Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
21 Novembre 2018 à 18:48:33

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Aujourd'hui à 17:26:44 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H




21, mordre au travers et unir et
17, suivre.



21, mordre au travers et unir.

 Où le trigramme Foudre est surmonté du trigramme Feu.

Cet hexa signifie supprimer les causes de désaccord.
C’est un redoublement d’énergie, en haut la clarté, en bas l’ébranlement.
Les choses de ce monde ne peuvent suivre librement leur cours,
car il existe des causes de désunion.
Il faut éliminer l’obstacle par une décision ferme pour établir la libre communication.

Le dictionnaire Ricci définit ainsi le 21 : Intervention active,
moment où l’emploi de mesures vigoureuses
 rétablit l’harmonie entre le haut et le bas.

Les mots : accomplissement d’actions décisives – rétablissement de l’ordre – usage sensé de la force – justice – dévouement tenace à la tâche .

Mais aussi :
Shi : Mordre, mâcher, manger. Atteindre, arriver à.
He : Unir, ensemble, fermer. Boire.

Autres symboles :
La bouche d’un chamane, celui qui utilise un texte écrit sur bambou, réunit ce qui était séparé – mâcher – trancher – la bouche se referme aussi aisément que le couvercle s’emboîte sur le récipient – les chamanes mènent l’enquête – manger.


SHI HE.
SHI est la parole (une bouche à gauche dans l’image) du devin à son consultant 
à sa droite, les deux hommes sont entre ciel et terre,
 et la barrière de la science les sépare,
car l’un sait et l’autre ne sait pas.

En haut de ces hommes, deux tiges d’achillée,
 l’herbe aux devins (les baguettes utilisés pour les tirages d'un hexagramme).
SHI est la vérité.

HE évoque la parole (une autre bouche) qu’un homme dissimule, comme le couvercle dissimule le contenu du vase : HE est " le menteur ".
SHI HE est celui qui fausse la vérité… mais pas seulement cela !

Il évoque alors une recherche de vérité et de trouver le devin.
Puis l’ayant trouvé et vu avec lui l’obstacle,
c’est au consultant alors de supprimer l’obstacle de manière radicale,
pour mettre un terme à tout malentendu
 et favoriser l’union juste entre les éléments de la situation
 qui souffrent injustement à cause de cet obstacle.

Sylvie Verbois dans son Yi King  " classique de la simplicité " , détaille ainsi :

"Une bouche ouverte qui interroge le sort au sujet d’un bien personnel.
Il existe un obstacle à détruire. La marche est entravée.

Avant de rendre sa réponse, l’être qui tire les baguettes doit apprendre à
regarder au-delà des apparences.
Comprendre ce qui se passe, entendre les avertissements du ciel.
Le sang bat, l’être a de la fièvre.
Dans un vase rituel, le sang sacrificiel repose. "


Des contraintes se précisent, elles risquent d’engorger l’être
qui interroge le sort.
Il convient de serrer les dents mais de ne pas remâcher de vieilles histoires.
Ne pas laisser les contraintes s’entasser car
 elles deviendront carcan de fer et fers aux pieds.

Et dans l’indication " ne pas avaler de l’or, on risque la mort "
 c’est être attentif à ce qui nous nourrit :
profession, travail ou alimentation;
 ne pas trop en faire ; l’être risque l’indigestion.

Voyons maintenant une autre vision de SHI HE.
Trigramme du bas le Tonnerre, en haut le Feu. 
Tonnerre et foudre, c’est l’orage.
Le tonnerre qui secoue et l’éclair qui aveugle.
Vivacité soudaine qui met brutalement face à la loi du ciel.
L’un est la décision véhémente.
L’autre est le feu, le soleil, l’éclair, la hallebarde et les armes.

Charge conjointe, violente, intraitable.
Tohu-bohu qui jette dans la confusion,
comme pour précipiter une fin et enclencher un début.

Le couperet de la loi s’abat telle la foudre.
Mais il exige une lucidité parfaite.
La loi est comme le calque qui préfigure le châtiment.

Elle sera d’autant plus respectée que son ombre est flagrante.
On ne tranche pas à tout propos : lorsqu’il s’agit de procédures,
il faut intervenir à bon escient.

Quand c’est la montagne qui rencontre le feu,
elle en retient l’éclat et adoucit son tranchant :
c’est le moment de la diplomatie ou du voyage.
Mais quand le feu s’associe au tonnerre, l’heure est à l’application de la loi.
Seulement on ne s’arroge pas le droit d’exercer seul la justice.

Le H20 invite à regarder,
observer en soi, contempler;
il nous prépare à intervenir sans faiblesse pour rétablir une harmonie.
Le H21, dit " en avant " !

Et comme certaines situations sont tellement inextricables que
chercher à les démêler n’aboutit
 qu’à les embrouiller encore plus.
 En pareil cas une intervention vigoureuse et
 décidée est envisageable… alors " mordre " n'a qu'un but : unir.

Ce pis-aller, brutal mais efficace,
se dit en français trancher le nœud gordien,
et en chinois employer les procédures judiciaires.

Donc mordre (ou décider de mordre) oui mais unir en même temps,
pas facile car il faut une conviction très forte
 pour rétablir de l’ harmonie.   
Ajouter suffisamment de Yin et ou de Yang de manière équilibré.

Qui va apporter son aide pour s'y employer ?
Un guide qui a en lui la manière de  conseiller car en pleine harmonie ;
 Il invite à suivre, comment ?
 En lâchant prise, c’est aussi une action énergique.
Approchons nous de ce H17


 

17. Suivre.  En chinois SUI.

Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement – sans motif, sans cause, sans précédent.

le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel


Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte – bataille, tâtonne, travaille les ingrédients d’une maturité futur.
Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance
 et évolue un peu plus souplement….. !
Se tenir toujours dans l'acceptation de ce qui "arrive"....
 en suivant jusqu’à " plus soif ",
ou bien en refusant, refoulant de suivre, dilemme …?

Suivre est un guide qui éclaire malgré les images contenues
dans les trigrammes un " Tonnerre " le trigramme Tchen du bas,
sort de la Brume (ou parole) le trigramme Touei du haut.

SUI est un mouvement souple,
 comme si le mouvement conduisait à une allure simple, plus ouverte, plus diffuse,
comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté qui permet aux forces de s’assembler.
Nous avons aussi en ce H17 un rapprochement
 avec des pratiques orientales de maîtrises de soi.

L’homme de bien ne craint pas l’obscurité
car il connaît la valeur de l’abandon :
 qu’après les difficultés des premières expériences
survient une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.
Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide,
 plus relâchée, et ainsi plus entière.

Alors qu’une impulsion a été donnée (par le H21)
suivre c’est savoir abandonner le volontarisme et laisser
 le mouvement se poursuivre de façon naturelle.

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.
Nous ne cherchons plus à contrôler,
nous avons confiance...de suivre autrui.

Jean-François Billeter ajoute :

  " L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier de diriger les opérations
 comme elle le faisait jusque là,
et s’oublier elle-même " .


J'aime bien ce suivre,
 il en vient même à nous faire accepter la "mesure",
par un autre regard de comment "suivre"...
un peu comme on regarde un vol d’oiseau en plein Ciel.

Ces deux hexas invitent à modifier la manière de percevoir,
 ressentir intérieurement afin de s'adapter à toutes les situations.

En fait suivre engage à développer par la parole,
 un art de la modération et cette souplesse du langage
permet d’épanouir au mieux de nouveaux talents.
Ce qui donne comme perspective :
d’avoir un impact approprié sur le long terme.


Que dire de cette association H21 et H17 ;
que l’entente entre Yin et Yang répare tout.
C’est mettre un peu de yin dans le yang et inversement.
C’est suivre respectueusement ce qui survient.
Subtile comportement lorsque l’on agit parfois en prenant
 de la distance par une réflexion utile de dernier moment.

Les trigrammes nous indiquent :
H21 : trigramme Tonnerre, foudre en bas surmonté du trigramme Feu.
H17 : trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).

Si un fracas s’établit, il ne dure que s’il est maintenu en fusionnant avec le feu, un aliment durable appelé un comburant.
Si le fracas s’installe durablement et que la communication s’en empare alors cela s’accompagne d’une couvaison ou autrement écrit
 une consumation lente!

 SUIVRE est alors la seule démarche à appliquer pour aborder
toute situation complexe au demeurant, voire tumultueuse…
et malgré tout très simple à vivre.
Oui Oui !
J'aime bien ce SUIVRE il en vient même à apporter une méthode
pour exprimer tout potentiel fertile, parfois en lâchant prise,
en suivant le cours du quotidien comme un nouveau recommencement.
Suivre tranquillement.

Mordre et unir oui, avec un H17 qui incite à suivre le mouvement
des pierres, des oiseaux, des fleurs, des nuées, des vents, du ciel…etc..
 tout ce qui est dans l'univers…
c’est suivre un lâcher prise.

En fait il indique de prendre le pouls du monde
 afin d’en connaître les périodes justes pour agir.

Le pouls du Cœur du monde.

Guy H


 2 
 le: Hier à 10:38:02 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



22, la grâce, embellir, ornement ou la beauté
et 50, le chaudron.



22, la grâce , embellir ou ornement.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Montagne.
Le feu qui éclaire l’intérieur de la montagne est une image
d’une parfaite correspondance entre l’apparence et la réalité.

Les mots : parure – élégance – mis en évidence de la beauté – extérieur, reflet de l’intérieure  - vanité – charisme – expression de soi .

Mais aussi :
Eclatant, brillant, orné, élégant.

Autres symboles :
Ornement – le jaillissement d’une multitude de coquillages, de choses belles et précieuses – émergence, jaillissement de ce qui est précieux :
 la beauté naturelle – sans apparence – sans maquillage.

Le Ricci: Raffinement, moment où l'harmonie du fort et du faible
 contribue à leur mutuel embellissement.


Dans l’idéogramme, il y a trois plantes et en bas un coquillage, le cauris.
C’est le symbole de l’ornement par des colliers de cauris.
Mais l’image en idéogramme est le feu sous la montagne.
Deux lumières se rejoignent ici.
A l’intérieur le feu qui brûle de montrer –
 il est l’ardeur de l’éclat, il aime le visible et
 pousse à le faire apparaître.

Au dehors la montagne qui retient et transmet – elle est le seuil et la patience,
et son silence nous parle d’une conscience autre.
Le geste ni l’allure ne sont les mêmes.

Vivacité de la flamme, rapidité de l’œil, intelligence
qui prend acte du visage des choses , éclairant aussitôt
les affaires di monde.
Sérénité de la montagne, surplomb du regard,
 élévation qui s’appuie sur le dessus des choses
et de toujours s’inscrire dans un temps plus étalé.
Ajustement de l’œil et du regard, pas trop de splendeur et
pas trop d’aridité non plus.
Prendre donc soin de l’extérieur sans pour autant négliger l’intérieur.

Un jour sous les auspices de la beauté,
 c’est simplement à accueillir la beauté
quand elle se manifeste,
à la réfléchir, à faire un avec elle,
 sans attente ni demande.

Contempler la beauté et la laisser s’imprégner à la vie,
on en reste embelli et un sens de l’esthétisme s’élève naturellement.
Laissez Mère nature être un modèle ;
son élégance et sa générosité ne connaissent aucune limite,
 son aptitude à créer le beau n’est jamais moins que parfaite.
La beauté de la nature est amour.

Un guide à cette beauté naturelle : le H50
pour apporter une aide qui ne demande à ce qu’un peu d’alchimie
 permette de voir encore plus près la beauté, l’harmonie.
Serait-ce mijoter un nouveau regard au fond d’un chaudron ?



  50, le chaudron.

Le trigramme Bois est surmonté du trigramme Feu.
L’effet du feu est de cuire ou de brûler.
Idée symbolique de la cuisson qui est la transformation par excellence.

Les mots : alchimie intérieure – maîtrise – renouveau spirituel – réceptacle – rajeunissement – sagesse discriminante –

Mais aussi:
Vase tripode qui servait pour les offrandes et les sacrifices.
Vase rond ou rectangulaire à trois ou quatre pieds pour la cuisson des aliments ou offrandes rituelles. marmite, chaudron.

Autres symboles :
Chaudron – marmite – outil de communication entre les dimensions et les générations – lieu d’échange entre les morts et les vivants – une grosse casserole sur le feu – appeler le nouveau.

Le Ricci : le chaudron dans lequel les aliments se laissent
se transformer pour s’élever en offrande vers le Ciel
et devenir la nourriture du sage ;
 moment où le faible s’élève vers le fort en s’y conformant,
assurant la marche vers le succès.


En ce "Livre des changements" seuls deux hexagrammes
représentent un bien matériel, H48 le puits et H50 le chaudron.
Sans exception chaque individu possède un chaudron intérieur ou et extérieur.

Il est dit que ce qui pénètre dans un chaudron en ressortira transformé,
mais ne pourra plus revenir à son état antérieur,
ce qui signifie que les éléments de la situation subissent
 une transformation définitive, mais bénéfique,
puisque l’objectif est d’alimenter la situation et ce qui la compose.

Notons que lorsque nous faisons une recette (culinaire par ex)
 nous y mettons les ingrédients puis les cuisons,
nous en surveillons cette cuisson et
 nous la stoppons au bon moment, ensuite on procède au partage.

Qu’est-il nécessaire au chaudron
 afin de pouvoir expulser les fumées et les vapeurs symboliques
qui sont dues aux transformations (se produisant à l’intérieur) ?
Une résolution, de la  "percée",
 il faut être résolu pour expulser tout ce qui pourrait
porter préjudice à la finalité de la recette.

Cet outil que chacun possède et qu’il développe plus ou moins
dans son quotidien a été imagé
dans l’ancienne Chine comme un trépied ou vase sacrificiel
avec des " oreilles " pour le porter,
 a été le symbole d’un événement heureux
puisque c'était en de grandes occurrences que ce vase était utilisé.


Le symbolisme de ces deux hexas est simple :
H22 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Montagne.
H50 : le trigramme Vent en bas est surmonté du trigramme Feu.

Le feu éclairant, embellissant les pieds d’un montagne est modéré comme si la montagne imposait cette modération de l’éclat du feu.
Cette association apporte une idée de transformation à cet éclat, le vent porteur va l’élever en le couvant de l’intérieur par un chaudron.
 Image toute symbolique chaque transformation naît en un creuset.

Ce chaudron avec ses « oreilles » évoque l’idée suivante :
nous transportons des sons aux idées par le creuset de la bouche.
Et si les ingrédients choisis ont été bien mastiqués, digérés, les paroles partagées alors n’en sont qu’harmonieuses.

Ce chaudron représente une mise au monde ,
une expression d’une propre vision et créativité
qui s’élève du plus profond de chaque être,
et donner naissance à un rêve qui avait pris forme en chaque chaudron.

Et pour conclure une belle sentence :
 le chaudron est le symbole d’une transmutation,
d’un passage à un niveau supérieur
 qui s’opère en fondant du nouveau à partir de l’ancien.

De biens beaux hexas ce jour
à l'aide de son "chaudron" chacun peut réussir...
dans tout ce bouillonnement de contemplation de la grâce!
 " /... ce bouillonnement manifeste
au cœur de notre réceptivité,
dote d’un grand pouvoir en celui,
 celle qui chaudronne…
 c’est le Yin d'élévation du regard. "


Et de cette association 22 et 50,
il convient d’employer ce " chaudron " et d’appréhender
toutes les observations possibles de la journée;
le beau, le moins beau puis d’en faire une belle alchimie
qui pourrait surprendre agréablement…
c’est embellir et à l’harmonie d’être.
 


Guy H

 3 
 le: 18 Novembre 2018 à 19:55:58 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Izazen 
belle photo qui traduit cette lumière voilée
passant tout de même au travers de l'eau.


 4 
 le: 18 Novembre 2018 à 19:39:41 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen



 5 
 le: 17 Novembre 2018 à 16:26:03 
Démarré par Moguilev - Dernier message par Izazen







Bonjour Moguilev  Sourire


et oui la désertification est le lot des petits forums au détriment des réseaux sociaux.
Le temps, les temps changent, l'échange change...c'est l'impermanence
  Sourire



 6 
 le: 17 Novembre 2018 à 12:08:16 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H




40 la libération ou délivrance
 et 36, l’obscurcissement de la lumière ou voilement.



40 la libération ou délivrance.

Le trigramme Eau est surmonté du trigramme Foudre ou Tonnerre.
Si le Tonnerre exprime l’ébranlement, le trigramme Eau évoque le danger.

Les mots : libération – soulagement – approche nouvelle – fin des obstacles – découverte d’une solution – euphorie.

Mais aussi :
Diviser, détacher, délivrer, dénouer.
Expliquer, comprendre. Opinion. Dissiper, dissoudre. Décharger, débarrasser de.
Se soulager, besoin naturel.

Autres symboles :
Une corne – un couteau – des bovins – dénouer – un couteau servant à dénouer les noeuds fortement serrés – délivrer – décharger – détente – relâchement .

Le Ricci : libérations des tensions, moment où l’obstruction cesse et où les forces inhibées retrouvent leur liberté d’action.


L’image à gauche, un homme se penche sur un enchevêtrement.
A droite, l’homme emploi un poinçon en corne de bœuf
(c’est le caractère du mot manifestation).
Il s’agit donc de  " démêler un enchevêtrement. "

Se libérer, c’est sortir d’une situation contraignante et pénible.
C’est mettre fin aux tensions et connaître enfin les joies de la détente.
Cela veut dire aussi vouloir dire que plus rien ne vous retient,
Ce serait alors le détachement total.
Au cœur de la libération il réside le 63,
l’hexa le plus parfait : l’ accomplissement ou l’accompli.
Car après l’accomplissement de toutes les obligations,
 il est possible de se libérer.

Tonnerre et Pluie se stimulent : délivrance.
Ainsi l’homme de bien absout les excès et pardonne les fautes.

Tonnerre et Pluie violente : c’est l’orage, qui libère les tensions et détend l’atmosphère,
 la pluie qui vient laver de ce qui entravait
(C’est le seul trigramme où l’eau est employer pour le mot pluie),
 le tonnerre qui secoue pour emporter ailleurs.

Nous avons là les ingrédients Eau et Feu qui se bousculent et se séparent,
chacun affirmant sa direction :
l’une veut ramener là où les forces s’assemblent,
l’autre veut enclencher du neuf et ne peut attendre.
Éclairs et bourrasques : euphorie de l’orage, qui dissipe les lourdeurs,
 épure l’atmosphère, allège enfin de ce qui encombrait.

Seul l’homme de bien sait voir le lointain et, pour mieux l’inviter,
faire preuve de largesse.
Imitant la pluie qui nettoie et le tonnerre qui réveille,
il absout les fautes, afin que l’inquiétude et le ressentiment s’apaisent.

Face aux excès qui ont généré les tensions,
 qu’ils soient le fruit de l’exigence ou d’une illusion répétée ,
 il (l'homme de bien)pratique le pardon et l’oubli,
 car il connaît la difficulté d’éviter aussi bien l’exagération que le manque.

Se montrer indulgent, avec autrui comme avec soi,
pour voir les complications se dissoudre.
Dénouer, départager : en dégageant le présent du passé,
l’homme de bien lui insuffle déjà un air neuf.


" Ô vous que rafraîchit l’orage,
fraîcheur et gage de fraîcheur…"
Saint-John Perse.

Une conscience d’un lâcher prise a lieu
mais elle n’émerge pas en un éclat et plutôt s’inscrivant dans un brouillard.
Le H36 en parle si bien comme étant un précieux temps de prudence utile.



 36, l’obscurcissement de la lumière.

Le trigramme Feu est en dessous du trigramme Terre.
Le feu est caché, cela convie à la prudence et donne
l’avantage de la connaissance du danger.


Les mots : adoption d’un profil bas – difficultés – regard tourné vers l’intérieur – prudence et modération – atténuation du caractère brillant.

Mais aussi :
Ming : briller, éclairer, lumière, clarté, brillant, lumineux. Lucide, intelligent.
Distinguer clairement. Manifeste, évident.

Yi : Blesser, raser, exterminer. Egal. Peuples non chinois de l’Est.
Etranger. Cacher, invisible.

Autres symboles :
La clarté de la lune à travers la fenêtre – éclairage lunaire – lumière – lucidité – camouflage – intelligent – un arc de très grande taille – blesser – un potentiel caché – un oiseau blessé – gestation – châtiment, retranchement.

Le Ricci : obscurcissement, moment où ce qui est lumineux se voile en pénétrant dans l’obscure et y exerce son influence.


Le soir le soleil semble se noyer dans la mer ou s’enfoncer dans la terre
comme d’être blessé et sur le point de mourir.
En fait, Il se cache, et c’est l’obscurité qui règne,
jusqu’au retour de la lumière qui finira toujours par triompher des ténèbres.
C’est un peu le gage d’une réussite.

C’est ainsi qu’il convient d’agir comme parfois
est associé cet hexagramme avec l’arcane majeur 9
du Tarot, l’Ermite qui n’éclaire de sa lumière
que devant lui et la cache au poursuivant et de plus
 il sonde de son bâton les forces de la terre, le Yin.

La terre est sombre : elle confond les êtres dans sa pénombre
 et les confine dans le froid de l’hiver.
Elle n’aime guère l’éclat qui illumine d’un dessin trop vif, trop lucide, trop tranchant.
Ce qui met l’Homme de bien à savoir calquer
son attitude sur les circonstances,
 on dit qu’il gouverne le vulgaire en
 se servant de l’obscurité pour l’éclairer.
Paradoxal dirions-nous ?

A l’ombre imposée il est donc répondu une ombre choisie.
Un voilement volontaire pour favoriser une lente pénétration, une attraction.

Le guide sait ce qu’il fait,
alors pourquoi s’en plaindre
qu'en l'homme de bien il lui soit demandé une retenue de lumière,
il n’en est pas affecté,
les décrets du Ciel pénètrent partout
 alors mêmes aux endroits les plus ténébreux,
puisque à l’écoute de la Nature, cela se fait chaque jour
cela s’appelle œuvrer dans l’ombre.


Pour l'association de ces deux hexas,
en résumé lors de toute tension libérée cela a lieu souvent au grand jour
 et parfois en cacher l’issue est préférable voire la rendre invisible,
c'est se contenir et adhérer à une attitude de concentration.
L’enjeu fort bien calculé où se trouvent conjugués raison et bon sens.

Comment donc en ce H40 lui est-il imposé de vivre un empêchement ?
Et comment peut-il être vécu ?

En commençant par calmer son mental, ceci
en masquant sa personnalité.
Est-ce se voiler, oui mais cela se fait au grand jour.
Paradoxal, non ?

Que l’harmonie du nouveau cycle ne soit pas montrée au grand jour,
elle en demeure présente, étant un gage de réussite.
La mettre en "veilleuse ",
n’empêche pas de la voir rayonner,
c’est ce qu’il faut comprendre par " y exerce son influence ".

Ma Deva Padma apporte en sa version un propos éloquent, le voici : "
.../...
Nous souvenir que nos perceptions et interprétations sont teintées par nos états d'esprit éclaire non seulement d'une lumière différente ce que nous appelons la réalité,
 mais cela nous aide également à devenir plus responsables de nos actes
et de nos pensées.

Notre état d'esprit est mouvant et transitoire et, lorsque c'est le cas,
 il ne traduit pas la vérité.
Celle-ci est éternelle et immuable;
elle ne vieillit jamais,
elle transcende les limites
du temps et de l'espace.


 Cette association H40- H36 est porteuse de réflexions
afin de puiser en soi, loin des agitations quotidiennes,
l’élaboration d’un retour à une harmonie et non déboucher
 vers un « va t'en guerre ! ».

Les trigrammes sont éloquents.
H40 : le trigramme Eau en bas est surmonté du trigramme Tonnerre.
H36 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Terre.
Les trigrammes explosent de symbolisme.

Si l’insondable, l’imprévisible de l’eau est ajouté au fracas du tonnerre
 pourquoi en serait-il autrement ?
 Si le feu peut être maîtrisé, mis sous le boisseau, sous terre même,
pourquoi en serait-il autrement ?

Toute association d’hexagrammes s’équilibre et il est parfois difficile de s’en rendre compte même lorsque l’adversité s’en mêle.
Est recommandé de garder du sang froid tout en suivant les mouvements produits par les changements,
 l’univers existe par ces changements ininterrompus !

Ils imposent cependant de tendre à rester en harmonie croissante, décroissante,
ce qui permet de connaître les personnes puisant des aspirations d’harmonie
comme d’autres personnes sous l’influence de fils invisibles, imprévisibles, incommensurables.
 
On émet l’idée de procéder avec une conviction très forte
pour transformer les êtres et les choses.
Comme si l’on cache une jolie pièce du puzzle de la vie
et de la garder pour la mettre au jour le moment idéal venu.

Le livre des transformations est si changeant qu’il annonce d’être à l’écoute de ces changements et de les vivre dans le « ici et maintenant ! ».

Avancer dans les difficultés d'un lâcher prise, au grand jour et se cacher du jour,
 n'est pas une contradiction mais une subtilité à partager en soi.
 Autant de subtilités pour œuvrer habilement.
Il en va de la réussite du "grand parcours" de la vie.

D’ouvrir des espaces…
peut-être inconnus et voir émerger en soi de nouvelles capacités
pour le plus grand bien de l’humanité à commencer par œuvrer en coulisses n'est pas une difficulté insurmontable.

En ces H40 et H36 des situations contraignantes sont élucidées
par des espaces qui s’entrouvrent et pour être en accord harmonieux
 la manière d’apprivoiser le mental est la mise en pratique
d’une adaptabilité sans failles.

C’est se soumettre aux convenances du moment.

C’est de l’observation sur un "toit" que tout se joue,
d’un sommet où l’on produit une méditation pour
ne plus être désemparé lorsque l’on se délivre d’un fardeau,
 d’une souffrance
et de trouver à s’engager énergiquement, harmonieusement,
vivre une expérience sous l’influence du temps!

Et de proclamer : " Ô qu'il est bon d’accomplir dans la bonne humeur."

Ces deux H40 et H36 parlent du flux vital
qui poursuit un éternel chemin et fait ouvrir des espaces.

En toute délivrance il y a une perception subtile du détail qui éclaire,
à l’image de l’eau et du feu qui ne se combattent pas et sont complémentaires.
C’est situation est aussi à l’image du vent si haut dans le ciel,
 chassant à la fois les gros nuages comme les tout petits imperceptibles au sol
comme le brouillard
et ainsi de démêler audacieusement un enchevêtrement.



Guy H

[Aparté : les hexagrammes du jour font comme écho aux événements de ce 17 novembre dans le pays.]


 7 
 le: 16 Novembre 2018 à 22:28:03 
Démarré par Moguilev - Dernier message par Moguilev
Bonsoir euh ... Iza et Guy !  Sourire

Le jardin est bien calme. Limite ça fait peur  Indéci
Bon, dès qu'il y a un 4 eme, prévenez moi, et je reviens pour faire une belote !

En tous cas, j'espère que vous allez bien.

Ha tiens j'ai une amie, Iza aussi, et elle est bouddhiste ! la dernière fois qu'on s'est vus, j'ai eu droit à mon petit chapitre sur l'impermanence des choses; la vie est un flux, etc ....
Ha les Iza !  Sourire Sourire

Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.107 secondes avec 15 requêtes.