Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
05 Août 2020 à 10:39:44

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Philosophies  |  Le monde du Bouddhisme  |  Fil de discussion: Générosité et Compassion 0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Générosité et Compassion  (Lu 4104 fois)
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
*****
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 2275



Voir le profil
Générosité et Compassion
« le: 08 Novembre 2008 à 13:25:36 »





par Chögyam Trungpa Rimpoché (1939 - 1987)



La Parameta de la générosité




"En tibétain, générosité se dit jinpa et signifie "don", "ouverture", "abandon". Dans la notion de générosité, il y a donc l'idée de ne rien garder pour soi mais de donner constamment. La générosité est une ouverture qui existe d'elle-même, une ouverture complète. On cesse d'être l'esclave de ses propres combines et projets. Et la meilleure façon de s'ouvrir est d'établir une relation d'amitité avec soi-même et les autres.

Il existe trois types de générosité. Le premier est la générosité ordinaire : donner des biens matériels ou mettre les autres à l'aise. Le deuxième est la protection contre la peur. On rassure les autres et on leur apprend à ne pas se sentir complètement tourmentés par leur vie et à ne pas paniquer. On les aide à découvrir la bonté fondamentale et la pratique spirituelle et on leur montre qu'ils possèdent les moyens d'être leur propre soutien. C'est donc le don du courage. Le troisième type de générosité est le don du dharma. On montre aux autres qu'il existe une voie faite de discipline, de méditation et d'intellect ou connaissance. Grâce à ces trois types de générosité, on peut ouvrir l'esprit des autres (...).
C'est cela le principe essentiel du mahayana : aider les autres à voir plus grand, à élargir le cadre de leur pensée. On peut se permettre de s'ouvrir et de rejoindre les autres avec une générosité, une bonté et une richesse immenses. Plus on donne et plus on gagne, même si ce qu'on gagne ne doit pas être la raison du don. En fait, plus on donne et plus on a envie de donner constamment. Et le gain se produit toujours, de façon automatique.

Le contraire de la générosité est l'avarice, le refus de donner - une attitude de misère, dans le fond."


 

La compassion

"La compassion se fonde sur la sensation d'avoir un "point sensible". C'est comme si on avait un bouton sur le corps qui fait très mal, tellement mal qu'on ne veut même pas le frotter ou le gratter. Quand on prend une douche, on n'ose pas passer la savonette dessus, tellement il fait mal. (...)
Ce point sensible sur notre corps est une métaphore de la compassion. Pourquoi ? Eh bien, parce que même au milieu de l'agressivité immense, de l'énorme paresse et de la grande insensibilité qui règnent dans notre vie, nous avons toujours un point vulnérable, et ce point, nous pouvons le cultiver, ou du moins, éviter de le meutrir encore plus. (...) Que nous soyons fous, bêtes, agressifs ou égocentriques, quelle que soit notre personnalité, ce point sensible est toujours en nous. (...) Nous ne sommes pas cuirassés tout le temps. Nous avons un point sensible quelque part, une plaie ouverte quelque part. Quel soulagement !

A cause de ce point sensible-là, même si nous sommes un monstre cosmique - Mussolini, Mao Zedong, Hitler -, nous pouvons quand même tomber amoureux de quelqu'un. Nous pouvons quand même être sensibles à la beauté, à l'art, à la poésie, à la musique. Il se peut que le reste de notre être soit recouvert d'un bouclier en fonte, mais il existe toujours un quelconque point sensible en nous, ce qui est merveilleux. Ce point sensible est la compassion embryonnaire, la compassion en puissance. (...) Cette santé d'esprit peut être très primitive. Notre point sensible peut n'être rien de plus que l'amour des tortillas ou des currys. Mais c'est déjà suffisant. L'ouverture est là. Peu importe l'objet de notre amour, pourvu qu'il y ait un point sensible, une plaie ouverte. C'est très bien. C'est par là que peuvent entrer tous les microbes et nous imprégner petit à petit, prendre possession de nous et influer sur tout le système. Et d'après ce qu'on dit, c'est précisément comme ça que naît l'attitude de compassion."

(Chögyam Trungpa, in L'entraînement de l'Esprit , Le Seuil, point sagesse, Paris, 1998
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Philosophies  |  Le monde du Bouddhisme  |  Fil de discussion: Générosité et Compassion « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 6.404 secondes avec 19 requêtes.