Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
28 Février 2021 à 12:24:12

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Aujourd'hui à 11:29:51 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



22, la grâce, embellir, la beauté ou la forme,
5, attente (stratégique) ou encore savoir attendre.


Embellir, un feu à la base d’une montagne, lieu propice à l’embellir.
Lieu à choisir par son extrême beauté et patiemment trouvé idéal il est !



22, la grâce, élégance, embellir ou ornement.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Montagne.

Le feu éclaire l’intérieur de la montagne, belle image
d’une parfaite correspondance entre l’apparence et la réalité.
Les atours extérieurs et l’intérieur de la masse de terre qui impose de sa hauteur (de vue).

Un feu sous terre, un bijoux enfoui, un métal flamboyant;
 existerait-il un moyen pour le mettre à jour, même soit-il à des profondeurs ?


Les mots : parure – élégance – mis en évidence de la beauté – extérieur, reflet de l’intérieure  - vanité – charisme – expression de soi .

Mais aussi :
Eclatant, brillant, orné, élégant.

Autres symboles :
Ornement – le jaillissement d’une multitude de coquillages, de choses belles et précieuses – émergence, jaillissement de ce qui est précieux :
 la beauté naturelle – sans apparence – sans maquillage .

Le Ricci: Raffinement, moment où l'harmonie du fort et du faible
 contribue à leur mutuel embellissement.


Dans l’idéogramme, il y a trois plantes et en bas un coquillage, le cauris.
C’est le symbole de l’ornement par des colliers de cauris fabriqué dans l’antiquité en extrême orient..

Mais l’image en idéogramme est le feu sous la montagne.
Deux lumières se rejoignent ici.
A l’intérieur le feu qui brûle de montrer –
 il est l’ardeur de l’éclat, il aime le visible et
 pousse à le faire apparaître et de porte le paraître avec un collier, bijoux.

Au dehors la montagne qui retient et transmet – elle est le seuil et la patience,
et son silence nous parle d’une conscience autre.
Le geste ni l’allure ne sont les mêmes.

Vivacité de la flamme, rapidité de l’œil, intelligence
qui prend acte du visage des choses , éclairant aussitôt
les affaires du monde. C’est aussi la profession de tout grand reporter avec son appareil photographique.

Sérénité de la montagne, surplomb du regard,
 élévation qui s’appuie sur le dessus des choses
Et toujours s’inscrira dans un temps plus étalé.
Ajustement de l’œil et du regard, pas trop de splendeur et pas trop d’aridité non plus.
Prendre donc soin de l’extérieur sans pour autant négliger l’intérieur.
L’harmonie se déplaçant dans la vision de la nature.

Un jour sous les auspices de la beauté,
 c’est simplement à accueillir la beauté partout où elle se manifeste,
de la réfléchir, à faire UN avec elle,
 sans attente ni demande.

[A signaler que le cauri, monnaie d’échange du peuple chinois était utilisé à des fins magiques; à la fois talisman et ornement corporel, il servait de paiement pour les devins, on donnait une certaine somme de cauris à celui qui flambait l’écaille de tortue ou tirait les brins d’achillée.
Lors de cérémonies rituelles avant tout départ au combat, en campagne, en voyage, les hommes tressaient leur barbe puis l’ornaient de bijoux, entouraient leurs chevilles d’un bracelet de pierre ou de métal, et baguaient certains de leurs orteils. Ces parures avaient valeur de protection (talismans) et de liens avec le clan.]

Sylvie Verbois dans "Le classique de la simplicité."

Contempler la beauté et la laisser s’imprégner à la vie,
on en reste embelli et un sens de l’esthétisme s’élève naturellement,
une belle citation du peintre Marc Chagall l’évoque :
"Dans notre vie, comme sur la palette d'un artiste,
une seule couleur donne tout son sens à l'art et à la vie;
 c'est la couleur de l'amour. "

En plusieurs de ses chef d’œuvre Chagall y a mis beaucoup de Yin par un bleu superbe.

Laissez Mère nature être un modèle,
son élégance et sa générosité ne connaissent aucune limite,
 son aptitude à créer le beau n’est jamais moins que parfaite.

La beauté de la nature est amour, de là d’écrire un vieil adage de circonstance :
« La grâce et la beauté sont bien peu de choses lorsqu’elles sont extérieures. »

Et donc accolé à ce H22, à cette beauté naturelle
un guide invitant à attendre. H5.



5, l’attente, attente stratégique,
ou encore savoir attendre.


Le trigramme du bas est le Ciel qui décrit une activité,
incitant à avancer. Surmonté du trigramme Eau qui constitue un danger.
De ce paradoxe résulte la nécessité d’attendre pour ne pas être piégé
par ce qui peut nous dépasser : l'imprévisible difficulté qui inquiète jusqu'à déstabiliser.

Les mots : persévérance – attention portée à l’essentiel – retenue – contentement – modération – rythme juste.

Mais aussi:
Nécessaire. Le nécessaire, avoir besoin. Requérir, réclamer. Être retardé par la pluie, attendre. Hésiter, tergiverser.

Autres symboles :
La plante et son besoin d’eau – attendre – réclamer – ne pas avancer – la pluie –  retarder par la pluie.

Le Ricci : attente confiante, moment où l’on mesure le danger avec l’assurance de le surmonter.


En guide ce H5 indique une belle manière d’attendre… par le manger !
Les trigrammes parlent d’eux-mêmes en haut l’Eau et le Ciel en bas :
c'est des nuages qui s'amoncellent, montent dans le ciel "attente ".
Ainsi l’homme de bien mange et boit dans le plaisir et la joie.

L’eau est une et multiple.
Insouciante quand elle jaillit au moment du jeune fou H4,
inquiétante quand elle mugit au fond sombre des ravins,H29
 mais prometteuse aussi quand elle en vient à s’assembler en nuages :
elle symbolise alors la confusion qui préside à tout début H3
ou la tension qui serre le cœur au moment de l’attente H5.

Cette tension qui aboutira au déclic instantané à la fois de l’œil et d'un appareil photo.

Cette tension est un espoir, certes mêlé d’angoisse,
 mais entièrement tourné vers une éclosion que l’on sent imminente.
L’attente est une gestation, un grossissement (ou une macrophotographie).

Imitant le ciel qui retient son désir et guette le moment opportun pour déclencher l’averse,
 l’homme de bien évite le gâchis que provoquerait l’énervement ou l’impatience.
Et de rater la photo.

Il est un "dragon tapi dans l’onde, ne pas agir ".

Sentant le futur sourdre dans le présent, il ne le presse pas,
car il sait distinguer entre attente anxieuse et l’attente confiante :
avoir confiance, est-il indiqué au Jugement de l’attente.

Est-il meilleure méthode pour garder confiance et tromper l’anxiété
 que de partager le manger et le boire ?


Il y a deux hexagrammes qui évoquent particulièrement le nourrir,
H5 et H27. Le corps et l’esprit ne font qu’un :
 la bonne chair change le sentiment,
 et la convivialité désarme les tensions.

Manger et boire, n’est-ce pas se mettre au diapason de cette nourriture attendue,
 n’est-ce pas susciter en une heureuse et positive invocation ?
Conforter, se rasséréner le corps,
tout comme les nuages apprivoisent et emplissent le ciel,
ceci avant toute rencontre ou lâcher de la pluie.

On y voit aussi le plaisir suggéré par la tiédeur d’une fin d’après-midi ou la douceur d’une caresse, détente apportée par des saveurs subtiles ou des timbres lointains…
Prélude à cette heure où le ciel s’apaise en diffusant son éclat en ondes fines et légères.

Le flux vital poursuit un éternel chemin…et puis si l’harmonie est présente,
un nouveau regard, une vue nouvelle a lieu progressivement.
C’est parfois en renversant une situation qu’un autre regard se fait jour comme attendu depuis l’hier.


Symbolisme des trigrammes :
H22 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Montagne.
H5 : le trigramme Ciel est surmonté du trigramme Eau.

C’est d’une hauteur qu’un magnifique panoramique s’offre à la vue, toutefois si un feu illumine au pieds d’une montagne, cela rehausse la stabilisation de celle-ci et devient sublime.
A cette sublimité, le ciel, élément déterminant, veille à retarder une pluie, une eau abondante et ne la déverser qu’à son heure ! Faire en sorte qu’une méditation dans les hauteurs soit des plus réussies pour observer les degrés de toutes les situations de la vie.

Cette étude permet de comprendre un équilibre entre ces deux H22 et H5.
Trois traits vont changer, trois ne changeront pas. Le premier trait à changer est le second du H22. On y apprend une phrase mantique un peu déconcertante.

EMBELLIR sa barbe.
Dans ces circonstances, il est nécessaire de soigner son apparence et ses manières afin de maintenir une harmonie avec les autres.
Extrait de " Le Yi Jing pour les nuls. " de Dominique Bonpaix.
En quelque sorte, il est utile de canaliser son impulsion et quitter son comportement habituel.
D’où une patience à se forger, l’impulsivité yang étant redoutée.

Quand le corps/esprit est en harmonie, l’aptitude à la patience s’intensifie…
pourquoi donc être inquiet ?
C’est la maîtrise du silence qui déclenche la phrase idéale, le clic idéal.
Une œuvre artistique (peinture, sculpture, photographie ou vidéo)
 peut tout à fait être une source d’inspiration et la partager à plusieurs est un régal.

Voici une courte conclusion.
Il y a à exprimer, échanger des paroles, communiquer
avec tout ce qui pourrait embellir…
Par exemple de belles anecdotes qui rendent
tangibles une idée forte… et par une belle alchimie
on en surprend agréablement l’entourage, un exemple une très belle photo avec des flamands rose.

Le flux vital poursuit un éternel chemin…de claire voyance
et de voir grand, réaliser de manière universelle en trouvant patiemment l’instant harmonieux
et devant nos yeux, on le fige pour l’éternité.

  "L’essentiel est invisible pour les yeux". Le petit Prince.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuel.
Si cela était, complètement fortuit cela serait car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]







 2 
 le: Hier à 07:58:55 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



27, les lèvres ou administration de la nourriture, nourrir
9, le pouvoir d’apprivoisement du petit ou gérer l’hiver.


Le H27, est un présage d’ouverture, nourrir mais aussi comment nourrir, pourquoi, pour qui ?
Quant au H9, est un hexagramme favorisant une intériorisation patiente, une situation de devenir féconde
puisque au cœur comme hexa nucléaire agit le H38, divergence (profitable, favorisante).



27, Les lèvres ou nourrir, administration de la nourriture  ou combler un manque.

Le trigramme tonnerre est placé sous celui de la montagne.
Deux positivités encadrent quatre négativités.
L’extérieur est solide, l’intérieur est vide. Il s'agit de remplir, de nourrir le corps ensuite de développer l’action juste.

 Les mots : nutrition – santé – bien-être – apport aux autres – instauration de l’équilibre – sustentation du corps, de l’esprit et de l’âme.

Mais aussi :
Bas du visage, menton, joues. Nourrir, entretenir.

Autres symboles :
La bouche – les joues – la tête – nourrir et se nourrir de concepts, d’informations, tout autant que d’aliments – c’est là entretenir la rectitude.

Le Ricci : Entretien de la vie, moment où la puissance atteint graduellement tous les êtres et les fait vivre.


[Aparté : les hexas 5, 21, 32, 48 et 50 sont à rapprocher de tout ce qui procède de l’alimentation sous toutes ces formes.]

L’idéogramme chinois du H27, est des plus significatifs.
A gauche une tête où l’idéogramme met l’accent sur les mâchoires, le menton, et le nez.
A droite, une tête cette fois-ci sur un corps.

Il s’agit de questions matérielles : nourriture ou travail ou gagne-pain.
La sagesse en est exclue par la priorité donnée à un moyen d’existence, de substance.

Si deux êtres sont en présence, l’un voudrait dévorer l’autre.
Une sorte de fiel se glisse dans les paroles et pourrait détruire ;
des écrits n’atteignent pas celui à qui ils sont destinés ;
on peut être noyé sous du travail matériel.
"Moment important" dit le Yi King.

"  Si on est prudent, qu’on soigne chaque détail
en évitant toute méprise afin que chaque chose réponde
 aux besoins et aux nécessités communes
dans une juste mesure le présage est heureux."

Sans un entretien continu, l’usure arrivera.

Les symboles en jeu :
Tonnerre en bas.
 Un trait yang " pousse " deux traits Yin ,
c’est comme un bol posé, ouverture vers le haut,
 la mobilité en action.
Montagne en haut.
Nous avons un bol renversé, il y a donc immobilité.

Voici imagé en fait, les 2 mâchoires, l’une mobile, l’inférieure,
l’autre immobile fixée au crâne.

Claude Pipitone apporte un élément supplémentaire en son « Yi King du thérapeute ».
L’accent étant mis sur la bouche, on comprend dans ce pictogramme une forte relation avec l’affectif,
les baisers, la tétée et la nourriture.
La parole aussi est prépondérante.
Chez ces personnes, il y a toujours un grand bonheur à inviter les gens chez soi et à communiquer.
Le partage est important pour elles ; a lieu le partage de la parole comme celui de la nourriture…/…


Le tonnerre gronde au pied de la montagne.
Turbulence et roulements où s’entendent le désir et l’impatience.
L’égarement poussant à des paroles excessives,
 engendrant des réactions brutales.
S’il importe de calmer nos ardeurs,
 c’est qu’aucune faim
– physique, affective, spirituelle ou autre –
 ne se comble réellement dans la hâte.

"  Ainsi l’homme de bien est attentif dans ses paroles et
mesure dans ce qu’il mange et boit. "


Michel Foucault dans "Le souci de soi"
 nous éclaire de belle manière.

" Il ne s’agit pas d’instaurer une lutte de l’âme contre le corps ;
ni même d’établir des moyens par lesquels
elle pourrait se défendre en face de lui ;
il s’agit plutôt pour l’âme de se corriger elle-même
 pour pouvoir conduire le corps
selon une loi qui est celle du corps lui-même.

En s’asseyant dans le silence,
détendu et confortable,
observant simplement respiration et pensées,
 c’est vider l’esprit de toutes tensions
qui affectent le bien-être.
Quand une pensée captive, l’attention s’élève,
respirer calmement, la tension se relâche
 et l’on revient à la neutralité.
C’est la forme de méditation la plus simple et elle fonctionne…"


Vient alors un guide, perspicace le H9 qui a apprivoisé l’impulsivité, les difficultés . Agir avec retenue fait qu'une situation aboutie quand l’heure est bienvenue.


9, le pouvoir d’apprivoisement du petit ou gérer l’hiver.
On dit aussi le petit arrêt. Siao Tchou.


Deux trigrammes composent cet hexa:
en bas le Ciel et celui du haut le Vent.
Comprendre que ce qui est élevé est en-dessous de l'humilité.
Arrêter la dureté positive par l'humilité,
la douceur malléable et l'obéissance.
En ce H9 face au Yang du Ciel, la douceur s'invite par un vent qui suspend ce ciel.

 Les mots : retenue – autosuffisance – préparations minutieuses – ingéniosité – empêchements mineurs – adaptabilité.

Mais aussi :
Petit, menu, mince. Peu, un peu de. Rapetisser, diminuer, s’amenuiser.

Autres symboles:
Elever de petits animaux - petit élevage - agir avec patience et douceur vis-à-vis de ce qui est petit en germe - vraiment pas beaucoup.

Le Ricci: faible rassemblement, moment où les énergies ne permettent pas de grandes réalisations.


SIAO est quelque chose de très fin, encore divisé ;
l'image du travail minutieux des artisans chinois évoque la petitesse.
Dans TCHOU, on voit de bas en haut : le champ qui produit une fibre végétale
 mise sur une quenouille, et entreposée sous un toit.

C’est l’image de la connaissance acquise, de l’éducation.

Sia Tchou est la petite éducation ou l’apprivoisement car
 l’homme de bien par la bonté et la douceur affine son pouvoir.
Le vent se trouve au dessus du ciel, il est alors comme le souffle du ciel.

Il en exprime le rythme en sculptant la forme multiple des nuages.
Il en dessine les contours en pliant l’herbe et les arbres sous son pouvoir tenace.
Il en chante la puissance et la courbe en se tenant à la hauteur de sa force invisible.

De françois Jullien :

" Le vent en lui-même est invisible et insaisissable,
mais tout le paysage
– jusqu’au moindre ondoiement de l’herbe ou de la feuille –
 est animé par son passage et le révèle.
Présence diffuse et englobant,
échappant à toute appréhension précise,
mais dont l’influence est immédiatement
 sensible et manifeste "


Ainsi fait un grand vassal, lorsque l’autorité s’emporte,
 le noble sait la délicatesse à adapter à l’approche des puissants.
 Face à la tyrannie si prompte à s’établir, il ne tombe pas dans la nervosité ou la colère.
De ce que nous pouvons retenir de ce "pouvoir d’apprivoisement du petit "
 c’est l'avertissement de ne pas étaler nos connaissances,
nos vérités intérieures à qui
 n’est pas prêt à les accepter.

Mais par contre à transmettre le savoir
à qui n'est pas dans l'attente.
Une vision circulaire s’entrouvre un peu plus.

Et si apprivoiser signifie retenir,
 mais sans user de la force brutale et (ou) de la contrainte
plutôt par la souplesse alors s’adapter à une nouvelle vision
est profitable…une délivrance prend tournure en un regard neuf.


Une opportunité est offerte par ce H9
celle de découvrir que la vie est faite d’extérieure
et d’intérieur, de diminution et d’augmentation,
base même de toutes transformations et ses mouvements qui s’y animent.
Une gymnastique des paradoxes.
D'où l'image du vent et des nuages chassés dans le ciel chaque jour
sur toute la planète.

Les changements (universels) sont remplis de pouvoirs, limitons-nous à l’événement
qui surgit venant du dehors ou du dedans,
c’est limiter ces pouvoirs comme toute ardeur pouvant
nous emporter dans un maelstrom. Se contenir est conseillé.

Le conseil est la prise de conscience du paradoxal.
L’apprivoisement demande de la réflexion, bien utile.
Et si apprivoiser signifie retenir,
 mais sans user de la force brutale et (ou)
de la contrainte plutôt par la souplesse,
alors c'est s’adapter à une nouvelle vision profitable.

Cette association H27 et H9 évoque des situations contraignantes, administrer
la nourriture est liée à un état de fait, celui de satisfaire un légitime besoin ou
 d’un manque qui demande à être comblé.

Et patiemment le H9 d’entrer en jeu.
 Des espaces qui s’entrouvrent et pour être en accord harmonieux
 la manière d’apprivoiser est la mise en pratique
d’une adaptabilité sans failles.

C’est se soumettre aux convenances du moment.
C’est de l’observation sous un "toit" que tout se joue.

Ne plus être désemparé lorsque l’on se délivre, d’un fardeau, d’une souffrance
et de trouver à s’engager énergiquement,
vivre une expérience sous l’influence du temps, du vent !

Et de proclamer : " Ô qu'il est bon d’accomplir dans la bonne humeur."

Puis en le H9 ceci : " …/…Adoucir sa nature, modérer son impulsivité.
L’hexagramme ne traite pas seulement des rapports entre les individus ; il répond aussi à des problématiques beaucoup plus personnelles, celles où on est en prise à de violentes pulsions intérieures qu’il convient de modérer et de canaliser si l’on veut éviter les débordements…/…"


Se conforter c’est aussi apprivoiser,
retenir, sans user de la force brutale et (ou) de la contrainte
plutôt par la souplesse ; s’adapter et de s’en tenir qu’aux petites choses
exige une grande force intérieure.

Apprivoiser pour ne pas trop éblouir,
 oui cela se fait d’abord par une observation très souple,
comme si nous regardions le fil de l’eau… alors…
s’approcher d’une rivière . . . où coule la vérité,
est une manière simple de l’atteindre.

Voyons les trigrammes et leur symbolisme.
H27 ;  le trigramme tonnerre en bas est surmonté du trigramme Montagne.
H9   :  le trigramme Ciel en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).

Accord entre tonnerre et montage, des éléments si opposés mais complémentaires.
Il y a une belle symbiose entre eux.
Autre accord harmonieux ciel et vent de fusionner, non ! Ce sera au vent selon une préparation minutieuse
de laisser les digestions de croître, de réguler le ciel et la santé de prospérer.

Un plongeon en cette immense flux universel
 fait retrouver une parole sereine... dans un éternel chemin de changements.
Nos aliments se transforment [on ne mange plus comme avant] et nous transforment.
Entrer en cet aspect universel des changements à l’aide du Livre on apprend tout petit
ce qui entre dans la bouche et petit à petit les paroles de venir.

Du H27 en H9, deux traits restent à leur place. Le premier et le quatrième.

Dominique Bonpaix apporte deux commentaires convenant bien à une conclusion de ces H27 et H9.
" Renoncer à cette tortue magique
REGARDE- toi l’eau à la bouche
Fermeture.


Ce premier trait invite à renoncer à un désir hors normes.
Est-il trop tôt de participer à des partages. Le vent du H9 va retenir toute précipitation
 à s’alimenter anarchiquement et d’entrevoir une saine administration de la nourriture,
sous toutes les formes possibles, matérielles, mentales, l’art, les lectures pas seulement sur le quotidien
mais pour appréhender l’avenir
par le : « comment manger ! ».

Le quatrième trait est plus énigmatique :
" Egarement dans la NOURRITURE
Ouverture
Le tigre quette avec les oreilles baissées
Son désir s’efforcer de poursuivre et poursuivre encore
Absence de faute. "


Aux paroles de sagesse de naître et sans hésitation de trancher
en assouvissant son appétit de façon soutenue et inlassable, sans aucun regret.

En fait il est question de demeurer en confiance et avec patience
les capacités en paroles sont prêtes à être déployées à bon escient
et d’écrire un poème.
Et pourquoi pas autour d’un repas partagé et de boire avec modération
jusqu’à en être rassasié.





Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour
 des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]



 3 
 le: 02 Février 2021 à 09:28:08 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Merci Izazen

C'est tellement réaliste.


 4 
 le: 30 Janvier 2021 à 18:49:32 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen
Merci infiniment Guy pour cette grande étude, comme chaque jour Lèvres scellées



L'image forte du jour :-)





Izazen

 5 
 le: 30 Janvier 2021 à 10:50:00 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



  28, l’excès ou grand excès et
14, la prospérité ou grand réalise, grand accomplissement.


En ce H28 s’il y a un excès de grandeur, les excès ne peuvent supporter une force.
Personne ne peut résister aux situations excessives.
L’homme sage se maintient seul et produit une prospérité opportune.

Un aspect à citer avant cette étude, le mot Grand.
P.Faure et C.Javary d’apporter la mention suivante :
(en ce H14 dans le Jugement) La seule phrase est une formule mantique classique indiquant la possibilité de combiner une grande capacité d’initiative (fondamentalement) à une puissante force de déploiement (favorisant).

Et de retrouver (en ce H28) dans le « Jugement » les mots profitable et favorisant




28, l’excès, l’excès de grand ou seuil critique.

Da Guo .
Le trigramme Vent ou Bois est surmonté du trigramme Brume, Lac.
Deux traits yin enserrent quatre traits yang.
Il y a donc excès de grandeur et les extrêmes ne peuvent supporter cette force.

Les mots : stress – surcharge – épuisement – obsession – gloutonnerie – fardeau – inquiétude – point de rupture.

Mais aussi :
Da  : Grand. Important, grandir. Adulte. Noble. Aîné.
Guo  : traverser, franchir, aller au-delà, dépasser, surpasser,
outrepasser, passer au travers, trop, excès, transgression, faute.
Opérateur grammatical marquant le passage d’une limite ou tout simplement du temps.

Autres symboles :
Grand, important, déployé – traverser, franchir, aller au-delà – dépasser une limite – la grande traversée – aller au-delà de la carapace – grand mouvement de dépassement des normes – c’est l’apogée, le renversement. 

Le Ricci : dépassement, moment où une grande puissance surmonte les obstacles pour atteindre son but.

Dans l’excès, le yang passe la mesure .
Un poids excède la norme et menace l’ensemble de la structure. (P.Faure et C.Javary).
L’image est en deux parties.
A gauche, un homme, les bras et jambes grands écartés, signifie " grand ".
Ce terme, dans le Yi Jing, est lié au Ciel et au yang.

Au centre de l’image, trois traces dessinées au-dessus d’un pied, donnant l’idée générale du mouvement.
A droite un trou (ressemblant à une bouche) est surmonté de lignes courbes.
Le sens global du H28 par tous ces caractères énoncés de l’image
 est de " passer à travers ",
d’ "aller au-delà ", de " dépassement. "
 C’est un excès de yang.

 Si l’excès est un fardeau, il est supporté et supportable et
 comme le H1, l’élan créatif en est l’hexa nucléaire c’est un poids supplémentaire
qui permet des actions fécondes et de surmonter parfois l’insupportable.

Une autre qualité est liée à ce H28 est la prépondérance du grand,
 le très proche H26, le grand apprivoise où il est écrit :
 " Profitable de passer le grand fleuve.

L’idéogramme qui définit le caractère chinois désigne le sommet de la tête.
Un point au-delà duquel on ne peut aller – pour l’acupuncteur, ce point se situe tout en haut du crâne et se définit comme celui où toutes les énergies Yang se rassemblent.
La place aussi du Chakra couronné.

Le terme a plus largement le sens de sommet, cime, faîte d’un toit.
Et celui plus abstrait d’origine, d’essentiel.
Mais une autre définition d’image apporte un petit plus au sens du fardeau.

Un homme et trois pas.
Cet homme marque des pas, il avance.
Sa bouche est déformée par un bec de lièvre : en effet,
 il est gêné dans sa communication avec autrui,
 mais pas dans la liberté de ses mouvements.

Il peut entreprendre une action, mais il faiblit car son fardeau est important et
il se sent comme une arête du toit dont le milieu est fort,
 mais les extrémités sont faibles.
Cependant, s’il ne voit pas trop grand et ramène les choses à leur juste valeur,
 il trouvera une voie praticable qui le satisfera.
Et son fardeau n’en sera qu’allégé.

C’est en cela que le Yi King invite
 à demeurer seul, de fuir le monde sans chagrin et
de ne pas avoir peur de la solitude pour décider seul.

Il est écrit dans la « grande image » :
" La brume submerge les arbres
GRAND  EXCES
l’être accompli ainsi
en s’établissant dans la solitude ne s’inquiète pas
en vivant dans la retraite ne s’attriste pas ."


Au cœur de l’hexagramme.
Bois en bas et Lac ou Brume en haut.
Le bois est force d’enracinement, la brume aptitude à l’échange.
Le mouvement de l’un, tel celui des racines, est un renforcement intérieur ;
 le mouvement de l’autre, tel celui des brouillards matinaux,
 est une expression tournée vers le dehors.

Désir d’affirmation, qui exige de la force mais entraîne
souvent des complications avec l’entourage ;
désir de communication, qui apporte un soulagement
 mais voile parfois les repères intérieurs.

Cette double aspiration peut se révéler pesante,
 ou égarer, ou même paralyser :
la forme symétrique de l’hexagramme donne une idée
 de la tétanisation que risque d’entraîner l’écartèlement
entre ces deux tendances.

Il faudra, pour éviter l’immobilisme,
 calquer son attitude sur ce double mouvement
  se rappeler que le bec de lièvre du marcheur,
ne l’empêche pas de poursuivre sa route
 mais le gêne au niveau de la communication.

Alors d’une part, il ne faut pas craindre de s’ériger seul sur ses références propres et de se manifester ;
d’autre part, savoir se retirer pour renforcer ses convictions
 lorsqu’elles ne rencontrent pas l’écho espéré au dehors.

C’est ce va-et-vient souple entre ces deux attitudes
qui nourrit la force nécessaire à ce moment de passage.
Dans ce fardeau à porter, à supporter, voyons l’attitude de l’homme de bien.

Il n’éprouve pas d’inquiétude ni ne succombe à la tristesse :
 la sensation de solitude pas plus que la  nécessité du retrait
 ne lui font perdre sa direction.

Comme l’indique l’image de la poutre caractéristique de cet hexa,
c’est le moment où l’on doit ressentir le point où
les forces sont unifiées,
afin de pouvoir à la fois aller de l’avant et s’enraciner
 dans ses convictions propres.

S’exprimer, se renforcer : promouvoir ces deux pentes de la capacité personnelle
 est d’une grande exigence, mais savoir en soutenir le poids
tout en gardant sa fluidité permet d’accomplir
 la traversée sans se laisser submerger.
C’est pressentir les limites à atteindre jusqu’à l’infranchissable.


"  Le dragon est puissant et pourtant il se cache.
Il ne change pas selon l’époque.
Il ne réalise pas son œuvre en fonction du renom.
Il se retire du monde sans tristesse.
On ne le voit pas et cela ne l’attriste pas.
Lorsqu’il est joyeux, il passe à l’action ;
 lorsqu’il est anxieux il se met à l’écart. "

Extrait de : Le Dit du savoir.

Un guide s’associe à ce H28,
et d'appliquer à faire advenir et ne plus subir ce qui vient.



14, prospérité ou faire advenir, le grand réalise et grand accomplissement.

Trigramme Ciel en bas et Feu en haut ;
C’est une position du feu qui est élevée et fait briller
la lumière au loin.

 Les mots : richesse – heureuse fortune – succès – expression de gratitude en aidant autrui – biens matériels -

Mais aussi :
Grand. Important, grandir. Adulte. Noble. Aîné.

Autres symboles :
Un grand potentiel – grande capacité à faire advenir – un œil au-dessus de la foule.

Le Ricci: grande accumulation, moment où les êtres concordent spontanément en répondant à la sollicitation de la douceur.


Le Feu étant au-dessus du Ciel. C’est TA YOU.

Ta montre un homme écartant les bras, et signifie " grand ".
You est l’éclipse de lune : une main, symbole d’action,
 domine un morceau de lune.
C’est une allusion à la " puissance " du soleil et donne le sens
 de " faire venir à l’existence ".
(version A.de Beaucorps et D.Bonpaix ).

TA YOU se traduit par " grande puissance ".
Les grands doivent être justes et se garder des sentiments extrêmes.
Ainsi l’homme de bien en atténuant le négatif et encourageant le bienfaisant,
œuvre en conformité avec le bienveillant mandat du ciel.
Anne Cheng à propos de Mencius a eu de bons mots résumant ce H14.


"  Notre potentiel, qui est bon,
ne demande qu’à se réaliser,
il est prêt à le faire à tout moment."

C’est ce que C.Javary émet en première phrase dans sa version :

"  Grand réalise, c’est rendre réel. "

En ce H14 il y a l’idée d’entreprendre et de réussir.
En fait c’est parce qu’il y a en tout projet conçu avec harmonie
 (en un climat de confiance)
un destin d’aboutir, d’autres d’écrire un espoir.

Nous ne devenons mauvais qu’à force de l’oublier ou
 de le perdre de vue ….ce "rendre réel"
le présent se charge de nous le rappeler.

Mais, à la différence de la chute et de la perte du paradis
qui nous sont contés dans la Bible,
il n’y a là rien de définitif.
Autant la réalisation de notre potentiel
n’est jamais acquise une fois pour toutes,
autant sa perte n’est jamais irrémédiable.
Autant un conflit ne peut demeurer éternellement.

Entourant un regard subtil pour "construire"
 et redémarrer une vie,
le guide veille à apporter à tout moment une prospérité utile
comme si un " feu " dans le " ciel "
donne  puissance et éclat…comme si un feu alimente une cuisson préparée
" aux petits oignons "
comme si l'utile est de bruler dans un ciel
pour le rendre lumineux.
Sans pour cela devenir un feu d'artifice fugace.


Le guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en côtoie l’émergence même dans les difficultés,
l’adversité qui pointe à tout moment et des divergences de naître
empêchant souvent d'aboutir efficacement.

Le H14 est acteur pour le plus grand bien qui se concrétise.
Et l’art de s’accorder aux nouveaux cycles (yin-yang) de l’univers,
fait que le renouveau est accepté sans contrainte.

Une destinée pointe par le H14, elle naît d'une intention mûrie.

On efface une ardoise sans hésitation comme on dissipe les nuages en écheveaux,
certain d’une chose sur la route à laquelle on s’engage,
qu’elle est la bonne pour y écrire du nouveau.

Cela permet d'accroître une attraction mutuelle inespérée...un cap est défini...
il suffit d'accoster à une nouvelle rive.
Le H14 a un réel pouvoir d'intervention pour faire advenir même en des temps d’excès.

Des arguments qui permettent de se tenir en harmonie
émerge une prospérité.
Cela tient à peu de chose l’unique trait Yin à la 5èm place est décrit par ces mots:
Quelle onde porteuse
Comme elle met en relation
Comme elle en impose
Ouverture.


La prospérité guidant c’est une certitude d’exalter sa toute-puissance,
le feu s'installant haut dans le ciel. Grand excès, grande prospérité vont très bien ensemble.

Tout progrès peut apparaître
 au grand jour ou bien être contenu voire retenu,
ainsi de rester conscient que si l’on perd de l’harmonie
 avec l’ordre cosmique
aucun lieu n’est favorable d’aller...disent les textes,
le progrès alors patiente mais ne disparaît pas.
Par contre si l'on plonge en cet ordre universel,
 le progrès d’éclore.

C'est ainsi que le Yi King donne cet avertissement :
 restaurer tout équilibre en tempérant constance et inconstance,
cela réclame une bonne dose d’harmonie à développer en soi.

Trois traits se transforment du H28 en H14.
Le 1er, 5em et 6em.
C’est le sixième trait qui propose une forme de conclusion à cette étude
par un merveilleux éclairage de Dominique Bonpaix en son ouvrage " Le Yi Jing pour les nuls " :
" Traversée à gué EXCESSIVE
Le sommet de la tête est submergé
Fermeture
Absence de faute.
La situation hors normes est impossible à supporter au-delà et fait perdre la tête.
Pour atteindre d’autres rives, il est essentiel de lâcher ce qui pèse.
Il ne faut pas se laisser déboussoler par les circonstances et agir courageusement dans ce sens.
Savoir s’adapter et accepter le devenir sans vouloir garder le pouvoir absolu. "


Ces H28 et H14 permettent à tout un chacun d’envisager une issue heureuse à des situations extrêmes comme si déjà on avait connaissance (d’autres diraient prescience)
d’un franchissement de difficultés à accomplir comme prévu.

La réflexion à avoir est qu’en toute dynamique,
une énergie se concentre puis se libère
et induit la rencontre avec un danger menaçant.
Une poutre faîtière de rompre.

Nous retrouvons cette énergie duelle avec le symbolisme des trigrammes.

H28 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).
H14 : le trigramme Ciel en bas est surmonté du trigramme Feu.

Si ce qui transporte ou emporte, vent léger ou tempête, se diffuse en bienfaits ou malheur,
ce vent induit deux comportements, l’un d’exalter, de rendre constant son pouvoir de diffusion ;
l’autre d’y mettre un terme, par un violent effort à déployer des forces yang
et paradoxalement de corriger l’excès alors naît la diffusion de l’harmonie.

Vent et brume, ciel et feu encore des véhicules parcourant des étendues de terre,
 le vent de s’essouffler et la brume d’évaporer ses gouttelettes d’eau.
Découvrir la nature du vent, de la brume fait qu’on aborde celle de l’EAU.
De plonger maintenant ou plus tard, le choix ne tarde pas à se faire.

Fortes ces énergies sont-elles qu’on finit par les combattre, les vaincre
mais nécessitant auparavant de les épouser pour les comprendre.
Un ciel d’y pourvoir et une flamme haut dans le ciel d’illuminer.

Après l’apprentissage du vent et de la brume on se dote d’un grand potentiel pour faire advenir.
L’intervention du ciel majeure est de restaurer la clarté, la lumière pour l’installer durablement en haut de l’affiche et d’aboutir à une prospérité.

Le ciel dit-on est changeant et maître de ce qui advient.
"  Ô qu'il est bon d’accomplir un potentiel qui délivre ".

Le poids d’un excès ne fait plus peur car arrivé à son paroxysme,
toute situation se mue !
Ouvrir des espaces… utiliser sa grande capacité
de réceptivité c'est à coup sûr l'émergence d’actions
pour le plus grand bien de l’humanité…
c’est parti, la prospérité est au rendez-vous !

L'essentiel d'un fardeau permet de comprendre cette inconstance
voire même cette fragilité de tout excès et ainsi de pouvoir agir par le Yin…
comme s’approchaient si près de la nature les Rois d’antan
 avec un art de voir grand et de réaliser de manière universelle.

Ils propageaient l’idée de se maintenir dans le yin,
ce qui a pour effet de démarrer le processus yang,
sa contre partie.   
Et même si fortement présent, le fardeau s'en trouve comme effacé......
inondé par le Yin,
la nécessite d’aller dans l’excès jusqu’à son terme est décidée,
favorisant et profitable.

J'ajoute à cette étude que l’excès (ou prépondérance de ce qui est grand)
vécu en pleine conscience, assure un potentiel
 qui en tout temps, par tout temps ne nous fait nullement défaillir.

La prospérité, nous guidant !
   




Guy H

[Aparté : A signaler qu'il y a toutefois un rapprochement à des événements actuels en France et ailleurs, les conséquences de la pandémie.
Alors que les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

 6 
 le: 04 Janvier 2021 à 07:52:44 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen


Abeilles anagramme d'Isabelle


 Clin d'oeil

R.T.

 7 
 le: 03 Janvier 2021 à 23:58:41 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Être abeille.

Quelle offrande des abeilles, le miel
Du ciel aux ruches, immense don
D'un travail généreux ce miel
Volons jusqu'aux fleurs et pollens......
soyons abeille !

Guy H

 8 
 le: 03 Janvier 2021 à 19:12:18 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen



Non dû mais don, mais abandon
A l'endurance, à la durée,
D'où l'abondance inattendue.
Tout don de vie abonde en don.



François Cheng


Sourire

 9 
 le: 03 Janvier 2021 à 18:30:43 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

   

32 la durée ou constance, endurer et
le 25, le spontané, imprévu, intuition connectée.


Que dire de cette association H32 et H25 ?

L’hexa " évènementiel " indique une constance accompagnée du
 guide H25, cela tend à s’apercevoir qu'il y a comme du déjà vu lors de circonstances imprévues, spontanées. La part d’intuition personnelle est mise à l'épreuve.



32, la durée, endurer ou permanence, constance, mariage.

 Ce H32 a le trigramme Vent en bas surmonté
 du trigramme Tonnerre qui indique une permanence d’un comportement
 disons conforme aux exigences de la situation.

Les mots : constance – continuité – endurance – persévérance – maturité – renforcement – stabilité – engagement profond.

Mais aussi:
Ordinaire, habituel, quotidien, coutumier, durable, constant, continu, permanent, persévérer.

Autres symboles :
Un bateau engagé entre deux rives et un cœur qui bat – avoir le cœur bien accroché pendant la traversée – persévérance – tenir quoiqu’il advienne – se maintenir – quotidien – habituel – durer – longtemps.

Le Ricci : Pérennité, moment où les échanges
 entre le fort et le faible s’effectuent favorablement et assurent la continuité du développement.


C’est le seul hexagramme nommé à l’aide du signe du cœur
et désigne tout ce qui se rapporte à la pensée, à l’émotion, ce qui induit leur maîtrise.

Belle image chinoise que ce H32, à gauche un cœur, et,
 par extension, les sentiments ou émotions.
A droite une barque, sorte de bac qui assure
une liaison entre deux rives, c’est un va-et-vient
 permanent (on peut dire entre Ciel et Terre).
On peut aussi y voir systole et diastole du muscle cardiaque.

Nous avons alors une belle définition :
la constance des sentiments.

Comme les chinois place le siège
de la pensée dans cette viscère qu’est le cœur,
 c’est des sentiments/émotions qui en  "sortent ".
Le H30 évoque comment prend naissance une émotion,
le H31 est l’hexa de l’ émotion elle-même "décortiquée, " vécue.
En final le H32 apporte la maîtrise d’une émotion.
A la maîtrise de celle-ci on passe à faire retraite avec le H33.
 
Savoir qu’avant toute explication détaillée,
 il faut citer les textes des 6 traits.


1)  Agir, au maximum, mais seulement de temps à autre, ne mène à rien.
2)  L’inconstance consolide l’erreur.
3)  La constance prévient l’erreur.
4)  Un homme inconstant est comme une chasse sans gibier.
5)  A chacun ses vertus, qui doivent être constantes : celles de l’homme ne sont pas celles de la femme.
6)  La constance est le contraire de l’effort.


A ces avertissements est contenu un mode
de perception de ce qui est juste et bénéfique.
La durée c’est traverser (voir la barque)
 différentes périodes sans dommages
 et surtout en s’adaptant à chacune d’elles.

Tonnerre et Vent mêlés donnent la constance,
ainsi l’homme de bien se tient droit sans changement
dans son orientation.
Turbulences, secousses, remue-ménage,
 malmené comme au milieu d’une traversée éprouvante,
l’homme se tient droit dans l’orage,
retient son cœur qui chavire,
surveille les remous qui voudraient l’emporter.

D’un côté, c’est le Tonnerre, le seigneur du mouvement,
 qui agite et entraîne, pressé de découvrir et tourné vers l’ailleurs
 (tel un voyageur).
De l’autre, c’est le Vent, la force qui ordonne,
 retient et rabat, qui par son insistance fini par faire plier.

Mouvement vers le dehors, pression vers l’intérieur,
(encore le cœur imagé)
des courants qui s’opposent mais se complètent aussi :
 par un enracinement patient,
 les impulsions se changent en force plus intense ,
 comme si se forgeait un art du second souffle,
 comme si se pensait là le pouvoir de durer.
cela mène à une belle sentence:


" Accepter de persévérer quoiqu’il advienne,
est la marque d’une maturité, mettons la en pratique
tout en canalisant les ardeurs.
. "


Et quel guide alors parfait à cette maîtrise des émotions ?
Faut-il ne rien faire pour les maîtriser ?
Se maîtrisent-elles d’elles-mêmes ?

Il s’agit de se doter d’un regard au-delà du visible pour connaître cette maîtrise......
est-ce la définition de la méditation ?

Une belle citation l’image.
“ L’abandon à soi n’est pas l’abandon de soi,
mais sa floraison.”

“ Whisper in the dark.”.Felicia Simion.

Le guide est d’être imagé comme l’éveil soudain d’une fleur, l’éclosion d’un poussin.
Mais encore Carol.K.Anthony  et Hanna Moog ajoute à ce H25 :
" L’innocence. Ne pas avoir d’attentes. Ne pas projeter. "


25, l’innocence, le spontané ou encore sans illusion, l’intuition connectée, pureté du cœur.

Le trigramme Foudre est surmonté du trigramme Ciel.
Le Tonnerre ou Foudre exprime le mouvement (parfois fort)
or le mouvement obéissant au Ciel est dans l’ordre du monde,
tandis que le mouvement ou l’acte né du désir humain
engendre le plus souvent le désordre et la peine.

Ce H25 est celui de l’extrême sincérité…ou Wou Wang.

Les mots : nature confiante – originalité – spontanéité – franchise – simplicité – inattendu.

Mais aussi :
Non, ne…pas. Négation.
Vain, téméraire, mensonger. A tort, à la légère, sans fondement.
Désordonné. Insensé, déraisonnable.

Autres symboles :
Ne pas laisser la femme disparaître - ne pas se couper du réel par la culture de certitudes erronées – fantasmes – attitude libre de préjugés favorisant attention et intuition – ne rien attendre – inattendu.

Le Ricci : Non errance, moment où la fidélité des êtres leur permet de procéder avec assurance.


Wou,
est imagé par un homme faisant des efforts
 pour dépasser une ligne horizontale au-dessus de lui,
univers impénétrable par l’homme
c’est le domaine du non manifesté,
 domaine qui est impénétrable,
dit : en dehors de l’univers sensible.
Donc le mot dégagé est  " impossibilité ".

Wang montre en haut un homme qui se cache dans un coin,
 avec une femme en bas, d’où
l’idée de " une mauvaise conduite ".
Les deux images réunies donnent :
 " l’impossibilité de se mal conduire "
ou " l’honnêteté orale."


En fait cette situation (H25)
 est la seule qui soit nommée par une négation,
comme si ce dont il s’agit,
 dépassant le cadre de l’entendement usuel,
ne pouvait pas être cerné sinon par la description
de " ce qui n’est pas ".

Autre subtilité du Livre.

Le nom de, Wou Wang se présente donc comme " négation de l’errance "
ou non divagation ou non désordre.
Et c’est pour cela que le mot spontanément fut retenu
pour souligner la stratégie qui découle de cette perspective de non errance.
La spontanéité ou innocence chez l’adulte est une qualité
qui accompagne sa maturité, provient de l’expérience.
Impulsion venant des mondes invisibles

Plusieurs version trouve en ce H25, la définition de l’innocence notamment
 Carol.K.Anthony  et Hanna Moog d’écrire et de préciser cet état de non-errance:
"C’est-à-dire la description de la nature humaine dans sa condition originelle,
 avant qu’elle ne soit envahie par l’ego collectif.
Une nature humaine en parfaite harmonie avec le Cosmos…/…et entièrement suffisante pour permettre à une personne de vivre une vie heureuse…/…le programme intérieur de la personne, tel qu’il a été conçu par la Conscience cosmique, est exempt de toute intention, de tout stratagème et de toute fausseté. "


Tout au long de sa vie l’adulte se fie aux conseils de son propre cœur
et l’amène à faire face à tous les aléas de la vie et d’être à l’écoute de l’instant, agir sans préconçu,se départir de toute idée préalable de manière
 à pouvoir répondre avec justesse aux sollicitations du moment.
Être dans l'instant présent.

La version de Carol.K.Anthony et Hanna Moog apporte un plus à ce H25.
" Le Sage nous apprend que « ne pas avoir d’attentes, ne pas projeter "
est notre état d’esprit naturel.
Nous demeurons en notre centre, d’où jaillit spontanément le discernement issu de notre sentiment de ce qui est harmonieux et de ce qui est discordant……
« Ne pas avoir d’attentes » signifie approcher le Sage, ou une personne, ou une situation en étant exempt de préjugés, d’images préconçues, de croyances inflexibles, d’exigences intérieures, de peurs et de doutes…


Les Chinois font confiance au flux vital, (T’ai Tchi)
C’est là que le mot errance prend toute sa valeur.
Une belle phrase résume cet hexagramme :


" L’attitude à adopter  ici n’est pas basée
sur l’innocence,
au sens de simplicité d’esprit ou non culpabilité,
 mais plutôt sur l’aptitude à se mettre
au diapason de ce qui surgit. "

 Le guide, en fait n’a pas grand-chose à faire….
si ce n’est d’inciter à se maintenir dans le spontané et pourquoi pas de façon pérenne.

 Ce H25 permet d’accepter
 tout ce qui survient spontanément dans les échanges et
 renforce l’idée d’observer tout autour de soi.
Pourquoi pas d’entrevoir alors une convergence d’idées ?

La spontanéité ou innocence chez l’adulte est une qualité
qui accompagne sa maturité, provenant de l’expérience.
Suivre les mouvements produits par
 les changements demande parfois à ce que l’impulsivité
soit maîtrisée comme pour franchir l’infranchissable et
qu’une réflexion supplémentaire,
 une vision fugace,
un regard nouveau de s’installer
et d’éviter d’accentuer des différents !

Cette association H32 et H25,
 où est contenue une avancée yang très forte
 des contraintes y sont induites, des difficultés naissantes,
cependant une force d’un dynamisme harmonieux s’engage
et les difficultés de se transformer par une confiance
 qui pointe le " bout du nez ".

H 32 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Tonnerre.
H 25 :  le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Ciel.

Ce vent sous le tonnerre s’apparente à un côté paisible secoué par une communication tonitruante.
Vent et tonnerre se complètent dit-on. Cependant la durée, la constance d’un vent et de
 " l’éveilleur " deviennent des notions de durée de valeur positive.
On peut oublier un temps les situations déplaisantes ou inutiles cependant
elles durent.
En fait ce H32 se rapporte à des circonstances dont nous souhaiterions voir
une fin.

Cette dynamique (vent-tonnerre) provoque un essor yang.
On pense y aller " tout de go " eh bien non.
On appréhende le spontané qui peut surgir sans crier : gare !

A la vision des trois trigrammes, on y voit la permanence universelle des changements.
Vent, tonnerre part deux fois et ciel.

Et de se tenir en tout moment prêt à s’accorder avec les difficultés,
 l’adversité de la vie,
 se tenir prêt à entrer en harmonie…… malgré tout.
Tout est en accord car tonnerre et ciel s’entendent afin de canaliser les énergies bouillonnantes et d'en tisser la trame de nouvelles aventures-rencontres imprévues.

Le H25 parvient (en l’instant imprévu) à déstabiliser tout individu
qui n’est pas préparé à ce qui arrive, le H25 est fait pour surprendre.
Donc s’accorder une pause nécessaire et une réflexion opportune
 de se faire jour avant d’agir, de franchir le spontané.

C’est en cela que le guide persuade de vivre l’instant d’un arrêt au présent.

Il y a ici l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
d’épouser le mouvement global, bien que difficile à ses débuts de perception.
Sortir d’une coquille, le poussin le fait très bien.

Tonnerre se trouvant en bas de l’hexagramme cela évoque un essor très fort
mais toute naissance impose une rigueur
et invite à des perceptions nouvelles.

Associés, ces deux hexagrammes H32 et H25
impliquent de déverrouiller son cœur par un nouveau mode de pensée
une nouvelle vision, un apprentissage oublié parfois.
Cela permet aussi de se contenir en toutes situations même les plus extrêmes.
A situation de tensions (émotionnelles) qui se libèrent une nouvelle situation apparaît,
une confrontation entre ce qui était et ce qui vient,
une piste alors : apporter du neuf !

Les difficultés à exprimer ses sentiments peut se rapprocher à un éternel film très subtile.

" Un jour sans fin ", où un comédien joue un acteur épris d’une jolie dame à qui l’on fait revivre sans cesse le jour sans fin et
 par la répétition continuelle du même jour à vivre;
il va réviser sa façon de penser et d’exprimer ses émotions autrement......
puis d’arriver à ses fins aux prix des difficultés vécues en cette même journée.
Ainsi ces éternels jours sans fin permettent de modifier les comportements et de réagir
spontanément, différemment et de redevenir, naturel.

Voici donc la plus belle des conclusions pour cette association, arriver à finir spontanément
" un jour éternel sans fin ! "

Puis bien sur avec cette fiction d’éprouver une illumination en ce flux cosmique bienfaiteur...... qui ne peut s’interrompre.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuel.
Si cela était, complètement fortuit cela serait car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]


 10 
 le: 01 Janvier 2021 à 21:40:02 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

Des vœux se réalisent lorsqu'une énergie très forte est canalisée.

Izazen

que cette année nouvelle t'ouvre de belles dispositions
et de te préparer à des changements heureux !

Guy H

Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 5.42 secondes avec 15 requêtes.