Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
19 Octobre 2017 à 03:31:12

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: Suivre avant de trop monter haut 0 Membres et 2 Invités sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Suivre avant de trop monter haut  (Lu 420 fois)
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
*****
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 3393



Voir le profil
Suivre avant de trop monter haut
« le: 07 Août 2017 à 09:30:36 »





46 et 17


Une poussée vers le ciel c'est la croissance de l'arbre sortant de terre. Suivre et trouver conseil dans son entourage ou le livre.
Selon Thomas Cleary : "... Se conformer c'est aller avec les choses ..."  avoir confiance en la croissance certes , mais il est utile de cerner le besoins essentiels de l'existence.





Journalisée
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 214


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : Suivre avant de trop monter haut
« Répondre #1 le: 07 Août 2017 à 21:25:27 »

Bel accompagnement
la vie est ............l'eau est essentiel !


Guy H
Journalisée
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 214


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : Suivre avant de trop monter haut
« Répondre #2 le: 07 Août 2017 à 21:36:31 »

Suivre avant de monter trop haut.


46, la poussée vers le haut ou croissance et
17, suivre.



46, la poussée vers le haut ou croissance

Le trigramme Vent (ou Bois) en bas est surmonté par celui de la Terre.
C’est la croissance du bois qui naît en terre.

Les mots : évolution constante – gain de confiance – acceptation de défis – promotion – reconnaissance .

Mais aussi :
Monter, s’élever. Monter en grade, être promu. Sheng est une ancienne mesure de capacité, environ un dixième de litre.

Autres symboles :
Des céréales à l’intérieur d’un boisseau – une mesure à grain – ascension – monter – promotion – les céréales dans le boisseau se déversent et s’élèvent en un tas.

Le Ricci : promotion, moment où l’élément faible fait effort pour s’élever à un niveau supérieur.


Deux traits composent cette image.
Une côte abrupte, sur laquelle les pas laissent leur trace.
C’est une " ascension lente ".





"  Ce qui est petit grandira un jour !"

Poussée vers le haut, monter, naissance, croissance  SHENG.

Au cœur de la terre naît le bois. Croissance.
Ainsi l’homme de bien grâce à sa nature docile accumule peu à peu pour s’élever et grandir.
Au cœur de l’hexagramme un autre, le 54,
 l’épousée qui est celle qui veut satisfaire son ambition
et s’élever dans la société, mais cela implique des devoirs.

Regardons alors cette complicité de la terre et du bois :
L’une incarne la malléabilité par laquelle on s’adapte,
 l’autre tire de la souplesse son endurance et sa force.

La terre est le centre, le cœur, le vide,
 où la naissance s’ébauche.
Le bois est l’image de l’effort patient par lequel
ce qui veut apparaître finit par prendre forme.
Par leurs actions combinée,
 les forces se concentrent à l’intérieur,
 forgeant dans les profondeurs
 la puissance tenace qui pousse à grandir.

Le temps est long avant que l’on perçoive la lumière
 et finisse par percer.
Un temps où chaque effort est
 un pas supplémentaire vers le Sud.
Un  temps de rudesse, où il faut consentir,
 faire confiance sans savoir.
Jusqu’à ce que peu à peu,
 à force de don et de courage,
 on gagne en solidité,
 en densité, en ampleur.

Jusqu’à ce que l’abnégation conduise à la hauteur.
Il faut pour cela comprendre la qualité première de la terre,
 hexagramme 2
toute de docilité, de flexibilité, d’abandon :


"  L’idéogramme Shun, suivre le flux, comprend les notions de docilité,
d’obéissance, de naturel, de coulant, d’aisé.

Il y a ici l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
de ne pas s’opposer au cours des choses,
d’épouser le mouvement global,
 de ne pas intervenir à tort et à travers."


En fait l’ " homme doué " conseille de comprendre que
 la vie demande parfois de reculer
 en mordant sur le terrain gagné.
Se révolter c’est perdre inutilement de l’énergie.

Cet hexa en événementiel invite à
  "s’abandonner, accepter" les circonstances telles
qu’elles se présentent, n’opposer aucune résistance,
cette attitude permettrait de prendre appui sur un courant plus profond.

De faire appel à des ressources naturelles :
"  Ne plus penser et ne plus sentir, pensée et
sentir seront alors portés à leur optimum de puissance."


L’homme de bien imite la terre lorsqu’il laisse le monde venir à lui
et l’accepte tel qu’il est .
Il imite le bois qui s’enracine lorsqu’il laisse le temps donner forme à ses efforts.
Il fait confiance à ce mouvement simple d’abandon qui recueille.

Il connaît la mécanique sans prétention de
ce qui s’épaissit peu à peu pour s’élever et grandir.
François Roustang ajoute :


 " Sur quoi va-t-il donc prendre appui ?
Sur ce qui ne dépend pas de lui, sur ce qu’il possède
sans en avoir la maîtrise, sur ce qu’il ne s’est pas donné,
sur ce qui lui est le plus nécessaire et qu’il ne peut que recevoir :
son existence en cet instant.

Sur cette existence sans détermination particulière,
il peut faire fond tranquillement, mais à condition
qu’il se défasse de tous ses avoirs ou que, du moins,
il les considère comme découlant de cette source première."


Un guide pour croître dans l’ascension……
ou suivre et trouver " l’homme de bien " ....
serait-ce un livre ? Puis ensuite

" /…se conformer c’est aller avec les choses. "

Citation de Thomas Cleary.

 

17. Suivre, suite ou adaptation.  En chinois SUI.

Le trigramme  Foudre ou Tonnerre est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Suivre, s’adapter, conduit à la liberté.
Il y a nécessité à rechercher l’instant juste.

Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement –
sans motif, sans cause, sans précédent.

Le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte –
 bataille, tâtonne, travaille les ingrédients d’une maturité futur.
Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance et
évolue un peu plus souplement.

Suivre est un guide qui éclaire malgré les images contenues
 dans les trigrammes un " Tonnerre ",
 le trigramme Tchen du bas sort de la Brume le trigramme Touei du haut.

SUI est un mouvement souple, comme si le mouvement
 conduisait à une allure simple, plus ouverte, plus diffuse,
 comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté
qui permet aux forces de s’assembler.

L’homme de bien ne craint pas l’obscurité car il connaît la valeur de l’abandon :
qu’après les difficultés des premières expériences survient
 une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide, plus relâchée, et ainsi plus entière.
 La rencontre peut avoir lieu.
Comme une impulsion est donnée, suivre c’est savoir abandonner
 le volontarisme et laisser le mouvement se poursuivre de façon naturelle.

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.
Une belle leçon d’apprivoisement en fait.
Et nous ne cherchons plus à contrôler,
 nous avons confiance dans le " suivre "
ceci, à l’occasion d’une rencontre opportune.

Jean-François Billeter ajoute :

" L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier
 de diriger les opérations comme elle le faisait jusque là,
et s’oublier elle-même. "


J’aime bien ce suivre il en vient même
à adopter un comportement totalement libre et lorsque la rencontre
 est propice,
l’émergence du Yin est inévitable…
et sans devenir un mouton de Panurge,
le suivre est un mouvement, une situation
qui a toujours un début et une fin.


 A cette association de ces hexagrammes 46 et 17
nous pouvons émettre cette pensée:
travailler notre maturité et de croître naturellement
d’où exploiter des capacités nouvelles d’adaptation.

C’est faire émerger des capacités universelles pour le plus grand bien de l’humanité.

On devient sensible à l’entourage, sensible à l’harmonie qui se dégage
de ces moments "poussant" !

A la lumière de ces H46 et H17,
aller de l’avant et suivre,
il y a beaucoup à apprendre sur soi-même,
sur les peurs ,
la vulnérabilité,
la force d'assumer la responsabilité d’une faiblesse
et la compassion à l'égard de la vulnérabilité des autres.

Les H 46 et 17 avisent
 à ne pas sous estimer les ascensions
qui par trop libre induisent des arrêts,
 des pauses à appréhender.
Avoir confiance en la croissance certes
mais il est utile de cerner les besoins
essentiels de l’existence.



Guy H


Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: Suivre avant de trop monter haut « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.19 secondes avec 19 requêtes.