Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
20 Mai 2019 à 23:30:09

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Aujourd'hui à 10:16:16 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



29, l’eau, abysse, danger ou s’entraîner au passage des ravins
 et 27, administration la nourriture, nourrir.



29, l’abysse ou insondable, danger ou
entraînement au passage des ravins.
.

Le trigramme Eau est répété, en bas, en haut.
Danger, seul un cœur au centre engendre la prospérité,
c’est dire que l’on a les moyens de traverser ce danger,
de franchir des ravins. Il est dit que vaincre le danger
est permis à celui qui ne perd pas sa confiance.

Grâce à cette fermeté centrale du cœur, il est acquis que tout danger disparaît.
K’AN.
Ce trigramme Eau redoublé renforce l’idée de répétition du danger.

Les mots:
danger - engloutissement - caractère imprévisible - conditions hasardeuses - sentiments obscurs - insécurité - confrontation à la peur - courage .


Mais aussi :
S’exercer, s’entraîner à, apprendre, pratiquer, se familiariser avec, répéter un exercice, habitude, entraînement.

Autres symboles :
Le premier envol au dessus de la falaise – vertige – les ailes se déploient pour la première fois dans le vide – se familiariser avec le vide, l’espace – vers le bas.

Le Ricci : Abîme, successions de dangers, moment où les difficultés multiples suscitent un redoublement d’effort pour atteindre au but.


L’image de cet hexagramme est le sol, d’où sort une plante.
Mais , ce sol à droite de la plante,
exhale des souffles comme le ferait un gosier.
Il s’agit d’une faille ou d’une caverne émettant des vapeurs délétères.

K’an évoque un contenant( caverne, lit de rivière) et à la fois un contenu dangereux ( courant, gaz mortel) .
De là l’implication de précipitation, de perturbation, d’embûche,
 de détour, d’indécision, de danger, de chute, d’enfoncement, de secret.

Et si cet hexagramme présente des aspects de crainte,
 il n’en est pas moins un hexagramme
 qui donne la solution de s’en sortir par un entraînement
à ces "passages" difficiles.

Et oui, plus l’adversité nous atteint et plus
d’expériences de l’adversité sont amassées.

Car quels que soient les dangers encourus,
 il faut garder confiance.

En fait cet hexagramme des "abysses"
 revient souvent lorsqu’ une expérience passée
est à remettre en mémoire.


Le petit travail d’observation de la situation,
cette expérience qui  "reviendrait" ,
 permet d’élever un obstacle pour s’en protéger et
 ne pas retomber dans le nouveau danger qui survient.
 C’est de l’entraînement sans plus.

L’ eau par un mouvement continuel atteint son but.
L’homme de bien agissant avec un zèle réitéré
s’entraîne à la direction des affaires.

L’insistance de l’eau, par la reprise incessante de son mouvement,
finit toujours par vaincre.

D’où une insistance à vouloir franchir les obstacles,
puisque plus tard ils n’en seront que plus faciles.

Cependant un autre danger veille celui de garder une trop grande confiance
 car s’habituer à côtoyer les dangers peut aussi créer un manque de vigilance.

L’eau qu’elle s’accumule patiemment dans les creux
ou bien revienne par vagues répétées,
fait que c’est de son obstination que lui naît sa force,
et par sa persévérance elle détermine son chemin,
comme toute inondation.

Sombre comme les ravins où elle s’assemble,
 lourde comme la peine que demande leur franchissement,
l’eau est alliée à l’obscur.
Elle est cependant source de fécondité.

Telle une lumière céleste, elle agit dans ce qui est
"caché et dissimulé " ,
mais aussi dans ce qui a "le cœur dense".

Son écoulement continu est l’image
de l’opiniâtreté nécessaire à qui veut sortir de la confusion.
C’est ainsi que l’homme de bien connaît l’importance de la pratique,
qui discipline les forces sauvages et
 rassemble les énergies en une orientation claire.
Cette leçon, il l’étend à ceux qu’il a charge de guider :
son enseignement ne fait qu’imiter l’écoulement continuel de l’eau.

Comme l’écrivait Zhu Xi :

" Qu’il s’agisse de se gouverner soi-même ou de gouverner les hommes,
il faut toujours procéder par la répétition de l’exercice et de la pratique ;
ce n’est qu’ensuite que la parfaite habitude assure la tranquillité. "
 


Et quoi de plus réjouissant lorsque nous en avons une pratique, que de se dire :
  "… bien la dernière fois , je m’en suis bien sorti, alors aujourd’hui.  " 
Le guide de cet "abysse "
est celui qui invite à se nourrir et nourrir, c’est le H27,
les commissures des lèvres
qui demande d’avoir une vue d’ensemble
des ingrédients que nous absorbons et donc de ce qui alimente.

C’est aussi une expression d’une grande force par de la souplesse
( "la mastication" qui mène à la digestion)
 mais aussi sa grande vue sur le long terme…
 pas forcément par une dynamique (yang –visible)
 mais une réflexion dynamique (yin- invisible).



27, Les lèvres ou nourrir , administration de la nourriture
ou combler un manque:


Le trigramme tonnerre est placé sous celui de la montagne.
Deux positivités encadrent quatre négativités.
L’extérieur est solide, l’intérieur est vide.
Il s’agit de nourrir le corps et développer l’action juste par le VIDE.
 " C'est par le vide que nous en faisons l'usage." Ch.11 du Tao te king.

Belle association par ces deux hexas.
Observer son alimentation qui se trouve être issue de la nature,
ceci alors que l’on est face à la fois à un promontoire et un précipice.

 Les mots : nutrition – santé – bien-être – apport aux autres – instauration de l’équilibre – sustentation du corps, de l’esprit et de l’âme.

Mais aussi :
Bas du visage, menton, joues. Nourrir, entretenir.

Autres symboles :
La bouche – les joues – la tête – nourrir et se nourrir de concepts, d’informations, tout autant que d’aliments – c’est là entretenir la rectitude.

Le Ricci : Entretien de la vie, moment où la puissance atteint graduellement tous les êtres et les fait vivre.

[Aparté : les hexas 5, 21, 32 et 50 sont à rapprocher de tout ce qui procède de l’alimentation de loin ou de près et sous toutes ces formes.]

L’idéogramme chinois du 27, est des plus significatif.
A gauche une tête où l’idéogramme met l’accent sur les mâchoires, le menton, et le nez.
A droite, une tête cette fois-ci sur un corps.

Il s’agit de questions matérielles : nourriture ou travail ou gagne-pain.
La sagesse en est exclue par la priorité donnée à un moyen d’existence, de substance.

Si deux êtres sont en présence, l’un voudrait dévorer l’autre.
Une sorte de fiel se glisse dans les paroles et pourrait détruire ;
des écrits n’atteignent pas celui à qui ils sont destinés ;
on peut être noyé sous du travail matériel.

"Moment important" dit le Yi King.

"  Si on est prudent, qu’on soigne chaque détail
en évitant toute méprise afin que chaque chose réponde
 aux besoins et aux nécessités communes
dans une juste mesure le présage est heureux."


Sans un entretien continu, l’usure se fera jour.
Les symboles en jeu :
Tonnerre en bas.
 Un trait yang " pousse " deux traits Yin ,
c’est comme un bol posé, ouverture vers le haut,
 la mobilité en action.
Montagne en haut.
Nous avons un bol renversé, il y a donc immobilité.

Voici imagé ce H27 par les 2 mâchoires, l’une mobile, l’inférieure,
l’autre immobile fixée au crâne.


"  Ainsi l’homme de bien est attentif dans ses paroles et
mesure dans ce qu’il mange et boit. "


Le tonnerre gronde au pied de la montagne.
Turbulence et roulements où s’entendent le désir et l’impatience.
L’égarement poussant à des paroles excessives,
 engendrant des réactions brutales.
S’il importe de calmer nos ardeurs,
 c’est qu’aucune faim
– physique, affective, spirituelle ou autre –
 ne se comble réellement dans la hâte.
Michel Foucault dans "Le souci de soi"
 nous éclaire de belle manière.


" Il ne s’agit pas d’instaurer une lutte de l’âme contre le corps ;
ni même d’établir des moyens par lesquels
elle pourrait se défendre en face de lui ;
il s’agit plutôt pour l’âme de se corriger elle-même
 pour pouvoir conduire le corps
selon une loi qui est celle du corps lui-même."

" En s’asseyant dans le silence,
détendu et confortable,
observant simplement respiration et pensées,
 c’est vider l’esprit de toutes tensions
qui affectent le bien-être.
Quand une pensée captive, l’attention s’élève,
respirer calmement, la tension se relâche
 et l’on revient à la neutralité.
C’est la forme de méditation la plus simple et elle fonctionne…"


De cette association des hexas 29 et 27 ,
le symbolisme des trigrammes est éloquent :
Le H 29 le trigramme Eau est redoublée en bas comme en haut
Le H 27 le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Montagne.

L’eau se trouvent redoublée en ce H29 situation exceptionnelle.
Cet élément eau induit un côté insondable parfois inquiétant et
 le H27 présente deux forces qui se complètent par un dynamisme et son non-dynamisme
c’est l’action étroitement liée à une réflexion,
 juste à point pour aider à ce franchissement des ravins, des difficultés.

La montagne mesure la confiance en un puissant pouvoir,
 l’eau y prenant naissance
source propice tel un amour (ex: le Fleuve Amour)
qui traverse les cœurs et les distances.

 Gravir une montagne, franchir des ravins cela à la demande
 présente sans conteste un effort très élaboré et puissant,
 jusqu’à permettre à toutes situations embarrassantes de s’effacer
 comme par enchantement, un jeu d’enfants quoi.

Une belle méditation aide par le guide H27,
sur l’administration de la nourriture sous toutes ces formes
sachons en faire un autre  franchissement de ravin… en soi,
et seul un cœur centré engendre une réussite !
Voilà de nouvelles leçons à méditer pour envisager un entraînement poussé.

Si le guide met en marche la réceptivité (l’hexagramme nucléaire étant le 2, le yin redoublé)
en pareil moment,
 il impose déjà de grandes réalisations
et donc il est impérieux de faire émerger des forces Yin
 qui sommeillent en soi.

Un bel apprentissage présenté par cette association d’hexagrammes,
comme se ressourcer est chose difficile dans un moment de traversée périlleuse,
la méditation est recommandée avant toute action,
action qui ne se fait que dans et par une alimentation harmonieuse
avec de judicieux ingrédients.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées pour cette étude
 apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.]


 2 
 le: Hier à 12:24:42 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



 
30, le feu ou ce qui s’attache ou saisie
 ou " filet d’oiseleur ", lumière, éclat,  force et beauté  et
20, contempler, observer, regard ou modèle.



30, le feu ou ce qui illumine, s’attache ou saisie
ou " filet d’oiseleur ", clarté, lumière ou force et beauté.


Le H30 est composé du trigramme Feu redoublé…ou éclat redoublé.
Cette illumination ou attachement traduit surtout comme une interconnexion des choses et des êtres. Le stellaire et le terrestre, l’inconnu et le connu, le profond et le superficiel, intérieur et extérieur.
Cela demande d’observer un peu toutes ces formes d’attachement
 jusqu’à des addictions possibles les rencontrer un peu partout.

Tous les éléments de la situation sont en interdépendance.
Cette forme aussi de piège (le filet d’oiseleur) est une forme d’attachement
qui permet de piéger la réussite et d’obtenir tous les résultats attendus.

Les mots : feu – illumination – inspiration – dévotion - passion dévorante – régénération – spiritualité – vertu – éveil –

Mais aussi :
Quitter, se séparer, s’éloigner, s’écarter (de la norme).
Deux ensemble. Rencontrer par hasard. Appartenir à, adhérer à.

Autres symboles :
L’arrière-train d’un bovidé, sa tête surmontée de corne et un oiseau – un buffle d’eau et son petit héron, image de ce qui est lié – pique-bœuf – hésitation entre partir et rester – un filet – un réseau – fascination – lumière – vers le haut.

Le Ricci : splendeur, moment, où, des profondeurs,
surgit l’éclat multiple de la beauté.


Le feu répété deux fois donne le H30  qui est le dernier hexagramme de la première moitié du Livre malgré que la moitié de 64 soit 32.

Un feu " couve", c’est qu’il est sur le point
de s’éteindre ou de se rallumer.
A chacun de mettre une bûche pour le ranimer ou
 bien de ne plus en mettre une.
Libre arbitre s’agitant.

En fait une grande recommandation est nécessaire,
Filet d’oiseleur ou lumière est en même temps
  la nécessité d’y voir clair et le danger d’éblouir.
L’idéogramme est à la fois un animal domestique,
 le yack et un oiseau .
Double est la signification : attachement à la terre et désir de s’envoler.
Tel est aussi l’attribut d’un feu de bois ;
consommant la matière première qui lui donne naissance
dont toutes les flammes sont dirigées vers le ciel.

Cet hexagramme est essentiel pour discerner ce que nos yeux voient
et ce que notre conscience " pressent ",
mais en gardant bien les pieds sur terre.

En cet hexa redoublé de l’image du feu,
 quatre mots sont forts :
clarté (énergie), visibilité, conscience, cohérence.

Et en fait il s’agit avant tout d’y voir clair dans son quotidien,
sans se laisser éblouir par la surface des choses ni de s'emporter
 par des réactions rapides basées sur l’illusion de l’apparence.

Pour ne pas tomber dans la confusion (possibilité) ,
l’agitation et les soubresauts de l’émotivité,
 la stratégie de l’H30, est de contrebalancer ces élans
par un enracinement lucide symbolisé par une vache,
 image YIN par excellence, qui engage à contenir
les risques d’agitation fébrile
en gardant solidement les pieds sur terre.

Et comme l'oiseau qui a besoin de voler dans l'espace
voici un guide servant d'ingrédient comme l'air l'est à l'oiseau
et comme la terre l'est à tout animal marchant.

Oser lâcher ce qui illumine.
Il faut une détermination pour exercer une volonté contenue.
Observer toutes ces formes d’attachement jusqu’à des addictions possibles,
c'est un peu les rencontrer dans le quotidien.
 
Une autre image d’une autre version donne ceci de cet idéogramme.
Celle de deux animaux, l’un fabuleux la licorne.
Beaucoup de légendes ont décrit sa puissance, sa pureté,
 qui ne sont pas terrestres.
Ensuite l’oiseau vit dans le ciel dont il apporte les messages sur terre.
Dans cet idéogramme, licorne et oiseau font un bout de chemin :
ils se joignent, s’attachent, puis se quittent.
Il en est de même dans ce H30.

Dans cette affaire, les personnages sont un peu irréels.
Ils se sont connus, cheminent ensemble, se sont attachés,
 mais ils se quitteront comme ils se sont trouvés, sans raison.

Certains de voir en ce H30 un rapprochement avec des addictions de toute sorte, allant des plus inoffensives au plus nocives comme les puissants hallucinogènes.

Les questions traitées (de cet attachement) subissent le même sort.
Peut-être est-ce trop beau ?
Tel un éclair, une foudre, tout ici ne dure qu’un temps.

Si une attitude doit être adoptée, il faut prendre
 celle de la " vache douce et soumise "
 en, " renonçant à la force altière et arrogante."
Alors le présage est heureux.

Et donc quel est le guide à cette clarté ou
Eblouissement naturel ?
Comment rechercher en son for intérieur
ce qui couve ?
On ne peut qu’être inspiré à donner le meilleur de soi-même
par une observation, une contemplation et d’oser lâcher ce qui illumine.

On apprend alors qu’une solution " oubliée " sous nos yeux voit le jour
En un simple regard neuf. H 20.


                   

20, la contemplation, regard ou modèle.  KUAN.

Le trigramme Terre est surmonté du trigramme Vent,
le vent court sur la terre atteignant et touchant toute chose.
C’est faire courir aussi le regard.

Les mots : obtention d’une vision d’ensemble – observation libre d’attachements – compréhension accrue – solitude –
intégration grâce à la réflexion.


Mais aussi :
Regarder au loin, observer d’un lieu élevé. Contempler, examiner. Parcourir et visiter un pays. Aspect, vue, apparence. Juger, conjecturer, deviner. Conception, point de vue, idée. Faire voir, faire connaître, instruire, informer.
Lieu élevé d’où l’on peut voir de loin, belvédère.
Monastère, temple taoïste.

Autres symboles : une chouette – l’œil capable de voir dans le noir – le regard de la chouette –
regarder l’invisible de la situation – contempler – observer – un monastère – un belvédère.

Ricci : perception de l’invisible,
 moment où l’on saisit
 l’influx des énergies cachées .


Cet hexagramme est particulièrement
imagé par les traits (Yin et yang)
 deux traits yang surmontent 4 yin.
 Voici une tour,
de laquelle on peut voir au loin et d’où
également depuis le lointain,
cette tour est un repère pour prendre un chemin.

Comme dans le temps où les habitations ne cachaient pas les églises
qui aperçues de loin, servaient à s’orienter.

Autre image par l’idéogramme, à gauche,
 est celle d’un héron, oiseau criard portant une aigrette.
C’est un animal grave et digne et
l’idéogramme qui représente cet animal,
lui donne deux bouches comme pour inciter
 sur sa voix dont la puissance attire la femelle.
D’ailleurs après son cri on lève la tête pour reconnaître l’oiseau dans le ciel.

A droite un œil est immense, placé sous un homme
qui fait effort pour voir au-dessus de la foule et
cet immense œil montre que l’homme est fasciné et attiré
 … peut-être par l’envie.
 KUAN est " la dignité que l’on regarde."

Double vision si j’ose dire. Il est dit, tout le monde regarde.
Mais les uns regardent dans l’attente de quelque chose et
les autres à la recherche du moyen d’obtenir ce quelque chose.

Dans tous les cas ce n’est pas au présent
 qu’il faut conjuguer l’objectif mais au futur.

Cela réclame aussi d’avoir une attitude grave, réfléchie dans la contemplation,
où chaque geste aura un sens et des conséquences.

L’objet ou le but visé (dans cet hexa) doit occuper
tout notre esprit et rien ne doit le distraire
 s’il l’on veut réussir. Ici ce n’est pas la réalisation
ou le but qui sont importants, mais ce qui les précède...
une concorde à établir pour démarrer un projet.

On va donc servir de point de mire à des regards
et agir en conséquence, être attentif aux moindres actes.
On devient un modèle regardé à son tour.

Élargir la vision parce qu’au "Cœur"
  de l’hexagramme se trouve  le H23,
 l’éclatement, l’usure…
Une vision nouvelle aurait-elle besoin d’abord
que l’ancienne s’effondre, vole en éclats ?

Comme si le temps de la disparition
 (de l’ancienne vision) est propice à l’élévation du regard.
Ce H20 a une importance particulière
 car il plonge le regard,
celui de tous les jours et
 manifestement cette plongée dans
un regard neuf qui enseigne la discipline.

Celui qui a une vision éclairée ne fait pas la différence
 entre lui-même et le reste de l’existence.
Il n’y a aucune frontière.
Son point de vue est :

 "Je suis tout ce que je perçois et tout ce qui existe est  en moi."


Ces réflexions mènent au cœur de notre regard
 porté sur le quotidien…….
Le moment est venu de réfléchir à la vie en harmonie,
de prendre du recul par rapport à l’activité et à l’emprise d’un esprit affairé,
 et d’expérimenter la nature profonde d’un détachement serein.

François Roustang écrit ceci sur le regard :

" Lorsqu’on fixe un objet, on supprime l’environnement
dans lequel il se situe. Mais alors il devient impossible de voir.
Le rapport de la figure au fond est nécessaire pour qu’il y ait
perception ; si le fond est effacé, la figure l’est aussi. "


C'est ainsi que le Yi King donne cet avertissement:
que l'heure n'est pas aux grandes réalisations
mais de restaurer tout équilibre en tempérant constance et inconstance,
cela réclame de la contemplation
voire même de la méditation et patience.

A Chacun d’en ressentir ces moments subtils
qui font qu’un regard stabilisé est agréable à vivre et porte un espoir…
de paix , sérénité.
 Il est prêt à regarder l’harmonie avec un œil tout neuf.

Méditer est utile, bien se comporter lors de toute méditation aussi.
Une attitude prioritaire est efficace, l’observation panoramique extérieure
comme intérieure, qui ne vient pas forcément spontanément…
mais à l’aide d’une volonté.

Lors de tout instant présent ressenti comme harmonieux,
une modification du regard fait que la situation est acceptée
en toute circonstance bonne ou moins bonne.

" Ô qu'il est bon d’agir sans excès de la façon la plus simple. "…

 …comme s’approchaient si près de la nature les Rois d’antan
 avec un art de voir grand et de réaliser de manière universelle.
Ils propageaient l’idée de se maintenir dans le yin,
ce qui a pour effet de démarrer le processus yang,
sa contre partie.
Cette association H30 et H20, incite à avoir une hauteur de vue
et de rester bien ancré au réel, le côté pragmatique de la vie, sa nature éloquente faite de changements répétés.
Coule de source alors un réel besoin d’observer tout ce qui contribue
à harmoniser la vie.
Symbolisme des trigrammes.
H30 : le trigramme Feu (ou lumière) est en bas comme en haut.
H20 : le trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).

Ô que de lumière jusqu’à déranger le mental et de développer une réceptivité (de la terre) celle-ci aidant aux réflexions au mûrissement d’idées.
C’est se préparer à s’accorder aux saisons comme aux époques.

Un moyen possible, se trouver un promontoire
 (même le gravir, cela peut être aussi une lecture du Livre)
 et d’observer depuis ce lieu où tout est " en place "
 et de ressentir une harmonie qui " parle ".

Nous avons là les ingrédients feu terre vent.
Cette combinaison H30 et H20 permet de
"démêler un enchevêtrement" de toute"adversité" de l’univers.

Ouvrir des espaces… utiliser sa grande capacité
de réceptivité c'est à coup sur l'émergence de nouvelles capacités
pour le plus grand bien de l’humanité.

Il est évoqué en conclusion de rester lucide face à tout ce qui change et de:

 " se tenir pour avoir ensuite le geste utile harmonieux."

Se tenir en harmonie sur terre et ne pas être ébloui par le trop de lumière, c’est un peu guider les hommes avec confiance,
les pieds bien sur terre et la tête bien dans le ciel,
 pourquoi pas ?


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels cela est complètement fortuit
car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire à cette étude.]


 3 
 le: 12 Mai 2019 à 14:25:08 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen






La légende d’Oedipe est sans aucun doute l’une des plus atroces de la mythologie grecque, elle est néanmoins riche d’enseignements et donna naissance en psychologie au complexe d’Oedipe. Les dieux n’ont pas été tendres avec le héros grec. Partons à la découverte de son histoire.




Le mythe d’Orphée est l’un des plus riches de la mythologie grecs. Orphee participe à l’expédition des Argonautes avec Jason puis retourne dans ces terres de Thrace et rencontre Eurydice l’amour de sa vie, finalement notre héros voyagera en enfer afin de sauver sa dulcinée. Orphee est un artiste un musicien béni par les muses. Son histoire son talent enchantera même les Dieux dans une histoire digne de poter le nom de tragédies Grec.





Dans la mythologie grecque les guerrières amazones ne vivant qu’entre femmes, élèvent leurs filles pour en faire des combattantes et des chasseresses et ne s’unissent avec des hommes que pour se reproduire. Mais, elles ne conservent auprès d’elles que les filles. Les amazones figurent dans de nombreuses légendes et croisent la route des plus grands héros mythologiques comme Héraclès, Thésée, Achille et bien d’autres encore.




Hercule, appelé aussi Héraclès, est un héros de la mythologie gréco-romaine. Demi-dieu, fils de Zeus et d’Alcmène, Héraclès est célèbre pour avoir accompli douze travaux, ses exploits les plus connus. Symbole de courage et de force, il combattra sans relâche des créatures fantastiques et subira tout au long de sa vie le couru de sa belle-mère : Héra. C’est ce que l’on retient principalement de lui mais qu’en est-il de sa part d’ombre ? Avidité, violence, intelligence modeste, accès de folie… Héraclès possède aussi les pires défauts.






Prométhée est le titan protecteur de la race humaine. Il s’oppose à Zeus en dérobant le feu du ciel pour en faire don aux Hommes. La légende Prométhée et l’une des plus célèbres de la mythologie grecque. Il encourra la terrible colère de Zeus qui lui infligera un terrible supplice éternel pour le punir de son amour des hommes.




Le mythe de Persée tuant la Méduse est l’un des mythes fondamentaux de la Grèce antique. Bien établi dans ses traits essentiels, largement diffusé dans l’art et l’imaginaire grecs, il reste néanmoins complexe, et son interprétation est aujourd’hui rendue délicate tant ses symboles nous sont devenus hermétiques.




 4 
 le: 12 Mai 2019 à 14:13:30 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen




D’après le psychiatre Carl Gustav Young, tous les archétypes de comportement peuvent se retrouver dans les mythologies anciennes et pour comprendre cela, rien de mieux que la mythologie grecque. Voici une petite sélection des principaux mythes du corpus grecs







L’aventure de Jason et les argonautes sont l’une des plus grandes épopées de la mythologie grecque, c’est l’histoire d’un jeune homme qui se fait déposséder de son héritage et qui doit se lancer dans une expédition périlleuse afin de récupérer son dû. Jason va constituer un équipage comprenant les plus célèbres héros de la mythologie grecque et notamment Héraclès, Thésée et Orphée afin de s’emparer de la toison d’or, un artefact mythique qui se trouve dans la lointaine terre de Colchide. Le navire argos et son équipage traverseront bien des épreuves avant d’atteindre leurs buts, mais des épreuves plus pénibles encore les attentes dans le pays de Colchide, heureusement pour nos héros c’est l’intervention de la terrible magicienne Médée qui leur apportera la victoire mais précipitera Jason vers son destin funeste. l’aventure de Jason et de la sorcière Médée dépassé largement le cadre de la légende mythologique mais nous fait enter dans l’allégorie mythologique et symbolique de la même façon que la quête du Graal des chevaliers de la table ronde ou de l’épopée de Gilgamesh en quête d’immortalité. C’est un récit initiatique à multiple niveau de lecture.




Asclépios ou Esculape était le dieu de la médecine de la mythologie grecque, mais au de là des mythes et des légendes le personnage d’Asclépios est une véritable fable d’enseignement symbolique. Ce demi-dieux prendra place parmi les constellations célestes sous le nom de Serpentaire ou d’Ophiuchus.





Pandore est la première femme de l’humanité chez les Grecques, elle est également responsable de tous ces malheurs à l’instar d’Ève chez les chrétiens. Nous verrons comment c’est dérouler la légende de Pandore et les manigances de Zeus le Roi des Dieux de la mythologie grecque. La célèbre boîte de Pandore ou le cadeau empoisonné à ne pas mettre dans toutes les mains, à moins que quelques secrets soient cachés dans ce mythe.



La légende de Thésée et du Minotaure sur l’ile de crête est l’un des récits fondateurs de la Mythologie Grecque, laissez-moi vous raconter l’épopée héroïque du héros Athénien accompagner dans sa tache par la belle Ariane pour mettre fin à la tyrannie du Roi Minos et de son fils l’Homme Taureau ou le Minotaure.



Sources : http://arcanatv.fr/


Sources : Homère : Iliade, Odyssée, Hymnes Hésiode : Théogonie, travaux, Catalogue Pierre Grimal, La Mythologie grecque Joel Schmidt, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine Dictionnaire Mythologie Grecque

 5 
 le: 12 Mai 2019 à 14:05:14 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen



Les grands mythes










 6 
 le: 27 Avril 2019 à 10:32:27 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Izazen  merci de ce "Imagine " en groupe.

 "Chaque être est stimulé par ce qui lui ressemble par la forme et la catégorie[…]
Quand l’accordeur de luth frappe la corde gong sur un instrument,
 la même corde sur un autre instrument y répond par résonance ;
et quand il pince la corde jiao sur un instrument,
la même corde sur un autre instrument se met à vibrer.
Tel est le phénomène de l’harmonie mutuelle entre des notes semblables. "


Lorsqu'à plusieurs on résonne en un chant harmonieux quoi de plus simple
pour rassembler et former un chœur !

Merci pour cette vidéo.

Guy H

 7 
 le: 26 Avril 2019 à 20:39:42 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen


imagine ... Sourire


 8 
 le: 26 Avril 2019 à 12:37:25 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



17 suivre et 48, le puits.



17. Suivre.

En chinois SUI (C’est presque suivre).
Le trigramme Tonnerre est surmonté par le trigramme brume, lac.
La positivité se trouve au-dessous de la négativité, celle-ci suit avec joie.
Il y a nécessité à rechercher l’instant juste,
mais d’entrer dans le repos afin d’éviter les actions inconsidérées.
Joli conseil en ce H17.


Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement – sans motif, sans cause, sans précédent.

Le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Tonnerre en trigramme du bas et Brume (du lac) en haut.
Le Tonnerre est mouvement et la brume détente, calme du lac.
Le Tonnerre , c’est l’ Est, l’éveil, l’aube, le printemps.
Il enclenche les processus qui poussent à conquérir le monde,
 il est la fougue qui cherche à le faire sien, à y trouver sa place.

La brume vient de l’Ouest et nous parle du soir.
Elle annonce l’automne et invite au repos, elle induit le facile,
le doux, le bienfaisant, le simple, le naturel et la grâce.

De l’aube au crépuscule, qu’advient-il de l’élan ?
Est-il un emportement
 ou trouve-t-il enfin un peu de fluidité et d’aisance.

Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte –
 bataille, tâtonne,
 travaille les ingrédients d’une maturité future.
Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance et
évolue un peu plus souplement.
Comme si le mouvement conduisait à une allure plus simple,
plus ouverte, plus diffuse,
 comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté
 qui permet aux forces de s’assembler librement.

 SUI
Il y a une image dans SUI  qui déconcerte
 mais allons pas à pas avant de suivre.

Une colonne de remparts, des pas, une main gauche,
une équerre et un croissant lunaire.

Nous sommes dans une grande ville (un rempart).
La main sur l’équerre est symbole du travail surmontant
une tranche de viande.
C’est le boucher, au travail répugnant,
mais qu’il doit cependant accomplir chaque jour,
tout au long de sa vie.
Au milieu de l’idéogramme, on voit le pied qui laisse des traces,
indiquant ici une marche lente
 (tonnerre- la marche- et brume s’exprime la lenteur)
 pénible mais inexorable.
SUI est la soumission (d’une marche), suivre.

Si ces pas sont imagés par trois, ces trois pas mesurent l’univers .
Ce que nous aurons à suivre et vaincre trois mondes en trois étapes :
 la terre ( sur laquelle nous reposons)
 le monde intermédiaire ( notre pensée explorera)
 ensuite le ciel  (monde pas si au-delà du temps) !

Nous avons alors un instrument utile, une équerre
 dominant un croissant lunaire entièrement visible :
«  La lune symbolise le temps qui passe
dont elle est la mesure par ses phases successives et régulières.
Elle est l’instrument de mesure universelle. »

L’astrologie chinoise très ancienne était lunaire,
 elle voyait le Temps.
C’est alors, avec ces pas à faire en compagnie
d’instruments utiles…
 ainsi on peut suivre en toute sérénité nos objectifs.
L’homme de bien ne craint pas l’obscurité car
 il connaît la valeur de l’abandon :
qu’après les difficultés des premières expériences survient
 une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide, plus relâchée, et ainsi plus entière.
Alors qu’une impulsion a été donnée ,suivre c’est savoir abandonner le volontarisme et
 laisser le mouvement se poursuivre de façon naturelle,
c’est faire le pas nécessaire pour s’insérer dans un courant porteur.

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage
 a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons avantage à intervenir.
Nous ne cherchons plus à contrôler, la confiance est présente.

Jean-François Billeter ajoute :

" L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier
 de diriger les opérations comme elle le faisait jusque-là,
et s’oublier elle-même. "


S’oublier est-ce rejoindre le flux cosmique ?

C.K.Anthony s’approche de ce "suivre" ainsi:

"  Suivre apporte un succès suprême.
Être fermement correct fait avancer, et est sans blâme.

Suivre notre vérité intérieure dans tout ce que nous entreprenons, c’est là le sens cosmique donné par le Sage à cet hexagramme.
La vérité intérieure est notre mémoire du sentiment d’Harmonie cosmique.
Soumettre la réalité extérieure à notre sentiment de vérité intérieure nous incite à répondre correctement à chaque situation et mène
« au succès suprême.
Lorsque nous suivons ainsi notre vérité intérieure, nous demeurons unis au Tout cosmique."


J’aime bien ce suivre il en vient
 même à donner une méthode
pour déployer toutes connaissances acquises ...
puis après de permettre d'enseigner !

Les oiseaux nous renseignent agréablement.
Comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel et de s'adapter au vent porteur.
Voler dans le Ciel comme une libération voilà qu’un tel guide
s’emploie avec harmonie, avec enthousiasme, joie, exaltation.

 Cependant la souplesse est mise à l’épreuve,
Le guide à cette " approche" apprend (nous prenant la main) à puiser
et conseille à l’aide d’un outil bien concret, indispensable : le puits.
Qu’y-a-t-il à apprendre de cette plongée dans le puits ?



  48, le puits, source de vie.

Le trigramme Bois soulève celui de l’Eau, c’est le puits.
Le bois pénètre au fond de l’eau et la remonte en surface,
ainsi on partage l’eau.

Les mots : quête de la vérité – sagesse – vision – connaissance intuitive – retour à la source – accès au fond des choses.

Mais aussi :
Puits. En bon ordre, régulièrement. Terrain carré divisé en neuf parties égales, comme le caractère Jing.

Autres symboles:
Le puits et ses huit familles - un terrain divisé en neuf parties égales avec le puits au centre - l'espace vide autour duquel s'organise la vie - organisation, ordre et partage des taches - pénétrer, communiquer, traverser librement.

Le Ricci : le puits, moment où il faut descendre dans les profondeurs pour y capter ce qui vivifie sans s’épuiser.


Et si toute lumière doit être " mise en veilleuse "
 par la montée des forces yin,
 il n'y a pas de temps pour se reposer
 vient le temps de plonger dans cette eau, source de vie !

L’eau, c’est le sentiment d’une appartenance commune…
comme un excès commun.

De plus en ce lieu, le puits
où tout le monde vient y puiser son eau quotidienne,
tel un centre caché qui sécrète des liens,
avant de puiser, échanger,
 on communique avant de plonger son "seau."

L’eau va devenir nourriture et se diffuse déjà dans la communication.
A défaut de lumière partageons l’eau de clarté….
Ma Deva Padma écrit ainsi :


" Boire à la source de la clarté
qui se trouve dans les profondeurs de l’être,
 c’est connaître le goût du Tao.
Il est accessible à tous ceux qui ont soif et acceptent
de plonger au cœur d’eux-mêmes pour s’y désaltérer.
Une fois que vous aurez goûté aux eaux claires de la source,
 vous y reviendrez souvent.
Elle est la source qui désaltère et rafraîchit,
celle qui coule éternellement comme une fontaine limpide
tout au long de l’existence. "
   

Ces H17 et H48 invitent à puiser
dans un potentiel sans fin.
Cela exige un travail de communication,
d’échanges réguliers puisés à la source.
Nos émotions se transforment, nous ne "partons " plus au quart de tour.
Nos émotions se transforment et de mûrir à la source.

C’est apprenant alors à comment puiser dans l’excès que des forces
unifiées- unificatrices s’emploient et parfois se contrarient.
Belle manière en fait par ce puits d’approcher des capacités yin
et de ce fait, se pencher sur les demandes parfois les suppliques
des uns et des autres.
A cette association voici une pensée émise:


" Ô qu'il est bon de s’approcher en toute confiance "

de la source d’abondance puis de faire croître !

Voyons le symbolisme des trigrammes :
H17 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Brume
(du lac).
H48 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Eau.

Si le fracas ou tonnerre tonne aux alentours c’est pour secouer, éveiller ce qui dormait, mais là en ce H17, il y a l’élément brume qui s’étend avec un pouvoir de diffusion adapté.
On suit un mouvement qui ne fait plus peur, le tonnerre s’efface face à l’aspect paisible de la brume, il est mis en sourdine.

Le bois est aussi en sourdine,
 tel un arbre composé de racines , elles vont puiser lentement l’eau de la terre
et les branches de puiser du ciel la photosynthèse.
Suivre n’est pas atteindre l’éveil en soi mais s’approcher d’une source qui étanche la soif d’une quête merveilleuse: le Soi.

L’homme de bien, lui, n’ignore pas que c’est par la ressemblance
que les êtres se rassemblent (souvent autour d’un but commun).
Mais il sait aussi que la référence commune
ne suffit pas à définir chaque monde particulier.
Il a donc apprivoisé les forces de la nature pour
le plus grand bien de la communauté.


L’apparition simultanée de forces vigoureuses
 appelle distinction,
répartition,
 organisation.
Il régit donc ce double mouvement :
 d’attirance vers le même et d’affirmation de chacun.

L’humain lorsqu’il se regroupe autour de ce qui est commun,
alors la différence trouve sa place.
Ainsi la concorde ne se résume-t-elle pas
 à la recherche fusionnelle d’harmoniques communes,
et devient dialogue entre différents ?

    " Chaque être est stimulé par ce qui lui ressemble par la forme et la catégorie[…]
Quand l’accordeur de luth frappe la corde gong sur un instrument,
 la même corde sur un autre instrument y répond par résonance ;
et quand il pince la corde jiao sur un instrument,
la même corde sur un autre instrument se met à vibrer.
Tel est le phénomène de l’harmonie mutuelle entre des notes semblables. "
 

A la vue d’une action de suivre en harmonie
tout homme la suivant, la reflète et fait goûter de jolies notes
sans même les avoir lu auparavant, quel exploit.
Les émotions n’en sont que plus fécondes.
Soyons un chef d’orchestre et musicien à la fois en suivant la symphonie.


Mozart a dit : " je mets des notes de musique ensemble et elles s’aiment."
Suivons les !


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements
 actuels ,
 cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées
 apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.



 9 
 le: 25 Avril 2019 à 01:52:59 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Izazen

très belle réponse à la suite des hexas.

En résumé, ce guide suggère qu’il faut aller son chemin,
parfois énergiquement,
voir les gens et les choses
sous un autre éclairage
et écouter l’avertissement
que donne le réalisme des situations problématiques,
provenant de plus jeune que soi.

Guy H

 10 
 le: 24 Avril 2019 à 20:18:15 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen


Gauvain Sers - Les Oubliés



Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.228 secondes avec 15 requêtes.