puisse être le caractère désagréable de cette expérience.

Etre simplement témoin des préoccupations de l’esprit vis-à-vis du passé et du futur
 et revenir constamment au présent.

Ce qui peut se passer ce jour,
 dans un quotidien n’est rien moins qu’un virage à 180 degrés,
un bond prodigieux jusqu’à se rendre mille fois plus fort pour s’enraciner
 dans l’instant présent,
 dans le ici et maintenant, ceci en toute sérénité.

Sachant que toute évolution contient en elle de l’harmonie,
toutes avancées dans le bien,
vécues en une pleine conscience, est appréciable.
C’est l’art de voir grand et de se maintenir dans le yin
qui a pour effet de démarrer le processus yang,
sa contre partie et l’inspiration naît.


Confucius disait :
" Il est bon d’habiter là où règne l’humanité.
Qui choisit de séjourner là où elle fait défaut,
manque de sagesse."


C’est une belle manière qu’a ce guide de
rendre palpable subtilement qu’en toute force à déployer
une observation supplémentaire est la bienvenue
et ainsi d’éviter trop de dégâts.
La Montagne étant de la compagnie,
on peut apparenter cette situation comme réfléchir soigneusement à
tout acte transformateur et faire retour à de l’harmonie.
Par exemple de remuer plusieurs fois sa langue.
Méditer.

On se laisse parfois aller à engager trop de paroles sur l'avenir.
L’exaltation " parle " un peu vite.
Suivre les mouvements produits par
 les changements demande parfois à ce que l’impulsivité
soit maîtrisée comme pour franchir l’infranchissable.

Il nous arrive de ne pas savoir par où commencer et qu’un remord
 nous assaille, alors qu’avec une petite réflexion supplémentaire,
 une vision fugace, un regard nouveau pour révolutionner fait tout !
Un retour à une nouvelle organisation survient parfois à la suite d’une révolution
et durant cette révolution qui induit un début et sa fin.


Symbolisme des trigrammes:

H52 : le trigramme Montagne est en bas comme en haut le trigramme Montagne est dit redoublé.
H49 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Brume ( du lac).

Une stabilité, un immobilisme c’est ce qui constitue la montagne et demeure aussi un promontoire, poste idéal pour observer, les alentours d’une part certes mais également
d’autre part en son intérieur.
Et de cette montagne s’il faut engager un changement radical, alimenter un feu puis le diffuser tout azimut, cela ne peut s’engager qu’après avoir mûrement réfléchi le déclenchement de ces changements.
Cela avant d’emporter les populations, les foules dans une révolution qui ne doit pas devenir un chaos organisé.

 Il en ressort ceci :
connaître les transformations auxquelles nous faisons face chaque jour,
c’est prévoir et lorsque toute les conditions sont propices au changement,
 un courant de renouvèlement s'installe, qui pousse à se jeter en un flux
d’harmonie.
Le chaman sait faire.
 La révolution est transformée en évolution et moins couteuses en déconvenues.

Suivre un temps pour s’engager et qu’un bouillonnement se manifeste
au cœur de la réceptivité.  
" De parler plus avec le cœur,
et, de consommer avec son cœur
 il se libère de l’harmonie. "

(G.Hospod)

Ce guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en prépare l’émergence .
Le H49 s’accorde à de nouveaux cycles (yin- yang) de l’univers,
fait que toute résolution acceptée sans contrainte devient harmonie.
Ce H49 est un acteur résolu pour revenir à de l'ordre, remédier efficacement.

Il est suggéré par cette association une méthode pour déployer des connaissances acquises ... et de savourer le moment propice où la révolution sera engagée.
Les oiseaux comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel.
Chaque jour est comme un vol d’oiseau
majestueux, libre comme  le vent,
et "colle" avec ce vent.
Jolie image que de se lancer savamment en une révolution.

La révolution (un cycle finissant, remplacé par un autre)
 rend des services, les rendre précieux est encore plus talentueux.
Il en découle un bouillonnement manifeste,
des leçons par la connaissance des changements.

Cette association est porteuse de réflexions judicieuses,
on s’insère dans un mouvement libératoire.

Rester en harmonie coûte que coûte en pareille situation même chaotique !
Cela est imagé aussi par des catastrophes qui endommagent gravement et
 d’où repart une vie différente.

Il arrive parfois qu'un virage à 180 degrés,
un bond prodigieux, rende plus fort qu’avant et de
s’enraciner fermement dans l’instant présent,
ce ici et maintenant.
La vie a une qualité totalement différente
une fois que cette " peau " est retombée.

Les changements imposent de muter, changer de saison,
(pourquoi pas de maison aussi)
rester en harmonie croissante, décroissante,
ce qui permet de connaître les personnes partageant des aspirations d’harmonie
et d’autres sous l’influence de fils invisibles, imprévisibles.

La vie invite toujours à stimuler,
 à inspirer et donner un cap, une ligne de conduite,
et d'accepter coûte que coûte
le rôle de révolutionnaire-chaman.
Un autre cycle est engagé dès lors que l’ancienne " peau " tombe.

De l’association de ces H52 et H49 :
 il en ressort ceci :


Connaître les transformations auxquelles nous faisons face chaque jour,
c’est prévoir et parfois c'est très déconcertant.

Se stabiliser en période de rénovation forte demande :
d’épurer son regard,
de rectifier sa posture,
c’est arriver à gérer une énergie fougueuse
en pleine méditation, pas simple …paradoxale mais possible,
en fait une révolution à vivre, une de plus.


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels en France, cela est complètement fortuit
car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]



3  Au jardin des pensées et philosophies / ☯ Méditations du TAO ☯ / Re : ☯ Méditations du TAO ☯ rassemblées par Jean-Paul Bourre le: 02 Mai 2020 à 18:03:40
Depuis le 30 mars, nous sommes le 2 mai 2020

Je découvre cette rubrique et vais donc la suivre doré navant !

Des événements actuels de cette pandémie, un sujet si exceptionnel fait l'objet d'une recherche parmi les chapitres du Dao de Jing.

Je l'intitule :



FAUSSE ROUTE

«Les hommes sont égarés et cela dure depuis longtemps»
 trouve-t-on dans le Dao de jing (chap. 58, trad. Daniel Nazir).

Quelle est donc cette erreur commune à tous les hommes ?
Le Dao de Jing donne quelques éléments de réponse.

- «Quand le grand Tao fut délaissé… les Etats souffrirent de la corruption, du désordre»
(chap. 18, idem);

- «Lorsque le Tao fut délaissé il y eut... désordre»
 (chap. 38, idem);

- «Il n’est pas de plus grande erreur que de vouloir satisfaire ses désirs» (chap. 46, idem);

- «Le moi est ce par quoi on a des tribulations» (chap. 13, idem).;.

- «Connaître la loi éternelle (tout retourne toujours au Dao*),
 c’est être éclairé; l’ignorer est un aveuglement qui rend malheureux»

(chap. 16, idem).

D’où il ressort que l’erreur constante de l’homme est de se prendre pour une entité (assimilation à l’ego désirant) séparée du Tout - le Dao - par méconnaissance de soi.
«Celui qui se connaît lui-même est réellement éclairé» (chap. 33, idem).

Mieux vaut donc, pour l’être humain, suivre le conseil du chapitre 41 du Dao de Jing:
«Le lettré supérieur écoute la Voie et la met en pratique»
 (trad. James TAPP/Christine Destruhaut).

Quelle est la pratique du sage taoïste ?

Pour lui, il s’agit de «n’agir que par le non-agir» (chap. 63, trad. Rémi Mathieu).

 «L’homme prend modèle sur la terre...» (chap. 25, idem).

 Il est «telle une femelle» (chap. 10, idem).

Il «se place en arrière» (chap. 7, idem),

«éclairant mais non point éblouissant» (chap.58, idem).

 Il «désire être sans désir» (chap. 64, idem)
 car «celui qui agit selon la voie diminue chaque jour» (chap. 48, idem).

Pour «retrouver» le Dao, la Voie,
 on pourrait résumer la pratique du daoïsme ainsi :
Derrière, Dessous, Dedans.

A chacun d’y voir ce que contient le Livre et de ne pas faire fausse route
 en ces temps de pandémie !

Guy H



4  Au jardin des échanges / Psychologie / Re : Quand ça va trop vite... le: 28 Mars 2020 à 11:33:32
" nous avons profondément besoin de vivre à notre rythme "

5  La vie du site / Aux présentations / Re : Anniversaires le: 21 Mars 2020 à 12:40:05
J'adore les pandas

Guy H
6  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue Licorne le: 21 Mars 2020 à 12:39:01
COUCOU   Licorne…

heureux de ta présence en ces lieux
  tellement il y a à découvrir !



Guy H
7  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Re : Echanges d'hexagrammes ! le: 29 Octobre 2017 à 11:48:49

Souvent un peu de réflexion supplémentaire
 et la pièce qui manquait au puzzle se fait jour.
Ce qui donne une autre approche de courber le dos.

Le Yi King parle de la politesse chinoise si renommée et dont la modestie se manifeste par des sourires et un dos qui se courbe et rappelle que si le dos se courbe, il se redresse ensuite....
et une autre vision de courber le dos décrite par C.Javary:
 " courber le dos ne consiste pas en un abaissement volontaire par sentiment de faiblesse, mais en une maîtrise calme et solide qui permet de réagir souplement et efficacement aux sollicitations extérieures."

J'ajoute l'art de ne pas se faire mal au dos !
Guy H
8  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Re : Echanges d'hexagrammes ! le: 29 Octobre 2017 à 08:46:19
Au plaisir de répondre voici  Lèvres scellées


Synchronicité ou pas les hexas du jour y répondent un peu comme
un avertissement d'un retour à une organisation stable qui se fait dans et par la famille.

Revenant au sujet du dos ceci de Marguerite de Surany
(dictionnaire de la médecine taoïste) qui apporte son éclairage :
 « …/… La façade d’une maison se regarde, elle est face aux visiteurs ; on ne reste pas derrière, sauf si on fait partie de la famille.
Il  est en de même avec le dos : c’est la partie du corps qui fait dire
 «  je n’aime pas voir quelqu’un dans mon dos ».

Il a besoin de s’appuyer sur un dossier ou sur un mur en cas de lassitude, on le protège pour ne pas avoir froid ; on tourne le dos pour montrer sa mésentente.

Les douleurs du dos (vertèbres dorsales) surviennent généralement après des sentiments profondément blessés : soit on courbe le dos par faiblesse,
 souffrant mentalement
, faiblesse et humilité,
 soit on a des nausées qui laissent sans ressort.
Ainsi on fait naître inquiétude et peur.

Plus les préoccupations grandissent, plus le dos fait souffrir.
Ou bien il se raidit par orgueil, refuse de se soumettre et se replie sur ses problèmes.

Pour ne pas souffrir, le dos demande une harmonie intérieure qui cultive le respect, le hardiesse et l’humilité…/… »

Le Livre Yi Jing répond par l’hexagramme le plus lié à l’administration de la nourriture,
c’est ce qui conditionne la vie, manger et boire, manger les paroles , les boire puis évoluer selon ce que les aliments (ou livre) apportent.
 Manque et excès sont déterminants dans le H27. Il faut y réfléchir.
Un apport nouveau d’aliments ou bien se débarrasser d’anciens.

Avançons du H27, la perspective est le H8 ( ce n’est pas utile de reposer la question lorsque le 8 survient comme perspective), au travers du 8, c’est le libre arbitre qui s’impose , 0 ou 1 , c’est droite ou gauche, c’est oui ou non...bouger ou rester immobile.
Redemander une seconde perspective peut nous égarer alors que la réponse est en partie dévoilée.

UN accord se fait jour, le H8 parle d’entraide et la manière de s’entraider.
Pour partie, il est contenu en ce H8 une reconstruction.

Si la façade présente des imperfections, une étude de reconstruction nécessite de composer des plans nouveaux d’équilibre.
 On se met autour d’une table et à plusieurs on refait les plans.

C’est la sagesse que de reconsidérer ce qui ne va pas,
alors on « sonne » à plusieurs portes……
celle de la famille a-t-elle été retentie ?

Se tourner vers la famille est une opportunité cependant remédier (H18)
en priorité à ces douleurs demande de réunir,
 de rassembler la famille même si elle a été désunie auparavant.

Voilà ma réponse Izazen ce qui me fait écrire que sans avoir lu ta demande auparavant j'étais concentré sur la composition des H18 et H37 postés plus haut, ils apportaient déjà sans le savoir un éclairage à ces maux du dos..
en fait c’étaient des « mots (au dos) de derrière »,
la rubrique " Echanges d'hexagrammes".

Ah synchronicité lorsque tu nous tiens !
je te souhaite de voir ces maux s'apaiser puisqu'une porte a déjà été ouverte ce matin.

Guy H
  Fâché

 
9  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue Pepi le: 22 Octobre 2017 à 14:50:30
Bien venue  Pepi


J'ajoute Pepi tôt c'est mieux que tard.... Lèvres scellées


10  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue izz871 le: 19 Octobre 2015 à 20:19:29
 Souriant

BIENVENUE à toi izz871........

Ô grand Bern art de poster........!

Plin de belles chauses ici..........et notamment lortau  graf
permet de sans tendre ! Tu voua ce ke je resang !

Amitiés 

11  Au jardin des échanges / Au café du jardin / Re : à tous :-) le: 25 Décembre 2014 à 10:25:33
Merci Izazen

Les fêtes, les fêtes... chaque jour est une fête !
OUI c'est possible.

Bonnes fêtes !

Guy H
12  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue TaoSeul le: 02 Décembre 2014 à 11:28:09
Petite info...
3 000 ans avant notre ère sous Babylone, les chiffres étant connus,
l'idée du zéro était née,
mais pas sous une forme......elle était née sans plus.
Alors pour se satisfaire du zéro non créé,
exemple l'écriture de 103... on créa
le BLANC !

Un espace entre le 1 et 3.

De là à y voir que le zéro prenait forme venant du  vide !

Etonnant non ?

Guy H
13  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue TaoSeul le: 01 Décembre 2014 à 11:19:06
Bonjour TaoSeul, soulate, louates, touales, etc.....

" le rien en fait l'utilité "  chapitre 11....

" Mais qui tiens la souris du grand Ordinateur Universel ?
Celui qui ouvre toutes les windows ?"

Belle journée à toi  Guy H
14  Au jardin des pensées et philosophies / Textes à méditer / Re : L'Amour selon Osho le: 21 Juillet 2014 à 09:42:13
 
Puiser en soi ces phrases concrètes,
 puiser en soi la nature des mots,
 ensuite que d'harmonie échangée !

Du bonheur pour la journée !

 Guy H
15  Au jardin des échanges / Psychologie / Re : Les 15 choses que vous devez abandonner pour être heureux le: 13 Mars 2014 à 11:16:57
Le flux universel est amour.
Ah le mot est parfois si beau que peu l'emprunte
ou à qui "mieux mieux "!

Ataraxie ? Stoïcisme ? Ni l'un ni l'autre.
S'attacher aux mots pourquoi pas mais
 parfois s'en libérer est gage d'en comprendre d'autres !
Les plus simples qui remontent jusqu'au subconscient.

Bonne réflexion à toi Moguilev, paix en retour !

Guy H
16  La vie du site / Aux présentations / Re : Anniversaires le: 04 Mars 2014 à 11:07:13
Merci à toi Mogui !  Vais de ce pas boire une Leffe  Moguilev !

belle journée à toi !

Guy H
17  La vie du site / Aux présentations / Re : Anniversaires le: 19 Février 2014 à 10:10:42
Merci  merci  Izazen.....!

Voici une nouvelle année, celle du "Cheval" et suis aussi entouré
par ce symbole animal... plus belle conquête de l'homme !

Alors laissons nous être transportés au gré
 de ce qu'il peut se trouver " sous le sabot d'un cheval ! "

Guy H
18  Au jardin des pensées et philosophies / Citations, Pensées / Re : Noires pensées le: 12 Février 2014 à 10:11:24
Mais ils répondent en toute occasion: PRESENT !

" Ceux qui préparent les plus beaux repas ne sont pas forcément les convives ! "
Félix Leclerc

Bonne journée à toi  Moguilev .

Guy H
19  Au jardin des échanges / Psychologie / Re : Les 15 choses que vous devez abandonner pour être heureux le: 02 Février 2014 à 19:49:48
" Verbalisation quand tu nous tiens !"
C'est par ce préambule que j'apporte une réponse.

Analysons..... jusqu'où ?
 Et quand bien même.
Les mots équilibre, harmonie, amour sont absents dans le langage de beaucoup d'humains; cependant nous retrouvons ces mots insérés dans le langage (par et dans la vie pratique) de personnes en l' "ligne" directe avec la nature.

Soit par leur profession ( les agriculteurs, éleveurs,viticulteurs) soit par leur convictions d'être liés avec le temps, vents, tonnerre, mer, ciel, volcans et j'en passe.
Soit par leur méthode de vie "trouvée" ici ou là, hors des "sentiers battus" !

Et surtout ne pas vivre en ermite, les cavernes ou monastères austères peuvent toutefois être un démarrage à un changement radical...seulement un départ !

Mais la
Voie peut être palpée;
 suivre un flux universel sensible peut être perçu
 comme un renouveau. Tout cela participe à rendre tangible un espoir !
Celui d'être bien dans sa peau , ainsi s'évanouit par exemple ou s'écarte des gens , sans les avoirs évincés.
 Puis s'approchent d'autres personnes auxquels
nous n'aurions jamais pensé.

Ces échanges nouveaux transforment souvent un désespoir en espoir !

Guy H
20  Au jardin des échanges / Psychologie / Re : Les 15 choses que vous devez abandonner pour être heureux le: 31 Janvier 2014 à 15:57:40
Moguilev j'apprécie cette confidence sur ce forum...
toutefois Lao tseu avait pour principe de vivre avec des préceptes
( lui et ses disciples car en fait il y a eu plusieurs auteurs du fameux "Tao Te King")

et de considérer que:

" si vous êtes dépressif
vous vivez dans le passé,
si vous êtes anxieux
vous vivez dans le futur,
et si vous êtes en paix
vous vivez au présent ".


Ce qui me fait écrire que vivre au présent est une discipline
et employée en harmonie donne du goût à ce présent si précieux !

Guy H
Pages: [1] 2 3 ... 9


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.548 secondes avec 18 requêtes.