Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
29 Janvier 2020 à 04:56:29

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Hier à 12:50:47 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



3, la difficulté initiale ou les difficultés en tout début
et 60 les limites ou mesure.


3, la difficulté initiale
alors que le temps est à l’orage en cet hexa,
il y a des nuages qui s’assemblent en écheveaux épais,
alourdissant l’atmosphère d’une tension indécise.

Le tonnerre est en bas et l’eau en haut de l’hexagramme.
C’est que le tonnerre rôde,
 pressé de se dégager de la confusion et d’enclencher du neuf.



3, la difficulté initiale ou germination

Trigramme du bas, la seule positivité
s’agite sous deux négativités surmonté du trigramme eau
dont la vertu est le mouvement, une positivité est insérée
entre deux négativités.
Ce sens est une chute, cela demande de la vigilance.

Les mots : douleurs de la croissance – doutes et peurs – maladresse – acquisition de force – vulnérabilité – inexpérience.

Mais aussi:
Difficile, pénible.
Avare, chiche.
Prononcé TUN: réunir, rassembler, amasser. Cantonner des troupes à la frontière.

Autres symboles :
Le début – fondation – la jeune pousse sort de terre – difficile – être visible sans pour autant renoncer à sa demeure.

Le Ricci : Affrontement initial, rencontre des deux termes opposés du rythme fondamental, difficulté des commencements.


L’image de l’idéogramme : un germe d’une plante pousse,
 cherche son chemin, et donne deux cotylédons avant de sortir de terre.
Il y a ces deux cotylédons qui se séparent ;
 la radicule courbée exprime l’effort qui fait la plante pour s’enraciner ;
la plumule, elle, perce le sol et apparaît au jour.
C’est une double action qui démontre
un commencement laborieux d’un établissement, une fécondation.

A ce commencement difficile est associé une sentence:
 "  Le commencement est indécis et plein d’obstacles,
mais la force est sous-jacente, et le succès est assuré. "


L’homme de bien perçoit en tout commencement
 l’empreinte d’un tohu-bohu originel.
Nullement désarçonné par le désarroi qui l’environne,
 il ne se laisse ni gagner par le doute,
 ni entraîner dans la confusion,
car il ne confond pas démarrage intempestif
et véritable début.

Il faut donc se rassembler, autour d’un centre
ou d’un homme de bien.
En s’arrachant à toute précipitation.
Tout comme l’humidité des nuages retient le feu de l’éclair,
L’homme de bien prend le temps de réfléchir pour que jaillisse un vrai projet.

Il distingue l’important du secondaire,
 l’essentiel de l’accessoire,
 le structurel de l’événementiel.

Il organise son départ, établit son orientation, prépare son arroi.
En dressant  le cadre,
Il canalise les énergies qui bouillonnent pour en tisser la trame de nouvelles aventures.
Il transforme ainsi  un imbroglio en mise en route sereine.
Pas simple que cet avantage à tirer partie de ces hexagrammes.

Comment une telle " difficulté " peut-elle être guidée ?
Pour s’alléger d’un poids trop lourd à porter,
nous avons donc un retour naturel de forces yang,
puisque le yin est arrivé à son apogée,
 il est remplacé par le yang.

Ce  guide est là pour s’installer dans la mesure
et établir l’harmonie avec soi-même,
 avec ses compagnons, avec la Nature.

Un H 60, pour limiter, mesurer juste
son talent pour appréhender le quotidien…
 sans que cela soit une contrainte arbitraire,
 tout ne peut qu'être harmonie ensuite.


   

60, la limitation, modération, les limites ou la mesure.

L’excès d’eau produit le marais.
Le trigramme du bas est le Lac ou Brume et en haut le trigramme Eau :
c’est l’image symbolique de la limitation ou mesure.

 Les mots : autodiscipline – pratique – respect de soi – introspection – entraînement à la patience – accumulation d’énergie – rituel – maturité .

Mais aussi :
Cérémonie, rite, règle de bien séance. Économiser, modérer, tempérer, mesure.
Fermeté d’âme, droiture, fidélité. Rythme. Degré, niveau, classe. Lettre de créance.

Autres symboles:
Aller vers les bambous - régulation -mesure -économie - souplesse - partage - confondre économie et partage avec radinerie - les bambous proches les uns des autres arrivent à croître et partager sans nuire - s'arrêter quand il faut.

Le Ricci :  modération, moment où un élément modérateur limite les excès et assure l’union.


L’idéogramme chinois est une distribution de bambous et de grains par une autorité.
Au dessus de la brume il y a de l’eau. C’est la mesure.
Est distribué juste le nécessaire à la vie.

La connaissance de la nature du bambou est utile d’avoir à l’esprit en ce H60.

Le bambou est à la fois mâle et femelle.
Dans cet idéogramme, le grain et le sceptre sont chacun surmontés d’un bambou comme pour rappeler que le grain, symbole du Yin et de la puissance, contient le Yang en germe ; et que le sceptre, symbole du Yang et du pouvoir, contient le Yin qui l’appelle.
Le Yin et le Yang sont complets à l’intérieur d’eux-mêmes.
Tout est dans tout, maintenu par des lois soigneusement ordonnées et contrôlées, sans le moindre excès dans aucun sens.
« Du moment où les choses sont réglées par des préceptes, elles se développent librement », disent les textes.

La nature impose des limites à toutes choses,
 obligeant l’énergie à croître de l’intérieur.
En fait, sans limite, il serait impossible d’optimiser notre potentiel.

Ainsi l’homme de bien établit les nombres et les règles
en évaluant l’agir qui déploie le talent.
C'est-à-dire que le cadre dans lequel l’action
se déroule doit être parfaitement défini.
Les limites ne doivent pas en être dépassées.
L’économie est le but des limitations…
l’action mesurée en est le résultat.

On dit que dans la mesure, les brumes
d’abord se dispersent,
puis s’assemblent peu à peu en un courant unique :
une cohésion s’établit – une direction se dessine –
 la vitalité est endiguée qui s’éparpillait sans contrainte.

Et cette autorité ne distribue pas seulement
des bambous et des grains de céréales
mais elle maintient une harmonie par son influence,
 par des lois soigneusement ordonnées et contrôlées.


Le symbolisme des trigrammes explique
 qu’en une telle association un duo magique a lieu.

H3 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Eau.
H60 : le trigramme Brume (du lac) en bas est surmonté du trigramme Eau.

La finalité est de voir l’eau imposer à se préserver,
 d’un débordement,
 d’une inondation avec un écoulement de terrain,
d'une catastrophe.

La brume (du dessus de l’eau, d’un lac)
 symbolise le désir d’expression, d’échanges, de communication.
On dit que le ferme se distingue du souple,
(mais) le ferme de l’eau obtient le centre en ces deux hexas par le trigramme du haut. On dit que l’insondable mesure.
Est-ce définitif ?

Une magie prends corps lorsqu’il s’agit de découvrir son talent
 et d’en affirmer les contours,
la mesure est contenue car le but en fait,
est d'arriver au tout début d'un long périple à accomplir,
à développer sans les émotions .

L’art de la modération permet d’épanouir au mieux
un talent inexploité qui s’éveille et part de zéro...
dans l'harmonie.



Guy H

[Aparté 1 : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.

Aparté 2 Il ne figurera plus d'idéogramme visible en six traits, le serveur les ayant supprimé de son site. Je vais en rechercher d'autres de disponibles.


 2 
 le: 27 Janvier 2020 à 23:35:43 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

  49, la révolution et
39 , l’obstacle ou obstruction.



Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Brume (du lac).
La nature du Feu est de s’élever, celle de l’Eau de descendre.
L’Eau et Feu s’influencent mutuellement,
d’où l’image de séparation nécessaire.
Alors que dans le H63, Eau et Feu fusionneront.

Le Ciel et la Terre changent, les quatre saisons s’achèvent.
Le renouvèlement, la modification, le changement
sont les traces que nous puissions suivre éternellement.

Les mots : transformation – changement radical – abandon de ce qui est vieux pour faire place à la nouveauté – bond en avant.

Mais aussi:
Peau débarrassée des poils, cuir en préparation, cuir.
Peau. Cuirasse. Soldat. Eliminer, abroger, retrancher.
Changer, révolutionner, renouveler.

Autres symboles :
Révolution – une peau de bovidé pour être raclée – raser – recycler – transformer la peau en cuir – abolir l’ancien.

Le Ricci définit ainsi le H49 :
Révolution, moment où deux forces opposées suscitent le rejet
de ce qui est décadent et le renouvèlement de la vie.


Deux hommes écorchent un animal à cornes (un agneau) accroché à une traverse :
c’est le symbole de changer de peau. L’opération de tannage des peaux, dont on élimine les poils en les raclant vigoureusement, jusqu’à la métamorphose de la peau en cuir souple,
 apte à toutes les sortes d’utilisation.
La peau de cet agneau est écorchée, " l’image de chair " de cet animal,
 symbole de l’innocence et de l’obéissance,
va être "renouvelée".

Cette peau a terminé son rôle d’enveloppe matérielle et
 délivre la "Lumière" qui l’a fait vivre
 pour aller prendre "un autre visage".


"  La mue de l’esprit n’est jamais regrettable,
Si on l’oriente vers la justice."


Le temps de la révolution est celui de la rupture quand,
souvent en dépit de ce que vous souhaitez,
les choses anciennes disparaissent remplacées par de nouvelles.
Jamais aucun serpent ne résiste à la mue de sa peau,
quelque puisse être le caractère désagréable de cette expérience.
Le temps de mutation étant arrivé, il importe de s'y employer !

Mais nous, humains, nous avons tendance à résister
aux changements transformationnels,
ne sachant les apprécier en tant que renouveau et
qualité essentielle de la vie.

Créer autant d’espace que possible dans notre vie,
pour laisser de la place à la nouveauté,
voici un bien bel hexagramme qui nous dit comment faire
car il est temps de passer les changements !

On dit que le feu (trigramme du bas)
 est au cœur de la brume (trigramme du haut).
Ainsi l’homme de bien règle le calendrier afin de clarifier époques et opportunités.

Le pictogramme chinois rappelle la colonne de Dad des Egyptiens qui était la représentation d’Osiris, montrant que la vie se manifeste par le moyen de la mort.
Osiris, le soleil nocturne, symbolise la continuité des naissances et des renaissances.
C’est la détermination des époques par des révolutions successives.

Feu et brume conjoints :
 le chaud et l’humide mêlés en une atmosphère dense et lourde,
c’est un brouillard épais, une lueur croît en son sein,
 jusqu’à ce que la tension devienne insupportable pour disparaître.

Révolution : deux véhicules pour cette révolution ,
 le feu intérieur comme une certitude
(on ne peut faire autrement)
 et la brume comme désir de se manifester.
(se mettre en avant dans la révolution).

Autre point de vue de ce mot révolution par C.K.Anthony et H.Moog :
Le terme « renouveau » est préférable à celui de « révolution ».
 En effet, la révolution désigne la manière dont l’ego collectif procède pour opérer des changements radicaux, tandis que le renouveau désigne la manière dont le Cosmos transforme constamment les choses de l’intérieur.

La différence est que la révolution remplace une forme de domination de l’ego par une autre, alors que le renouveau ré-harmonise et réunit les aspects de nous-mêmes qui ont été dissociés par la force ou l’oppression.

De plus, le mot " révolution " fait référence à des changements négatifs (j’ajoute parfois entrainant des actes violents) : la vénération de ce qui était autrefois méprisé, ou encore le remplacement d’une croyance établie ou d’un faux enthousiasme par une nouvelle croyance ou un nouvel enthousiasme.

Par contraste, le « renouveau » implique une action intérieure qui consiste à nous débarrasser de nos croyances corrompues…/…


Toute révolution naît lorsqu’il n’y a plus eu d’autre issue.
C’est une poussée toutefois difficile à contenir lorsque
la mise à jour est devenue nécessaire. Dilemme.

Alors, la lucidité soudainement s’exprime
tandis que le bouleversement s’enclenche
 même si de premières difficultés apparaissent,
un nouveau cycle émerge à son heure,
comme si des temps de révolution s'approchent pour s’accomplir.

Ce H49 invite-t-il à appréhender de nouvelles rives avant de lancer
une révolution ?
Déployer de nouvelles transformations nécessite de la lucidité
avant de voir un bouleversement s’enclencher
avant de voir apparaître les premières difficultés.

Le guide H39 est celui qui annonce des blocages.
Ne pas faire abstraction des obstacles 
demande à s’installer dans la souplesse malgré tout, la subtilité, la délicatesse,
que des qualités yin face à de l’obstruction, à des embuches.



39, les obstacles ou obstruction, empêchement, difficulté, blocage.

Les mots: obstructions inattendues – frustration – difficultés – sentiments d’impuissance – lutte – découragement.

Mais aussi :
Boiter, boiteux. Lent, pénible. Difficulté, malheur, souffrance, pauvreté, gêne.
 Orgueilleux. Arrogance. Entremetteur, mariage.

Autres symboles :
Toits et fenêtres bouchées – le pied ne peut pas avancer – blocage – obstacle – boiter – volonté inadéquate – orgueil – arrogance – marche entravée – peiner – difficultés.

Le Ricci : obstruction, moment où la progression n’est pas possible et où il faut s’arrêter pour changer ses dispositions.


L’obstacle qui se présente est dû à l’environnement,
il ne doit rien à la volonté humaine.
Et parfois les difficultés ne peuvent être attaquées de front mais
plutôt contournées… et donc s’en faire une expérience pour méditer et subir
tout bouleversement en tout point harmonieusement.

Si le guide met en garde, c’est qu’il impose
(mais pas intimer, puisqu'il laisse notre libre arbitre agir)
de marquer un arrêt pour s'installer dans la réceptivité,
ou tout du moins de se mettre au ralenti.
On appréhende beaucoup mieux un avatar qui surgit en se mettant provisoirement en retrait.

D'ailleurs s'arrêter parfois, est utile, n'est-ce pas ?
C'est un peut vaincre une impatience.
Cet arrêt imposé doit servir à préparer le moment d’une action de réceptivité,
qui ne doit pas nous échapper.
 Ce moment est celui où l’on n’avance pas car on ne peut avancer.

C’est en cela que le guide a un potentiel de persuasion
pour vivre l’instant d’arrêt au présent.
 Sortir de ces conseils c'est ne pas être en harmonie,
 ne pas être en harmonie,
 apporte alors le lot quotidien d’ennuis dont on se serait bien passé.

Une réceptivité toujours en éveil,
permet de trouver un sommet, un promontoire comme une montagne
ou colline et de plonger non pas en un ravin mais en méditation !

Consacrer toute énergie à favoriser le processus d’équilibre
 (la montagne le permet)
et être dans l’arrêt, c’est aussi se préparer paradoxalement à se mettre en marche,
quoiqu’il advienne même devant un obstacle.


Par une perception intuitive qui vibre en soi
on plonge dans une situation qui semble bloquer, arrêter,
 la terre fait tout de même entrevoir que tout obstacle n’est pas si insurmontable que l’on croit mais il peut être de longue durée.

Un potentiel sans fin devient visible la nature Yin de s’imposer.

Les trigrammes ont un symbolisme qui " parle ".
H49 : le trigramme Feu est en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac). 
H39 : le trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme Eau.

Feu et brume se séparent afin d’œuvrer isolément pour se retrouver puis,
chacun de faire face à deux éléments également opposés
 montagne et eau (d’un ravin, cascade).

Alors comment ces quatre éléments aspirent-ils à se rencontrer pour œuvrer de concert par la suite ?

Quoi de plus simple que d’engager une révolution et d’éprouver des difficultés,
elles étaient initialement induites, et lors d’une révolution,
on rencontre toujours une partie d’insondable, d’inconnu !

Si la montagne qui "décide" bloque et l’eau d’en précipiter des avatars,
l'abondance du cœur (contenue en ce ciel-terre) y demeure forte, quoiqu’il advienne les transformations sont lancées, aucune marche arrière n’est planifiée.

Une réflexion subtile nous assaille sur le comment est l’obstacle?
Comment est-il survenu ?
Comment alors s’en accoutumer ou le faire disparaître ?

C’est en cela que le guide persuade de vivre l’instant d’un arrêt au présent
et d’envisager de faire appel à de l’aide, parfois au prix d’un orgueil à mettre dans sa poche.
 Sortir de ces conseils est ne pas être en harmonie,
 ne pas être en Harmonie,
 apporte aussitôt le lot quotidien d’ennuis dont on se serait bien passé
 lorsqu’on s’engage dans un bouleversement-renaissance.

En cette situation des H49 et H39, il est bon de mettre à profit ces empêchements, ces obstructions, non pas pour les voir s’évanouir comme par magie mais de rencontrer
 un homme de bien.
Dans le " Jugement " du H39 il est écrit :
OBSTRUCTION
Profitable le Sud-Ouest
Pas profitable le Nord-Est
Profitable d’aller voir quelqu’un d’envergure
Présage d’ouverture.


Mais bien sûr pour réussir une révolution on ne part pas seul au combat !


 

Guy H

[Aparté 1 : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.

Aparté 2, je tiens à préciser le côté aléatoire des études
des associations de ces derniers jours.
Un fait très rare est à noter, par trois fois le H49, révolution s’invite.

Le 24 janvier : H49 avec le H43, se montrer résolu.
Hier 26 janvier : H49 avec le H19, l’approche ou s’approcher.
Et ce lundi 27 janvier : H49 avec le H39, l’obstruction.

Il y aurait-il une révolution dans l’air ou plutôt en cet air, un virus venu d’orient ?]

 3 
 le: 22 Janvier 2020 à 01:18:02 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Très jolie alliance naturelle.

La réalité est en ce fond marin !
Merci Izazen !

 4 
 le: 21 Janvier 2020 à 20:10:08 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen
.






L'Australienne et "sirène professionnelle" Hannah FRASER danse au fond de la mer, sans équipement de plonger et sans protection, avec des requins-tigres atteignant parfois 5 mètres de long. Une première mondiale afin de protester contre l'abattage des squales à travers le monde, une mesure prise notamment par le gouvernement d'Australie occidentale en réponse à plusieurs attaques de requins au large de la côte Ouest et dans le but de sécuriser les plages.



 5 
 le: 21 Janvier 2020 à 00:55:10 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



  8, l’union ou alliance, coopération et
22, la grâce, beauté, élégance ou embellir et 10, la marche ou démarche.
Trois hexas à relire.


 

8, la solidarité, l’union, l’ alliance.

Ce H8 signifie le rapprochement ou aide qui sera à définir.

Le trigramme Terre est surmonté du trigramme Eau.
Cela signifie que la condition humaine oblige les hommes
à s’entraider mutuellement...et c’est à cette seule condition
 que nous pouvons jouir de la paix.

Les mots : union – coopération – solidarité – appartenance – travail d’équipe – participation – choix.

Mais aussi :
Voisinage, voisin. Conforme, égal. L’un après l’autre. Concourir, égaler.
Anciennement : alliance mutuelle de cinq familles.

Autres symboles :
S’allier – s’associer – deux personnes qui se suivent – le voisinage – joie.
Le Ricci : Coordination, moment où les énergies se rassemblent
autour de la force centrale, où tous s’unissent autour du chef.

PI. Image de deux hommes se suivant.
 En fait ils agissent dans le même sens.
Cela évoque l’idée de " concorde ".
La solidarité est bonne et présage d’heureux développements,
à condition que l’entente soit parfaite.

On rencontre également les mots comme
se joindre à un autre, coopérer, conspirer,
examiner, juger, comparer, proportionner, assortir, faire la paire.
Dans un très ancien sens oraculaire il y a cette double idée.


"  Un homme cherche à se joindre à un autre,
 d’où découle le double sens de coopérer et de conspirer.
 Il y a coopération s’il y a sincérité et confiance réciproque ;
 il y a conspiration si les hommes sont indignes,
une personne du groupe pouvant "se retourner "
 et dévier de son engagement. "

( Sylvie Verbois)

C’est en ce sens que seul ce H8 a une particularité
 connue par tous ceux qui ont tirés ce  PI,
 celle de réinterroger l’oracle une nouvelle fois.

Car chercher à s’associer pour réaliser une grande œuvre est louable,
 mais savoir avec qui s’allier,
 se regrouper est lourd de conséquence
 si au " fil du temps " la confiance n’est plus.

Un autre hexagramme est nécessaire de connaître pour appréhender cette confiance.
Il est nécessaire en ce seul hexa 8 de reposer une question,
 de recevoir une seconde réponse
car d’autres questions aussi fondamentales apparaîtront.

Commencement et fin de la situation d’union ?
Accord durable ou pas ?
Harmonie durable ou pas ?

Sachant qu’au cœur du 8 , il y a l’hexagramme  23.
L’éclatement, le risque d’effondrement ou d'usure du temps
 sont les raisons essentielles
 pour lesquelles le besoin d’aide solidaire se fait sentir.
Le besoin de tirer une seconde fois est nécessaire,
il y aura donc deux guides pour réfléchir.

Ce PI est la coordination, un moment où les énergies se rassemblent autour de la force centrale,
 où tous s’unissent autour d’un chef.
On dit que le moment de l’union est propice à tous les efforts qui
 nécessitent une coopération harmonieuse
et structurée avec d’autres individus.
La seule chose exigée est que l’engagement de ceux
qui participent à l’effort et leur implication soient d’intensité égale pour tous.

L’eau est au-dessus de la terre. UNION.
L’eau étant au dessus de la terre, elle la vivifie.
En la ré-agrégeant, elle lui rend sa souplesse et sa fertilité.

L’eau vivifie la terre morcelée.
Quand de minces filets s’assemblent en ruisseaux sur le sol,
 la rivière apparaît, qui reprend l’éclat du ciel entre ses deux rives sombres.
C’est un trait de lumière qui s’éveille du noir et le surmonte,
pour dessiner une trace, décider un chemin.

L’eau est le cœur, le sentiment, l’intériorité.
Elle est la tristesse qui envahit aussi.
 Mais lorsque les émotions s’éveillent,
 des résonances peuvent s’établir et les craintes se calmer.
Un air commun se fait alors entendre.

C’est l’une des causes pour s' unir.
On sent poindre une lueur sur laquelle s’orienter,......


......" parce que le sentir s’est élargi et intensifié,
parce qu’il a été désensablé comme
les puits du désert toujours prêts,
 si on les respecte, à donner de l’eau en abondance. "


L’affection est l’élément unificateur qui irrigue les relations humaines.
Elle désamorce la vindicte et l’inquiétude,
elle ramène les énergies qui se dispersent
ou s’évanouiraient autour d’un point où elles font corps.
Tout comme les eaux qui s’accumulent sur la terre
finissent par se diriger vers une direction commune,
 il y a dans le cœur des princes un fond d’humanité
qui permet d’orienter l’attention de tous vers un centre unique.

Le roi est le symbole de ce centre,
 il personnalise l’aptitude à établir des liens et à susciter la confiance.
 Il pérennise la cohérence de la société celle de rester fraternelle.

Les premiers souverains de l’ancienne Chine fondèrent
 de véritables Etats car ils surent,
en faisant appel à la fraternité,
 transformer se simples convergences
d’intérêt en agrégation véritables.


Et à ceux qu’ils établissaient dans les fonctions officielles,
 ils gardèrent leur affection afin qu’ils leur restent proches…
et de loin en loi,
cette sollicitude imprégnerait tous les rameaux de la grande famille humaine.

En résumé les bonnes alliances sont celles où tous,
 dans la mesure de leurs compétences et de leurs moyens,
portent leur seau d’eau au moulin commun,
le regard tourné vers le but ,
 unis dans une même confiance et guidés par les mêmes valeurs.

Voilà cette union, décortiquée
mais voici les guides qui peuvent le mieux
éclairer sur cette solidarité,
cette alliance désirée.

Premier guide le H22, la grâce, embellir, parure, beauté, élégance.

Embellir lorsque des alliances sont à construire, pourquoi pas ?
Par la forme, un embellissement devient ornement.



22, la grâce, embellir, parure, beauté, élégance, raffinement, la forme.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Montagne.
Le feu qui éclaire l’intérieur de la montagne est une image
d’une parfaite correspondance entre l’apparence et la réalité.

Les mots : parure – élégance – mis en évidence de la beauté – extérieur, reflet de l’intérieure  - vanité – charisme – expression de soi .

Mais aussi :
Éclatant, brillant, orné, élégant.

Autres symboles :
Ornement – le jaillissement d’une multitude de coquillages, de choses belles et précieuses – émergence, jaillissement de ce qui est précieux : la beauté naturelle – sans apparence – sans maquillage.

Le Ricci : Raffinement, moment où l’harmonie du fort et du faible contribue
à leur mutuel embellissement.


Dans une communauté d’hommes et de femmes,
il y a un temps venu pour la réalité
de se révéler telle qu’elle est,
dans l’instant… …
tout ce qui est valable dans la situation présente demeure,
tout le reste devient de plus en plus difficile à conserver.

La plupart du temps, cette révélation est intérieure ;
elle peut sembler être causée par des circonstances extérieures,
mais en réalité, c’est l’être intérieur
qui de lui-même s’est réaligné sur le Tao…
amenant à un éveil momentané.

Comme tout est accord,
la grâce ou beauté invite à porter notre regard
sur la parure du jour,
regard porté à la fois,
sur l’aspect extérieur et intérieur.

La grâce ou beauté invite à porter
une attention sur toute parure, embellissement comme pour
jouer habilement du yin comme du yang.... un but:
parvenir dans l'instant présent à
 canaliser toute adversité
puisqu’en retour de cette canalisation,
des réponses à toutes interrogations se font jour
comme par enchantement.

Une bonne raison de pousser vers le bas.
C'est se fier à la nature fluide de la vie
qui parfois est perçue
comme la plus grave des menaces,
car l’esprit interprète souvent (et il se trompe)
la vulnérabilité comme une inadéquation.

Embellir ce flux de la vie voilà ce qui est proposé en cette association.

Ce H22, en guide exprime la beauté de ce qui est éphémère.
Ce qui permet de méditer sur la nature transitoire de toute chose à commencer par les changements incessants.
Ce qui allume en soi le désir d’être conscient de chaque instant et
de modeler la beauté de la vie en une forme d’expression harmonieuse,
en toute circonstance.
 L'art le permet.

Vivre le moment présent est une invitation à briller et faire de son mieux.
C’est un peu comme laisser Mère Nature à être un modèle.
Ne dit-on pas que la beauté de la nature est amour ?
Ce guide difficilement abordable en cette association
est un enseignement, une prise de conscience et
oblige à faire retour sur soi
pour vérifier ses certitudes, et renforcer sa foi.

Et par la citation dans le texte chinois, de prendre exemple sur l’être d’envergure,
à de rares situations (des 64 hexas) on demande de requérir
à l’intervention directe d’un homme de parole…
et en fait de trouver déjà l’homme,
 d'aller voir quelqu'un d’une envergure en n'importe quel quidam.

L’homme de bien ne déroge pas aux vérités qu’il se donne.
Il découvre dès lors, sous l’exigeante contrainte dictée par les circonstances,
 le lien secret entre désir et mandat.
 Il sait que le Yin ne donne pas quelque chose de bon en paralysant
le Yang car c’est lui qui l’anime.
 Et donc, cet homme ou femme parle juste !

Sa parole, de confuse et incertaine qu’elle était, devient pouvoir
dans une forme solide et durable jusqu’à embellir
et d'émettre les mots persuasifs pour construire une alliance, un accord.

 Il y a ici en ces H8 et H22, l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
d’épouser un mouvement global et de demeurer confiant
de la forme que prennent certaines situations sociales les plus imprévues
 puis vient la contemplation d’une harmonie développée peu ou prou.

Ces H8, H22 et H10 invitent subtilement à ne pas être désemparé pour s’engager  énergiquement en cette alliance,
vivre cette expérience sous l’influence du temps!

Et de proclamer :  " Ô qu'il est bon d’accomplir par le beau,
et la bonne humeur."


C’est pour cela qu’un deuxième GUIDE avertit .
 
Après l’éclairage donné par le 22, (l’embellissement)
cette alliance à définir (H8) réclame un second tirage
d’où celui qui précise s'il y aura sublimation ou pas, disent les textes.

Un tel guide amène l’homme à assumer
sa visibilité en s’ancrant toujours plus en la confiance en soi puis de choisir un chemin.
L’alliance n’en sera que plus assurée. Cheminer avec le H10, voilà ce qui est proposée en cette nouvelle étude.


10 la marche, démarche, conduite juste.

Brume (du lac) est surmonté du Ciel,
le supérieur et l'inférieur se conforment à
l'ordre naturel des choses.
Cela implique de reconnaître ce que nous ne pouvons
ni voir, ni percevoir, ni concevoir…
seulement par la perception des changements, on vibre
à l’écho de ce qui ne change pas.


Les mots : conduite – conscience de soi – progression avec prudence et sensibilité – comportement correct – action responsable.

Mais aussi :
Soulier. Marcher, marcher sur les pas de quelqu’un.
 Bonheur, chance. Accomplir, pratiquer. Rite. Conduite.

Autres symboles : chaussure – marcher – revenir au corps – acte sexuel – rituel – rituel de régénération du corps – ne pas s’arrêter.

Le Ricci : marche périlleuse, moment où l’on conjure les dangers.


Il y a fondamentalement deux façons de se conduire dans la vie :
 l’une provient de l’ego, l’autre de ce qui est essentiel.

Acquérir une conscience intérieure
-  c'est se centrer et intégrer
-  c'est ce qui rend apte à agir en fonction de l’essence même d'une situation.

L’H10 la marche traduit une marche harmonieuse à définir et nécessite parfois l’effort de tout une vie.
Un choix s’impose changer sa marche (démarche) ou pas.

C’est aussi ce qu’indique l’image du caractère chinois,
un homme suit son chemin,
et se trouve devant plusieurs voies possibles,
(donc un arrêt est induit, un temps de réflexion)
dont une seule doit être choisie.
Il s’agit donc de "bien choisir son chemin".

Les deux trigrammes sont haut dans le ciel,
 en bas la brume le ciel en haut.
Ciel et brouillard.
 Alors que le ciel éclaire un chemin,
 le brouillard par contre obscurci ce chemin.
 Toute démarche est d’y voir plus clair et
évidement d’emprunter le bon chemin.

Il est dit :

"... implacable, le ciel ordonne et suit son cours,
peu enclin à s’attarder sur ce qui musarde ou le freine.
Vive et légère, la brume entête et séduit,
comme une parole qui insinue ou insiste,
et finirait par l’emporter."


Donc d’un côté, une rigueur qui peut être cruelle,
 de l’autre une insouciance qui frôle l’arrogance :
 une telle rencontre appelle des précautions
 d’où une démarche responsable.
L’idéogramme signifie aussi décider, régler, prendre des mesures.

C’est l’autre tentation à laquelle il faut résister,
celle de vouloir s’affirmer brutalement dans son jugement
sans tenir compte du contexte ou des usages,
alors qu’il s’agit d’avancer sans se raidir
 en veillant à garder l’attitude requise, tendre vers l'harmonie.

Ce H10, fait-il entrevoir
une autre démarche que celle de l’agir…
celle du non agir...pourquoi pas?

Cette notion du non-agir, souvent difficile à comprendre pour beaucoup d’occidentaux,
constitue un des piliers de la pensée taoïste.
 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, "le non agir",
n’a rien à voir avec la paresse, la passivité,
ni même avec une propension à la vie contemplative.

Il s’agit plutôt de la capacité à reconnaître les forces en présence
dans une situation donnée et la direction dans lesquelles elles vont,
de façon à conformer son action – ou son inaction –
au flux des énergies extérieures (ici Yin).
C'est aussi la pratique très calculée et talentueuse
 des joueurs d'échecs ou du jeu de Go.

C'est ce que l'on peut définir par :

"... et consommer avec son cœur il se libère de l’harmonie !"

  Non agir , c’est ne pas ramer à contrecourant :
 si le contexte est fécond et favorable à l’action,
 le  non agir consiste à suivre le flux porteur
et à travailler pour en concrétiser les potentialités.
En résumé, le non-agir consiste à s’arrêter,
 pour éviter de gaspiller ses forces devant tant d’obstacles.

C’est une belle manière qu’a ce guide de
faire toucher subtilement le mot marche,
 en ne marchant pas si précipitamment devant un miroir aux alouettes.

Il indique une démarche, celle de ne pas bouger et de plus rester en coulisse, en l'ombre, (paradoxalement)
ce qui n'empêche pas de penser les pas
et en l’occurrence être décidé en plein jour.
Franchir ou ne pas franchir ?
Poser un pas ou le retenir ?
Changer son chemin ou pas ?

Comme si nos pas, en fait s’effaçaient à notre demande.



Cette alliance embellie appelle cependant à avoir une démarche responsable.

Les trigrammes en présence et leur symbolisme :
H8 ; le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Eau.
H22 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Montagne.
H10 : le trigramme Brume (du lac) en bas est surmonté du trigramme Ciel.

Terre et eau, la base même de la vie sur terre puis le feu apporte, chaleur, lumière et s'attache à tout ce qui le fait vivre.
Là il n'est pas éteint mais couve, la terre en retient sa lumière,
puis d’enclencher un pas en pareille situation demande à la brume de se préparer à diffuser son eau aussi haut dans le ciel,
c'est-à-dire de manière yang par un pas serein après avoir été
« couvé »,
 le temps d'une préparation subtile, en coulisse.
Un choix a été décidé, une marche en avant pour aider.

Démarche ou marche faite de créativité (par la dynamique yang du Ciel),
on modifie sa façon de marcher en pensant GRAND !

L’idéogramme signifie aussi décider, régler, prendre des mesures (yang).
C’est l’autre tentation à laquelle il faut résister,
celle de vouloir s’affirmer brutalement sans tenir compte du contexte ou des usages,
alors qu’il s’agit d’avancer sans se raidir en veillant à garder l’attitude requise, souple.

Souplesse et discrétion sont nécessaires pour gouverner voilà ce que les guides délivrent en ces H22 et H10,
car si nous nous approchons du Ciel, (c’est-à-dire de la force dynamique)
cela ne doit pas se faire de manière désinvolte mais en respectant les rituels.
Respectant les événements tels qu’ils arrivent.

 On n’approche pas impunément la puissance du Ciel.
 On n’éveille pas ingénument le tigre en soi,
d'où l'expression chinoise de ne pas marcher sur la queue du tigre.
Tutoyer la souveraineté exige acuité et souplesse.

Seul l’être grand (sage) sait transformer l’aspiration en véritable vouloir…
le vouloir de paix et sa marche se conforme avec cette aspiration !
Tout pas peut alors être ferme et à la fois souple,
A chacun de choisir la Voie … … ou Tao,
contre vents et marées comme l’est le temps
et laisser faire ensuite le temps au temps.

Dès lors un grand potentiel de s’exprimer, d'où nous pouvons émettre cette pensée:
 "  Ô qu'il est bon d’accomplir un potentiel réfléchi et choisir son chemin".

Ainsi le désir d’être conscient de chaque instant (même le plus faste)
fait apparaître l’harmonie en tout présent.
Vivre le moment présent est une invitation à briller de tous ses feux.
C’est un peu comme laisser Mère Nature à être un modèle
et de marcher avec Elle.

Ce que l’instant (inattendu, spontané) a suscité,
c’est le temps qui en révèle le bien-fondé et la teneur !

Ô combien l’univers est bien fait entre ce yin et ce yang ,
 alors tout est en place, dans l’instant présent.......rien ne déborde plus,
c'est l'harmonie.

Une marche harmonieuse par cette danse de la Brume et du Ciel.
Il est souvent question d’accepter qu’une situation prenne un changement différent
 que celui initialement envisagé comme un non-agir.
Une manière aussi de se conformer au Tao
avec un ingrédient subtil : se projeter en cette alliance.

Se gouverner et gouverner les autres,
fait accepter le farouche au prix  d’un effort infime
par la mesure de l’harmonie.
Elle accomplit sans cesse si la confiance naît en chacun des participants au grand projet d’unité.

Le livre des transformations est si changeant
qu’il permet de faire voir,
entrevoir l’énergie invisible que chacun détient
 et demeurant tout simplement dans l'observation et
l’écoute du vent comme du ciel,
son utilisation permet de rassasié tout individu
au point aussi d’être emporté
 par la certitude de sa toute-puissance,
qu’on ne soit plus très conscient de son action solidaire.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

 6 
 le: 20 Janvier 2020 à 01:48:13 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
L’Illumination de l’insaisissable
                         " Souple et faible triomphent de dur et de fort. "

 7 
 le: 19 Janvier 2020 à 11:21:39 
Démarré par Guy H - Dernier message par Izazen





Méditation Transcendantale - Maharishi Mahesh Yogi au Lac Louise, Canada, 1968


 8 
 le: 18 Janvier 2020 à 21:22:50 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H
Izazen

très joli rapprochement avec le texte, merci de ton ressenti par
 cet extrait de vidéo,
cela me fait ajouter ceci :
"  L’être qui trouve cet hexagramme,
est en possession d’une certitude dépassant le raisonnement.
Aucun mot ne peut parvenir à exprimer
 la confiance absolue ressentie dans ces moments-là. "

Guy H

 9 
 le: 18 Janvier 2020 à 21:17:57 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

33 , la retraite ou retrait et
57, le doux ou se modeler, influence pénétrante tel un vent.


La réflexion de faire retraite passe à la
dimension des actes à accomplir, en un retrait ou plusieurs.
Guidé par le H57 un bon retrait stratégique peut avoir lieu.

Faut-il y voir par quatre fois ce mois-ci un rapprochement avec les circonstances concernant le projet de réforme en France ?

Particularité de ces deux hexas:
- en ce H33, l’idée (d’un sanglier se cachant) est une adaptation appropriée de se retirer d’une situation problématique qui n’est pas de fuir.
 - en ce H57, on acquiert des dispositions pour modeler, s’adapter à une situation nouvelle.



33. La retraite ou retrait stratégique.

La permanence, la durée (H32) crée la nécessité du retrait.

Le trigramme Montagne est surmonté du trigramme Ciel.
Le ciel par sa nature est au-dessus.
Néanmoins la montagne demeure immuable
et conserve ses forces, même si elle est dominée.

 Les mots : départ à point nommé – lâcher prise – repli – réévaluation – retrait – conseil de s’en aller sans la moindre hésitation ( de la situation).

Mais aussi :
S’enfuir, s’échapper.
Se cacher, se dérober, disparaître. Tromper.

Autres symboles :
Le porcelet qui s’enfuit ou se cache à l’approche du danger – reculer – s’enfuir – se cacher – céder – se retirer.

Le Ricci : retraite, moment de recul qui permet de l’emporter sur les forces adverses.


Après avoir duré, enduré, la manière dont notre endurance (H32) a duré… … vient le retrait.
".../...Non pas un sauve-qui-peut qui s’installe mais ainsi par un retrait on abandonne pas purement et simplement le champ de bataille à l’adversaire.
On lui rend plutôt l’avance difficile en manifestant encore de la résistance en des points isolés.
De cette manière on prépare déjà la contre-offensive dans la retraite.../..."

Cette première phrase citée est l’une des plus prisées pour définir
un retrait stratégique selon R.Wilhelm.

Voyons l’image de ce TOUN.
De droite à gauche, un sanglier au clair de lune marche lentement.
L’idée suggérée est celle de " dissimulation " dans le sens que :

"C’est dans une vie sans éclat que le petit réussit".

 Et par extension un vieil adage chinois invoque par :
"Mieux vaut attendre longtemps pour s’unir que mal s’unir".


Paco Alpi et Alain Constantin en leur " Mémoire de la Mue " apporte un complément :
"…/… Il y a des traces d’un passage de pas,
perceptibles à la lumière du clair de lune,
un cheminement discret dans l’obscurité.
Le sanglier s’est retiré dans sa tanière.
Il fuit l’adversité, sans colère.
L’hiver lui donne le temps d’un repos bien venu.
Immobile et attentif au moindre détail,
Il se tient à distance du danger,
comme il convient. "


Se tenir en retrait est devenu nécessaire face à l’arrivée d’éléments perturbateurs dans la situation.
 Mais il s’agit d’un acte volontaire car comprendre la loi
d’une telle retraite active n’est pas aisé voire même
pour des stratèges militaires, être inacceptable.
L’idée de fuir, s’enfuir à l’approche d’un danger n’est pas spécifique chez beaucoup d’animaux ; c’est une réaction instinctive.
Le mot fuir composé avec le signe marche est associé avec le mot bouclier, cela insiste sur une fuite comme moyen de se mettre à l’abri.
En fait dans le but du retrait est de conserver sa propre liberté
et de ne rien se laisser imposer.

SOUS le Ciel il y a la Montagne… retrait.
Ainsi l’homme de bien tient l’homme de peu à distance
 sans haine mais avec rigueur.
Le ciel est la fermeté par qui le monde suit son cours.
Son mouvement est fluide ; il s ‘éloigne et revient,
de déploiement en repli, s’imposant des détours pour mieux inscrire sa course dans une longue échéance.

La montagne touche au ciel,
c’est pour "toucher au ciel" que les ermites s’y retirent,
préférant au contact des hommes la proximité de ce qui préside
au fonctionnement des choses...le ciel.

La montagne est la gardienne du ciel.
Par sa masse importante, elle est l’arrêt,
et oblige à gravir la hauteur à qui voudrait s’aventurer par-delà cette porte.
Et les plus téméraires de s'attaquer aux sommets de l'Himalaya.

C’est un surplomb que la montagne propose,
qui mène à replacer la perspective dans le paysage,
 l’instant dans la saison,
cela invite à percevoir l’immense perpétuelle "boucle du temps."

Ainsi par le retrait, l’homme de bien connaît le temps.
Pas de mouvement sans retrait,
 pas d’expire sans inspire, pas d’aller sans retour.
Il sait que, dans le pas en arrière, un en avant prend son élan.

Et donc " l’homme de bien" se voit confronté à l’homme de peu qui
lui est dans l’incapacité à voir au-delà de la circonstance immédiate.
Nous arrivons à un point crucial de la situation TOUN.
D’ailleurs ce qui a fait naître cet hexagramme, c’est l’hexa nucléaire H44,
"  être accueillant ", accepter ce qui vient .
La retraite vient-elle à son heure à qui sait attendre ou bien
 la déclencher par impatience ?

Solidité de la montagne qui maintient à distance,
aisance du ciel qui ne s’éloigne dans l’obscur
que pour mieux demeurer  lumineux.

" L’homme de bien connaît le juste,
l’homme de peu ne connaît que le profit. "

Confucius.
La souplesse est une mise à l'épreuve en une retraite qui est un pas réfléchi.

Cela peut se faire de manière harmonieuse comme un juste retour
 à des positions fortes avant d’en entamer un pas ou d'autres.

Arrive le point crucial de la situation TOUN
le moment de se désengager de l’œuvre accomplie est à son apogée,
 l’homme de bien ne se laisse pas dicter sa conduite
par ceux que leur intérêt et leur petitesse aveugle.

Etant à lui-même sa propre référence,
 il sait garder son orientation sans perdre sa stabilité ;
 il ne subit pas la relation.
Il comprend la nécessité du recul, se détache, et fait confiance au ciel.
Comme le ciel, il ne se laisse pas atteindre et
 poursuit sa marche implacable.
Comme la montagne, il bloque rigoureusement
ceux qui sèment le trouble, et prend de la hauteur.

Quand arrive l’heure du retrait,
 il rassemble ses forces et songe déjà aux cycles futurs.
Sans rompre avec ceux qui méconnaissent ce rythme –
 cette manière peut surprendre.
La vie sur Terre semble divine avec un guide qui a la manière toute Yin
d’organise l'harmonie.
Sagesse et souplesse sont les capacités du vent répété.
C’est une mise à l’épreuve par un guide qui conseille de s’adapter à une retraite harmonieuse.
C’est le H57 qui s’y colle.


 

57, le vent, le doux, le pénétrant,
 adaptation sociale conforme ou se modeler.


En le " jugement " du livre, sont écrites quatre phrases principales :
SE MODELER
Petit favorisant
Profitable d'avoir où aller
Profitable d'aller voir quelqu'un d’envergure.

Lorsqu’il s’agit de modeler, a fortiori de SE MODELER, une intervention de type Yang, vive et rapide, est moins appropriée qu’un attitude Yin de consentement et de disponibilité.
Ce n’est pas par la fermeté mais la souplesse et la répétition patiente qu’il est possible de se vaincre soi-même ou de convaincre autrui, et de faire prendre à la situation une tournure nouvelle.
C’est d’une retraite en harmonie dont il est question et parfois est nécessaire une rencontre utile en pareil moment.


Tout un programme qui parle d'acceptation d'être modelé par la situation.

Redoublement du trigramme Vent .
L’idée exprimée est d’entrer, de pénétrer.
Le supérieur se conforme à sa voie en donnant des ordres,
l’inférieur se conforme à la sienne avec le sourire.
Entrer en soi évite les combats intérieurs destructeurs.

Les mots : pénétration - approche en douceur - influence subtile mais profonde – modération – compréhension – non-violence.

Mais aussi :
XUN : soumis, docile, complaisant, humble. Céder, concéder.

Autres symboles :
Deux mains tendent un plateau sur lequel se trouvent placés des insignes honorifiques, des arcs, des sceptres – accepter les choses comme elles viennent et non pas comme on voudrait qu’elles soient – se soumettre car calculer ne change rien au sort.

Le Ricci : douce pénétration, moment où l’on progresse insensiblement sans aucune violence.


Ce H57 incite à réfléchir et d'user de douceur.
Nous pouvons dire qu’il agit avec le tact utile, naturel comme le vent.
Seul dépend un but commun
nécessitant de s’adapter parfaitement à l’environnement ambiant, à l’instant présent.

L’image de l’idéogramme est d’entrer puis suivre mutuellement.
Y figurent 2 sceaux, deux mains, une table.
Voilà de quoi est composée cette image qui indique
des fonctionnaires investis d’un pouvoir (les sceaux) donnant des instructions.
On retrouve aussi le rite d’alliance entre humain et le divin
dans la consécration du vin par le rite de la messe.

Ce vent répété est aussi l’image de ces rites
 qui s’insinuent dans la population.
Il y a respect des usages, des lois !
Parfois un vent violent vient emporter les évidences et balaie les modèles.
Moment critique où les règles sont caduques,
où les barrières s’estompent.

Le redoublement du vent en cet hexagramme permet d'être
 ni violent ni trop doux.
D’où si nous devons nous impliquer dans un vaste projet 
il est utile d'accepter la différence (ou les différents) comme le suggère le H38,
l’hexa nucléaire "l’opposition" ou "divergence" .

Étant le noyau du H57, l’opposition ou différence, divergence,
 devient constructive et de permettre
 de "passer" en douceur tout propos ou sujet délicat voire controversé.

Tout diplomate excelle en la matière.

«  La colère n’a pas de vraie force,
 elle se gonfle de vide. »

Sénèque.

De Jacques.E.Deschamps petite poésie dans "  64 réponses pour ouvrir sur soi
et la vie les portes de la sagesse. " Extrait de la " Douceur".

"…/…Grand vent brise le chêne et détruit les moissons,
vent léger sent les fleurs et caresse la peau.
C’est la douceur du vent qui porte sur la terre
le pollen de la fleur et son parfum subtil.

Là où l’épée se rompt sur le roc des falaises,
l’eau creuse son chemin sans violence et sans bruit.
C’est la douceur de l’eau qui façonne les berges et
le cours sinueux des rivières paisibles.

La force du bélier court souvent à l’échec,
la douceur de l’amour ouvre toutes les portes.
La rose ne peut pas abattre les murailles
mais son parfum s’envole et ignore les murs.

La douceur d’une main efface la raideur,
la douceur d’un regard efface le chagrin et
la douceur d’un mot ouvre le cœur fermé,
tout cela est aussi simple que RESPIRER. "


Ce H57, demande à se modeler, c’est aussi l’action de se plier.
Mouvement de contrainte certes sans se rebeller,
sans rechigner mais sans perdre de vue l'objectif et sans se décourager
pour l'atteindre.
Après s'être plié, on se relève !

Le Vent dans la nature est ce qui courbe les êtres et pénètre l’intérieur
 des situations cachées pour en remettre la forme à jour
et le retour à l'ordre de s'établir.


Le symbolisme des trigrammes.
H33 : le trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme Ciel.
H57 : le trigramme Vent (ou bois) est en bas comme en haut.

Ce symbolisme de cette association parle de transmettre des messages subtils.
Ces deux H33 et H57 sont porteurs des leçons apprises par la connaissance des changements.
Cette association porteuse de réflexions judicieuses,
 indique que toute entente entre Yin et Yang fait
que l’harmonie est au rendez-vous,
pour se décider ou pas mais rester en harmonie coûte que coûte !

La dynamique du vent est de transporter, de modeler.
En route pour gravir une montagne, se mettre à l’abri avant de toucher ce ciel.

La stratégie est alors inhabituelle et demande de reporter toute action,
comme s’il manquait une réflexion et qu’un retrait permet de la mettre à jour.
Du haut de la montagne la prise de conscience (toute yin) permet une décision subtile
 parfois audacieuse et avec sérénité, le retrait a lieu car on s’adapte à des circonstances périlleuses.

Et donc la rencontre avec une personne avisée apporte une confiance en cette retraite à négocier.

Nous pouvons dire Ô combien en cette association il y a une alchimie à réussir.
Cela s’appelle : L’Illumination de l’insaisissable
                         " Souple et faible triomphent de dur et de fort. "
Lao zi - Dao de Jing, chap 36.

Cela dépend toujours du " parfum" que l’on dégage et de se répandre, d’aviver l’odeur de l’harmonie, cet autre voyage intérieur.

Une pensée de s’engager à procéder aux transformations essentielles
 des êtres et des choses peut être éreintant comme forcer une coquille d’œuf de l’intérieur
et dès lors que cette pensée (en pleine confiance) est acquise c’est proclamer :
 " Ô qu'il est bon d’accomplir par de bonnes paroles dans la bonne humeur."

Que dire de plus de cette association H33 et H57 ?
 Il nous arrive de nous débarrasser de toute impulsivité
et qu’un remord nous assaille pour choisir entre
la nécessité d’un retrait ou pas.

C'est avec une petite réflexion supplémentaire,
prenant de la hauteur alors
 une vision fugace d'apparaître
et plus rien ne nous retient,
l'action de faire retraite est la bonne..
le ciel est touché !




Guy H

 
[Aparté: ce qui relie les êtres inconsciemment,
 à savoir le sentiment d’une appartenance commune,
les fait participer à la manifestation de cette appartenance
et ainsi modeler harmonieusement toute situation même les plus extrêmes.]

 10 
 le: 18 Janvier 2020 à 14:53:05 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen


" Le monde ne mourra pas par manque de merveille mais uniquement par manque d'émerveillement."

Vincent Munier, éternel émerveillé








Capable de tisser un lien entre l’homme et le vivant, Vincent nous transmet avec une subtilité toute particulière ses émotions les plus intimes. Mais le pape de la photographie animalière en est convaincu : montrer la beauté ne suffit plus. C’est un choc, une sorte de révolution culturelle que nous devons désormais opérer si nous voulons préserver – pour ne pas dire sauver - le monde que nous laisserons à nos enfants.

Passe-moi les jumelles du 29 novembre 2019, une émission de la Radio Télévision Suisse

"Vincent Munier, éternel émerveillé", un film de Benoît Aymon et Pierre-Antoine Hiroz


Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.159 secondes avec 15 requêtes.