Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
10 Juillet 2020 à 09:02:52

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Hier à 17:07:16 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



31, Inciter ou l’influence, l’émotion et
14, la prospérité ou grand réalise, grand accomplissement.


Le premier hexa évoque l’action d’un déclic qui éveille, l’attraction
d’une émotion, un sentiment,
et le second de devenir maître de sa destinée,
 suffit d’avoir un projet concret
et surtout des forces énergiques conséquentes en soi pour réussir.



 HSIEN. H31, inciter ou l’influence, l’émotion

Les mots : séduction – attraction mutuelle – affection sincère – magnétisme naturel – stimulation – connexion –
Mais aussi :
Tous, tous ensemble. Universel, entièrement, continuel. Unir, semblable.

Autres symboles :
Attraction mutuelle – une bouche et une arme – les contraires s’attirent,
 se stimulent –
Unir – universel – inviter promptement.

Le Ricci : attraction mutuelle, moment où les contraires s’attirent et se stimulent réciproquement.


HSIEN.
 Son image commence par une hallebarde à croissant, symbole de l’action offensive.
A gauche et en bas de l’image, une bouche silencieuse (fermée par un trait horizontal), évoquant la pensée.
C’est aussi une image universelle, combinaison de bouche et
 d’une hallebarde en fer, c’est l’aiguille en acupuncture.

Le métal n’agit pas sur le corps, il incite à se réorganiser par lui-même.
Retrouver la fluidité de l’énergie qui l’anime en le flux vital universel.
Les émotions se rapprochent évidemment comme avec l’acupuncture,
sont des mouvements particuliers qui ont en commun
 de se propager partout et
de provoquer des effets sans communes mesures
avec les moyens employés.

Or deux énergies de défense sont en jeu et
 peuvent générer une certaine tension nerveuse (nous dit Claude Pipitone).
La montagne protège et la brume devient une bouche sensuelle, souriante, la parole (ou brume) en devient voluptueuse.
Pour que la sensualité puisse se vivre pleinement, l’atmosphère de sécurité du périmètre est impérative.

HSIEN est l’union de l’action (en premier) et de la pensée,
qui indique l’association, la " complémentarité ".
 J.Lavier dans son livre du Ciel et de la Terre ajoute :
" c’est par désir d’association et de complémentarité que l’on se marie. "

Sur la montagne il y a la brume : émotion
ainsi l’homme de bien vide et accueille l’être humain.
Les deux trigrammes sont Brume en haut et Montagne en bas se rencontrant,
  rencontre entre le plus ferme et le plus léger.

La montagne se tient dans sa majesté,
 les volutes de brume l’enlacent pas si librement,
leurs courbes se ressemblent, comme prêtes à s’échanger.
Attraction, séduction mutuelle.

Nous allons voir en termes imagés que cette attraction mutuelle
 est bien un décorticage de l’émotion.
La brume ralentit ses écheveaux, attirée par cette masse reposante.
La montagne s’ouvre au monde,
intriguée par cette légèreté proche
 d’un invisible qu’elle contient aussi.
Entre les deux, le vide,
 par quoi s’évitent autant l’opposition que la sclérose,
 respiration sereine par où les qualités se cherchent et s’influencent.

Le vide, lieu informel de la transformation,
vrai chant de la peinture chinoise :
" Avec le vide médian, le peintre crée l’impression
 que virtuellement la montagne peut entrer
dans le vide pour se fondre en vagues et
qu’inversement l’eau, passant par le vide,
 peut s’ériger en montagne. "


L’ émotion traverse en permanence le cœur de l’être humain :
attirance soudaine, affolement, chamade…
Tout nous pousse aussi en de tels moments,
à se réorganiser en soi-même, à retrouver la fluidité de l’énergie qui nous anime.
Sinon on perd pied et de s’emballer en un maelström infernal.

L’homme de bien ne doit-il pas fuir les affaires du monde,
afin de se protéger des sollicitations incessantes,
des incitations multiples, des réactions désordonnées ?

Non : s’il a la fermeté de la montagne,
 il ne se retire pas pour autant sur des hauteurs inaccessibles.
Il s’ouvre
au monde – donc à l’échange et la stimulation -,
il veille à rester ancré en lui-même
 comme la montagne accueille la brume
 sans perdre sa solidité, sans non plus s’emporter :


" Le sage est vide de toute individualisation
 égoïste née de la partialité du désir ou du point de vue…"


vide et disponibilité sont liés.

L’homme de bien reçoit les stimulations sans en être déstabilisé et de là
 parfois à se mettre "sous abri. "

Présent à lui-même comme à l’autre, il réagit avec d’autant plus d’à-propos qu’il reste vide,
c’est-à-dire libre de toute identification à des images ou des opinions.
(Jamais il ne cède au prosélytisme ).

Tel un miroir qui n’attend rien et ne s’accroche à rien,
 il se laisse toucher sans se laisser troubler,
 ne participant au monde que pour mieux en restituer la fraîcheur.
Au "Cœur " de l’hexa 31, l’émotion, le H44, venir à la rencontre,
 pas forcément une rencontre physique, réhausse le caractère mutuel,
un texte de Zhuang Zi  décrit cette " rencontre " :

" L’homme accompli se sert de son esprit comme d’un miroir,
qui ne raccompagne pas ce qui s’en va,
qui ne se porte pas au-devant de ce qui vient,
qui accueille tout et ne conserve rien,
et qui de ce fait embrasse les êtres sans jamais subir de dommages."


L’union de l’action et de la pensée est réclamée
 pour Iinciter, influencer.
Mais ce moment ne dure pas, comme un bref coup d’œil,
 il peut en avoir des conséquences troublantes
 mais possède aussi un potentiel de fécondité remarquable.
L’ émotion est utile., elle ne cache rien.

D’où une autre recommandation, c’est que si l’on parle dans cet hexa d’attraction mutuelle stimulante, cette dynamique magnétique,
 fortement énergisante ; un certain équilibre
se doit d’être maintenu par un guide prêt à modérer,
 non pas ses émotions mais sa sensibilité aux autres.


Comment donc ce H31,
évoquant à la fois l’action et la pensée peut-il être canalisé
par un guide ?

Le H14 implique d’exprimer une sérénité et
par une recherche en son for intérieur,
d'aboutir à produire une clairvoyance,
une lucidité concernant une situation particulière.
C’est s’appliquer à faire advenir et non subir ce qui vient.



14, prospérité ou faire advenir, le grand réalise et grand accomplissement.

Trigramme Ciel en bas et Feu en haut ;
C’est une position du feu qui est élevée et fait briller
la lumière au loin.

 Les mots : richesse – heureuse fortune – succès – expression de gratitude en aidant autrui – biens matériels -

Mais aussi :
Grand. Important, grandir. Adulte. Noble. Aîné.

Autres symboles :
Un grand potentiel – grande capacité à faire advenir – un œil au-dessus de la foule.

Le Ricci: grande accumulation, moment où les êtres concordent spontanément en répondant à la sollicitation de la douceur.


Le Feu étant au dessus du Ciel.  C’est TA YOU.
Ta montre un homme écartant les bras, et signifie " grand ".
You est l’éclipse de lune : une main, symbole d’action,
 domine un morceau de lune.
C’est une allusion à la " puissance " du soleil et donne le sens
 de " faire venir à l’existence ".
(version A.de Beaucorps et D.Bonpaix ).

TA YOU se traduit par " grande puissance ".
Les grands doivent être justes et se garder des sentiments extrêmes.

Ainsi l’homme de bien en atténuant le négatif et encourageant le bienfaisant,
œuvre en conformité avec le bienveillant mandat du ciel.
Anne Cheng à propos de Mencius a eu de bons mots résumant ce H14.

"  Notre potentiel, qui est bon,
ne demande qu’à se réaliser,
il est prêt à le faire à tout moment."

C’est ce que C.Javary émet en première phrase dans sa version :

"  Grand réalise, c’est rendre réel. "

En ce H14 il y a l’idée d’entreprendre et de réussir.
En fait c’est parce qu’il y a en tout projet conçu avec harmonie
 (ce climat de confiance)
un destin d’aboutir, d’autres d’écrire un espoir.

Nous ne devenons mauvais qu’à force de l’oublier ou
 de le perdre de vue ….ce "rendre réel"
le présent se charge de nous le rappeler.
Mais, à la différence de la chute et de la perte du paradis
qui nous sont contés dans la Bible,
il n’y a là rien de définitif.

Autant la réalisation de notre potentiel
n’est jamais acquise une fois pour toutes,
autant sa perte n’est jamais irrémédiable.
Autant un conflit ne peut demeurer éternellement.

Entourant un regard subtil pour "construire"
 et redémarrer une vie,
le guide veille à apporter à tout moment une prospérité utile
comme si un " feu " dans le " ciel "
donne  puissance et éclat…comme si un feu alimente une cuisson préparée
" aux petits oignons"
comme si l'utile est de bruler dans un ciel
pour le rendre lumineux.
Sans pour cela devenir un feu d'artifice fugace.


Le guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en côtoie l’émergence même dans les difficultés,
l’adversité qui pointe à tout moment
empêchant souvent d'aboutir efficacement.

Le H14 est acteur pour le plus grand bien qui se concrétise.
Et l’art de s’accorder aux nouveaux cycles (yin- yang) de l’univers,
fait que le renouveau est accepté sans contrainte.
Un succès pointe par le H14.

On efface une ardoise sans hésitation comme on dissipe les nuages en écheveaux, certain d’une chose sur la route à laquelle on s’engage,
qu’elle est la bonne pour y écrire du nouveau.
Cela permet d'accroître une attraction mutuelle inespérée.

Le H14 a un réel pouvoir :
celui d’apporter son lot de leçons lorsqu’un cycle se doit d’advenir.
Lorsque par exemple des moments d’éblouissement s’achèvent ou des émotions de renaître le H14 intervient.

Il est l’acteur de leçons à apprendre pour le plus grand bien
et d’apporter son lot de leçons  "disciplinant"
de là, les situations, les émotions les plus contraignantes
d’être résolues comme par enchantement.

Une réflexion supplémentaire (par la patience acceptée) est source de réussite,
 de prospérité et puisque le "grand réalise",
le temps est suspendu juste le temps d'éclore !

Des arguments qui permettent de se tenir en harmonie
émerge une prospérité.
Cela tient à peu de chose l’unique trait Yin à la 5èm place est décrit par ces mots:
Quelle onde porteuse
Comme elle met en relation
Comme elle en impose
Ouverture.

Rester ouvert dans une situation vécue avec embarras
permet de mettre en place une bonne stratégie
jusqu’à obtenir le succès.


La prospérité guidant c’est une certitude d’exalter sa toute-puissance,
le feu s'installant haut dans le ciel.
Tout progrès peut apparaître
 au grand jour ou bien être contenu voire retenu,
ainsi de rester conscient que si l’on perd de l’harmonie
 avec l’ordre cosmique
aucun lieu n’est favorable d’aller...disent les textes,
le progrès alors patiente mais ne disparaît pas.

Par contre si l'on plonge en cet ordre universel,
 le progrès éclot.
D'où cette combinaison symbolique par les trigrammes,
Coule de source alors un réel besoin d’utiliser sa grande capacité
de réceptivité c'est à coup sur l'émergence de nouvelles capacités,
un potentiel prospère.

Il est évoqué en conclusion de rester lucide face à tout ce qui change et
prospère jusqu’à :

" se tenir pour avoir ensuite le geste utile harmonieux."


Se tenir sur terre et ne pas être ébloui par le trop de lumière,
c’est un peu guider les hommes avec confiance,
les pieds bien sur terre, la tête bien dans le ciel,
et l’harmonie comme compagne, pourquoi pas ?

Belle association des H31 et H14
qui incite à mesurer pleinement un potentiel favorisant une prospérité.

Symbolisme des trigrammes.
H31 : le trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme Brume
(du lac).
H14 : le trigramme Ciel en bas est surmonté du trigramme Feu.

La montagne est un stabilisant merveilleux mais entourée de brume qui l’enferme, la retient prisonnière par des sentiments très forts alors que les échanges nombreux ne demandent qu’à s’exprimer ouvertement.

Le ciel du H14 veille à apporter à tout moment une prospérité utile,
 durable comme si un " feu " allumé éclaire CE (ou son) " ciel ",
éclaire tout sentiment ou émotion….au grand jour.

Toute émotion a besoin d’être évaluée puis dans l’épreuve,
 l’insurmontable d’être dépassé par une action yang, flamboyante.

Comme le ferait celui qui efface
l'écrit sur une ardoise
pour y écrire du nouveau, c’est une initiation.

Ce H14 a un réel pouvoir :
celui d’apporter son lot de leçons pour faire advenir, rendre réel.

A cette association de ces hexagrammes au regard des émotions à maîtriser,
nous pouvons émettre cette pensée:
 de démarrer de nouvelles leçons devenant elles, un réel pouvoir .
Employées à bon escient elles sont garantes de réussite.

De biens beaux hexas ce jour
à l'aide du feu continu dans le ciel
il en ressort à coups sur……
une façon d’influencer…
harmonieusement de très loin.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements
 actuels , cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées,
 apportent chaque jour des hexagrammes d’étude de manière aléatoire.


 2 
 le: 08 Juillet 2020 à 10:54:11 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H



51, l’éveilleur ou ébranlement et
et 50, le chaudron.



51, ébranler ou ébranlement, orage
choc, secousse, fracas.


L'ordre cosmique ne se perpétue qu'à travers le mouvement,
 des collisions et des chocs cataclysmiques d'énergie et de matière.
C'est pour cela qu'après le Chaudron (H50 où se transforment les ingrédients)
vient la foudre, l’orage ou fracas et encore l’action d’éveilleur.

Le trigramme Foudre, Tonnerre est redoublé.
La foudre ébranle et à la fois éclaire soudainement,
causant un effroi mais avertit de méditer sur les effets
 imprévisibles de causes importantes.

En cette étude c’est l’inverse qui a lieu H51 devant le H50,
 le fracas annonce une transformation dans un creuset opportun, un réceptacle inouï.
Et de plonger en un chaudron magique ensuite.

Les mots : choc – crise – bouleversement – inspiration de crainte respectueuse – importantes modifications du pouvoir – imprévisibilité – réveil en fanfare.

Mais aussi :
Violent coup de tonnerre. Ébranler, mettre en mouvement, exciter puissamment, faire trembler. Tremblement (de terre). Majesté (qui en impose), inspirer la crainte, user de sévérité.

Autres symboles :
Orage printanier – coup de tonnerre et pluie – ébranlement – secousse – qui inspire la crainte, le respect – l’aube – réveil.

Le Ricci : ébranlement, moment où l’effroi du choc suscite un nouvel élan d’activité.


L’image du caractère  chinois "  frayeur " (Tchen en chinois),
 est composé de deux dessins, en bas,
un homme se penche en avant, regardant ses pieds sur une terre qui tremble,
 sous l’effet de la frayeur qui lui inspirent les éléments déchaînés,
c’est-à-dire, la pluie qui tombe du ciel et la voûte des nuages
ou comme il existe en Chine, les séismes.

Tchen évoque la jeunesse tremblante,
effrayée par un milieu qu’elle ne connaît pas entièrement.
Par suite, c’est aussi la rapidité du mouvement, (jeunesse), et la croissance sous l’effet d’ébranlements successifs.

Cet hexagramme démontre que notre intérieur
se manifeste en nous parfois par un éveil
d’une force naissante brutale.
 L’éveil est dit : déblocage et paradoxalement, est proposé un obstacle en hexagramme nucléaire.

Au " cœur " du H51, le H39, l’obstacle ou obstruction justifie
 que la force se manifeste contre ce tonnerre par une résistance.
Il est certes difficile de sortir de terre violemment.

Il reste à savoir lequel des deux sera vainqueur de l’autre.
 Tonnerre ou obstacle ?
Les textes classiques parlent d’un

"  tonnerre roulant au loin qui gronde, maraude…
soudain la foudre s’abat brutalement dans un fracas assourdissant. "


On dit que le Ciel suscite et extermine dans un même mouvement,
et le tonnerre est sa voix :
l’éveil, le jaillissement du naissant,
 l’invocation soudaine de ce qui dépasse l’entendement.
C’est une secousse violente qui surprend, engendrant une mise en mouvement propice à un démarrage fécond, à savoir une préparation « culinaire », métamorphose savante .

C’est en cela que :" l’homme de bien connaît les manifestations de la puissance céleste
et sait qu’on ne l’approche pas sans précaution.
Il connaît la valeur de la crainte.
Avant d’entreprendre, il secoue sa torpeur, épure son regard,
 rectifie sa posture.
N’oubliant pas les frayeurs subies,
 il veille à l’impact de ce qu’elles engendrent.
Averti de ce qu’il peut surgir du fond de soi, il entend ce rappel :
" Il y a du sacré dans le mouvement." 


Et de prononcer trois "  Oh Oh Oh " puis passé l’effroi
trois "  Ha ha ha s’ensuivent! "

Quel guide peut-il bien faire "passer"
 cette crainte du  Tonnerre, de cet Ebranlement…. ?
Endurer une autre épreuve ?

Le H50 est celui qui invite à utiliser son chaudron
 ainsi ré agréger les énergies Yin Yang.



50, le CHAUDRON.

Le trigramme Bois est sous le trigramme Feu.
Sous la flamme le bois se transforme lentement en braise puis en cendre.
L’effet utile du feu est de cuire ou de brûler.
C’est l’idée symbolique de la cuisson qui est la transformation par excellence.

Véritable lampe d’Aladin prête à l’emploi.

Cette association recommande en fait de maîtriser son
" Athanor. " malgré les secousses possibles.

Les mots : alchimie intérieure – maîtrise – renouveau spirituel – réceptacle – rajeunissement – sagesse discriminante –

Mais aussi:
Vase tripode qui servait pour les offrandes et les sacrifices.
Vase rond ou rectangulaire à trois ou quatre pieds pour la cuisson des aliments ou offrandes rituelles, marmite, chaudron.

Autres symboles :
Chaudron – marmite – outil de communication entre les dimensions et les générations – lieu d’échange entre les morts et les vivants – une grosse casserole sur le feu – appeler le nouveau.

Le Ricci : le chaudron dans lequel les aliments se laissent
se transformer pour s’élever en offrande vers le Ciel
et devenir la nourriture du sage ;
 moment où le faible s’élève vers le fort en s’y conformant,
assurant la marche vers le succès.

Utiliser son "chaudron" c’est :
avancer d’un pas assuré,
demeurer sans inquiétude
mais en n'en restant pas moins vigilant à la recette qui se transforme.
Un chaman averti conseille un bon usage du Ting.
Cette association recommande en fait de maîtriser son
" Athanor " ou de plusieurs.


Il est dit que ce qui pénètre dans un chaudron en ressortira transformé,
 mais ne pourra plus revenir à son état antérieur,
ce qui signifie que les éléments de la situation (tout excès) subissent une transformation définitive,
mais bénéfique, puisque l’objectif est d’alimenter la situation pour grandir en patience.
A la fois tempérer tout excès et poser des pas assurés
 c’est respecter la mesure.

Notons que lorsque nous faisons une recette (culinaire par ex)
nous y mettons les ingrédients puis les cuisons, il y a encore un temps de cuisson  la surveiller et la stopper au bon moment,
ensuite on procède au partage.

Qu’est-il nécessaire au chaudron afin de pouvoir expulser les fumées
 et les vapeurs symboliques qui sont dues aux transformations 
(qui se produisent à l’intérieur)… de la " percée " ou résolution,
faut-il être résolu pour expulser tout ce qui pourrait porter préjudice
à la finalité de la recette ?

Cet outil que chacun possède et qu’il développe plus ou moins en son quotidien
a été imagé dans l’ancienne Chine comme un trépied ou vase sacrificiel
avec des "oreilles " pour le porter,
ce chaudron a été le symbole d’un événement heureux.
D’ailleurs les premiers chaudrons comportaient en leur intérieur des idéogrammes symboliques d’une haute teneur et non visible par les personnes extérieures à la préparation.   

C’est préciser la part de l’usage du chaudron qui ne doit pas devenir quotidien
mais d’être utilisé qu’en de grandes occurrences ! Il en est de même lors d'un calcul d'hexagrammes avec les baguettes ou pièces de monnaie.

En cette association cela permet d’occuper le mental, de laisser de côté ce qui oppresse, perturbe, isole, en résumé : accable. 

Ce chaudron représente une mise au monde ,
une expression d’une vision personnelle et créativité
qui s’élève du plus profond de son être.
C’est être prêt à donner naissance à un rêve
qui a pris forme en soi, il y a un certain moment.

Et pour conclure, une belle sentence :
 le chaudron
 est le symbole d’une transmutation,
d’un passage à un niveau supérieur
où un signe d’une progression régulière
dans l’harmonie se propage et
 prospère par un usage singulier de ce chaudron.

Il est question dans l’usage d’un chaudron,
de pratiquer naturellement le
 " bon moment par excellence "
et la pratique quotidienne venant…
le bon moment arrive immanquablement
toutefois l’exploit est possible en réunion avec plusieurs,
animés d’une même intention,
 d’une même confiance,
autrement résumé par une harmonie commune !

De biens beaux hexas ce jour
à l'aide de son "chaudron" la réussite est à ceux qui se rassemblent en leur intérieur (par la maîtrise de l’impatience)
bien avant de réunir ceux qui se ressemblent,
en qui résonne le même son du cœur.
Développer  " son chaudron "
c’est se mettre à parler avec son cœur
pour le plus grand bien des situations du moment.

A chacun de découvrir ce bel "Athanor",
Le chaudron céleste dans lequel se mesure l’évolution spirituelle,
les choix de la vie à partager ensemble.
Le chaudron devient une boîte crânienne et c’est dans la tête que la marmite bouillonne.
D’autres parlent de ce Yin d'élévation du regard !


 Le principal conseil est de
 ne pas se trouver désarçonné par un coup de tonnerre,
comme se préparer à être secoué lorsque les saisons reviennent avec ses turbulences manifestes.

Voyons le symbolisme des trigrammes :
H57 : le trigramme Tonnerre est en bas comme en haut.
H50 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Feu.

Un tonnerre ébranle, secoue, fait peur par des secousses telluriques.
Et si l’on se réfère aux saisons, on appréhende facilement ces moments où les secousses,
tout séisme sont les plus fréquents, ce qui augure des événements parfois dangereux.

Vient alors ce vent alimenter un feu, c’est un usage formidable proposé par un chaudron.
C’est aussi l’élément bois qui chauffe, brule pour assurer une cuisson.
Au vent ensuite de s’engouffrer sous le feu et de faire paraître l’éclat de la lumière
 en un bouillonnement manifeste qui diffère du tonnerre.

Au cœur du chaudron la réceptivité s’exprime,
et celui qui chaudronne se dote d’un grand pouvoir pour éloigner ce qui entrave,
 ce qui accable, ainsi sont concentrés les ingrédients manifestes pour endurer toute secousse.

L’usage du chaudron est déterminant comme le sont vent et feu.
Sans feu le chaudron ne peut fonctionner et avec un élément favorable tel que le vent,
un souffle apporte de l’oxygène à tout individu accablé.
C’est " alimentaire " mon cher Watson.

Oui s’alimenter est nécessaire à la santé.
Et le bien-être (pour tout individu accablé) ne correspond pas simplement au fait de n’avoir aucune maladie ; la santé et le bien-être expriment aussi l’équilibre rayonnant du corps,
de l’esprit et de l’âme.
Quand le corps/esprit est en harmonie, l’aptitude à la patience s’intensifie…
pourquoi donc être inquiet d’une force qui s’éclate.

Petit supplément à cette association.
"…/…A situation opprssante, pesante, réagir, résister, consolider, mais seulement dans la mesure, et dans la mesure du possible…/…"

" …/…La parole est nourriture, forte idée, la nourriture est souffle, inspiration vitale, c’est pourquoi
 il convient de veiller à les mesurer, pour qu’elles soient justes, équitables et substantielles.
 Le sage veille à ce qui entre et sort de sa bouche, il pèse ses mots, et mesure ses aliments.
Modération, respectueuse de soi et des autres, des ressources et des recettes, simples principes, en principe évidents…/…"

De Paco Alpi et Alain Constantin : « le Mémoire de la Mue ».

Magistral enseignement pour démontrer qu’avec l’usage du chaudron
on en vient à parler plus avec le cœur,
et de consommer avec son cœur il se libère de l’harmonie
qui convient à tout humain en difficultés.
Le désarroi n’a plus de mise.

Cuisiniers et convives de se rassembler autour d'un chaudron commun,
ainsi de partager un moment utile, subtile et d’expérimenter cette règle :
  " On trouve les choses en les faisant, "
 même lorsque des secousses menacent.

Par cette étude , c’est une transformation à vivre, une de plus
 est créatrice d’inspirations magiques !
C’est découvrir que nous sommes créatifs chaque jour.
Le passage de la stupeur à l’émerveillement d’un repas préparé sereinement en son chaudron
efface toute incertitude, la crainte n’a plus sa place.

Et s’il nous arrive de ne pas savoir par où, par quoi commencer
avec son chaudron
 et qu’un remord nous assaille….
laissons le revenir comme lors d’une secousse inespérée
au travers de paroles pouvant ébranler .
Souvent d’agréables surprises sont annoncées.









Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuel, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]





 3 
 le: 27 Juin 2020 à 13:40:54 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen








Je marchais et parvins à l'endroit ou l'eau s'épuise,
je m’arrêtais et contemplais l'heure ou la nuée s'élève.



Zhongnan Bieye ✨



 4 
 le: 25 Juin 2020 à 18:06:37 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen



                           



Vers la fin de l’après-midi, nous arrivâmes à la source,
encastrée par un canal rudimentaire qui conduisait l’eau
jusqu’au cœur du village : une eau rapide et claire.
Nous en bûmes ; nous nous y plongeâmes.
Nous étions dans la joie, ravis d’être au bout d’une étonnante expérience,
d’avoir suivi cette chose vivante et secrète qu’est une rivière et
d’en toucher du doigt l’origine.



François Cheng





 5 
 le: 20 Juin 2020 à 15:36:01 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen








Mon bonheur, c'est la voie de la vie quotidienne,
Au profond des rochers et des lierres brumeux...
Émotions sauvages et liberté sans frein,
Je me laisse aller et flâne avec mes amis les nuages.



Han-Chan


 6 
 le: 09 Mai 2020 à 10:24:39 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen





La nature, cette école de la vie




Leçon 3 : Diversité





La diversité fait la force




Imaginez un champ de fleurs sauvages, avec des marguerites, de la camomille, du trèfle lotier, des cheveux de vénus… Ces fleurs sont entourées d’abeilles, de bourdons de papillons, de mouches  - tous d’importants pollinisateurs. Lorsqu’il était jeune, Ferguson s’est trouvé en face d’un tel champ. Pourquoi y a-t-il ici autant d’espèces différentes, lui demanda son mentor, et pas simplement une ou deux ? Après une longue réflexion, Ferguson comprit : la nature multiplie ses chances. En cas de sécheresse, les plantes aux racines les plus profondes survivront, d’autres seront quant à elles plus résistantes à certains insectes. Plus les systèmes racinaires survivent, moins le sol risque de s’éroder. Si une plante meurt, les abeilles peuvent se retourner vers une autre.
Les régions ou la diversité est la plus grande sont les plus résilientes. Mieux encore : une étude récente a démontré que les personnes vivant à proximité de régions naturellement intactes et protégées sont moins sujettes aux infections respiratoires , au paludisme et à la maladie de Lyme.

La leçon est simple : la diversité est un gage de force. Votre propre jardin sera plus fort s’il ne contient pas  qu’un  hortensia. Mais la diversité est également une nécessité pour le genre humain, au travail, dans la rue .

Ferguson cite l’économiste américaine Jane Jacobs qui œuvrait dans les années 1950 en faveur de la mixité dans les quartiers. Elle prenait inlassablement comme exemple  la diversité présente dans la nature, « Il s’agit littéralement du même processus, expliquait Jacobs.

Assurez la diversité dans la vie quotidienne, respectez chaque individu ainsi que cette diversité, donnez lui un rôle dans la combinaison et le brassage des idées et des ressources – tant au travail que dans la rue – et, finalement, vous aurez les meilleurs chances d’une vie économique dynamique à long terme
».





   
Texte Jocelyn De Kwant d’après l’ouvrage de Gary Ferguson

 7 
 le: 09 Mai 2020 à 10:18:39 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen



La nature, cette école de la vie.




Leçon 2 : Connexion




Tout est lié à tout



En occident, nous avons pris l’habitude de tout considérer séparément. La science procède de la sorte en plaçant quelque chose sous une loupe et e l’étudiant jusque dans ses moindres détails, Selon Ferguson, il y a une chose que nous avons négligée : L’inter connectivité. Rien n’existe sans l’autre. Dans la vie, tout, vraiment tout, est lié. Les champignons fertilisent le sol pour permettre à l’arbre de pousser. Les feuilles  de l’arbre convertissent les rayons du soleil en glucose – qui nourrit à son tour les champignons- et en oxygène – que nous respirons.

Le concept de « loi du plus fort » est une des plus grandes erreurs d’interprétation de la nature, regrette Fergusson. En réalité, La vie sur Terre est un réseau infini de connexions et de collaborations, d’interdépendances. « Nous qui vivons ici sur Terre, chacun d’entre nous individuellement, sommes totalement dépendant les uns des autres, affirme Fergusson.

Que ce passerait-il si l’on pouvait voir le mouvement continuellement à l’œuvre ? Si l’on pouvait se rendre compte que tout n’est qu’une danse entre les différentes forme de vie ? Une danse à laquelle nous participons nous aussi. En arrêtant de voir la nature comme quelque chose d’extérieur à nous même, et en considérant comme un tout dont nous faisons partie, notre perspective change. La nature peut alors nous toucher à un point encore jamais atteint.
»

Fergusson cite une étude récente conduite par Elizabeth Nisbet et John Zelenski dont il ressort que lorsque les êtres humains sont davantage connectés émotionnellement. Ils mènent une vie plus saine, plus heureuse et plus productive. Mais aussi, et c’est sans doute l’aspect le plus important, ils développent plus de tolérance et d’amour envers les autres.





   
Texte Jocelyn De Kwant d’après l'ouvrage de Gary Ferguson

 8 
 le: 08 Mai 2020 à 11:13:27 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen




La nature, cette école de la vie.





Si nous souhaitons guérir le monde et nous-mêmes, nous avons beaucoup à apprendre des arbres, des plantes et des animaux, nous dit Gary Freguson dans son dernier ouvrage Eight Master Lessons of Nature ( Huit grandes leçons de la nature). Il nous apprend comment vivre de nouveau en harmonie avec elle, car nous sommes la nature et nous semblons parfois l’avoir oublier.



Texte : Jocelyn de Kwant




Leçon 1 : Mystère



La nature est faite de miracles





Nous flottons dans un univers immense, a priori sans le moindre signe de vie à des année lumière à la ronde. Prendre le temps de réfléchir à l’âge du monde peut provoquer ce même genre d’impression écrasante. Mais il n’est pas nécessaire d’aller chercher aussi loin cet émerveillement, cette magie, nous dit Ferguson. Ce sentiment de grandeur, de miracle, se manifeste au quotidien. Il suffit d’observer l’arbre au coin de votre rue et les fleurs dans votre jardin. Ce n’est pas un hasard si, partout dans le monde, les végétaux font partie des rituels sacrés.

Pour Ferguson, le mysticisme est quelque chose de merveilleux,  car il rend tout possible et nous élève au-dessus des petits soucis et tracas du quotidien. Il nous dit aussi que lorsque Einstein était confronté à un problème, il se rendait dans la nature.
Là, il parvenait mieux à libérez son esprit, son intuition. Il utilisait la forêt pour s’élever, lui et ses pensées, à un niveau supérieur. Observer en profondeur le mystère de la nature, disait Einstein, et vous comprendrez mieux tout.

Ne regardez pas uniquement le monde qui vous entoure avec vos yeux et votre tête, abonde Ferguson, mais avec tout votre être  - ne serait-ce que pendant quelques secondes - pour vraiment participer au mystère qui nous unit tous.






Gary Ferguson





Source : Gary Ferguson dans Happinez

 9 
 le: 03 Mai 2020 à 13:44:20 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen









La douceur et la bonne humeur.




- un sage prit la parole et dit :


" Cultivez la douceur. Soyez doux et tendres envers vous-mêmes et envers les autres. Les fruits de la douceur sont la paix du cœur et la paix du monde. Ne répondez jamais à la violence par la violence, à l'insulte par l'insulte, à la colère par la colère. La violence conduit à la destruction de soi-même et du monde. Parfois, il est juste que vos colères puissent s'exprimer. Mais apprenez à les maîtriser, à les arrêter au bon moment. Ne vous laissez pas posséder par elles, car elles pourront vous conduire à des actes que vous regretterez amèrement."

- Un sage prit la parole et dit :

" Cultivez la bonne humeur, la gaieté, l'humour! Rien n'est pire qu'un homme sans humour, qui ne voit dans l'existence que le sérieux, le tragique ou l'utile. L'humour ne sert à rien, mais il n'y a rien de plus indispensable à une existence heureuse. L'humour ne nie pas le tragique, mais le détourne, crée un recul avec la douleur, et peut transformer les larmes en rire. Essayez de rire chaque jour, à commencer de vous-mêmes! La bonne humeur est la gaieté entretiennent un regard positif sur la vie et nous permettent de mieux accueillir les événements difficiles qui surviennent.

- Une mère sermonne son garçon :

 " Ecoute, si tu es sage, tu iras au ciel, et si tu n'es pas sage, tu iras en enfer"


Le garçon réfléchit quelques instants :


" Et qu'est-ce que je dois faire pour aller au cirque?" :-)






 10 
 le: 03 Mai 2020 à 13:07:44 
Démarré par Izazen - Dernier message par Izazen









” Nous avons tous été des arbres, des roses et des animaux. Nous sommes encore des arbres en ce moment même. Arbres reflet de nous et en nous ? Regardez-vous profondément et vous verrez l’arbre, le nuage, la rose, l’écureuil en vous. Vous ne pouvez pas les enlever de vous-même.”




Thich Nhat Hahn.    Il n’y a ni mort ni peur

Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.425 secondes avec 15 requêtes.