Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
26 Mai 2020 à 23:09:21

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Vos inspirations personnelles ou autres et poèmes (Modérateur: Izazen)  |  Fil de discussion: Campagne... 0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Campagne...  (Lu 2696 fois)
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
***
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 2281



Voir le profil
Campagne...
« le: 02 Novembre 2008 à 12:27:01 »





"Il avait plu en abondance et la terre avait reverdi, sillonnée par des ruisselets de toutes parts. Le bétail était gras et les chèvres, arborant leur pelage lisse, broutaient toutes les jeunes pousses. La quiétude était là, profonde, et la terre souriait. Le lac prenait des teintes fauves, vibrantes de vie ; des tons de terre brune mouillée, clairs et purs ; des nuances de feuilles vernissées, de celles qui ont connu la beauté du printemps, l'âpreté de l'été. Au sein des eaux profondes était une gaîté, un éclaboussement de vie sans fin. La terre entière était tendre et douce aux pieds nus, l'air frais et innocent. La terre, de brun clair, avait viré au rouge, lavée de frais, rajeunie. Les tamariniers et les manguiers vert sombre ployaient sous leurs lourds feuillages aux reflets profonds. Les fleurs jaunes du sésame étincelaient sous un soleil doux que voilait une mince couche de nuages blancs. Chaque arbre, chaque buisson se couvrait d'une tendre frondaison vert pâle, tirant sur le jaune et le roux ; les minces ruisselets captaient la lumière du soleil matinal au fil de leurs méandres et de leurs détours parmi les champs et les prairies. Haut dans le ciel, les nuages d'un blanc étincelant, surplombaient l'horizon. C'était une belle journée, d'un calme absolu ; pas une feuille ne bougeait. La terre semblait vierge encore de tout contact humain ; la tendresse du matin, toute de pureté, planait sur la campagne. L'engin qui labourait la terre était guidé de main de maître, traçant des sillons profonds et rectilignes, sillon après sillon, selon un ordre mathématique. L'homme aux commandes était au fond de lui-même en proie au désordre ; mais la machine effectuait la tâche assignée. Seul l'homme peut fonctionner dans le désordre, en proie au désordre intérieur et extérieur."



Extraits des pages 104 et 105 du manuscrit original du Journal de Krishnamurti.  Elles sont donc inédites à ce jour. Traduction en français extraite du bulletin de l'ACK n° 69 - Deuxième bulletin 1995 (1996). Source : http://www.krishnamurti-france.org/Notes-de-Krishnamurti
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Vos inspirations personnelles ou autres et poèmes (Modérateur: Izazen)  |  Fil de discussion: Campagne... « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.13 secondes avec 19 requêtes.