Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
22 Septembre 2018 à 07:56:10

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Hier à 02:20:29 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



21, mordre au travers et unir
et 2, le féminin, élan réceptif ou matrice originelle.



21, mordre au travers et unir.

 Où le trigramme Foudre est surmonté du trigramme Feu.

Cet hexa signifie supprimer les causes de désaccord.
C’est un redoublement d’énergie, en haut la clarté, en bas l’ébranlement.
Les choses de ce monde ne peuvent suivre librement leur cours,
car il existe des causes de désunion.
Il faut éliminer l’obstacle par une décision ferme pour établir la libre communication.

Le dictionnaire Ricci définit ainsi le 21 : Intervention active,
moment où l’emploi de mesures vigoureuses
 rétablit l’harmonie entre le haut et le bas.

Les mots : accomplissement d’actions décisives – rétablissement de l’ordre – usage sensé de la force – justice – dévouement tenace à la tâche .

Mais aussi :
Shi : Mordre, mâcher, manger. Atteindre, arriver à.
He : Unir, ensemble, fermer. Boire.

Autres symboles :
La bouche d’un chamane, celui qui utilise un texte écrit sur bambou, réunit ce qui était séparé – mâcher – trancher – la bouche se referme aussi aisément que le couvercle s’emboîte sur le récipient – les chamanes mènent l’enquête – manger.


SHI HE.
SHI est la parole (une bouche à gauche dans l’image) du devin à son consultant 
à sa droite, les deux hommes sont entre ciel et terre,
 et la barrière de la science les sépare,
car l’un sait et l’autre ne sait pas.

En haut de ces hommes, deux tiges d’achillée,
 l’herbe aux devins ( les baguettes utilisés pour les tirages).
SHI est la vérité.

HE évoque la parole (une autre bouche) qu’un homme dissimule, comme le couvercle dissimule le contenu du vase : HE est " le menteur ".
SHI HE est celui qui fausse la vérité… mais pas seulement cela !

Il évoque alors une recherche de vérité et de trouver le devin.
Puis l’ayant trouvé et vu avec lui l’obstacle,
c’est au consultant alors de supprimer l’obstacle de manière radicale,
pour mettre un terme à tout malentendu
 et favoriser l’union juste entre les éléments de la situation
 qui souffrent injustement à cause de cet obstacle.

Sylvie Verbois dans son Yi King  " classique de la simplicité " , détaille ainsi :

"Une bouche ouverte qui interroge le sort au sujet d’un bien personnel.
Il existe un obstacle à détruire. La marche est entravée.

Avant de rendre sa réponse, l’être qui tire les baguettes doit apprendre à
regarder au-delà des apparences.
Comprendre ce qui se passe, entendre les avertissements du ciel.
Le sang bat, l’être a de la fièvre.
Dans un vase rituel, le sang sacrificiel repose. "


Des contraintes se précisent, elles risquent d’engorger l’être
qui interroge le sort.
Il convient de serrer les dents mais de ne pas remâcher de vieilles histoires.
Ne pas laisser les contraintes s’entasser car
 elles deviendront carcan de fer et fers aux pieds.

Et dans l’indication " ne pas avaler de l’or, on risque la mort "
 c’est être attentif à ce qui nous nourrit :
profession, travail ou alimentation;
 ne pas trop en faire ; l’être risque l’indigestion.

Voyons maintenant une autre vision de SHI HE.
Trigramme du bas le Tonnerre, en haut le Feu. 
Tonnerre et foudre, c’est l’orage.
Le tonnerre qui secoue et l’éclair qui aveugle.
Vivacité soudaine qui met brutalement face à la loi du ciel.
L’un est la décision véhémente.
L’autre est le feu, le soleil, l’éclair, la hallebarde et les armes.

Charge conjointe, violente, intraitable.
Tohu-bohu qui jette dans la confusion,
comme pour précipiter une fin et enclencher un début.

Le couperet de la loi s’abat telle la foudre.
Mais il exige une lucidité parfaite.
La loi est comme le calque qui préfigure le châtiment.

Elle sera d’autant plus respectée que son ombre est flagrante.
On ne tranche pas à tout propos : lorsqu’il s’agit de procédures,
il faut intervenir à bon escient.

Quand c’est la montagne qui rencontre le feu,
elle en retient l’éclat et adoucit son tranchant :
c’est le moment de la diplomatie ou du voyage.
Mais quand le feu s’associe au tonnerre, l’heure est à l’application de la loi.
Seulement on ne s’arroge pas le droit d’exercer seul la justice.

L’hexa 20 nous invite à regarder,
observer en nous, contempler;
il nous préparait déjà à intervenir sans faiblesse pour rétablir une harmonie.
L’hexagramme 21 lui, nous dit " en avant " !

Et comme certaines situations sont tellement inextricables que
chercher à les démêler n’aboutit
 qu’à les embrouiller encore plus.
 En pareil cas une intervention vigoureuse et
 décidée est envisageable… alors nous " mordons " dans un but : unir.

Ce pis-aller, brutal mais efficace,
se dit en français trancher le nœud gordien,
 et en chinois employer les procédures judiciaires.

Donc mordre (ou décider de mordre) oui mais unir en même temps,
pas facile car il faut une conviction très forte
 pour rétablir de l’ harmonie.   
Et d’ajouter suffisamment de Yin et ou de Yang de manière équilibré
Qui va apporter son aide pour s'y employer ?

Celui qui donne une pleine expression de souplesse et d'innocence,
car il sera réceptif tout au long de la situation.
Ah, ce Yin quand tu nous tiens et apportes souplesse et don de soi,
le principe féminin en son éclat.




K’OUEN.
2, le réceptif ou élan réceptif, la terre ou matrice originelle.


Les deux trigrammes Terre sont redoublés, six traits Yin,
c’est le Yin en puissance...matrice originelle.

Les mots : principe passif yin- dévouement- patience- soutien- obéissance- réceptivité- intuition- terre- mère.

Mais aussi :
Réponse à l’appel, vertus féminines. Femme, féminin.

Autres symboles :
Un autel en pierre – une pierre dressée – la terre qui s’étend et donne sans fin – espace qui permet à tout ce qui est de germer – aptitude à recevoir et recueillir – vertus féminines – souple.

Le Ricci : accueil docile, repos fondamental, puissance passive de réalisation, considéré comme l’attribut de la terre.


La réceptivité est un équilibre subtil,
par des qualités de docilité,
 d’ouverture ,
de nourricière,
et étant intensément dévouée et
suffisamment forte pour persévérer,
la terre passe par des périodes les plus éprouvantes comme les plus joyeuses.

La force de la réceptivité réside dans sa profondeur,
 dans sa capacité infinie à absorber une dynamique de restauration
et à lui servir de support...
c'est pour cela qu'il est souvent
dit de la Terre (le Yin parfait)
qu'elle supporte tout ce qui lui est fait
ainsi que tous les êtres venant au monde qu'elle engendre.

Elle supporte donc toutes les mutations et peut franchir toutes situations périlleuses, elle peut le faire.

Le guide par l’hexagramme 2,
met en marche la réceptivité en pareil moment,
 il impose déjà de grandes réalisations
et donc il est impérieux de faire émerger des forces Yin
 qui sommeillent en soi.
Un bel apprentissage comme de se ressourcer est chose difficile
dans un moment de déprime,
la méditation est recommandée avant toute action,
action qui ne se fait que dans et par la souplesse.


Cette association, H21 et H2,
où le trigramme Foudre et du Feu (ou lumière)
s’entendent parfaitement avec le Yin redoublé, la Terre,
pas si passive que cela……
est créatrice d’harmonie.

C’est aller vers la restauration d'une harmonie perdue,
sans avoir eu à trop réfléchir pour s'engager.
Et parfois une énergie dynamique mène
jusqu’à l’extrême nécessaire et impose avec le Yin.


Guy H

[Aparté: hier 1 et 49,
 ce jour 21 et 2...belle harmonie
à chaque association pourrait-on dire.]

 2 
 le: 20 Septembre 2018 à 06:40:04 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H


1, l’élan créatif et 49, la révolution.


L’élan créatif ou puissance créatrice, le ciel redoublé ou mettre en mouvement.

Les mots : principe actif yang  - force – ténacité – dynamisme – inspiration – ciel – masculinité – autorité – père .

Mais aussi : Ciel, firmament. Masculin. Le souverain.
Prononcé Gan : sec, séché par le soleil.

Autres symboles :
Le soleil réveille brumes et germes enfouis dans le sol – évaporation – séchage – le ciel – le souverain – ferme.

Le Ricci : l’élan , le dynamisme fondamental, la puissance active de transformation, considéré comme l’attribut du Ciel.


Ces six traits Yang qui composent le UN, c’est la manifestation du YANG.
L’origine de toutes choses, avancement jusqu’à l’état de perfection.
Son origine, provient de la Montagne. Un trait yang surmontant deux yin.
Le ciel se trouve en liaison direct avec la Montagne d’où ce lieu pour transmettre son potentiel yang.
L’énergie vitale exprimée par cet hexa est à l’origine de tout commencement d’activité.

"La marche du Ciel est puissante
ainsi l’homme de bien se fortifie sans cesse."


L’image de cet hexa UN est un soleil, symbole de Vie et de Lumière, se lève et perce à travers les branches.
Il réchauffe l’atmosphère.
L’humidité, appelée par le haut, quitte le bas et monte en vapeurs.
L’un et l’autre s’attirent, l’un montant, l’autre descendant.
Ce soleil va absorber l’humidité de la terre, comme le mâle
 met en mouvement le féminin qui lui répond.

Ce UN démontre que quelque chose de nouveau est en train de naître.
Une révolution ?
On doit reconnaître une grande intelligence, de la fermeté, beaucoup d’activité.
Le yang en sa pleine expression.

Le Ciel est le souffle inépuisable de l’infini.
Esprit d’émergence et force de renouvellement, aptitude à concevoir, à initier, à orienter,
 le Ciel est l’image d’un souffle créateur qui possède en lui-même
 la ressource nécessaire pour aller de l’avant et se perpétuer sans cesse.

Le quotidien peut surprendre par une activité au-delà de la norme.
La norme est un " souffle " nouveau dont les effets visibles font un peu partie de  soi.

François Cheng dit à propos de ce "souffle" :

 "Quelque part, un souffle d’avant vie cherche à se muer en chant.
A cet effet ce souffle a besoin de prendre possession,
 parmi les hommes,
de quelques êtres assez résistants pour supporter
sa terrifiante pression,
assez tenaces pour se laisser pousser plus loin qu’eux-mêmes."


" Accepter de persévérer, quoi qu’il advienne,
est la marque d’une maturité qui ne peut naître que de l’expérience."


Et quel est ce guide qui nous prendrait par la main ?
Celui qui intervient pour que  soit exprimée une action yang
à développer autrement qu'à l'habitude,
cela peut être appris simplement par (avec) une révolution-évolution.

L'Être (divin, supérieur) peut s’exprimer lorsqu’il a emprunté le bon chemin.

Il est arrivé à une intersection et là il doit se remettre en cause.
Cette réflexion se fait spontanément ou pas.

Le guide va expliquer d’aller de l’avant avec le H49.

La mue ou " révolution "  parle de modifier,
 c’est une invitation à créer autant d’espace que possible dans la vie,
 pour laisser de la place à la nouveauté pourquoi pas lorsque
 le " Ciel " devient éclatant.

Ce H49 prévient même qu’une révolution-évolution
 est  "en marche".


49, la révolution, mutation, changement, transformation ou modifier.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Lac ou Brume.
La nature du Feu est de s’élever, celle de l’Eau de descendre.
L’Eau et Feu s’influencent mutuellement,
d’où l’image de séparation nécessaire.

Le Ciel et la Terre changent, les quatre saisons s’achèvent.
Le renouvèlement, la modification, le changement
sont les traces que nous puissions suivre.

Les mots : transformation – changement radical – abandon de ce qui est vieux pour faire place à la nouveauté – bond en avant .

Mais aussi:
Peau débarrassée des poils, cuir en préparation, cuir.
Peau. Cuirasse. Soldat. Éliminer, abroger, retrancher.
Changer, révolutionner, renouveler.

Autres symboles :
Révolution – une peau de bovidé tendue pour être raclée – raser – recycler – transformer la peau en cuir – abolir l’ancien.

Le Ricci : révolution, moment où deux forces opposées suscitent
 le rejet de ce qui est décadent et le renouvèlement de la vie.


Deux hommes écorchent un animal à cornes accroché à une traverse :
 c’est le symbole de changer de peau.

"  La mue de l’esprit n’est jamais regrettable,
Si on l’oriente vers la justice. "


Le temps de la révolution est celui de la rupture quand,
souvent en dépit de ce que vous souhaitez,
 les choses anciennes disparaissent remplacées par de nouvelles.
Jamais aucun serpent ne résiste à la mue de sa peau,
quel que puisse être le caractère désagréable de cette expérience.

Etre simplement témoin des préoccupations de l’esprit vis-à-vis du passé et du futur
 et revenir constamment au présent.

Ce qui peut se passer ce jour,
 dans un quotidien n’est rien moins qu’un virage à 180 degrés,
un bond prodigieux jusqu’à se rendre mille fois plus fort pour s’enraciner
 dans l’instant présent,
 dans le ici et maintenant, ceci en toute sérénité.

Sachant que toute évolution contient en elle de l’harmonie,
toutes avancées dans le bien,
vécues en une pleine conscience, est appréciable.
C’est l’art de voir grand et de se maintenir dans le yin
qui a pour effet de démarrer le processus yang,
sa contre partie et l’inspiration naît.


Confucius disait :
" Il est bon d’habiter là où règne l’humanité.
Qui choisit de séjourner là où elle fait défaut,
manque de sagesse."


C’est une belle manière qu’a ce guide de
rendre palpable subtilement qu’en toute force à déployer
une observation supplémentaire est la bienvenue et ainsi d’éviter trop de dégâts.

 On peut apparenter cette situation comme réfléchir soigneusement à
tout acte transformateur et faire retour à de l’harmonie.
Par exemple de remuer plusieurs fois sa langue.

On se laisse parfois  aller  à engager trop de paroles sur l'avenir.
L’exaltation " parle " un peu vite.
Suivre les mouvements produits par
 les changements demande parfois à ce que l’impulsivité
soit maîtrisée comme pour franchir l’infranchissable.

Il nous arrive de ne pas savoir par où commencer et qu’un remord
 nous assaille, alors qu’avec une petite réflexion supplémentaire,
 une vision fugace, un regard nouveau pour révolutionner fait tout !
Un retour à une nouvelle organisation survient parfois à la suite d’une révolution.


De l’association de ces deux H1 et H49 :
 il en ressort ceci :

Connaître les transformations auxquelles nous faisons face chaque jour,
c’est prévoir et lorsque toute les conditions sont propices au changement,
 un courant de renouvèlement s'installe, qui pousse à plonger en un flux
d’harmonie.
Suivre un temps de révolution pour s’engager, qu’un bouillonnement se manifeste
au cœur de la réceptivité.  
De parler plus avec le cœur,
et, de consommer avec son cœur
 il se libère de l’harmonie.

Ce guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en prépare l’émergence .
Le H49 s’accorde à de nouveaux cycles (yin- yang) de l’univers,
fait que toute résolution acceptée sans contrainte devient harmonie.
Il est un acteur résolu pour revenir à de l'ordre, remédier efficacement.
Cela a lieu aussi lorsque le UN paraît.

Les trigrammes parlent d’eux-mêmes.
H1 :  le trigramme Ciel est en bas comme en haut.
H49 :le trigramme Feu est surmonté du trigramme Brume (du lac).

 Une activité yang au delà de la norme se manifeste et si elle est accompagné du feu , de l’éclat ainsi que de l’eau contenue en cette brume, la communication a lieu. Puisque feu et eau se sépare par le haut, une révolution entre en activité.

Il est suggéré par cette association une méthode pour déployer des connaissances acquises et de savourer le moment propice où la révolution se doit d’être engagée.

Les oiseaux comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel.
Chaque jour est comme un vol d’oiseau
majestueux, libre comme  le vent,
et "colle" avec ce vent.
Jolie image que de se lancer savamment en une révolution.

La révolution (un cycle finissant, remplacé par un autre)
 rend des services
les rendre précieux est encore plus talentueux.
Il en découle un bouillonnement manifeste,
des leçons apprises par la connaissance des changements.

Cette association est porteuse de réflexions judicieuses,
on s’insère dans un mouvement libératoire.

Connaître les transformations auxquelles nous faisons face chaque jour,
c’est prévoir mais lorsque la puissance céleste s’en "mêle"
alors nous sommes parfois décontenancés.
Secouer sa torpeur,
épurer son regard,
rectifier sa posture,
c’est comme si notre esprit avait mué…
 pour une bonne cause
et de veiller ainsi à ce qui a été engendré.

Rester en harmonie coûte que coûte en pareille situation même chaotique !
Cela est imagé aussi par des catastrophes qui endommagent gravement et
 d’où repart une vie différente.

Il arrive parfois qu'un virage à 180 degrés,
un bond prodigieux, rende plus fort qu’avant et de
s’enraciner fermement dans l’instant présent,
ce ici et maintenant.
La vie a une qualité totalement différente
une fois que cette " peau " est retombée.

Les changements imposent de muer, de muter, changer de saison,
rester en harmonie croissante, décroissante,
ce qui permet de connaître les personnes partageant des aspirations d’harmonie
et d’autres sous l’influence de fils invisibles, imprévisibles.
Une qualité de la vie devient différente
une fois que la " peau " de la mue est tombée.

La vie invite toujours à stimuler,
 à inspirer et donner un cap, une ligne de conduite,
et d'accepter coûte que coûte le rôle de créateur.



Guy H



Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.123 secondes avec 15 requêtes.