Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
23 Novembre 2017 à 07:23:14

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Vos inspirations personnelles ou autres et poèmes (Modérateur: Izazen)  |  Fil de discussion: Le printemps 0 Membres et 2 Invités sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Le printemps  (Lu 3218 fois)
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3395



Voir le profil
Le printemps
« le: 21 Mars 2009 à 19:38:30 »




Création : DafoeofLenin


Rondeau de printemps


Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s’est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.

Il n’y a bête ni oiseau
Qu’en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie.

Rivière, fontaine et ruisseau
Portent en livrée jolie
Gouttes d’argent, d’orfèvrerie;
Chacun s’habille de nouveau.



René Charles D’ORLÉANS (1391-1465)
Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3395



Voir le profil
Re : Le printemps
« Répondre #1 le: 22 Mars 2009 à 10:47:38 »




Spectacle rassurant



Tout est lumière, tout est joie,
L’araignée au pied diligent
Attache aux tulipes de soie
Ses rondes dentelles d’argent.

La frissonnante libellule
Mire les globes de ses yeux
Dans l’étang splendide où pullule
Tout un monde mystérieux !

La rose semble, rajeunie,
S’accoupler au bouton vermeil ;
L’oiseau chante plein d’harmonie
Dans les rameaux pleins de soleil.

Sa voix bénit le Dieu de l’âme
Qui, toujours visible au coeur pur,
Fait l’aube, paupière de flamme,
Pour le ciel, prunelle d’azur !

Sous les bois, où tout bruit s’émousse,
Le faon craintif joue en rêvant ;
Dans les verts écrins de la mousse
Luit le scarabée, or vivant.

La lune au jour est tiède et pâle
Comme un joyeux convalescent ;
Tendre, elle ouvre ses yeux d’opale
D’où la douceur du ciel descend !

La giroflée avec l’abeille
Folâtre en baisant le vieux mur ;
Le chaud sillon gaîment s’éveille,
Remué par le germe obscur.

Tout vit, et se pose avec grâce,
Le rayon sur le seuil ouvert,
L’ombre qui fuit sur l’eau qui passe,
Le ciel bleu sur le coteau vert !

La plaine brille, heureuse et pure ;
Le bois jase ; l’herbe fleurit. -
Homme ! ne crains rien ! la nature
Sait le grand secret, et sourit.





Victor HUGO (1802-1885) - Les Rayons et les Ombres XVII
Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3395



Voir le profil
Re : Le printemps
« Répondre #2 le: 23 Mars 2009 à 08:35:12 »





Vincent VAN GOGH : "Branche d'amandier en fleur, 1890"




La fleur qui fait le printemps



Les marronniers de la terrasse
Vont bientôt fleurir, à Saint-Jean,
La villa d'où la vue embrasse
Tant de monts bleus coiffés d'argent.

La feuille, hier encor pliée
Dans son étroit corset d'hiver,
Met sur la branche déliée
Les premières touches de vert.

Mais en vain le soleil excite
La sève des rameaux trop lents ;
La fleur retardataire hésite
A faire voir ses thyrses blancs.

Pourtant le pêcher est tout rose,
Comme un désir de la pudeur,
Et le pommier, que l'aube arrose,
S'épanouit dans sa candeur.

La véronique s'aventure
Près des boutons d'or dans les prés,
Les caresses de la nature
Hâtent les germes rassurés.

Il me faut retourner encore
Au cercle d'enfer où je vis ;
Marronniers, pressez-vous d'éclore
Et d'éblouir mes yeux ravis.

Vous pouvez sortir pour la fête
Vos girandoles sans péril,
Un ciel bleu luit sur votre faîte
Et déjà mai talonne avril.

Par pitié, donnez cette joie
Au poëte dans ses douleurs,
Qu'avant de s'en aller, il voie
Vos feux d'artifice de fleurs.

Grands marronniers de la terrasse,
Si fiers de vos splendeurs d'été,
Montrez-vous à moi dans la grâce
Qui précède votre beauté.

Je connais vos riches livrées,
Quand octobre, ouvrant son essor,
Vous met des tuniques pourprées,
Vous pose des couronnes d'or.

je vous ai vus, blanches ramées,
Pareils aux dessins que le froid
Aux vitres d'argent étamées
Trace, la nuit, avec son doigt.

Je sais tous vos aspects superbes,
Arbres géants, vieux marronniers,
Mais j'ignore vos fraîches gerbes
Et vos arômes printaniers.

Adieu, je pars lassé d'attendre ;
Gardez vos bouquets éclatants !
Une autre fleur suave et tendre,
Seule à mes yeux fait le printemps.

Que mai remporte sa corbeille !
Il me suffit de cette fleur ;
Toujours pour l'âme et pour l'abeille
Elle a du miel pur dans le coeur.

Par le ciel d'azur ou de brume
Par la chaude ou froide saison,
Elle sourit, charme et parfume,
Violette de la maison !

Théophile GAUTIER
Recueil : Emaux et camées
Journalisée
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 215


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : Le printemps
« Répondre #3 le: 23 Mars 2009 à 12:50:22 »


Sagesse couleur.

Le printemps
c'est le jaune

des crocus, primevères,
jonquilles et fortitia,

ce jaune qui sommeillait,
cette sagesse d'hiver enfouie
est arrivée à maturité
pour s'exprimer... au printemps.




Guy H
Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3395



Voir le profil
Re : Le printemps
« Répondre #4 le: 23 Mars 2009 à 18:24:57 »


Haa, le jaune printanier, oui Guy :-) ...il y en avait profusion, en jonquille, ce week-end, dans les forêts  proches de Cormatin.


Photo : izazen


izazen
« Dernière édition: 23 Mars 2009 à 18:27:02 par Izazen » Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3395



Voir le profil
Re : Le printemps
« Répondre #5 le: 24 Mars 2009 à 09:12:59 »




Création photo : Ahermin


Le printemps jeune et bénévole


Le printemps jeune et bénévole
Qui vêt le jardin de beauté
Elucide nos voix et nos paroles
Et les trempe dans sa limpidité.

La brise et les lèvres des feuilles
Babillent, et lentement effeuillent
En nous les syllabes de leur clarté.

Mais le meilleur de nous se gare
Et fuit les mots matériels ;
Un simple et doux élan muet
Mieux que tout verbe amarre

Notre bonheur à son vrai ciel :
Celui de ton âme, à deux genoux,
Tout simplement, devant la mienne,
Et de mon âme, à deux genoux,
Très doucement, devant la tienne.

Émile VERHAEREN
Recueil : Les heures claires
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Vos inspirations personnelles ou autres et poèmes (Modérateur: Izazen)  |  Fil de discussion: Le printemps « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.08 secondes avec 19 requêtes.