Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
01 Juin 2020 à 11:21:21

Izazen  |  Au jardin des échanges  |  Aux nouvelles, actualité, découvertes  |  Mythes et légendes (Modérateur: Izazen)  |  Fil de discussion: Le gui 0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Le gui  (Lu 8519 fois)
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
***
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 2261



Voir le profil
Le gui
« le: 05 Mai 2008 à 12:02:28 »





Culte du Gui




Le Gui (Viscum album L.) fait partie des plantes les plus empreintes de mythes et de légendes de nos contrées.
 
Nos ancêtres les Gaulois vouaient un culte tout particulier à cette plante, culte païen pratiqué  par des druides acrobates portant la longue barbe blanche et une serpette d’or que l’histoire ou la bd ne cessent de nous rappeler.

Le culte du Gui se veut par bien des aspects remarquable et empreint de nombreux symboles. Le premier à en faire une description fut Pline l’Ancien : au sixième jour du solstice d’hiver correspondant au nouvel an Gaulois, les druides devaient en récolter ses miraculeuses touffes selon un rite bien précis. Le druide devait tout d’abord sacrifier deux taureaux blancs au pied du chêne portant le Gui. Puis, tout de blanc vêtu,  il montait dans l’arbre couper le Gui avec la fameuse serpette d’or. Le Gui devait alors tomber dans un drap blanc tendu au dessus du sol par des assistants druides et ne devait en aucun cas toucher le sol. Le Gui était ensuite distribué aux convives par les druides.

On remarque que ce rite est ultra codifié : tout d’abord le Gui doit être récolté sur un chêne, et ce non à cause de la rareté du Gui sur les chênes (les chênes sont plutôt réfractaires au Gui), mais en raison du caractère sacré de cet arbre pour les anciens. De plus le fait que le Gui soit en feuilles pendant l’hiver sur des chênes dénudés, devait donner un caractère remarquable à cette association (il s’agit en fait d’un parasitisme).

La couleur blanche est en rapport avec la lune, comme l’est également la serpette d’or rappelant un croissant de lune. Chez les Gaulois, les calendriers étaient lunaires et la récolte du Gui, au moment de sa fructification, devait célébrer la renaissance de l’astre lunaire maternel. Les fruits du Gui sphériques et blancs célèbrent eux aussi le culte de l’astre lunaire (caractère remarquable pour les anciens, le Gui étant le seul à produire des fruits blancs).
Le Gui ne devait jamais toucher la terre : nous sommes ici dans le règne de l’aérien, du cosmique. S’il venait à la toucher un jour, « la force de l’astre qui le parraine serait bue par la terre avide et disparaîtrait à l’instant pour un devenir d’herbes et de sources » (P. Lieutaghi).
Le Gui ainsi récolté et distribué servait de plante médicinale contre l’épilepsie ; c’est un antispasmodique, il est aussi anticancéreux (Ph. Kraft 1942 entre autres), et un excellent hypotenseur. Les bergers accrochaient ses rameaux aux portes des étables pour apporter la fertilité au troupeaux (image des taureaux blancs sacrifiés).

D’innombrables emplois du Gui, tant au niveau médicinal, socioculturel, religieux (contre les démons des chrétiens), ou utilitariste (fruits et écorce servant à fabriquer la glu piégeant les petits passereaux) ont perduré jusqu’à nos jours, conférant au Gui une sorte d’aura liée aux cultes cosmiques ancestraux, et que nul ne saurait accorder à aucune autre plante.


 

Source : Encyclopédie du savoir relatif et absolu.


Journalisée
Guy H
Liseron du clavier
***
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 175


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : Le gui
« Répondre #1 le: 06 Mai 2008 à 00:43:16 »

Izazen

j'ajoute à ton texte que le gui porte des noms caractéristiques de son symbolisme...
et tu fais référence à Pline,
 qui dans son fameux passage où il décrit la cueillette,
dit que les Gaulois le nomment d'un nom signifiant qui guérit tout .

Mais dans le mythe germanique de Balder,
un roi faisait mourir par le gui,
qui était sa personnification:
ce trait pourrait symboliser le passage d'une forme de vie à une vie supérieure quasi-divine.


Revenons alors à ce rituel que l'on fête en novembre,
qui marque le début de l'année celtique et
correspond bien au symbolisme d'immortalité et de régénération du gui.

Une année s'achevant pour laisser place à une autre.

Et qui le véhicule ( le gui) ... les oiseaux du ciel...

ah  symbolisme quand tu nous tiens.


merci Izazen de ses trouvailles au bord des chemins
en levant la tête et les yeux.


Guy H comme Huihui !
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des échanges  |  Aux nouvelles, actualité, découvertes  |  Mythes et légendes (Modérateur: Izazen)  |  Fil de discussion: Le gui « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 5.369 secondes avec 20 requêtes.