Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
05 Décembre 2020 à 14:24:25

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Aujourd'hui à 10:52:14 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

  49, la révolution et
31, influence ou contact stimulant et inciter, attraction, rencontre,
état amoureux.


La nature du Feu est de s’élever, celle de l’eau de la Brume de descendre.H49
Brume et Feu s’influencent mutuellement,
d’où l’image de séparation nécessaire
H31, est la montagne et en surplomb la brume tel un écho au H49.



49, révolution.

Le Ciel et la Terre changent, les quatre saisons s’achèvent.
Le renouvèlement, la modification, le changement
sont les traces que nous puissions suivre éternellement.

Les mots : transformation – changement radical – abandon de ce qui est vieux pour faire place à la nouveauté – bond en avant.

Mais aussi:
Peau débarrassée des poils, cuir en préparation, cuir.
Peau. Cuirasse. Soldat. Eliminer, abroger, retrancher.
Changer, révolutionner, renouveler.

Autres symboles :
Révolution – une peau de bovidé pour être raclée – raser – recycler – transformer la peau en cuir – abolir l’ancien.

Le Ricci définit ainsi le H49 :
Révolution, moment où deux forces opposées suscitent le rejet
de ce qui est décadent et le renouvèlement de la vie.


Deux hommes écorchent un animal à cornes (un agneau) accroché à une traverse :
c’est le symbole de changer de peau. L’opération de tannage des peaux, dont on élimine les poils en les raclant vigoureusement, jusqu’à la métamorphose de la peau en cuir souple,
 apte à toutes les sortes d’utilisation.
La peau de cet agneau est écorchée, " l’image de chair " de cet animal,
 symbole de l’innocence et de l’obéissance,
va être "renouvelée".

Cette peau a terminé son rôle d’enveloppe matérielle et
 délivre la "Lumière" qui l’a fait vivre
 pour aller prendre "un autre visage".


"  La mue de l’esprit n’est jamais regrettable,
Si on l’oriente vers la justice."


Le temps de la révolution est celui de la rupture quand,
souvent en dépit de ce que vous souhaitez,
les choses anciennes disparaissent remplacées par de nouvelles.
Jamais aucun serpent ne résiste à la mue de sa peau,
quelque puisse être le caractère désagréable de cette expérience.
Le temps de mutation étant arrivé, il importe de s'y employer !

Mais nous, humains, nous avons tendance à résister
aux changements transformationnels,
ne sachant les apprécier en tant que renouveau et
qualité essentielle de la vie.

Créer autant d’espace que possible dans notre vie,
pour laisser de la place à la nouveauté,
voici un bien bel hexagramme qui nous dit comment faire
car il est temps de passer les changements !

On dit que le feu (trigramme du bas)
 est au cœur de la brume (trigramme du haut).
Ainsi l’homme de bien règle le calendrier afin de clarifier époques et opportunités.

Le pictogramme chinois rappelle la colonne de Dad des Egyptiens qui était la représentation d’Osiris, montrant que la vie se manifeste par le moyen de la mort.
Osiris, le soleil nocturne, symbolise la continuité des naissances et des renaissances.
C’est la détermination des époques par des révolutions successives.

Feu et brume conjoints :
 le chaud et l’humide mêlés en une atmosphère dense et lourde,
c’est un brouillard épais, une lueur croît en son sein,
 jusqu’à ce que la tension devienne insupportable pour disparaître.

Révolution : deux véhicules pour cette révolution ,
 le feu intérieur comme une certitude
(on ne peut faire autrement)
 et la brume comme désir de se manifester.
(se mettre en avant dans la révolution).

Autre point de vue émis par C.K.Anthony et H.Moog sur le mot révolution :
Le terme « renouveau » est préférable à celui de « révolution ».
 En effet, la révolution désigne la manière dont l’ego collectif procède pour opérer des changements radicaux, tandis que le renouveau désigne la manière dont le Cosmos transforme constamment les choses de l’intérieur.

La différence est que la révolution remplace une forme de domination de l’ego par une autre, alors que le renouveau ré-harmonise et réunit les aspects de nous-mêmes qui ont été dissociés par la force ou l’oppression.

De plus, le mot " révolution " fait référence à des changements négatifs (j’ajoute parfois entrainant des actes violents) : la vénération de ce qui était autrefois méprisé, ou encore le remplacement d’une croyance établie ou d’un faux enthousiasme par une nouvelle croyance ou un nouvel enthousiasme.

Par contraste, le « renouveau » implique une action intérieure qui consiste à nous débarrasser de nos croyances corrompues…/…


Aperçu d’un autre auteur  Jacques.E.Deschamps :
" 64 réponses pour ouvrir sur soi
et la vie les portes de la sagesse. "
et d’apporter un autre mot que révolution. :
RENAISSANCE
«  Rien n’arrive sur cette Terre que le Ciel ne ramène à nouveau dans le cercle de ses révolutions. »
Zhou yi.

Il n’y a pas d’ailleurs, tout se passe au présent.
Le temps n’existe pas et l’espace non plus.
Tout ce qui fut sera, tout ce qui sera est, tout ce qui est varie selon qui tu veux être.
Renaître de soi-même est un acte évident, accompli mille fois lors de mille existences.
Un jour on naît, un jour on meurt, c’est notre histoire.

L’enfant meurt un matin, le soir naît un adulte ! L’heureux meurt à midi, le triste lui succède, le triste meurt la nuit, au matin naît l’heureux !

L’image d’un passé, proche et pourtant lointain, défile sous les yeux de ma mémoire ancienne…
A-t-il été un temps où j’étais confondu à l’harmonie du Ciel, de la Terre et des mondes ?
Ce que j’ai su un jour et que je ne sais plus, pourrais-je le savoir à nouveau aujourd’hui ?
Combien de vies d’humain ai-je donc traversées ?
Le karma est un jeu où s’enferme notre être, le karma est un fait qui dépasse notre être.

Se placer en dehors du karma est facile : si la lumière naît dans la nuit des mémoires,
une image apparaît et la lumière éteint le brasier du karma.

Ce sont les souvenirs qui nous privent de naître, c’est-à-dire de vivre en toute liberté.
Le sage peut trier, entre toutes images, celles dont les erreurs surgissent dans la nuit
et celles où le jour engendre le savoir.

Effacer le passé en effaçant le temps et effacer le temps en s’acceptant soi-même,
renaître par amour de l’instant que l’on vit, tout cela est aussi simple que respirer.


Toute révolution naît lorsqu’il n’y a plus eu d’autre issue.
C’est une poussée toutefois difficile à contenir lorsque
la mise à jour est devenue nécessaire. Dilemme.

Alors, la lucidité soudainement s’exprime
tandis que le bouleversement s’enclenche
 même si de premières difficultés apparaissent,
un nouveau cycle émerge à son heure,
comme si des temps de révolution s'approchent pour s’accomplir.

Ce H49 invite-t-il à appréhender de nouvelles rives avant de lancer
une révolution ?
Déployer de nouvelles transformations nécessite de la lucidité
avant de voir un bouleversement s’enclencher
avant de voir apparaître les premières difficultés.

Un guide est engagé par le H31, une harmonisation a mettre en marche pour cette révolution, son contact en est une bonne stimulation par l'émotion.



  HSIEN. Hexagramme 31, influence, attraction, rencontre, inciter ou émotion, séduire, interaction.

Le trigramme Montagne est surmonté du trigramme Brume ou Lac ce qui donne l’alliance et l’influence mutuelle qui correspond à la rencontre d’un jeune homme et d’une jeune fille…
d’où une séduction allant jusqu’à produire de l’émotion.

Les mots : séduction – attraction mutuelle – affection sincère – magnétisme naturel – stimulation – connexion –

Mais aussi :
Tous, tous ensemble. Universel, entièrement, continuel. Unir, semblable.

Autres symboles :
Attraction mutuelle – une bouche et une arme – les contraires s’attirent, se stimulent –
Unir – universel – inviter promptement.

Le Ricci : attraction mutuelle, moment où les contraires s’attirent et se stimulent réciproquement.


HSIEN.
Son image commence par une hallebarde à croissant, symbole de l’action offensive.
A gauche et en bas de l’image, une bouche silencieuse (fermée par un trait horizontal), évoquant la pensée.

En chinois contemporain, ce pictogramme devenu sinogramme,
s’il est associé au signe du cœur, forme le verbe
« ressentir »,
 et s’il est associé au signe métal signifie
 « aiguilles d’acupuncture ».

C’est aussi une image universelle, la combinaison de bouche
et d’une hallebarde en fer est cette aiguille qui produit un effet
lorsqu'elle est introduite en une position idéale.
Le métal n’agit pas sur le corps, il incite à se réorganiser par lui-même,
retrouver la fluidité de l’énergie qui l’anime.

L’émotion comme l’acupuncture,
sont des mouvements particuliers qui ont en commun de se propager partout
et de provoquer des effets sans communes mesures
 avec les moyens employés.

HSIEN est l’union de l’action (en premier) et de la pensée,
qui indique l’association, la " complémentarité ".

 J.Lavier dans son livre du Ciel et de la Terre ajoute :
".../...c’est par désir d’association et de complémentarité que l’on se marie.
Sur la montagne il y a la brume : émotion."


C’est qu’il faudra se discipliner en premier avant de discipliner autrui.
Inciter c’est un déclic qui se produit.
Toutefois inciter pour une poussée vers le haut doit se faire de façon harmonieuse
 et non sans quelques mesures subtiles à prendre,
 se stabiliser déjà en soi sur le plan physiologique.
Maitriser l'impulsivité par la pensée est réclamée pour inciter.

Mais ce moment ne dure pas, comme un bref coup d’œil,
 il peut en avoir des conséquences troublantes
 mais possède aussi un potentiel de fécondité remarquable.

D’où une autre recommandation,
c’est que si l’on parle dans cet hexa d’attraction mutuelle stimulante,
 cette dynamique magnétique,
fortement énergisante, entre soi et le guide,
 peut être profondément enrichissante ou
 au contraire une simple expression
de compulsion et d’un besoin d’autosatisfaction.
Cela aura une grande influence pour résoudre tout conflit.

Et en tout ébranlement qui peut paralyser,
 il est nécessaire d’installer un authentique pouvoir,
celui d’inciter... à la réflexion supplémentaire.
En tout climat de conflagration
alors que s’échauffe l’émotion,
 il est  possible de maintenir un équilibre.

Paradoxalement l’émotion doit-elle être vécue……vaincue ?
Confucius disait :

 " Il est bon d’habiter là où règne l’humanité.
Qui choisit de séjourner là où elle fait défaut,
manque de sagesse."
 


Autre manière de voir ce H31, 
par un contact stimulant qui incite...
comme s’il agissait d'un effet de ricochets.
Regardons cette image du ricochet
présentée par Nathalie Chassériau
en son ouvrage " Prendre les bonnes décisions par le Yi Jing".


" Si le caillou a été bien lancé, il ne s’enfonce pas dans l’eau ;
Il en effleure à peine la surface, puis rebondit,
 revient au contact de l’eau, rebondit encore…
Chaque nouvel impact provoque sur la nappe d’eau
des cercles qui s’élargissent,
se propagent et se mêlent les uns aux autres.

Un seul petit caillou a transformé le lac tranquille et limpide
 en un lieu provisoirement troublé,
plein de mouvements et d’échanges.


Tout comme l’eau accueille joyeusement et sereinement
 la stimulation soudaine
 qui la réveille de sa torpeur
sans menacer son équilibre intrinsèque,
 il convient d’accueillir sans se laisser déstabiliser
 les secousses bénéfiques
qui nous arrivent parfois de l’extérieur,
en nous efforçant d’utiliser les énergies
que cet impact a libérées !"


L’émotion peut établir un équilibre harmonieux.
Les forces yin et yang s’installant,
l’harmonie si elle en a été contrariée par des temps obscures,
un déclic s’opère avec le guide.
Il invite à ne pas regarder en arrière de soi
mais à engager une réaction énergique
au " bon moment " pour établir, rétablir de l’harmonie
en soi, puis venant ainsi une confiance dans l’action idéale,
la décision idéale...à fortiori le bon placement d'une aiguille d'acupuncture.

Ensuite on trouve de la compagnie sur le chemin engagé.
C'est le moment idéal d'aller jusqu’à une perception intuitive
et de vibrer à l’écho de cet ordre naturel éternel, le flux cosmique.
Et à la mesure d’un cœur battant…
on commence à installer un silence précieux en soi,
pour soi et autrui...c'est ainsi que l'on dénoue les situations
et de voir une évolution prendre corps.

C’est une belle manière qu’a ce H31 d’inciter,
de rendre palpable subtilement
 qu’en tout renversement fondamental,
nécessaire, on fait retour irrémédiablement
à de l’harmonie
et n'être plus bercé par des illusions.

Les politiques dans l'histoire sont légions pour avoir pris conscience de ces mots.

Le flux vital poursuit un éternel chemin…
celui de voir grand et de réaliser de manière universelle.
Précieuse est l’action juste lorsque l’harmonie est présente,
un réel pouvoir est employé à bon escient on retient la finalité :
une réussite……pour résolument inciter dans l’entourage avec d’autres.
Ô qu’il est bon d’apprendre en groupe sans trop d’émotions….
et aimer faire des ricochets.


Cette association H49 et H31,
parle d’une révolution à engager comme un état amoureux,
d’une alchimie qui donne la mesure
à la fois yin comme yang, une pleine expression de l’unicité .

A cela deux recommandations subtiles à toute émotion de s’unir en une révolution, par deux citations,
l’une de Confucius, l’autre de Lao Tseu.

" Qui ne sait se gouverner soi-même,
 comment pourrait-il gouverner les autres ?"

" Celui qui se maîtrise lui-même détient la vraie puissance."
Symbolisme des trigrammes.
H49 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Brume.
H31 : le trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme
 Brume (du lac).

Par des gouttelettes d’eau, une brume entoure, contourne, s’étend comme un sentiment rêveur d’une alliance avec un feu vivace à ses pieds. La brume lui échappe car elle veut dominer, une montagne l’avertit de ne pas trop s’exalter juste le temps qu’une brume s’efface, ou qu’un ricochet s’épuise.

La montagne accepte la brume et lui laisse libre cours devenant SA brume.
Feu, brume montagne et encore brume, les ingrédients indispensables à avoir le geste utile pour engager une révolution...
et de lancer les premières pierres !

Cela pose aussi le souci d’une émotion qui désempare,
d’aller vers du nouveau (même très éloigné) n’est pas encore décidé !
Et quoi de plus naturel que de découvrir une rive nouvelle
en cet immense océan de la vie.

En pareille situation émotionnelle, l’important est de se dominer,
cependant c’est le libre arbitre qui va en décider.

Une révolution-renaissance implique des personnes partantes comme les réticentes. Une cohésion à toute action révolutionnaire secoue l’entendement humain, l’action décidée est dite
  " au bon moment et au bon endroit"
voire même au moment voulu et à l'endroit voulu.
 
C’est alors une décision équivoque en ce
 " grand ménage de printemps intérieur."
En toute révolution, il n’est pas facile d’oser dire le Non comme un Oui intérieur.
Mais il est tout de même dit en terme de
" bienvenue ".


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire à cette étude.]


 2 
 le: Hier à 23:17:39 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H


22, la grâce , embellir, la beauté ou la forme,
et le 56, voyage ou voyageur.


Embellir, un feu à la base et au sommet d’une montagne, lieu propice à voyager.


22, la grâce, élégance, embellir ou ornement.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Montagne.

Le feu éclaire l’intérieur de la montagne, belle image
d’une parfaite correspondance entre l’apparence et la réalité.
Les atours extérieurs et l’intérieur de la masse de terre qui impose de sa hauteur (de vue).

Un feu sous terre, un bijoux enfoui, un métal flamboyant;
 existerait-il un moyen pour le mettre à jour, même soit-il à des profondeurs ?


Les mots : parure – élégance – mis en évidence de la beauté – extérieur, reflet de l’intérieure  - vanité – charisme – expression de soi .

Mais aussi :
Eclatant, brillant, orné, élégant.

Autres symboles :
Ornement – le jaillissement d’une multitude de coquillages, de choses belles et précieuses – émergence, jaillissement de ce qui est précieux :
 la beauté naturelle – sans apparence – sans maquillage .

Le Ricci: Raffinement, moment où l'harmonie du fort et du faible
 contribue à leur mutuel embellissement.


Dans l’idéogramme, il y a trois plantes et en bas un coquillage, le cauris.
C’est le symbole de l’ornement par des colliers de cauris fabriqué dans l’antiquité en extrême orient..

Mais l’image en idéogramme est le feu sous la montagne.
Deux lumières se rejoignent ici.
A l’intérieur le feu qui brûle de montrer –
 il est l’ardeur de l’éclat, il aime le visible et
 pousse à le faire apparaître.

Au dehors la montagne qui retient et transmet – elle est le seuil et la patience,
et son silence nous parle d’une conscience autre.
Le geste ni l’allure ne sont les mêmes.

Vivacité de la flamme, rapidité de l’œil, intelligence
qui prend acte du visage des choses , éclairant aussitôt
les affaires du monde.

Sérénité de la montagne, surplomb du regard,
 élévation qui s’appuie sur le dessus des choses
Et toujours s’inscrira dans un temps plus étalé.
Ajustement de l’œil et du regard, pas trop de splendeur et pas trop d’aridité non plus.
Prendre donc soin de l’extérieur sans pour autant négliger l’intérieur.

Un jour sous les auspices de la beauté,
 c’est simplement à accueillir la beauté
quand elle se manifeste,
à la réfléchir, à faire un avec elle,
 sans attente ni demande.

[A signaler que le cauri, monnaie d’échange du peuple chinois était utilisé à des fins magiques; à la fois talisman et ornement corporel, il servait de paiement pour les devins, on donnait une certaine somme de cauris à celui qui flambait l’écaille de tortue ou tirait les brins d’achillée.
Lors de cérémonies rituelles avant tout départ au combat, en campagne, en voyage, les hommes tressaient leur barbe puis l’ornaient de bijoux, entouraient leurs chevilles d’un bracelet de pierre ou de métal, et baguaient certains de leurs orteils. Ces parures avaient valeur de protection (talismans) et de liens avec le clan.]

Sylvie Verbois dans "Le classique de la simplicité."

Contempler la beauté et la laisser s’imprégner à la vie,
on en reste embelli et un sens de l’esthétisme s’élève naturellement,
une belle citation du peintre Marc Chagall l’évoque :

"Dans notre vie, comme sur la palette d'un artiste,
une seule couleur donne tout son sens à l'art et à la vie;
 c'est la couleur de l'amour. "


Laissez Mère nature être un modèle,
son élégance et sa générosité ne connaissent aucune limite,
 son aptitude à créer le beau n’est jamais moins que parfaite.
La beauté de la nature est amour.
Et d’écrire un vieil adage de circonstances :
« La grâce et la beauté sont bien peu de choses lorsqu’elles sont extérieures. »

Et donc accolé à ce H22 à cette beauté naturelle
un guide invitant à s’orienter vers l’extérieur comme
une mise en œuvre pour crier: embellir.

C’est le H56, de contrées en contrées le voyageur tombe en émerveillement
 de cette nature rencontrée et devient un vrai routard. H56.




56, le voyageur.

Le trigramme montagne est surmonté du trigramme feu.
La montagne arrête tandis que le feu ne cesse de courir
puis trouver d’autres foyers.

Les mots : voyage – aventure – mouvement - confrontation à l’inconnu – pèlerinage – solitude – élargissement des perspectives

Mais aussi :
Troupe de 500 ou 1 000 hommes.
Brigade. Voyager, séjourner hors de chez soi, voyageur. Nombreux, une foule de.
Suivre l’ordre de préséance, placer, disposer. Ensemble, en commun.

Autres symboles :
Des soldats en campagne s’abritent sous des branchages – voyage – voyager – touriste (dans tous les sens du terme) – peu d’intimité.

Le Ricci : Errant, moment où les êtres n’étant plus à leur place appropriée, ils cherchent un appui avec persévérance.


Retenir de ce voyageur, ce guide,
qu’il vagabonde de ci de là et qu’il chemine
 par monts et vallées là où la paix se transmet !

Tout comme lorsque le rêve nous emmène en des chemins et de rencontrer des péripéties sur la route. Voyage autour des pourtours de la forme et l’intérieur d’un monde nouveau jamais auparavant rencontré.

Particularité à ces deux hexas:
- dans le H22, l’idée maitresse est une identité de vue en ajustant le fond et la forme
et établir une cohérence entre pensée et action ! (Dominique Bonpaix en son Yi Jing pour les nuls.)
- dans le H56, on s’accorde un voyage approprié, faisant naître un ressourcement nécessaire avec soi-même……et que le chemin du rêve n’était pas une errance.

Un autre apprentissage en visitant le ailleurs.
Cette association est porteuse d’avenir. Comparer la croissance souterraine de la graine destinée à devenir un arbre et tout voyage qui apporte souvent son lot de découvertes,
 il n’y a qu’un pas, le rapprochement est évident.

Et si l’harmonie était au rendez-vous,
de se prendre du temps pour imaginer un autre pays,
 un autre foyer, une ère nouvelle et de pousser en toutes contrées ?

La montagne et le feu représentent un lieu escarpé, le feu de s’emparer à tout sommet.
Les voyages permettraient-ils de faire progresser les idées venues d’ailleurs ?
Le voyageur adopte d'aller à la rencontre de paysages nouveaux utiles,
ainsi que ses précieux habitants.

Si la lumière est aussi bien sur Terre que dans le Ciel
elle vient surplomber une Montagne, se figer sur celle-ci ?
 Non, il y a une soif de vagabonder encore et encore vers d’autres sommets et de parcourir les aventures.

Saint John Perse écrivait :

"  Ô chercheurs de points d’eau sur l’écorce du monde
Ô chercheurs,
ô trouveurs de raisons pour s’en aller ailleurs. "


Lorsque vous vous sentez étranger dans un pays étranger,
 il est judicieux de vous souvenir que le minimum
 essentiel est de garder un mode de vie simple.
C’est ainsi que nous nous " augmentons" une paix intérieure, en soi et chez autrui !

Seulement là, il est utile d’allier cette simplicité à notre comportement en terre étrangère, c'est ne plus être emmuré dans ce qui nous retient (le casanier)
 il est bon de revenir aux conseils subtils du Yi King.

Adopter une manière idéale de se tenir….
contre vents et marées comme l’est le temps.

Précieuse est l’action menant à des changements radicaux et
si l’harmonie est présente tout est limpide, alors c’est bonheur.

C'est vibrer alors à l’écho de cet ordre naturel, un chemin merveilleux appelé
Harmonie.
 " se tenir pour avoir ensuite la démarche juste, le discours pertinent."
Le guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en prépare l’émergence
c'est percevoir cette immense" boucle du temps "
par un retrait mental savamment préparer à la suite d’un ressourcement subtil
par les voyages, parfois un voyage intérieur.

Se surpasser, s’harmoniser et de se recaler sur de bons rails…voyager.
C’est ainsi que le feu part conquérir son foyer traversant monts et vallée
 à la recherche d’une discipline, l'art de s’accorder aux mouvements
débordant de l’univers, c’est l’exercice confronté à tout voyageur.

A cette association de ces H22 et H56
nous pouvons émettre cette pensée:" A la vue de la nature on démarre un voyage où particulièrement de nouvelles leçons seront enseignées puis apprises."

Voyons le symbolisme des trigrammes.
H22 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Montagne.
H56 : le trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme Feu.

Voici deux hexas avec des trigrammes inversés.
Une fois le feu éclaire le bas de la montagne, ensuite de passer à son sommet pour éclairer de loin et au loin. Tout feu est un éclat, une brillance et de réchauffer. Lorsqu’un feu commence à bruler de loin on ne voit que sa fumée sans le voir lui ce feu.

Les H22 et H56 invitent à la fois à chercher en soi l’authenticité intérieure puis celle des autres rencontrés dans les voyages.
 Harmoniser ce qui se voit et ce qui ne se voit pas.
Une œuvre artistique (peinture, une sculpture, photographie ou vidéo) peut tout à fait nous inspirer à voyager.

Tout voyageur le sait mais de toujours rechercher un pied-à-terre
devenant enfin un foyer définitif et le temps de cesser de vagabonder arrivant à son terme.

Le voyageur habilement œuvre pour être au bon endroit
 au bon moment par une réflexion subtile, la plus simple.
D’ailleurs lorsque le voyageur se sent étranger dans un pays étranger lorsqu'il devient "cassant", donc il est judicieux d’être en harmonie avec soi et garder un mode de vie simple, augmenter sa paix intérieure !

Pour tout voyageur, allier un mode de vie simple certes
requiert d’agir sans bousculer,
et de s’émerveiller face à la nature qu’il prend comme exemple.
Une manière idéale de se tenir….
contre vents et marées comme l’est le temps
qui est lui aussi constant.
Et pour image une citation de Zhong Yong XIV. :


"  L’homme de bien se conduit selon la place
où il se trouve sans rien désirer en dehors…[…]
 Rien ne pénètre en lui au point
qu’il ne se trouverait plus lui-même. "


 

Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]


 3 
 le: 06 Novembre 2020 à 22:31:07 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Izazen merci de ce tableau feux d'artifice de fleurs...

de plus les H62 et H38, démontrent une résonance ce jour avec les hexas du jour.

Intéressant, H62 s'approche du H63, l'antichambre d'une situation la plus harmonieuse.
Et d'aboutir à une divergence est surprenant......paradoxalement !

Guy H

 4 
 le: 06 Novembre 2020 à 14:39:04 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen


Merci Guy H pour le partage quotidien de tes études très complètes et actualisées  Lèvres scellées

Je suis toujours surprise quand un hexagramme commun sort comme aujourd'hui  Sourire

H 62 et H 38




Oeuvre : Salvador Dalí Fleurs, 1948

 5 
 le: 06 Novembre 2020 à 10:35:30 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

38, l’opposition, divergence ou discorde ouverte
et 30, filet d’oiseleur ou lumière.

Cette étude du H38 et H30 apporte des informations sur l’apparition de discordes , de différents expliqués non expliqués, des points de vue divergents mais n’aboutissant pas vers une obstruction plutôt une mise en lumière des intentions provenant de ces divergences.



38, l’opposition, divergence ou discorde ouverte.

Le trigramme Brume est surmonté par celui du Feu.
La flamme qui monte et l’humidité qui descend, opposés par nature,
ces deux trigrammes évoquent le sens d’opposition, de séparation, désunion, divergence ouverte.

Les mots : points de vue opposés – différences personnelles – rupture de communication – disharmonie – malentendus – désunion.

Mais aussi :
Divergence au niveau des yeux, différent, discordant, étrange, s’opposer, être en désaccord, éloigné, séparé.

Autres symboles :
Œil – bigler – regard divergent – temps intermédiaire entre la fin et le début de l’année – vaincre sa peur du surnaturel – réaliser que les extrêmes sont en fait les extrémités d’un même ensemble – extérieur.

Le Ricci : opposition, moment où les forces contraires se complètent mutuellement dans une action féconde.


Voyons un peu l’image du H38.
Le pictogramme représente à gauche le soleil vivifiant,
à droite le soleil desséchant sous la figure d’un rond en paille
ou en rameaux sur lequel on versait des libations
puis que l’on brûlait pour le faire disparaître.

Cette figure était fréquente sur les bronzes antiques.
Elle est importante car pour la première fois
 on montre l’opposition d’un même état :
le soleil donneur de vie ou de mort.

Ces deux essences semblent s’opposer
mais elles ont, en réalité,
la même identité car la dualité vient d’une UNITÉ.

"  Le savoir, c’est réunir ce qui est séparé,
 comprendre l’harmonie de la vie,
même dans son aspect qui nous semble destructeur "
,
dit l’homme doué du Yi Jing.(ou homme de bien).

La lumière est constante mais en descendant tout au long des étapes de la manifestation, son expansion la canalise,
 la coagule petit à petit et lui donne des aspects qui semblent différents;
 le sens " loucher de deux côtés à la fois "
 donne assez bien l’idée de la vue et de ses yeux divergents…
le strabisme progresse jusqu’à la divergence d’esprit, le mental s’interroge.

Ce H38 montre la séparation des principes opposés (yin-yang)
empêchant le mélange (de se réaliser) et
 faisant perdre à chacun d’eux son individualité première.


En haut le trigramme feu se place au-dessus de la brume. Divergence.
Ainsi l’homme de bien en assemblant (tout de même) en vient à différencier.

La brume qui s’étend sur le paysage excelle à fondre les matières
 et tamiser les couleurs.
Tel un voile qui annule les différences,
 elle répand ce petit d’air d’entente qui enchante et rassemble.

Le feu est plus violent : il dévoile, il accentue les angles,
il distingue les êtres qui , par lui,
prennent conscience de ce qui les sépare.

Deux désirs donc, mais des allures opposées, des menées différentes :
 il y aura bientôt divergence entre le diaphane et le dur.
Il n’est pas question de fusionner entre eau et feu comme avec le H63.

Tout individu cherchant sa place dans le monde s’efforce
 de se rapprocher de ce qui le ressemble.
Comportement mimétique, qui stimule et rassure à la fois.
Enfin je rencontre cet autre moi-même, parfaitement identique !
Mais l’illusion ne dure pas, et le mélange
 se défait bientôt sous les feux cruels de la réalité :

Boris Cyrulnik dans Les Nourritures affectives écrit ceci :

" Si l’autre introduit le même monde que le mien,
notre monde interpersonnel sera d’emblée familier.
Ce comportement mimétique crée d’emblée
un monde interpersonnel heureux,
car il stimule sans angoisser.

Mais cette condition du bonheur implique
 que l’autre soit parfaitement identique
car la moindre variation crée une sensation d’étrangeté angoissante
qui risque de nous faire basculer de l’extase
 à l’horreur en nous poussant à éliminer
celui dont la minuscule différence vient de gâcher notre bonheur."


Mais l’innocence de la brume ne résiste pas longtemps à la clarté du feu.
S’ensuivent des désaccords et les disputes,
qui ne font pas la part entre la remontrance superficielle et le vrai différent.

Quand notre façon de penser diffère de celle d’un autre,
 chacun doit prendre du recul vis-à-vis du sujet de controverse
 pour avoir une vision d’ensemble plus nette.

Lors d’un conflit entre l’intuition et la rationalité,

le plus sage est de se dégager d’abord des frictions trop rapides,
 de s’éloigner des points d’achoppement afin de retrouver un terrain d’entente.

 Cette approche intelligente de l’opposition consiste tout d’abord à le définir
 ce terrain neutre et ensuite s’y rencontrer.

C’est peut-être une démarche difficile à entreprendre mais, en persévérant,
l’effort en vaut largement la peine car il peut apporter des bienfaits inattendus.

Et comme les difficultés de communications peuvent toujours être surmontées
quand il y a un désir sincère de parvenir à l’harmonie,
nous devons en premier et le premier, assouplir notre mode de pensée
qui parfois est rigide.

De véritables résonances deviennent alors perceptibles,
 des harmoniques communes redessinent le chemin d’une unité possible.
mieux : établir le domaine partagé conduit bientôt à percevoir la différence.
Mais elle n’est plus un obstacle à l’entente.

Ce qui heurtait prend tout son sens,
ce qui était refus de se laisser altérer apparaît peu à peu
comme une nécessité au vu de chaque identité.
La vision des oppositions, des différences dans le quotidien,
ne peut être poussée trop loin afin qu’elle ne se transforme pas
en incompréhension puisqu’elle porte en elle de l’ harmonie.

Pour ne pas tomber " dans une divergence stérile
un guide exprime la sérénité selon les chinois :
…/… elle conduit à tous les biens ".

En cet état de point de vue différent il est utile de trouver un équilibre,
le guide H30 est un filet d’oiseleur et une forte mise en lumière.
Il sonde l’invisible lumière, par son feu éclatant, brillant, et va illuminer ce "dessein" universel, le destin d’une décision.
Sans oublier d’établir l’harmonie avec soi-même et la Nature.



30, le feu ou ce qui s’attache, la saisie ou " filet d’oiseleur" ,
lumière, force et beauté, clarté, ou synergie.


Le H30 est composé du trigramme Feu redoublé.

Les mots : feu – illumination – inspiration – dévotion – passion dévorante – régénération – spiritualité – vertu – éveil .

Mais aussi :
Quitter, se séparer, s’éloigner, s’écarter (de la norme).
Deux, ensemble. Rencontrer par hasard. Appartenir à, adhérer à.

Autres symboles :
L’arrière-train d’un bovidé, sa tête surmontée de corne et un oiseau – un buffle d’eau et son petit héron, image de ce qui est lié – pique-bœuf – hésitation entre partir et rester – un filet – un réseau – fascination – lumière – vers le haut.

Le Ricci : Splendeur, moment où, des profondeurs, surgit l’éclat multiple de la beauté.


Avec un guide pareil,
 il est nécessaire de faire face à l’éclat,
 au rayon de lumière qui éclaire subitement l’émotion, l’incitation
et ensuite de les plaquer au sol, c’est-à-dire dans le présent.

Plaquer au sol un rayon de lumière s’apparente
à freiner avec douceur.
Le soleil (ou les cycles du soleil) est évoqué en ce H30, c'est aussi :
une lumière intérieure, les prises de conscience,
 les objectifs, la vision, la clarté pétillante,
 le travail en tandem, la coordination, la synergie,
 le combustible c'est-à-dire la source d’énergie nécessaire à la lumière.

La lumière dit-on resplendit deux fois.
Une première fois dans le cœur du sage,
 dont c’est toute la noblesse que de se prêter à cette gloire.
Une seconde fois lorsqu’il la transmet au-dehors,
pour mieux l’enraciner dans le concret de la terre.
L’arbre est encore contenu en ce H30 mais peut aussi subir un incendie.

De plus la lumière n’a pas d’ombre, allumez une allumette,
 éclairée si possible par un projecteur et regardez ce phénomène,
l’allumette (en bois) à une ombre le bois étant brulé, pas la flamme.


" Tu t’exerçais à être aveugle pour mieux saluer cette clarté
que seule l’obscurité possède : celle qui est hors de vue
et qui enveloppe le secret. Non pas un secret dissimulé
mais l’évident, le manifeste secret de l’être, de la vie, la mort. "

 Jean-Luc Nancy dans Hommage à Jacques Derrida.

Une belle image est donnée par ce guide, le feu, la flamme,
laquelle dépend de ce sur quoi elle brûle.
De plus si elle n’est plus alimentée, elle s’éteint.
La flamme, de par sa dépendance et sa docilité,
 émet de la lumière.
L’image laisse entendre que la clarté
 s’obtient grâce à la dépendance vis-à-vis
de quelque chose de plus élevé
 que soi-même et grâce à la docilité.
Ainsi le guide aide à une compréhension parfaite de tout ce qui peut éblouir.

De Gaston Bachelard ceci :
"  La lumière ne fait donc rien.
Elle attend l’œil.
Elle attend l’âme ".

Dans  La psychanalyse du feu.

Sachant que toute évolution (ou obstacle) contient en elle (en lui) de l’harmonie,
toutes avancées dans le bien,
vécues en une pleine conscience,
 est appréciable.
C’est l’art de voir grand, ensuite de se maintenir dans le yin,
qui a pour effet de démarrer le processus yang,
sa contrepartie et la décision naît.


Cette association fait rappel
à un nécessaire essentiel !
Tant que nos sentiments nous rendent dépendants
de choses incorrectes,
 nous ne pouvons pas voir avec clarté.
En nous détachant des dépendances incorrectes et
en nous attachant à ce qui est plus élevé que nous-mêmes,
 nous atteignons la clarté ou lucidité par le calme.

Il est suggéré par cette association une méthode pour déployer des connaissances acquises
progresser et de savourer le moment propice
pour engager une action à son heure
et de surmonter une "émotion qui peut être incorrecte.

Les oiseaux comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel.
Chaque jour est comme un vol d’oiseau
majestueux, libre comme  le vent,
il "colle" avec ce vent.
Et s’il ne colle pas à ce vent, il chute.

Les trigrammes de ces deux hexas éclairent cette association H43 et H30.
Déjà par des mots simples comme décision et éclairage,
deux mots ouvrant une perspective
de comment agir en pareille circonstance si lumineuse.

Le symbolisme de ces deux hexas est simple :
H38 : le trigramme Brume (du lac) en bas est surmonté du trigramme Feu.
H30 : le trigramme Feu est en bas comme en haut.

La brume est un élément fort de communication, d’échanges d’informations
et cette brume, ces gouttelettes d’eau sont comme menaçantes.
Il y a dit on danger dans la décision, et surtout
« …/…cela n’est pas profitable de recourir aux armes…/… »
Un feu vient-il à embraser la situation ?

Lorsque le feu émet son énergie sur terre tout progresse, faune, flore, humain
et lors du haut d’une montagne, il voyage (le feu).
En plein jour cette progression des éléments naturels de la vie sont visibles et nous apprend à en conserver un respect, une distance.

Ne pas faire feu de tout bois,
 l’expression ancienne étant faire flèche de tout bois.

Il est des précautions à prendre en telle décision qu’une prudence est de mise, c’est ce feu en symbolisme qui rappelle la notion de danger et pas forcément la brume.

Brume en bas et feu en haut, aucun commerce entre humidité et feu n’est possible.
La brume restant en surface et le feu s’étendant vers le ciel et prennent des directions opposées. Comment les faire se rejoindre ?

L’intervention du ciel est majeure et de restaurer la clarté, la lumière pour l’installer durablement en haut de l’affiche. 

Toutes différences, divergences doivent faire appel à des conseil orientés.
User de tact ou s’investir en des actions d’autorité, mutuellement de garder ses distances
d’œuvrer par une subtile éducation cette fois-ci au grand jour. 

S'embrouiller, se contredire développer une forte opposition en de telles circonstances,
 est-il encore possible de parvenir à une entente ?

C'est ainsi que le Yi King donne cet avertissement :
 restaurer tout équilibre en tempérant constance et inconstance,
cela réclame une bonne dose d’harmonie à développer en soi.

L'action du ciel est préconisée, intervenir par des actions dynamiques à rétablir un ordre
face à la confusion par une ou des résolutions affinées, affirmées.
En cette étude des H38 et H30, il y a induit contradiction ou espoir de parvenir à une entente ?

Le feu, activité Yang hors norme éclaire les épreuves de tout échauffement ou incendie des émotions face à la nature.

Une autre image d’une autre version donne ceci de ce H30.
Celle de deux animaux, l’un fabuleux la licorne et l’autre l’oiseau.
Beaucoup de légendes ont décrit la puissance de la licorne et sa pureté,
 qui ne sont pas terrestres.

L’autre image est un oiseau qui vit dans le ciel dont il apporte les messages sur terre.
Dans cet idéogramme, licorne et oiseau font un bout de chemin ensemble :
ils se joignent, s’attachent, puis se quittent.

En son ouvrage « le Perpétuel devenir »
 Marguerite de Surany apporte sa version du H30:
"La licorne est un animal fabuleux dont la licorne unique, symbole de puissance spirituelle, de fécondité et de pureté, est masculine par sa forme de phallus, et féminine par sa partie creuse.
Les Hébreux disent que la corne est en relation avec Yavé et qu’elle est faite de rayons lumineux : la Tradition lui donne l’éclair comme symbole.
Le yi king dit " Le soleil et la lune sont en contact avec le ciel".
 La licorne androgyne est en contact avec le divin.

L’oiseau est le messager qui unit le ciel et la terre.
En Taoïsme, il est le symbole de la libération de la pesanteur.
La lumière descend du Macrocosme dans le Microcosme sous la forme d’un rayon lumineux appelé "éclair."


Les questions traitées de tout attachement par le feu subissent un même sort
celui de s’enflammer, parfois de s’éteindre mais si des braises subsistent,
 un peu de vent et c’est reparti.
Peut-être ce feu est trop beau pour durer ?
Tel un éclair, une foudre, tout ici ne dure qu’un temps,
seul le soleil persiste à réchauffer
une décision opportune.

Le moyen d’obtenir des conditions idéales pour renverser les divergences,
prêtes d’être acceptées, est souvent l’œuvre d’un interlocuteur véhément
et de parvenir à une imprévisible convergence d'idées…
par l’harmonie qu’il dégage !


 

Guy H

[Aparté : A signaler qu'il y a un éventuel rapprochement à des événements actuels,
 notamment une grande divergence d’esprit entre deux candidats aux élections américaines, alors que cette étude résulte d’un tirage totalement aléatoire par les baguettes.]


Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.12 secondes avec 15 requêtes.