Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
02 Juillet 2022 à 07:57:34

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Hier à 12:22:36 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

45, le rassemblement, réunion et
2, le féminin, élan réceptif ou matrice originelle.


« La fonction essentielle du sacrifice est de remettre ensemble ce qui fut morcelé. »
Ecrit Mircea Eliade.

Lorsqu’un encouragement à se rassembler, à s’unir se présente,
l’harmonie invite à développer une réceptivité sans égal, disons hors norme.

En résumé, en tout rassemblement
il y a toujours des aspirations à aller de l'avant
comme avoir le vent en poupe.
Et pour appréhender de tels évènements de grand rassemblement,
réaliser en grand est de circonstance.
Même si les éléments naturels se déchainent comme la météo lors de récents concerts
organisés cet été.



https://astropalais.forumactif.com/t1116-45-le-rassemblement

En résumé : en tout rassemblement
il y a toujours des aspirations à aller de l'avant,
radicalement avec une énergie propice à développer des projets.


45, rassemblement, réunion.

Le trigramme Terre est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
L’eau du lac est au-dessus de la terre, d’où l’image
de rassemblement des eaux.

Les mots : amoncellement – convergence – unification – assemblage – combinaison de forces – supériorité de l’ensemble par rapport aux parties.

Mais aussi :
Dense, touffu, épais. Se réunir, se rassembler. Foule, multitude.

Autres symboles :
Une foule dense se rassemble – une manifestation – des soldats aussi nombreux que des herbes dans la plaine – un rassemblement – gestion d’une énergie puissante et versatile.

Le Ricci : Le Ricci : concentration, moment où tout se regroupe autour du fort et en conformité avec le Ciel.


" Tout homme se trouve entraîné par deux besoins contraires :
Devenir lui-même, ce qui l’arrache à son groupe et d’appartenir à son groupe, ce qui l’ampute d’une partie de ses potentialités en lui donnant une personnalité collective. "

Boris Cyrulnik.

Rassembler les éléments du H45 (terre et brume d’eau) ne doit pas se connecter d’une manière désordonnée.
L’objectif est de réunir tout ce qui peut faire barrage aux nuisances et aux prédateurs.
Réceptivité et communication sont indispensables à toute union, l’union fait la force.
Regardons son image puis le texte de la Grande Image.

Dans la partie supérieure, des touffes d'herbes expriment l'idée d'amas, de rassemblement.
Au-dessous, se trouve un soldat en uniforme signifiant l'alarme face à un danger. L'ensemble évoque un péril potentiel dû à un rassemblement (indiscipliné).

TS’OUEI est aussi le "rassemblement discipliné" 
C’est ainsi que fut la maxime chinoise (et en d’autres pays aussi),
 d’honorer ses ancêtres,
 c’est être en communion avec eux.

La brume s’élève sur terre :
LE RASSEMBLEMENT.
Ainsi l’Être de valeur éradique les armes
Pour parer à l’imprévu.

La brume est enjôleuse : elle recouvre d’un voile les multiples enfants de la terre pour recréer le rêve de l’unité perdue. Lorsqu’une foule se rassemble, les différences sont gommées et c’est au rituel, quel qu’il soit de prendre en charge l’émotion collective.

" Le rituel parvient à focaliser des sentiments interpersonnels exacerbés et à les fondre littéralement, y compris lorsqu’ils véhiculent la plus forte intolérance ou la plus grande aversion, dans l’atmosphère générale d’exaltation et de ferveur.
(B.Hell).

Une herbe seule est fragile mais plusieurs réunies et serrées les unes contre les autres forment une masse, signe d’abondance.
Il en est de même des soldats qui individuellement ne sont pas grand-chose mais que leur uniforme et leur nombre rendent anonymes et forts,
rassemblés en une discipline.

Les forces s’entraident lorsqu’elles sont rassemblées et
elles doivent être organisées si on veut éviter le désordre et les rendre utiles.
Et surtout si Thanatos rôde dans les parages de l’absolu. (R.Debray).

C’est en cela que ce H45 conseille de ne pas refuser les disciplines que la vie impose, apprendre à les accepter car elles sont un remède à la peur
 et une assise pour la conscience.

" Obéis et tais-toi " , dit-on en discipline.

 Ainsi on ne se ronge pas……on ne stresse pas ou plus,
dès lors les êtres se rassemblent et s’entraident
 on peut entreprendre un projet et le voir grandir.
 Mais il faut que chacun y mette de la générosité
 et un esprit de sacrifice à la hauteur des nécessités.
Une décantation est exigée, elle sera yin, voir le guide.

A noter en substance dans les textes des six traits la citation :
« absence de faute » d’apporter une assurance certaine
puisqu’une grande disponibilité intérieure demeure, ce qui n’empêche pas d’aller
voir un être d’envergure et de donner un avantage à s’ancrer en terre
(produit par le symbolisme de la montagne)
comme une stabilisation et d’accepter de se conformer à tout mouvement
allant paisiblement d’échanger (symbole de la brume) en réunion.

" Quand le roi se relie, il y a un temple ".
C’est ainsi qu'en tout rassemblement,
le rituel était indispensable à la survie d'un groupe.
Le rituel étant nécessaire encore faut-il savoir le conduire.
Le chaman n’ignorait pas cela ainsi que le roi Wen de participer
aux rituels de l'époque.

Il avait une grande préoccupation, éliminer toutes les calamités
avant de procéder au rituel propre.
L’analyse des trigrammes manquants le confirme.

Le trigramme Eau de susciter une certaine peur qui doit être surmontée
contradictoirement avec la mention répétée « absence de faute ».
Le conseil est d’éviter toute impulsivité et de ne pas avoir une attitude trop ferme.
La souplesse reste de rigueur.

Le sacrifice exhibant la violence, intensifie l’émotion.
L’exaltation fait fondre les barrières et remonter ce qui était enfoui.
Alors la fièvre touche à l’irrationnel d’où risque d’implosion, de désagrégation.
Tout chaman dispose d’un pouvoir et de forger ses " armes ".

Éradiquer les armes, c’est faire resurgir la violence pour l’exorciser.
C’est prendre en main le danger toujours présent de la communauté humaine.
C’est savoir éveiller l’émotion par la ferveur du groupe,
et la canaliser par la force du rite, une arme bien non-violente.

En termes de relations humaines, tout le problème est d’entrer
dans une dynamique de confiance.
Pour la susciter, il faut savoir faire appel à ce qui habite tout le monde
mais n’appartient à personne : l'entraide.

Et une connivence oubliée de ressurgir,
en réveillant ce qui relie inconsciemment les êtres,
 à savoir le sentiment d’une appartenance commune,
on les invite à participer à la manifestation
de cette convergence et de nouveau faire corps avec un but commun...
sous-entendu, la paix, l'harmonie.

Une poussée vers le haut d’en résulter le H46 est l'hexagramme suivant.

Cependant cela ne va pas de soi, différents protagonistes rassemblés peuvent entreprendre de générer des risques de violence, les aléas sont fréquents en des groupes intentionnellement désorganisés.

Conseil : prenez votre plume et efforcez-vous de décrire la situation
 aussi clairement que possible,
 comme si l’on s’adressait à un sage pour lui demander conseil.

Ce système qui paraît infantile à certains,
s’avère efficace chaque fois que l’objectif
est de cesser de tourner en rond et
 d’envisager de façon plus équilibrée
une question qui nous pose problème.
Est incluse la citation, d’aller voir un être d’envergure pourquoi pas détenteur d’énergies yin.


Et là, comme guide pour comprendre un rassemblement organisé
d’œuvrer en harmonie, le H2 conseille de parfaire une intuition dans une réceptivité hors norme.



https://i.servimg.com/u/f31/11/72/14/99/02_iii10.jpg

2, le réceptif ou élan réceptif, la terre ou matrice originelle.

Les deux trigrammes Terre sont redoublés, six traits Yin,
c’est le Yin en puissance ou élan réceptif.

Les mots : principe passif yin- dévouement- patience- soutien- obéissance- réceptivité- intuition- terre- mère.

Mais aussi :
Réponse à l’appel, vertus féminines. Femme, féminin.

Autres symboles:
un autel en pierre - une pierre dressée - la terre qui s'étend et donne sans fin - espace qui permet à tout ce qui est de germer - aptitude à recevoir et recueillir - vertus féminines - souple.

Le Ricci : accueil docile, repos fondamental, puissance passive de réalisation, considéré comme l’attribut de la terre.


LE  RECEPTIF est la force immense qui recueille et assemble, préserve et enfante. C’est le domaine de l’hiver et de la terre…
"…la secrète racine de tout devenir et de toute transformation, le retour au foyer et le recueillement, le fonds primordial silencieux de tout commencement et de toute fin. "
comme l’écrit Jung.

On voit en ces six traits yin qui composent l’hexagramme toute la réceptivité dans son éclat.
Disponibilité, souplesse, simplicité, patience. Tout ce qui permet d’accumuler des forces et de donner naissance aux formes diverses et innombrables du vivant.

La réceptivité est un équilibre subtil,
elle est docile, ouverte, nourricière,
 tout en étant intensément dévouée et
 suffisamment forte pour persévérer,
même durant des périodes difficiles.


La force de la réceptivité réside dans sa profondeur,
dans sa capacité infinie à absorber une dynamique et à lui servir de support.

Il est dit que chez l’homme la paix du cœur est difficile à acquérir ;
le cœur l’est aussi à calmer .

Si le cœur pense constamment, on ne peut pas changer cela.
Mais les mouvements du cœur, c’est-à-dire les pensées doivent se limiter
à la situation vitale présente.
Le H2 d’une intense réceptivité fait que les songeries comme toutes spéculations ne vont pas plus loin, s’efface ainsi le besoin de structurer, d’analyser et laisser le mental à sa place.
On entre alors dans une compréhension toute yin,
les sens de devenir de paisibles miroirs où les créatures se reflètent
 telles qu’elles sont, harmonieuses.

La terre, immense et malléable,
 est l’image même de la largesse et de la générosité.
Se conformant à la nature de chaque être particulier,
 la Terre accueille en son sein tout ce qui cherche abri et soutien
pour croître et s’accomplir.

La terre possède la force subtile de la flexibilité
et de la soumission docile.
Elle se laisse manier
(comme un carré de tissu dans le creux de la main)
 mais qu’on ne se laisse pas prendre aux reflets des apparences.

En être animé, elle annonce ce qui va se produire,
 ce qui va se développer en son temps,
c’est pourquoi il convient de marcher avec elle puis en elle.
Pour certains de l’avoir « humée, aimée ».

Force paisible et souple qui se donne et s’active d’un côté et de l’autre,
 la Terre est le modèle même de la réceptivité :
de ce qui prête assistance et concours quels que soient l’orientation ou le désir.

La différence entre les deux forces fondamentales (Yin Yang) est là.

Alors que le Ciel jamais ne dévie de la direction une et constante
que lui dicte son entièreté, la souplesse caractéristique de la terre
 lui donne la mobilité nécessaire pour s’adapter à toute situation.

Cette répétition du trigramme terre, les 6 traits sont Yin,
 dans la figure de la réceptivité suggère cette adaptabilité.

La propension naturelle au don de soi se prolonge dans l’aptitude
 à se laisser altérer par les flux du dehors.
Être à même de les recevoir et de leur donner forme, exige
 une endurance certaine, dont la contrepartie est une fertilité inépuisable.

Tel est l’exemple qui s’offre à l’homme de bien.
Les textes donnent un éclairage capital de ce H2:

" Kouen attend la mesure et s’y accorde. "

C’est ainsi que le réceptif à en lui une maxime qui le fait  " vivre ",
rayonner de son influence personnelle,
 ne pas s’isoler et s’occuper …des autres.

L’image de l’idéogramme chinois donne
 toute la mesure de cette réceptivité ou élan réceptif.

Une plante commence à s’élever de terre et donne l’idée de développement.
A côté d’elle deux mains pendent ; elles semblent passives et pourtant il n’en est rien.
Un petit trait vertical, les sépare, s’insinue entre elles deux, est le symbole de l’Influx Céleste
 qu’elles accueillent, en servant de canal à la manifestation.
Cette force céleste nourrie la plante et elle de s’élever naturellement.


Six beaux compagnons de route, d’être aux côtés du H2.
Six hexagrammes dérivés d’avoir seul trait yang parmi des yin, dans l’ordre :

-   24, le retour avec un potentiel présent à ses débuts pas encore visible.
-   7, l’armée ou maître d’armes, et sa capacité de concentrer des forces.
-   15, la réserve ou se tenir, savoir tenir sa place et ajuster son comportement.
-   16, l’enthousiasme, une tendance à se laisser emporter où la rigueur est de mise en évitant tout emballement.
-   8, l’union, alliance, rassemblement sans contrainte autour d’un objectif commun. C’est la place du souverain (5èm trait) yang qui met en œuvre cette union.
-   23, l’usure, et d’élaguer ce qui n’est plus utile pour se renforcer.

Cette association, H45 et H2,
où le trigramme Terre est à la base des deux hexagrammes viendra à triompher
en étant redoublé, une terre pas si passive que cela,
où se crée de l’harmonie.

A chacun-chacune d’en ressentir ces moments subtils
et qu’un regard est agréable lorsqu’il reflète un espoir, une paix, une sérénité.
 D’être prêt à regarder l’harmonie avec un œil tout neuf.

Précieuse est l’action juste lorsque l’harmonie est présente,
on se laisse parfois sans discipline (ou trop d’émotion)
à engager des paroles sur l'avenir.

Que nous apprennent les trigrammes respectifs et leur position :
H45 : le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).
H2  : le trigramme Terre est redoublé en bas comme en haut.

H45 : La terre est une masse informe, agrégat obscur et morcelé qui s’abandonne dans un demi-sommeil, la brume qui s’en élève l’assemble sous ses voiles,
 elle gomme les différences, et donne l’illusion d’une unité trompeuse.

La terre abrite toute chose : elle est l’image de la foule et de la multitude.
La brume, elle, enjôleuse, scintille et rapproche :
elle est l’espoir d’une communion où tout est partagé.
Quand tout est dispersé, c’est par le religieux que l’union se reforme,
la participation en est bienvenue. Une religion est ce qui relie tout comme une brume
et de s’étendre (comme tout prosélytisme) mais au sommet, bien en vue comme de dire :
 « regardez-moi, comme je rassemble ! »

H2 : La terre est ce sol qui donne une leçon de constance ainsi que de germination
ou plutôt de fécondation, qu’elle accepte tout ce qui va et vient en elle.

 C’est le plus beau don de soi.
Rassembler des gens de même réceptivité est le gage d’un succès assuré,
le triomphe de ce qui est accompli.
C’est un art de voir grand et de réaliser une planète en harmonie
de manière universelle.
Partageons en ces deux hexagrammes une conscience harmonieuse,
et de devenir une paix partagée.


De là d’être invité à demeurer au diapason
de l’expression Yin, cet invisible vent Yin,
c’est contribuer
à harmoniser la vie, d'en exprimer son unicité.

C’est la maîtrise du silence (du yin) qui déclenche la phrase idéale et
 de l’utiliser à bon escient (parfois de dire non, du yang)
 avec comme visée essentielle,
 une progression harmonieuse à préserver ;
j’ajoute une progression douce.

On émet l’idée de procéder avec une conviction très forte
pour transformer les êtres et les choses !

  Citation de Pierre Faure en son ouvrage récent :
Yi Jing le Classique des Mutations, : "La brume est légère : elle atténue les excès de rigidité à cette multitude rassemblée…/...
 l’Être de valeur œuvre à cette régulation…/…"


Et en ces deux hexas assemblés,
 est contenu l’idée de rassembler, de réunir pour offrir l’opportunité d’un partage à la fois intense, juste…...Yin !

D’où cette belle conclusion en ce quatrième trait dérivé, 8, l’UNION:
Se réunir, s’assembler, évoque un mouvement de condensation.

Et si une intensité émotionnelle est trop forte, une décantation est bien utile
pour éviter que cela ne dégénère. Et d'empêcher d’aboutir à l’effet inverse que
 celui qui était initialement projeté à l’origine du rassemblement.

Pierre Faure d’écrire ce texte du H8 dérivé :
  "A ce stade du RASSEMBLEMENT, les énergies (Yin) sont à même de s’agréger en un tout solide et solidaire. Il y a à la fois la possibilité de se référer à des sources profondes et suffisamment d’intensité pour que ce lien réveille et soude les éléments en présence.
Cette aptitude à se relier et se réunir permet de ranimer et d’articuler les forces sur des bases et une orientation communes et l’amour d’être. "


 

Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit se serait, (quoique) car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]




 2 
 le: 30 Juin 2022 à 11:55:10 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H


59 dissolution, disperser et réunir, ou dénouer
 et 55, profusion, abondance ou plénitude matérielle.



https://astropalais.forumactif.com/t1106-55-l-abondance-la-plenitude

 59, dissolution ou dénouer.

Trigramme de l’Eau surmonté par celui du Vent.
Le vent agit à la surface de l’eau, la répand et l’évapore.

Les mots : négativité diffuse – rétablissement de l’harmonie – circulation –revitalisation – dissolution des divisions – éclaircissement.   

Mais aussi :
Dissoudre, séparer, disperser, répandre, grossi (en parlant des eaux d’un fleuve).
Fonte des glaces. Inondation.

Le Ricci : dispersion, moment où les faibles, disséminés partout,
 agissent en accord avec l’élément fort.


Après l’échange hexa 58, vient dénouer par l’hexagramme 59
et d’arriver ensuite à la mesure hexa 60.

Un signe unique de caractériser ce H59 : l’Eau où se reconnait le signe grand
Donnant le sens d’abondant, nombreux.

Dénouer, dissolution, l’image HOUAN est déconcertante,
 nous avons à droite,
 un homme sur le toit de sa maison évite les voleurs qui la pillent.
L’eau à gauche, est symbole de dispersion, mais d’y voir surtout
les cellules de l’eau figées en hiver, gelées…puis de se regrouper dans le dégel.

Il y a une autre interprétation, celle d’un homme
qui monte sur son toit au cours d’une inondation
 et des mains se tendent pour le sauver.
Un ancien pictogramme dessine un cours d’eau tourbillonnant et
 des mains avec le bruit figuré de la respiration.

Quand la force du vent se déchaîne au-dessus des eaux, quand la tempête vient disloquer les formes établies et brouiller les cœurs, il faut des hommes qui, tels les Rois d’antan,
 soient capables de créer des points de convergence,
des lieux où rétablir le contact avec les esprits,
demander l’aide du Souverain d’en haut.[Pïerre Faure en son "Yi Jing" bleu.]


D’une façon ou d’une autre HOUAN est la " dissipation des biens "
ou encore oser lâcher ce qui bloque......et dénouer.
Un mouvement paradoxal qui produit une désagrégation en ce H59, avec à l’horizon une refonte :
les deux forces par des voies différentes, œuvrent à dissoudre les éléments coagulés pour les ramener à un souffle unique, mouvement préalable à de nouvelles agrégations.

[Aparté depuis l’ouvrage de Elisabeth Haich « la Sagesse du Tarot ou les vingt-deux niveau de conscience de l’être humain.:
d’ouvrir une grande parenthèse avec l’arcane majeur du Tarot, carte 15 le Diable qui
à sa main gauche porte les deux organes sexuels unis. Sur son bras droit deux mots SOLVE c'est-à-dire SÉPARE et sur le gras gauche, COAGULA, RÉUNIS.
Que sépare-t-il et que réunit-il ?

La science vient à l’appui de la philosophie védique qui prétendait, il y a des milliers d’années déjà, qu’à l’origine, l’homme portait en lui les deux sexes.

( Le logo yin yang réuni les deux éléments vitaux avec un peu de yin dans le yang et de yang dans le yin, tout est défini.)

Tel un ange, l’être humain était donc androgyne…./…être androgyne c’est un homme et une femme réunis en une seule créature….. que lui est-il donné à ce Diable représentant la loi de la matière ?
Il a séparé les deux sexes afin d’assurer la procréation, la naissance, et a fait de chacun d’eux, un être indépendant.
Il a donc séparé les deux sexes, puis physiquement pendant le court moment de l’acte sexuel les a réunis. Une fois vécue, cette unité se dissout et les deux sexes doivent se séparer pour continuer à vivre indépendamment de l’autre.( D'autres d'écrire à retrouver sa Déité.)

Ensuite la tendance est de plus en plus marquée vers l’un ou l’autre des sexes, et continuent encore à se rechercher, ressentant une affinité, cette nostalgie et le désir d’être à nouveau UN, d’avoir un MOI unique.
 Le grand Beethoven écrit à sa bien-aimée Thérèse Brunswieck :
« O toi, mon ange, mon tout, mon « MOI »…]


Puis de Cheng Yi de placer le rituel nécessaire pour réunir : "Aux moments de dispersion et de désunion, il faut des actes susceptibles de ramener le cœur des hommes pour réunir ce qui est séparé : offrir des sacrifices à l’être suprême et établir des temples aux mânes des ancêtres. "

En fait, lorsque dans le quotidien " arrive " ce H59,
ce sont des temps de difficultés
où il faut savoir mener sa barque :
on serait débordé sans attention extrême.

Car ce H59, parle souvent d’une situation qui suscite l’inquiétude (homme sur un toit, habitation envahit d’eau) mais elle a un aspect heureux (paradoxale) ;
 elle favorise la fin des structures périmées et ouvre à de nouveaux développements.

Dans la haute Antiquité chinoise, c’est le rôle du roi que d’assurer le lien entre la cohérence de l’univers et la multiplicité des formes qu’il génère :
le temple est le lieu où, par des invocations aux esprits et les sacrifices qu’il leur offre, les cœurs sont à nouveau rassemblés et le contact avec l’intangible maintenu.

Le H59 revient souvent lorsqu’il est question d’un transfert de choses ou de personnes pouvant avoir lieu,
 changement de propriété ou
séparation ou une dispersion morale ou matérielle,
cela peut être aussi d’envisager une dispersion de cendres en pleine mer.

Une aide se manifeste ou est demandée et acceptée de manière totalement altruiste, le tout se faisant dans une ambiance mouvante (l’image de l’eau coulant) mal définie.

Carol K.Anthony et Hanna Moog d’apporter une précision d’une Aide favorable.
Les mains autour de cet homme sur le toit.

"Le Sage indique que le thème principal de cet hexagramme est la
« dissolution » de notre attachement à l’ego collectif, grâce à l’Aide de la Dissolution.
Les différents éléments constituant l’ego nécessitent différents moyens pour être éliminés.
Cet hexagramme traite des éléments qui nécessitent une « dissolution », par exemple la rigidité et ce que le Sage nomme les « boules de conflit . "

Il y a rigidité lorsqu’une personne s’attache à suivre un ensemble de règles lui indiquant
 quoi penser,
quoi ressentir et quoi faire,
au lieu d’écouter sa vérité intérieure – laquelle la connecte à son sens de l’harmonie inhérente à chaque situation. La rigidité résulte de la dépendance par rapport à l’ego collectif.

Celui-ci dicte ses règles et ses normes et les applique quelles que soient les circonstances.
L’individu intériorise ces règles en termes de « juste ou faux » et de « bien ou mal ». [0 ou 1]
L’attachement à l’ego collectif se traduit par un raisonnement en termes de
« groupe-nous »
mais en fait c’est un "groupe-ego ".]


Le Yi King pense qu’on a les reins assez solides
 pour traverser le péril que représente
 un "grand cours d’eau " et il ajoute:
 " avantage de la pureté".

On dit également que la montée des eaux,
 si elle reste raisonnable,
est favorable car elle nettoie les saletés accumulées
le long des canaux et dans les rigoles.
Et lorsqu’elle se retire, elle laisse toujours un limon fertile.

Si les trigrammes sont le vent qui court au-dessus de l’eau,
cela peut-être une tempête qui s’amorce.
Les flots se soulèvent, les bourrasques se succèdent :
 dislocation, délitement, déperdition.

Un souffle impérieux qui effraie et qui brouille les cœurs,
sans doute pour mieux en disposer.
N.Chassériau en son ouvrage : « Prenez les bonnes décisions avec le Yi King. » donne un titre très juste à ce H59 : Les nœuds se défont.
"Les barrières disparaissent et de nouveaux horizons se profilent. "
Quand les nœuds se défont, c’est un processus de dissolution qui s’enclenche ;
 ce qui était bloqué se libère,
ce qui était rigide retrouve sa fluidité,
ce qui était crispé récupère sa souplesse.

Le Vent se lève au-dessus de l’Eau, la transforme en en brume et la " dissout " dans l’air.
L’eau est la grande protagoniste de cet hexagramme, où il est question de la fonte de la glace et surtout de la crue des fleuves qui, en sortant de leur lit, entraînent tout avec eux…/…
Et d’ajouter plus loin :
"…/…les nœuds dont il est question sont souvent des nœuds intérieurs : les pires enfermement sont ceux auxquels, sans le vouloir (quelques fois sans le savoir), nous nous contraignons nous-mêmes.

La psychanalyse parle de super ego, cette image parentale inconsciente qui nous porte à nous juger trop sévèrement, nous empêchant de nous exprimer et de nos développer de façon libre et autonome. "


Pour devenir ce que nous sommes (« Deviens ce que tu es » -Friedrich Nietzsche.),
 il faut défaire les nœuds qui bloquent l’épanouissement de nos potentiels intellectuels et émotionnels.
(Ce que Carol K.Anthony désigne par « écouter sa vérité intérieure. »)

Cette opération ne va pas de soi, car on s’habitue à l’enfermement, aux interdictions et aux conditionnements en tout genre : après des années d’emprisonnement, les détenus ont souvent du mal à affronter leur remise en liberté.
Il faut avoir du courage de débloquer l’ego rigide et envahissant, de se prendre en main et d’affronter ses responsabilités.
La dissolution des barrières internes est une étape fondamentale mais risquée, qu’il convient d’affronter en toute connaissance de cause.
 Avant de " se jeter à l’eau ", il faut s’assurer de savoir nager."

Les sept défis à relever dans la dissolution sont les plus simples :
-   Ne pas succomber aux remous émotionnels, dédramatiser.
-   Apprendre à traverser une période de bouleversement sans flancher.
-   Ne pas s’accrocher à ce qui est périmé, savoir tourner la page.
-   Regarder la déstructuration en face et l’envisager avec intelligence et sang-froid.
-   Dissoudre rigidités et attachements.
-   S’entraîner à ne pas tout contrôler, à lâcher prise, à faire confiance.
-   Voir la désintégration comme une opportunité de renouvellement.

Vent au-dessus de l’eau, il peut être violent qui emporte les évidences et balaye les modèles,
une tourmente où la mort est conviée,
 où comme par effraction d’autres forces s’invitent,
cherchant à imprégner d’une science plus profonde
des êtres qui se croyaient pour toujours établis.
Moment critique où les règles sont caduques,
où les barrières s’estompent.

Lorsque les individus sentent la fragilité de leurs limites et
 que les repères connus ont perdu tout objet,
 on se tourne vers des hommes capables
 de rassembler autour de points de convergence.

 Serait-ce aspirer à établir, construire,
ériger un temple et d’y défaire des nœuds à deux, voire à plusieurs ?

Telle une nef de bois qui abriterait dans la pire des tempêtes,
 le temple accueille aussi bien l’homme que le divin,
 pour rappeler un lien que rien ne saurait dénouer,
pour redonner un gage que rien ne saurait emporter.

Philippe Jacottet dans  "Paysages avec figures absentes "  écrit :

"  Qu’est-ce qui fait qu’en un lieu ont ait dressé un temple,
sinon la présence d’une source et le sentiment obscur
 d’y avoir trouvé un centre ?
Une figure se crée dans ces lieux,
expression d’une ordonnance.
On cesse, enfin, d’être désorienté. "


Ce H59 la "dissolution" aide à prendre conscience
des difficultés dont la communication véhicule, circule.
Cette prise de conscience est la première étape
vers la restauration de l’harmonie perdue
 (Par exemple avec les réseaux sociaux).

D’une façon ou d’une autre HOUAN est la " dissipation des biens ".
C.Javary ajoute:

" Lorsque tout va à vau l'eau et que ce qui était solidement posé ne l'est plus, il n'est pas possible de rester aux comportements habituels.
Il faut savoir tenir bon avec endurance et "passer" le fleuve avec audace,
dépasser des limites ordinaires pour s'ouvrir à des possibilités nouvelles."


Pour être orienté en ce H59 quel guide
en ces temps de  "dispersion " ?

Une approche particulière est de savoir régler son pas et d’ajuster son allure à ses capacités réelles, c’est une approche toute prudente proposée toutefois par un guide
 où il y a un mélange de complications et d’opportunités en fait une prolifération
d’événements H55.
color=purple] " Ce n’est pas le manque de richesses qui est à redouter
sous le ciel, mais l’absence de partages. "




https://astropalais.forumactif.com/t1106-55-l-abondance-la-plenitude

  55, l’abondance, profusion ou plénitude matérielle.

L’union des êtres produit la perfection de la grandeur.
Le trigramme Feu est surmonté par celui de la Foudre,
cela signifie : profiter de la lumière pour se mouvoir avec intelligence.

Les mots : foisonnement – profusion – générosité – fertilité – mûrissement – récompenses – richesses intérieures – apogée – moisson.

Mais aussi :
Récolte abondante. Fertile, luxuriant, opulent. Abondant, copieux, nombreux, considérable.
Plein, replet.

Autres symboles :
Abondance – offrandes végétales dans un vase en bois destinées aux esprits – des rameaux – une montagne d’offrandes végétales – des sacs de grains.

Le Ricci parle aussi de :
Plénitude de l’abondance, moment où le développement atteint son apogée
avant de commencer à décliner.


L’image est un sacrifice rituel à l’occasion d’une double récolte.
Il s’agit donc d’ " abondance ".
Au sommet de la grandeur, le prince ne désire plus rien (car il a tout pouvoir):
c’est le soleil à midi,
c’est l’heure de la profusion dans la mesure.

Lorsque la clarté (feu trigramme du bas) domine le mouvement (tonnerre, trigramme du haut), on formalise les lois.
Mais lorsque le mouvement s’appuie sur la clarté,
l’heure est à l’application des peines.


  "Tout comme la végétation se renforce lorsqu’on la taille,
c’est en tranchant dans la profusion et
en éliminant le surplus que l’on procède
 à la nécessaire régulation de la vitalité. "


Abondance
Favorisant
Le Roi s’y relie
Ne pas s’attrister
Il convient d’être le soleil au zénith.

 "Abondance est un moment de profusion féconde qui requiert une double capacité de favoriser l’épanouissement de l’élan vital et d’en contenir la prolifération." Ecrivent Pierre Faure et Cyrille Javary.
 Et Dominique Bonpaix de préciser :
Une situation d’abondance demande à avoir la position juste, l’assumer, afin de pouvoir maîtriser l’abondance tout en la respectant.

Donc l’homme de bien sait se dégager de la confusion qu’entraîne l’abondance.
Conflits, entremêlements, coteries,
 c’est pour tenir cette prolifération en respect qu’il tranche de manière juste,
 qu’il condamne, qu’il sanctionne :
élimination foudroyante de ce qui gangrène et fait perdre le Nord comme
les difficultés à stopper une pandémie .

Assumant sans état d’âme la position centrale dont le roi est l’emblème,
 il maintient le juste équilibre entre vitalité et pléthore, il est à la fois référence de l’organisation sociale et représentant de l’ordre universel.
" Les rites , c’est ce qui empêche que le mal se produise,
tandis que les lois,
 c’est ce qu’on applique une fois que le mal est commis."

Seu-Ma Tsien.

Ou encore ceci : . " Le vrai châtiment doit viser à le rendre inutile ".
 Puisque » L’homme de bien ne gouverne pas par la force
mais par la droiture et la bienveillance,
il est à l’écoute des paroles et des arguments.
Il s’emploie à persuader et s’abstient de condamnations sévères.
Adepte de l’art de réguler,
il se place au centre, là où les choses se rejoignent,
 il se place au cœur, là où elles sont ressenties…/… "

Citation de Pierre Faure dans : " Le Yi Jing par lui-même ".

Ceci n’est possible que dans une attitude réceptive
bien entendu car si fermé soit-on intérieurement
comment pouvoir alors entendre le conseil du jour ?


L’abondance du feu présente en ce H55 invite à se mouvoir avec intelligence.
Le fracas ou tonnerre est éloigné, le feu est maintenu à distance,
ça chauffe tout de même !

Le H55 est nécessaire, pas forcément pour vivre caché mais en retrait,
celui qui demande conseil au Livre, il connaît le beaucoup
et perçoit le trop plein.

Cette situation de « trop plein » invite à ne pas déployer les ailes trop tôt
 de même, paradoxalement,
d’ouvrir les fenêtres,
 de déverrouiller son cœur et
aussi un mode de pensée.

[Aparté opportun : Un chapitre du Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry.
« On ne voit bien qu’avec le cœur » : signification de cette célèbre citation.
 Qu’est-ce que la vision du cœur ? En quoi consiste-t-elle ?
De réunir ce qui a été SÉPARÉ ?

Être apprivoisé ou apprivoiser signifie « créer des liens » dit le renard, en l’occurrence des liens de solidarité ou d’amitié. Créer de tels liens avec une personne permet de la distinguer des autres, de la voir comme unique. Le renard dit que lorsque des gens s’apprivoisent, ils ont besoin les uns des autres.
Le renard avance que sans amis, on s’ennuie, mais qu’avec des amis, le bonheur apparaît.
 Il demande ensuite au Petit Prince de l’apprivoiser, ce à quoi il consent.

Le renard invite ensuite le Petit Prince à réaliser ce qui fait le caractère unique de la rose qu’il a laissée sur sa lointaine planète : cette rose est différente de toutes les roses qu’il a pu rencontrer sur Terre, non pas extérieurement, mais par la relation que le Petit Prince a pu tisser avec elle, puisqu’il l’a arrosée, abritée et soignée.

Vient le moment des séparations :
    Et il revint vers le renard :
    – Adieu, dit-il…
    – Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.

    – L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.

    – C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
    – C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose… fit le petit prince, afin de se souvenir.
    – Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier.
Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.
Tu es responsable de ta rose…
    – Je suis responsable de ma rose… répéta le petit prince, afin de se souvenir.
Par ces mots, le renard insiste sur la nature des liens d’amitié, qui, lorsqu’ils existent, changent radicalement notre perception des autres et du monde, nous faisant entrer dans une nouvelle réalité.


A son heure l'harmonie est enclenchée puisque la dissolution a été reconnue et sera assumée.
Et à l’aide d’une perception intuitive (cet autre regard (ou renard) ou nouvelle réalité)
 on vibre alors à l’écho de ce moment crucial.

De penser grand jusqu’au sublime, sans artifice.
La réussite est en ces deux hexagrammes
lorsqu’ils "surviennent" ensemble.
C’est un dénouement heureux, les textes disent favorisant.

S’approprier toutes les possibilités requises
d’entrer en harmonie et décider de concert (de musique par exemple).

La conviction étant forte de se donner les moyens,
alors pour faire face à l’empressement d’agir,
un temps de réflexion est nécessaire
et de transformer les êtres et les choses !
Être très confiant dans la résolution trouvée qui ouvre des espaces !

" La voie se réalise à mesure que nous y cheminons ;
 les choses deviennent ce qu’elles sont à mesure que nous les disons telles."


Cette association est subtile, son étude revient à se montrer résolu à conserver une attitude
de rester sûr de soi et centré quels que soient les aléas ou les soubresauts de la rencontre avec le monde extérieur, comme un quotidien défavorable au premier abord.
Et de n’être plus ni débordé, ni emporté.

Pas simple de prendre conscience à se conduire en harmonie
 avec le Tout cosmique.


Cette association H59 et H55, incite à avoir une hauteur de vue,
puisqu’une pleine expression de l’unicité se joue.

Un réel besoin d’observer tout ce qui contribue
à harmoniser la vie et d’obtenir l’abondance.
Cela permet de se contenir en toutes situations et
puisque la confiance accompagne toute attitude de méditation,
à l’abri……
jusqu’à la mesure d’un cœur battant…
on commence à installer un silence précieux en soi,
pour soi et autrui.

"Celui qui se maîtrise lui-même détient la vraie puissance "

Voyons le symbolisme des trigrammes :
H59 : le trigramme Eau en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).
H55: le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Tonnerre.

H59.L'eau et sa fluidité poussée par le vent fusionnent. C’est un dégel des rigidités.
Que dire de cette eau qui souvent induit, l'insondable, des abysses,
des inquiétudes, angoisses, soucis , mais accompagnée par le vent cela favorise une alchimie :
faire fondre la glace, ces cellules séparées par le froid de se réunir au printemps.
L’eau redevient eau. A l’extrême c'est la dissolution de l'ego.

H55 : La stratégie du feu et du tonnerre est à la fois vivacité, lucidité alors que le tonnerre suscite l’agitation. Tout un art de s’accorder aux mouvements de l’univers,
le lâcher-prise est la condition d’une marche rituelle et pérenne., il est impératif d’agir avec vigueur et clarté.

Se soumettre aux convenances de l’instant présent,
développer une conscience intuitive
savoir que retrancher ce qui sème le désordre est facteur de clarté et de retour à un équilibre sain.
 Instinctivement de s’armer d’un courage exceptionnel, ne plus avoir peur d’avoir marché sur la queue du tigre et de se sentir capable de franchir le grand fleuve.


 


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

 3 
 le: 29 Juin 2022 à 21:17:18 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

32 la durée, endurance ou constance et
H35 l’avancée, une marque de progression, lascive,
 lancinante un pas à pas de ces feux
qui courent lentement vers d’autres attaches.


Commentaires comme préambule à ces deux hexas :
un hexa dit " événementiel " indique une permanence d’un comportement conforme aux exigences de la situation, souvent liée à des difficultés lors d’une très longue traversée,
ce H32 est une mise à l’épreuve.
Le H35 se permet de produire une avancée pas à pas durant cette épreuve.


Pour résumer cette jolie citation de Cheng Yi :
" Permanence ne veut pas dire fixité. Une chose fixe ne saurait perdurer.




32, la durée, endurer ou permanence, constance, mariage.

 Ce H32 a le trigramme Vent en bas surmonté
 du trigramme Tonnerre qui indique une permanence d’un comportement
 disons conforme aux exigences de la situation.

Les mots : constance – continuité – endurance – persévérance – maturité – renforcement – stabilité – engagement profond.

Mais aussi:
Ordinaire, habituel, quotidien, coutumier, durable, constant, continu, permanent, persévérer.

Autres symboles :
Un bateau engagé entre deux rives et un cœur qui bat – avoir le cœur bien accroché pendant la traversée – persévérance – tenir quoiqu’il advienne – se maintenir – quotidien – habituel – durer – longtemps.

Le Ricci : Pérennité, moment où les échanges
 entre le fort et le faible s’effectuent favorablement et assurent la continuité du développement.


C’est le seul hexagramme nommé à l’aide du signe du cœur désigne tout ce qui se rapporte à la pensée et à l’émotion, ce qui induit leur maîtrise.

L’ENDURANCE ou constance, c’est la détermination (nous dit Pierre Faure) qui anime le cœur quand on est confronté aux difficultés d’une longue traversée, c’est la constance qui permet de persévérer dans une même direction, c’est l’aptitude à trouver un second souffle.

Si le nom de cet hexagramme s’écrit avec le signe du cœur c’est qu’ici plus qu’ailleurs sont conviés la force intérieure, l’opiniâtreté et le courage

Belle image chinoise en ce H32, à gauche un cœur, et,
 par extension, les sentiments ou émotions.
A droite une barque, sorte de bac qui assure
une liaison entre deux rives, c’est un va-et-vient
 permanent (on peut dire entre Ciel et Terre).

On peut aussi y voir systole et diastole du muscle cardiaque.
Et tant que ce cœur est en action de rive en rive, d’avancer dans la vie !

Nous avons en ce H32 une belle définition :
la constance des sentiments et endurance.

Comme les chinois place le siège
de la pensée dans cette viscère qu’est le cœur,
 c’est des sentiments qui en  "sortent "
et de les explorer en ce H32.
Savoir qu’avant toute explication détaillée,
 il faut citer les textes des 6 traits.


1)  Agir, au maximum, mais seulement de temps à autre, ne mène à rien.
2)  L’inconstance consolide l’erreur.
3)  La constance prévient l’erreur.
4)  Un homme inconstant est comme une chasse sans gibier.
5)  A chacun ses vertus, qui doivent être constantes : celles de l’homme ne sont pas celles de la femme.
6)  La constance est le contraire de l’effort.


A ces avertissements est contenu un mode
de perception de ce qui est juste et bénéfique.
La durée c’est traverser (voir la barque)
 différentes périodes sans dommages
 et surtout en s’adaptant à chacune d’elles, la, les difficultés proviennent souvent
d’un temps incertain comme un endroit aussi plus qu’incertain,
défavorable.


Le H30 est le comment une émotion prend naissance,
 le H31 est un examen de l’ émotion ", comme décortiquée, " à vivre en l'instant présent
puis en ce H32, on évoque après avoir enduré la maîtrise finale à toute émotion.

Tonnerre et Vent mêlés donnent la constance,
ainsi l’homme de bien se tient droit sans changement
dans son orientation.
Turbulences, secousses, remue-ménage,
 malmené comme au milieu d’une traversée éprouvante,
l’homme se tient droit dans l’orage,
retient son cœur qui chavire,
surveille les remous qui voudraient l’emporter.

D’un côté, c’est le Tonnerre, le seigneur du mouvement,
 qui agite et entraîne, pressé de découvrir et tourné vers l’ailleurs
 (tel un voyageur).
De l’autre, c’est le Vent, la force qui ordonne,
 qui retient et rabat, qui par son insistance fini par faire plier.

Mouvement vers le dehors, pression vers l’intérieur,
des courants qui s’opposent mais se complètent aussi :
 par un enracinement patient,
 les impulsions se changent en force plus intense ,
 comme si se forgeait un art du second souffle,
 comme si se pensait là le pouvoir de durer.
Et quelle belle sentence que voici :


" Accepter de persévérer quoiqu’il advienne,
est la marque d’une maturité, et la mettre en pratique
tout en canalisant les ardeurs. "


Précision subtile de ce H32 par Carol K.Anthony et Anna Moog en leur ouvrage
 « Yi King, l‘Oracle de la Voie du Cosmos »
" Cet hexagramme décrit comment le Cosmos accomplit l’évolution constante de sa conscience,
et comment, par transformation, métamorphose, il crée des états durables. "

Et donc des défis sont à relever en ce H32, à commencer par :

-   Apprendre à tenir compte du facteur temps.
-   Se tenir à ses décisions et à ses projets.
-   Œuvrer au quotidien sans se lasser.
-   Maintenir son cap sans se laisser endormir par la routine.
-   Prendre les dispositions nécessaires pour sortir d’une situation sclérosante.
-   Renouveler sa motivation et trouver un second souffle.
-   Discerner s’il y a avantage ou non à persévérer dans la direction établie.


Et quel guide alors parfait à cette maîtrise des émotions ?
Faut-il ne rien faire pour les maîtriser ?
Se maîtrisent-elles d’elles-mêmes ?

Ce H32 émet d’emblée trois conseils très simples et directs.
Retenir l’impulsivité,
assouplir la rigidité,
 freiner l’agressivité.

Ensuite la connaissance intuitive du H32 (c’est ce qui importe)
 trouve sa place avec le guide H35.

Une belle citation comme image à ce qui advient d’un pas à pas progressif.“ L’abandon à soi n’est pas l’abandon de soi,
mais sa floraison.”

“ Whisper in the dark.”. Felicia Simion.

Le H35, de faire entrevoir un espoir de vivre des situations sans chaos.
Le H35 va contribuer à manifester au grand jour une cohésion,
une coopération non seulement entre les humains, mais aussi entre les humains et les animaux, entre les humains et la Nature, entre les humains et le Cosmos.


35, le progrès ou avancer au grand jour, avancée éclairée.

Le trigramme Terre est surmonté du trigramme Feu.
Par ce feu il faut y voir la clarté sortir de terre.
Toute chose se développe et se perfectionne peu à peu.

Les mots : avancement – obtention de la reconnaissance – appréciation – accomplissements – accélération – gains réguliers – clarté accrue.

Mais aussi :
Avancer, progresser, s’élever, être promu.

Autres symboles :
Le soleil arrive tel une flèche ou un oiseau qui s’apprête à toucher le sol – image d’émergence – image d’un pouvoir approchant – au grand jour.

Le Ricci : Expansion progressive, moment où ce qui est lumineux se répand sur l’obscur.


Le trigramme feu se trouve placé dessus celui de la terre…
il est évoqué en cette image, une belle idée,
l’éclat de la lumière au-dessus de la terre, c’est le jour qui croît et de paraitre par l’orient.

S’arracher à la nuit qui enveloppe et protège,
 en extraire un improbable éclat, tel est le modèle
 qui s’offre aux humains à chaque lever du jour.
Ce guide tend à faire observer un enjeu.
C’est enjeu est la disposition requise
pour affirmer une forme encore incertaine.
Et en cette association c’est d’arriver à bon port sous-entendu au H63
qui est encore loin.

De Carl Gustac Jung : "Sa vie est lutte continuelle avec la disparition,
Délivrance violente et momentanée de la nuit
Perpétuellement aux aguets. "


La terre est le domaine de la nuit.
Elle est l’abri obscur où les forces se reposent et se fondent,
 les formes s’y préparent en une lente gestation.

La lumière est pouvoir d’apparaître, de révéler, de resplendir.
Quand la lumière s’élève au-dessus de la terre,
elle s’en dégage comme d’un giron, qui la nourrit mais la retient aussi.
Tiraillement, résistance, difficile ascension
par où une force secrète cherche à se transformer en clarté véritable.

Faire éclore un talent qui n’a pas été jusqu’alors ressenti…
est sous-jacent.

Faut-il attendre d’être sûr de soi comme l’apparition d’une émotion
pour l’exprimer ? Bien évidemment que non !
C’est là où se niche la difficulté faire jaillir la lumière en soi,
celle qui a été sous terre et longtemps tue.

S'ensuit une marche d’être entreprise mais avec une prudence redoublée…
de commencer alors par faire naître de l’harmonie rien
qu'en soi puis seulement après à son entourage direct. 

J’aime bien ce guide de progrès et la succession des H34 et H35
 se résume ainsi : le parfait épanouissement de la grande force (H34)
conduit à un progrès efficace.

L’idée d’être attentif à tout ce qui décroît comme à toutes forces montantes,
permet progressivement d’emmagasiner de l’harmonie en soi
puis de la transmettre aux alentours.

Et en plusieurs textes d’autres hexagrammes du Yi King...
est contenu l’idée de s’accorder un temps de pensée utile-subtil
parfois même de reposer une question avec de nouveaux hexagrames;
en quelque sorte c’est préparer la force universelle Yin-Yang en soi.
Choisir son chemin devenant aisé.

C’est une belle manière qu’a ce guide de
rendre palpable subtilement qu’en toute force à déployer
une observation supplémentaire est la bienvenue.

 On peut apparenter cette situation comme réfléchir soigneusement à
tout acte à prendre et faire retour à de l’harmonie, souvent à l’aide d’une tierce personne.

Serait-ce le Tao qui par trois fois s’insinue ?
Il y aurait-il dans " l’air du temps " des changements qui s’annoncent ?

Le devin-divin que chacun porte en soi se fait-il plus proche ?
Devin, dans le sens de découvrir le caché, le faire naître.
En faire la discipline à parfaire n’est pas un impossible rêve.

Petite subtilité, à l’étude de cette association H32/H35, trois traits ne changent pas, trois traits changent.
On s’arrête sur le dernier trait de yin (trigramme tonnerre) il passe en yang, cela donne
(trigramme feu) l’hexagramme dérivé H50, le chaudron.

Nous avons là une possible conclusion à cette association 32/35.

LE CHAUDRON, est le creuset d’une transformation lente et profonde.
Un tri s’effectue, où l’on rejette les ingrédients périmés et privilégie ceux qui offrent des perspectives.
Ainsi se forge la capacité à s’imposer comme détenteur d’un vrai pouvoir.
Ainsi de démontrer sa maîtrise des émotions comme un réel talent de celui,
celle qui sait faire advenir.

Le symbolisme des trigrammes est très explicite :
H32 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Tonnerre.
H35 : le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Feu.

Vent et tonnerre sont des compagnons inséparables apportant continuellement des dégâts,
des débordements mais aussi un calme après une tempête, séisme, cataclysme,
changement radical.
Pas seulement, faible (le vent et sa douceur) et fort (le tonnerre) ne sont pas en concurrence mais se complètent et vont très bien ensemble. Une harmonie naturelle, éternelle pas simple à admettre selon le côté dévastateur.

Tout un art de s’accorder aux mouvements de l’univers,
le lâcher-prise est la condition d’une marche rituelle et pérenne.

L’élément terre règne en son domaine apportant une réceptivité au-delà de la norme, au-delà l’entendement humain et avec une parfaite précision limiter et paradoxalement de limiter ce qui limite…..un feu flamboyant apportant un éclat à toute avancée.
C’est au grand jour que le Yin apparaît avec de la souplesse, de la docilité,
 une capacité seule détenue par la terre féconde.

J’ajoute…qu’avec la méditation tout s’accroît.
Un dernier conseil provient du 3èm trait du H35 le seul à ne pas changer, une simple conclusion à cette étude avec la citation suivante de Dominique Bonpaix
en son " Yi Jing pour les nuls".

" C’est un moment où la progression difficile fait une pause.
Les qualités de souplesse et d’adaptation dans l’avancée finissent par engendrer un consensus.
L’évolution de la situation invite à tourner la page sans regrets.
Situation nouvelle, hors repères habituels où il faut se mettre au diapason de ce qui surgit."


Ce H35 demande de travailler toute alliance par des pas mesurés
à la fois yin et yang, symbole de progrès graduel……et si une progression s’en trouve difficile à poursuivre, se limiter est la bonne marche à entreprendre.

C’est en avançant que l’on trouve des ressources qui n’apparaissaient pas,
des capacités qui étaient en suspend car
 elles n’existaient auparavant qu’à l’état informe de potentiel.

C’est à chacun d’œuvrer par soi-même à l’émergence
 de potentiels nouveaux et d’expérimenter cette règle :
on trouve les choses en les faisant.
Commençons alors par dégager une confiance très forte rien
qu’en soi, seulement ensuite à l’entourage direct.
 

J’aime bien ce guide de progrès et de le partager à d’autres ce qui a été appris
auprès du Sage que je nomme : le Livre !
En la Grand Image : " La lumière sort au-dessus de la terre
L’ AVANCEE
Ainsi l’Être de valeur manifeste lui-même
L’éclat de sa disposition intérieure…. /… "

Et un hexagramme du Livre d’apparaître.

Une agréable prise de conscience de survenir,
d’où une première réflexion de ne pas trop s’emballer;
 Icare ne s’est-il pas brûlé les ailes ?
N’avait-il pas été averti à ne pas marcher sur la queue du tigre ?


Une méditation parvient au cœur : tenir bon avec le temps
et en tout moment.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]



Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.493 secondes avec 15 requêtes.