Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
19 Septembre 2019 à 01:50:41

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire. 0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire.  (Lu 1669 fois)
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 247


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire.
« le: 09 Juin 2019 à 10:23:57 »




55, l’abondance ou profusion et
18, remédier le corrompu ou travail sur ce qui est corrompu,
nettoyer les plaies.


Appliquer les lois de l'univers génère l'abondance,
un sommet est atteint, c'est briller comme le soleil à midi.
L’abondance est le délicieux moment où l’on récolte les fruits d’un travail
bien fait;
c’est la moisson qui recueille tout ce qui a été semé
et qui le redistribue avec prodigalité.
Le Yi Jing compare l’abondance au soleil lorsqu’il est au zénith,
 revigorant, enrichissant et illuminant tout ce qu’il touche.
Et lorsqu’une corruption est installée cela appelle qu'un changement de cycle s’impose
par une action vigoureuse qui ébranle.



55, l’abondance ou profusion est un tonnerre qui éclate au-dessus du feu.

L’union des êtres produit la perfection de la grandeur.
Le trigramme Feu est surmonté par celui de la Foudre,
cela signifie : profiter de la lumière pour se mouvoir avec intelligence.

Les mots : foisonnement – profusion – générosité – fertilité – mûrissement – récompenses – richesses intérieures – apogée – moisson.

Mais aussi :
Récolte abondante. Fertile, luxuriant, opulent. Abondant, copieux, nombreux, considérable.
Plein, replet.

Autres symboles :
Abondance – offrandes végétales dans un vase en bois destinées aux esprits – des rameaux – une montagne d’offrandes végétales – des sacs de grains.

Le Ricci parle aussi de :
Plénitude de l’abondance, moment où le développement atteint son apogée
avant de commencer à décliner.


L’image est un sacrifice rituel à l’occasion d’une double récolte.
Il s’agit donc d’" abondance ".
Et lorsqu’une telle abondance de richesse est là,
cela nécessite une solide capacité à éclairer et diriger.
L’abondance peut en faire " tourner la tête " à plus d’un.

Au sommet de la grandeur, le prince ne désire plus rien :
c’est le soleil à midi.
Le tonnerre couplé à l’éclair est l’image de la loi.
Un temps pour la définir, afin qu’elle soit promulguée sans l’ombre d’un doute :
c’est l’heure de mordre et unir (H21).
Un temps pour l’exercer, afin qu’elle s’applique sans la moindre faille :
c’est l’heure de la profusion.

Lorsque la clarté (feu trigramme du bas) domine le mouvement (tonnerre, trigramme du haut), on formalise les lois.
Mais lorsque le mouvement s’appuie sur la clarté,
 l’heure est à l’application des peines.


 "Tout comme la végétation se renforce lorsqu’on la taille,
 c’est en tranchant dans la profusion et
en éliminant le surplus que l’on procède
 à la nécessaire régulation de la vitalité." 


Donc l’homme de bien sait se dégager de la confusion qu’entraîne l’abondance.
Conflits, entremêlements, coteries, c’est pour tenir cette prolifération en respect qu’il tranche de manière juste,
 qu’il condamne,
 qu’il sanctionne :
élimination foudroyante de ce qui gangrène et fait perdre le Nord.
Assumant sans état d’âme la position centrale dont le roi est l’emblème,
 il maintient le juste équilibre entre vitalité et pléthore.


 "Les rites ,
c’est ce qui empêche que le mal se produise,
tandis que les lois,
c’est ce qu’on applique une fois que le mal est commis."

Seu-Ma Tsien

Sylvie Verbois dans son " Classique de la simplicité " émet
ceci comme signification qui se rapporte
 encore au monde agricole ou plutôt au monde de la nature.

 " La grandeur :
l’homme récolte ce qu’il a semé.
Sa présence est recherchée, ses idées sont écoutées.
Prospérité et abondance."


Le H55 représente une aire de culture au moment de la moisson,
tout autour le sol aplani sont dressées des bottes et gerbes.
Le moment est opportun pour agir.
Il convient de se rappeler que dans tout état de splendeur,
 il peut exister quelques morceaux obscurs et
 s’en souvenir au moment de l’aide est utile.
Rien ne sera précipité,
 s’attacher à sa réceptivité
 est d’effectuer un pas réfléchi
 avant d’en entamer un autre, tout comme se nourrir naturellement.

Et là, comme guide pour comprendre cette abondance débordante,
et d’œuvrer en harmonie apparaît un travail de longue haleine :
remédier avec le H18
d'où une réflexion utile : apporter un renouveau en bousculant l'ancien.

Participer à un travail de remédier, il n’est pas simple de l’engager.

H18. Hexagramme dont j’ai eu souvent à l’expliquer à des personnes
 qui se retrouvaient confrontées à cette situation et de leur avouer
 de rompre rapidement avec leurs habitudes.
 De leur dire que c’est en eux, par un lâcher prise
 que se trouve la solution à leur problème.
L’abondance (H55) a un rôle prépondérant quoique pas simple dans l’adversité du H18.


 

18. Le travail sur ce qui a été corrompu ou réparer les fautes, nettoyer les plaies.

Les mots : guérison – réparation – corrections des erreurs passées – épuration de la corruption – restauration de l’équilibre – action responsable.

Mais aussi :
Venin, poison, sortilège. Séduire, ensorceler.
Cause de désordre, affaire.

Autres symboles :
Un vase dans lequel se trouvent trois insectes venimeux – poison – venin – périmé – sortilège – séduire – ensorceler – nettoyer et canaliser – remettre de l’ordre.

Le Ricci : Passage à l’action, moment où l’on entre en action.


Un vase rempli de vers ou d’insectes grouillants est l’image des "soucis ".
En fait les soucis sont utiles, car ils incitent à la réflexion,
ce qui permet de les surmonter.

L’image est vent en bas et montagne en haut.
Le vent tournoie au pied de la montagne.
Ses bourrasques entêtantes tourmentent les êtres, les plantes dépérissent, les hommes sont énervés, tout semble à la fois agité et retenu dans une atmosphère lourde et délétère.
C’est un temps de pourrissement et de dégradation, mais qui contient
 malgré tous les ingrédients d’une régénération.

Alors "l’homme de bien" en stimulant le peuple engendre le pouvoir.
Le nom de cette figure évoque un poison, un venin, un maléfice mais ce peut-être aussi un remède,
 et l’on sait bien que les potions les plus amères sont parfois de puissants traitements.

Le vent est tourbillon, mais aussi force de persuasion ;
 la montagne est retenue mais aussi force d’élévation.

Nous avons donc en ce H18, le travail ardu de surmonter une corruption
celle qui a œuvré depuis trop longtemps,
cette situation dégradée ne faiblit pas l’homme de bien qui
 ne se lamente pas ni ne s’irrite,
et d’être inspiré de réflexions en abondance,
il va prendre à cœur son rôle qui consiste à éduquer le peuple.
Il incite à se défaire des éléments de corruption,
 réveillant le peuple, le stimulant, tel le vent,
il le guide et l’élève et en fait une montagne
d'où réussir une stabilisation des soucis.

En procédant d’un côté par la répétition et l’incitation,
de l’autre par le calme et la détermination,
il aide à engendrer une capacité nouvelle,
 potentielle chez tout être humain :
celle qui consiste à faire éclore son talent personnel
en une belle action conséquente même artistique.

Commençons d’abord par un travail de nettoyage (des plaies insiste N.Chassériau) et de retour à l’équilibre
 dans notre petit ego.
Accordons-lui tout notre amour et tout un enthousiasme de naître.
Le monde et soi-même de s’en sentir plus harmonieux.


Comment cette association H55 et H18 peut-elle s’exprimer  ?

H55 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Tonnerre.
H18 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Montagne.

La danse d’un feu accompagné du tonnerre est une profusion qui s’exprime, s’ensuit
une énergie fécondante avec un apport imposant de la montagne, de la terre supplémentaire.
Est-elle de trop ? Annonce-t-elle une fin de cycle à cette profusion
 de feu-tonnerre ?

En ce vent et montagne est induit un comportement qui progressivement a développé :
 " des vers ou insectes venimeux, des serpents même peuvent en surgir. "
Cette dégradation pose une question, comment entamer un travail de longue haleine
en un milieu hostile et comment peut-il réussir ?

Remédier au corrompu, demande de l’opiniâtreté et apporte toujours une finalité heureuse.
Un peu d’enthousiasme pour s’atteler à la tâche ne fait que du bien. Lèvres scellées


La plénitude matérielle est comprise,
la maîtrise des richesses acquise.
Un monde (d’abondance, de pléthore)
 s’entrouvre où les consciences sont éclairées par la parole,
 c'est penser grand face à toute corruption qui a causé des plaies.

La profusion de s’agglomérer au travail de nettoyage des plaies.
Il y a toujours une part de risque.
Nathalie Chassériau en ce H18 indique :
"…/…il va donc falloir procéder par étapes.
1) Avant de soigner une plaie, il faut savoir ce qui l’a provoquée et identifier clairement ce qui a mené à la dégradation.
2) La plaie doit ensuite être vigoureusement nettoyée ; cette phase centrale est la plus délicate, celle qui " fait mal " : il faut avoir le courage d’affronter des vérités pénibles et de renoncer à des habitudes ou à des modes de comportement qui ne vous correspondent plus.

3) Pour finir, il faut suivre pas à pas le processus de « cicatrisation » pour éviter tout risque de rechute dans la corruption du passé."


D’où cette conclusion:

" Tenir sa place en toute confiance et se limiter
à l’instant présent, même si l’on est arrivé,
 pourquoi en serait-il autrement au moment de l’abondance ?"


Abondance et fin de cycle pour conclure :

Un flux d’énergie est déployé et s’apprête à renverser un cycle.
L’usure du temps de corruption freine tout cycle nouveau en formation mais
sans empêcher son avènement.
La profusion, l’abondance ouvrent des
espaces… et pour être à l’écoute de la nature universelle
une force incontestable d’usure œuvre à son usure
d’où paradoxalement :
« un peu d’usure ne peut nuire. »



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]
Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
*****
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 3480



Voir le profil
Re : Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire.
« Répondre #1 le: 10 Juin 2019 à 08:49:32 »


Une petite marche pour se nettoyer Sourire


Journalisée
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 247


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire.
« Répondre #2 le: 11 Juin 2019 à 10:06:06 »

"C'est un très beau nettoyage comme également
 gravir une montagne et en atteindre sa rive !"
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire. « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.088 secondes avec 19 requêtes.