Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
04 Avril 2020 à 10:52:14

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: Grand excès face à l’insondable. 0 Membres et 3 Invités sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Grand excès face à l’insondable.  (Lu 90 fois)
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 213


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Grand excès face à l’insondable.
« le: 20 Mars 2020 à 14:54:42 »



  28, l’excès ou grand excès et
29, l'abysse ou l’eau, répétée, danger,
 l’eau du ravin et encore entraînement au passage des ravins.


Rares sont les associations d’hexagrammes qui se suivent.
Il y a une belle succession, H27 si la nourriture est administrée elle peut parvenir à un excès figuré par le H28. S’il y a un excès de grandeur, les excès ne peuvent supporter cette force.
Personne ne peut résister aux situations excessives.
L’homme sage se maintient seul sans crainte et fuit le monde sans chagrin ni regret.
Vient le H29, ultime épreuve : un ravin à franchir et de quoi s’entraîner.




28, l’excès, l’excès de grand ou seuil critique.

Da Guo .
Le trigramme Vent ou Bois est surmonté du trigramme Brume, Lac.
Deux traits yin enserrent quatre traits yang.
Il y a donc excès de grandeur et les extrêmes ne peuvent supporter cette force.

Les mots : stress – surcharge – épuisement – obsession – gloutonnerie – fardeau – inquiétude – point de rupture.

Mais aussi :
Da  : Grand. Important, grandir. Adulte. Noble. Aîné.
Guo  : traverser, franchir, aller au-delà, dépasser, surpasser,
outrepasser, passer au travers, trop, excès, transgression, faute.
Opérateur grammatical marquant le passage d’une limite ou tout simplement du temps.

Autres symboles :
Grand, important, déployé – traverser, franchir, aller au-delà – dépasser une limite – la grande traversée – aller au-delà de la carapace – grand mouvement de dépassement des normes – c’est l’apogée, le renversement. 

Le Ricci : dépassement, moment où une grande puissance surmonte les obstacles pour atteindre son but.


Dans l’excès, le yang passe la mesure .
Un poids excède la norme et menace l’ensemble de la structure. (P.Faure et C.Javary).
L’image est en deux parties.
A gauche, un homme, les bras et jambes grands écartés, signifie « grand ».
Ce terme, dans le Yi Jing, est lié au Ciel et au yang.
Au centre de l’image, trois traces dessinées au-dessus d’un pied, donnant l’idée générale du mouvement.
A droite un trou (ressemblant à une bouche) est surmonté de lignes courbes.
Le sens global du H28 par tous ces caractères énoncés de l’image est de « passer à travers »,
d’ »aller au-delà », de « dépassement. »
 C’est un excès de yang.

 Si l’excès est un fardeau, il est supporté et supportable et
 comme le H1, l’élan créatif est l’hexa nucléaire c’est un poids supplémentaire
qui permet des actions fécondes et de surmonter parfois l’insupportable.

Une autre qualité est liée à ce H28 est la prépondérance du grand,
 le très proche H26, le grand apprivoise où il est écrit :
 " Profitable de passer le grand fleuve.

L’idéogramme qui définit le caractère chinois désigne le sommet de la tête.
Un point au-delà duquel on ne peut aller – pour l’acupuncteur, ce point se situe tout en haut du crâne et se définit comme celui où toutes les énergies Yang se rassemblent.
La place aussi du Chakra couronné.

Le terme a plus largement le sens de sommet, cime, faîte d’un toit.
Et celui plus abstrait d’origine, d’essentiel.
Mais une autre définition d’image apporte un petit plus au sens du fardeau.

Un homme et trois pas.
Cet homme marque des pas, il avance.
Sa bouche est déformée par un bec de lièvre : en effet,
 il est gêné dans sa communication avec autrui,
 mais pas dans la liberté de ses mouvements.

Il peut entreprendre une action, mais il faiblit car son fardeau est important et
il se sent comme une arête du toit dont le milieu est fort,
 mais les extrémités sont faibles.
Cependant, s’il ne voit pas trop grand et ramène les choses à leur juste valeur,
 il trouvera une voie praticable qui le satisfera.
Et son fardeau n’en sera qu’allégé.

C’est en cela que le Yi King invite
 à demeurer seul, de fuir le monde sans chagrin et
de ne pas avoir peur de la solitude.

Il est écrit dans la « grande image » :
La brume submerge les arbres
GRAND  EXCES
l’être accompli ainsi
en s’établissant dans la solitude ne s’inquiète pas
en vivant dans la RETRAITE ne s’attriste pas . »

Au cœur de l’hexagramme.
Bois en bas et Lac ou Brume en haut.
Le bois est force d’enracinement, la brume aptitude à l’échange.
Le mouvement de l’un, tel celui des racines, est un renforcement intérieur ;
 le mouvement de l’autre, tel celui des brouillards matinaux,
 est une expression tournée vers le dehors.

Désir d’affirmation, qui exige de la force mais entraîne
souvent des complications avec  l’entourage ;
désir de communication, qui apporte un soulagement
 mais voile parfois les repères intérieurs.

Cette double aspiration peut se révéler pesante,
 ou égarer, ou même paralyser :
la forme symétrique de l’hexagramme donne une idée
 de la tétanisation que risque d’entraîner l’écartèlement
entre ces deux tendances.

Il faudra, pour éviter l’immobilisme,
 calquer son attitude sur ce double mouvement
  se rappeler que le bec de lièvre du marcheur,
ne l’empêche pas de poursuivre sa route
 mais le gêne au niveau de la communication).

Alors d’une part, il ne faut pas craindre de s’ériger seul sur ses références propres et
 de se manifester ; d’autre part, savoir se retirer pour renforcer ses convictions
 lorsqu’elles ne rencontrent pas l’écho espéré au dehors.
C’est ce va-et-vient souple entre ces deux attitudes
qui nourrit la force nécessaire à ce moment de passage.
Dans ce fardeau à porter, à supporter, voyons l’attitude de l’homme de bien.

Il n’éprouve pas d’inquiétude ni ne succombe à la tristesse :
 la sensation de solitude pas plus que la  nécessité du retrait
 ne lui font perdre sa direction.
Comme l’indique l’image de la poutre caractéristique de cet hexa,
c’est le moment où l’on doit ressentir le point où
les forces sont unifiées,
afin de pouvoir à la fois aller de l’avant et s’enraciner
 dans ses convictions propres.

S’exprimer, se renforcer : promouvoir ces deux pentes de la capacité personnelle
 est d’une grande exigence, mais savoir en soutenir le poids
tout en gardant sa fluidité permet d’accomplir
 la traversée sans se laisser submerger.


"  Le dragon est puissant et pourtant il se cache.
Il ne change pas selon l’époque.
Il ne réalise pas son œuvre en fonction du renom.
Il se retire du monde sans tristesse.
On ne le voit pas et cela ne l’attriste pas.
Lorsqu’il est joyeux, il passe à l’action ;
 lorsqu’il est anxieux il se met à l’écart. "

Extrait de : Le Dit du savoir.

La souplesse est donc mise à l’épreuve,
un guide s’associe à ce H28, il impose un franchissement subtil, énergique
et parfois périlleux avec l’H29.


  K’AN. Entraînement au passage des ravins,
 danger répété d’où gérer celui-ci.


Le trigramme Eau est répété en bas et en haut.
Difficultés par l’élément eau, mais le symbolisme contient l’idée de voir en cette eau
le moyen de se faufiler en toutes situations et trouver son chemin.

Les mots:
danger - engloutissement - caractère imprévisible - conditions hasardeuses - sentiments obscurs - insécurité - confrontation à la peur - courage .


Mais aussi :
Précipice, escarpement, lieu dangereux. Fosse, cavité, creux.
Talus, terrasse, levée de terre à travers champs. Onomatopée d’un bruit de coup violent.

Autres symboles :
Le premier envol au-dessus de la falaise – vertige – les ailes se déploient pour la première fois dans le vide – se familiariser avec le vide, l’espace – vers le bas.

Ricci : Abîme, succession de dangers, moment où
 les difficultés multiples suscitent
un redoublement d’effort pour atteindre au but.


L’image de cet hexagramme est le sol, d’où sort une plante.
Mais , ce sol à droite de la plante,
exhale des souffles comme le ferait un gosier.
Le jour la plante donne de l’oxygène, la nuit du gaz carbonique.
Il s’agit d’une faille ou d’une caverne émettant des vapeurs délétères.

K’an évoque un contenant (caverne, lit de rivière)
 et à la fois un contenu dangereux (courant, gaz mortel….virus.) .
De là l’implication de précipitation, de perturbation,
d’embûche, de détour, d’indécision, de danger,
de chute, d’enfoncement, de secret.
Par exemple, un virus invisible.

Ce guide avec de l’expérience, incite à ne pas s’endormir dans la sécurité.
Même si l’apparence est chatoyante
 (on lève la tête au ciel pour un cri entendu …ce héron)
et agréable
 (le plumage de l’oiseau) ,
il se cache toutefois un piège.

Le regard va s’orienter sur une expérience passée
qui revient en mémoire,
comme si elle avait dormi au fond des abysses.
Ce nouveau regard de la situation passée permet
de lever un obstacle pour se protéger
 et de ne pas retomber dans le danger qui précède.

Ces avertissements, ces mises en garde, resituent
ce qui se passe lorsqu’une angoisse survient,
il faut se souvenir des crises passées et
calmer l’énergie de la pensée pour lui barrer la route.

C'est ainsi que toute perception est dite, "de l'invisible "
il en dépendra de la faire éclore par l’action en toutes circonstances,
d’agir avec une subtilité contraignante parfois au bord de l’insouciance.

C.K.Anthony et A.Moog précisent en ce H29 :

"…/…En termes de conscience, le trigramme Kan représente le rôle de la pensée.
Ici le doublement du trigramme représente l’état d’esprit d’une personne qui tente de résoudre un problème uniquement par le raisonnement.
Elle court le danger de se perdre dans un dédale de peurs, car le problème est lui-même créé par un raisonnement séparé du sentiment.
Les sorts liés à cet hexagramme concernent des images projetées sur la Conscience cosmique : celle de l’inconnu,
celle d’un abysse dans lequel on tombe pour se perdre à jamais,
ou encore celle des souffrances éternelles de l’enfer.

Ces images entraînent la personne dans un abysse de peurs,
ce qui l’empêche de reconnaitre la nature pleine de l’amour du Cosmos,
mais aussi de recevoir son aide et sa protection…/…"


Cette association est significative
de mûrir en pensées tout ce qui compromet comme un danger survenant,
une poutre faîtière de choir.
C’est un apprentissage sage réclamé en ce H29 !

A l’aide d’une perception intuitive (cet autre regard)
 on vibre alors à l’écho de ce moment compliqué (épreuve) à négocier
en émettant de l’Harmonie .
Plonger en cet immense entraînement
journalier fait entrevoir peu à peu un gage de réussite
 à tout ce qui porte préjudice.


" Ô qu'il est bon de patienter pour retrouver confiance en soi! "

celle de voir la réalité au-delà de l’instant immédiat (un confinement),
il en a déjà vu des épreuves et d’autres encore l’attendent toutes différentes.

Cette association implique de déverrouiller son cœur par un vision
oubliée, cela permet aussi de se contenir en toutes situations même les plus extrêmes.

A situation de tensions extrêmes, il se libère un potentiel
et paradoxalement l’harmonie est au rendez-vous (même au cœur du chaos)
à qui sait pénétrer le flux universel et parfois le freiner alors qu’il est constant.

Rester en harmonie coûte que coûte même devant l’approche d’un cyclone,
séisme, ou bien sur une dévastation par un virus, pas simple.

Pas simple pour tous mais possible de s’accorder avec cette invitation :
  " accepter les choses comme elles viennent
et non pas comme on voudrait qu’elles soient. "


Le H29 en guide a de l’ « expérience » ,
à revendre et insiste à ne pas s’endormir dans la sécurité du franchissement des ravins.
Même si l’apparence est chatoyante (on lève la tête au ciel pour un cri entendu …un héron)
et agréable (le plumage de l’oiseau), on appréhende le piège
ou une difficulté imprévue.

Ces bons avertissements, ces bonnes mises en garde
ont leur utilité à la perception dite , "de l'invisible."

C’est drôle que ce REGARD depuis la lecture de ces H28 et H29
 s’est affiné, tout du moins, le mien.
Ces avertissements, ces mises en garde, resituent
ce qui se passe lorsqu’une angoisse survient,
il faut se souvenir des crises passées et
calmer l’énergie de la pensée
 pour lui barrer la route.
Cette perception est dite : "de l'invisible.", des profondeurs.

Cette association H28 et H29 est significative
pour canaliser tout ce qui est observé et de plonger,
par entraînement dans les difficultés,
tel un cascadeur à qui on demande parfois d’exécuter l’impossible et qui réussit
 sans commettre d’erreur.
C'est par la répétition de pas mesurés
et des visions subtiles
que l'on affirme son chemin.

Gouverner implique de s’adapter à la souplesse et aux émotions.

Persévérer avec cette souplesse demande un précieux temps de réflexion
puis de consacrer ce temps à développer du Yin...juste
le temps de réaliser une approche de comment réussir à passer des ravins
en plus harmonieux.
 
Comme leçon pour toute personne qui a l'ambition de gouverner,
il lui suffit de ne pas partir tout schuss pour sauter les obstacles,
 les ravins, les épidémies.


Ces H28 et H29 permettent à tout un chacun d’envisager une issue heureuse à des événements proches ou lointains,
comme si déjà on avait eu connaissance d’un franchissement à accomplir.
Prévu.

Il y a toutefois un paradoxe, aller de l’avant par nécessité et
 l’idée d’arrêt devant un ravin pour éviter une chute.
La réflexion à avoir est qu’en toute dynamique,
une énergie se concentre puis se libère
et induit la rencontre avec un danger menaçant.
Nous la retrouvons cette énergie duelle avec le symbolisme des trigrammes.

L’homme de bien se retire en son for intérieur,
car il possède une qualité éminente,
H28 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Brume.
H29 : le trigramme Eau en bas est surmonté du trigramme Feu.

Si ce qui transporte ou emporte, vent léger ou tempête, se diffuse en bienfaits ou malheur, ce vent induit deux comportements, l’un d’exalter, de rendre constant son pouvoir de diffusion ;
l’autre d’y mettre un terme, par un violent effort de déployer des forces yang
et paradoxalement de l’excès corrigé, naît une harmonie.

Vent et brume sont des véhicules parcourant des étendues de terre,
 le vent de s’essouffler et la brume de s’évaporer
Découvrir la nature du vent , de la brume fait qu’on aborde celle de l’EAU.

Fortes ces énergies sont-elles qu’on finit par les combattre, les vaincre et
mais nécessitant de les épouser pour les comprendre.
Combattre l’eau par l’eau,
suffit d’avoir accepté sa nature, savoir nager,
 plonger et se nourrir de l’Eau.
Diffuser du Yin.

Dès lors un grand potentiel de s’exprimer est affirmé lorsque l’on a effectué cet apprentissage de l’eau:
 "  Ô qu'il est bon d’accomplir un potentiel qui délivre ".

Voici donc une approche réaliste qui résume ces H28 et H29,
il y a une grande idée concernant le poids, le fardeau de tout excès:
cela induit des comportements, des situations, des événements qui
induisent soit un arrêt (réflexion)
 soit une mise en mouvement énergique (action).
Oui le ravin ne fait plus peur comme le poids d’un excès.

C’est se déterminer par
 " un grand ménage de printemps intérieur."

H28 et H29 posent une évidence,
 tout paroxysme n’est guère à première vue un signe d’harmonie et
cependant si on s’y accroche en toute confiance,
(sans craindre l’effondrement de la poutre faîtière)
 l’harmonie demeure en tout individu qui brave les circonstances
de façon énergique alors l'excès est dit
" bienvenu "
puisque l'on a appris à traverser les ravins.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, (QUOIQUE)
 cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]


« Dernière édition: 20 Mars 2020 à 15:10:07 par Guy H » Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
*****
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 2242



Voir le profil
Re : Grand excès face à l’insondable.
« Répondre #1 le: 20 Mars 2020 à 16:13:38 »


Revenir au présent avec une action positive collective comme  :


Confinement : la ligue de protection des oiseaux vous lance un défi


Pour ceux qui tournent comme les lions en cage, et pour tous les autres, pourquoi ne pas observer les oiseaux ? La LPO lance un nouveau programme de comptage des espèces "spécial confinement". Il suffit d’observer depuis son jardin, son balcon ou même de sa fenêtre.





Avec le confinement, un silence inhabituel s’est installé dans certains quartiers en ville, l’occasion de tendre l’oreille pour entendre le chant des oiseaux. 

C’est le moment ou jamais d’apprendre à faire la différence entre le gazouillis du rouge-gorge, de la mésange charbonnière, ou du merle. D’autant qu’en cette période où la nidification commence, les oiseaux chantent à tue-tête.


Dans cette période de crise grave, justement il faut qu’on trouve des réconforts, du plaisir" estime Yves Vérilhac directeur général de la Ligue de protection des oiseaux, "et peut-être faut-il en profiter pour faire ce qu’on ne fait pas en temps normal, c’est-à-dire à s’intéresser à ce qui nous entoure". 
Vous aussi soyez "Confinés mais aux aguets"

La Ligue de protection des oiseaux relance son programme de sciences participatives de comptage des espèces, rebaptisé pour l’occasion "Confinés mais aux aguets". Merles, corneilles, moineaux, mésanges, il suffit de s’installer dans son jardin, sur son balcon et même à la fenêtre pour les observer : 

"Si vous avez deux rouges-gorges dans votre jardin, vous notez, vous attendez, vous observez pendant une heure, vous allez voir, il se passe toujours quelque chose quand on regarde la nature, on ne s’ennuie jamais" assure Yves Vérilhac. Ce passionné d’ornithologie observe les oiseaux depuis l’âge de 10 ans.

En fonction de la couleur et de la forme, il sait reconnaître le moindre oiseau comme d’autres savent distinguer un modèle de voiture d’une autre de loin : "Est-ce que l’oiseau que vous observez est seul ou en groupe ? Par terre ou dans un arbre ? A-t-il un gros bec, auquel cas, c’est un granivore comme un verdier ou un chardonneret ? Si le bec est très fin c’est insectivore". Si l’oiseau se pend par les pattes la tête en bas, c’est typique de la famille des mésanges. Et même les pigeons des villes sont dignes d’intérêt insiste-t-il : "Le pigeon des monuments, le pigeon biset est un ancien oiseau sauvage des falaises" s’il s’est si bien adapté à la ville explique le directeur de la LPO, "c’est parce qu’elle est minérale, ça fait un peu comme un effet de falaise".



Ce comptage d’oiseaux, qui n’était pas programmé à l’origine, sera néanmoins utile à la LPO pour collecter un maximum de données.  L’association espère aussi sensibiliser le grand public pour le prochain comptage officiel. Plus il y a de gens qui participent et s’intéressent plus on protégera la nature et ces oiseaux dits "communs" dont les populations sont en chute libre.

Comme tout le milieu associatif, la Ligue de protection des oiseaux doit aussi s’adapter au Covid-19. Un tiers de ses salariés est au chômage technique, ses centres de soins de la faune sauvage sont fermés au public et les opérations d’inventaires sur le terrain, pourtant si cruciales en cette période d’arrivée du printemps, sont suspendues.

 




______________________________________________________________________


Venant sur les mangeoires de ma terrasse , il y a :

 - un couple de mésanges bleues

 - un couple de mésanges charbonnières qui va bientôt nidifier car elles inspectent le nichoir :-)

 - un rouge-gorge solitaire

 - trois à quatre moineaux


« Dernière édition: 20 Mars 2020 à 16:31:52 par Izazen » Journalisée
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 213


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : Grand excès face à l’insondable.
« Répondre #2 le: 21 Mars 2020 à 12:32:29 »

J'adore les rouge gorge mais en ce moment
c'est les magnifiques mésanges qui s'approprient le noisetier et les deux Lilas..
une aubaine aussi aux miaou qui tournent autour !

Guy H
Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
*****
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 2242



Voir le profil
Re : Grand excès face à l’insondable.
« Répondre #3 le: 21 Mars 2020 à 15:55:30 »





Les miaou du quartier ,bien que je les adore, sont interdits de séjour dans le secteur pendant la période de nidification... tout intrus se voit aspergé d'une pichenette de pulvérisateur  Roulement des yeux Les mésanges sont tranquilles pour fonder leur petite famille
   Sourire



Journalisée
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 213


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : Grand excès face à l’insondable.
« Répondre #4 le: 22 Mars 2020 à 09:21:32 »

La vie la nature faune flore reprennent ses droits.

Un excès de pollution puis une diminution dorénavant….
des oiseaux piaillent dans Paris on ne les entendaient pas avant.
On ne leur prêtait pas attention.
Je viens de voir passer deux cygnes ce matin...c'est un signe  !

Diminution des circulations, autos avions…..et si on nous demandait de repenser nos modes de vie et de se recentrer sur l'essentiel de la vie !

L'évènement majeur qui touche la planète en cette année 2020
est une opportunité à ouvrir une nouvelle page blanche sur le Livre
 ouvert de la vie !

Guy H
« Dernière édition: 22 Mars 2020 à 09:24:47 par Guy H » Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: Grand excès face à l’insondable. « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.098 secondes avec 19 requêtes.