Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
30 Mai 2020 à 18:54:17

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: La réceptivité est un atout pour dissoudre. 0 Membres et 2 Invités sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: La réceptivité est un atout pour dissoudre.  (Lu 121 fois)
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 206


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
La réceptivité est un atout pour dissoudre.
« le: 03 Mai 2020 à 11:03:42 »



17 suivre et 59, disperser et réunir, dénouer.

Dans l’ordre de succession il est dit des 16, 17 et 18 que :
" L’enthousiasme (H16), la satisfaction ont le pouvoir de faire suivre (H17)
et à force d’enthousiasme (H16) on élimine le corrompu,
 les erreurs se corrigent (H18). "



17. Suivre ou suite.  En chinois SUI.

Le trigramme Foudre ou Tonnerre est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Suivre, s’adapter, conduit à la liberté.
Il y a nécessité à rechercher l’instant juste.

Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement – sans motif, sans cause, sans précédent.

Le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte – bataille, tâtonne, travaille les ingrédients d’une maturité futur.
Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise, où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance et évolue un peu plus souplement…. dans les émotions.

Suivre les trigrammes un " Tonnerre " le trigramme Tchen du bas sort de la Brume le trigramme Touei du haut.

SUI est un mouvement souple, comme si le mouvement conduisait à une allure simple,
 plus ouverte,
 plus diffuse,
comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté qui permet aux forces de s’assembler.

Le texte ancien du Yi King recommande de savoir comment suivre, si l’on veut diriger.
L’homme de bien ne craint pas l’obscurité car il connaît la valeur de l’abandon : qu’après les difficultés des premières expériences survient une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide, plus relâchée, et ainsi plus entière.
Le savoir de l’homme de bien l’amène à utiliser alors le non-agir.

Alors qu’une impulsion a été donnée, suivre c’est savoir abandonner le volontarisme et laisser le mouvement se poursuivre de façon naturelle
(on peut dire laisser passer l’émotion) .

Faire la différence entre être emporté émotionnellement par ses propres besoins ou être à l’écoute de la voix intérieure qui guide sincèrement
 exigeant une parfaite honnêteté et une introspection impartiale.

D’ordinaire une bonne dose d’éducation donne du courage dans la manière de suivre.
Et c’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.

Nous ne cherchons plus à contrôler, une confiance s'installe.
Paco Alpi et Alain Constantin en leur « Mémoire de la Mue » ajoutent :
" Après, l’orage, tumultueux,
vient la pluie, tranquillement.
Le flot s’apaise, et vient le soir.
Il est temps de songer
à trouver le repos, le plaisir et le calme.
Les choses s’enchaînent, se suivent,
et se font pas à pas.
Dans l’espace et dans le temps,
toute chose trouve sa mesure. "


Jean-François Billeter apporte une autre approche :

"L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier de diriger les opérations
comme elle le faisait jusque là et s’oublier elle-même."


J’aime bien ce SUIVRE il en vient même à nous donner une méthode
pour déployer nos connaissances acquises ...
puis après de nous permettre d'enseigner !
Au troisième trait une précision utile à joindre à cette étude du H17 :
"Il suit l’homme d’expérience, et non le petit enfant,
C’est pourquoi il trouve ce qu’il cherchait,
En conséquence. La persévérance est
certes profitable, elle conduit au succès, pas à pas."


Les oiseaux comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel.
Voler dans le Ciel comme une libération voilà qu’un tel guide
s’y emploie avec une subtile influence pour dénouer.
C’est le H59.



59 disperser et réunir, dissolution ou dénouer.

Le trigramme Vent agit sur l’Eau,
C’est une symbolique de la dispersion ou désunion puis réunion.

Les mots : négativité diffuse – rétablissement de l’harmonie – circulation –revitalisation – dissolution des divisions – éclaircissement.   

Mais aussi :
Dissoudre, séparer, disperser, répandre, grossi (en parlant des eaux d’un fleuve).
Fonte des glaces. Inondation.

Autres symboles :
La montée des eaux – la fonte des glaces – la crue – deux mains tenant un vase rituel – séparer – dissoudre – disperser – un rituel de purification par l’eau.

Le Ricci : dispersion, moment où les faibles, disséminés partout,
 agissent en accord avec l’élément fort.


Dans cette image HOUAN, nous avons à droite,
 un homme sur le toit de sa maison évite les voleurs qui la pillent.
L’eau à gauche, est symbole de dispersion.

Il y a une autre interprétation, celle d’un homme
qui monte sur son toit au cours d’une inondation
 et des mains se tendent pour le sauver.
Un ancien pictogramme dessine un cours d’eau tourbillonnant et
 des mains avec le bruit figuré de la respiration.

D’une façon ou d’une autre HOUAN est la " dissipation des biens ."

Le tout se fera dans une ambiance mouvante
(l’image de l’eau coulant) mal définie.

D’où, il faut savoir mener sa barque :
on serait débordé sans attention extrême.
Et pour remédier à tout péril menaçant,
il est juste de travailler au cœur… telle est la Voie
pour réunir ce qui est dispersé et séparé.

Le Yi King pense qu’on a les reins assez solides
 pour traverser le péril que représente
 un  " grand cours d’eau " et
il ajoute: " avantage de la pureté ".

On dit également que la montée des eaux,
 si elle reste raisonnable,
est favorable car elle nettoie les saletés accumulées
le long des canaux et dans les rigoles.
Et lorsqu’elle se retire, elle laisse toujours un limon fertile.

Si les trigrammes sont le vent qui court au dessus de l’eau,
cela peut-être une tempête qui s’amorce.
Les flots se soulèvent, les bourrasques se succèdent :
 dislocation, délitement, déperdition.

Un souffle impérieux qui effraie et qui brouille les cœurs,
sans doute pour mieux en disposer.
Ne nous laissons pas manipuler par les belles paroles,
les plus beaux atours , les plus beaux ornements portés par ci par là.

Parfois un vent violent vient emporter les évidences et balaie les modèles.
Moment critique où les règles sont caduques,
où les barrières s’estompent. C’est le temps de dénouer.

Symbolisme des trigrammes :
H17 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).
H59 : le trigramme Eau en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).

Quatre éléments différents le fracas suivit de gouttelettes d’eau, une bruine
qui devient Eau et que le vent disperse.
Ces trigrammes invitent à comprendre la nature et
"…/…d’adopter un nouveau mode de vie
(de pensée ou de regard), c’est-à-dire se mettre en relation totale avec l’univers
 pour en recevoir énergie et certitude ;
c’est se conformer à ce qui dépasse l’être. ."
Sylvie Verbois en son
Yi-King, le classique de la simplicité.

Lorsque les individus sentent la fragilité de leurs limites et
 que les repères connus ont perdu tout objet,
 on se tourne vers des hommes capables
 de rassembler autour de points de convergence.
Ceux-ci ont pénétré les méandres des énergies, des changements
à commencer
par l’observation des saisons.

Ont-ils aspiré à être des constructeurs de temple ?

Telle une nef de bois qui abriterait dans la pire des tempêtes,
 le temple accueille aussi bien l’homme que le dieu,
 pour rappeler un lien que rien ne saurait dénouer,
pour redonner un gage que rien ne saurait emporter.

Philippe Jacottet dans "Paysages avec figures absentes"  écrit :
"  Qu’est-ce qui fait qu’en un lieu ont ait dressé un temple,
sinon la présence d’une source et le sentiment obscur
 d’y avoir trouvé un centre ?

Une figure se crée dans ces lieux,
expression d’une ordonnance.
On cesse, enfin, d’être désorienté.

Ce H59 a la capacité de dissoudre,
de disperser ou de chasser
tout obstacle ou raideur qui a été une entrave à l’unité.

Lorsque les gens ne communiquent plus,
 leurs relations en souffrent.
Dissoudre toutes les rigidités qui étaient en place
 durant un certain temps exige beaucoup de patience et de tact
et lorsqu’une poussée yang s’exprime,
l’heure est choisie, comptée.

Un savoir faire s’impose, celui d’œuvrer à l’aide
d’un " homme de bien "(ou Livre) suffit d’aller à sa rencontre,
sa contribution est de dénouer, puis de devenir un compagnon de route !

Emettre de l’harmonie par cette tierce personne…s’en emparer
au prix d’une réflexion supplémentaire, est salutaire ! 

Faire le plein de réceptivité et de suivre en un bon endroit, un bon moment.
 

Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées
 apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire à cette étude.]

Journalisée
Izazen
Administrateur
Prince(sse) du jardin
*****
En ligne En ligne

Sexe: Femme
Messages: 2281



Voir le profil
Re : La réceptivité est un atout pour dissoudre.
« Répondre #1 le: 03 Mai 2020 à 16:29:20 »


Bonjour Guy H, merci pour cette étude :-)

Concrètement lorsque ces deux hexagrammes sortent dans un tirage serait-ce un conseil du Yi-Jing d'aller consulter un thérapeute par exemple pour faire un travail psychique de dénouage ou un travail spirituel pour s'ouvrir à des possibilités nouvelles ?



Journalisée
Guy H
Grappe de parlotte
****
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 206


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Re : La réceptivité est un atout pour dissoudre.
« Répondre #2 le: 03 Mai 2020 à 16:58:37 »

Izazen

si une personne en elle résonne le travail de changer,
 il importe alors de poser une question spécifique pour une recherche
de cet " homme de bien ". Ou une dame.

Ou soi-même ou oui un thérapeute !

Et avant cela, poser une question:
 est-ce un moment favorable pour cette recherche ?
Parfois comme j'ai pu le constater,
la question n'a plus lieu d'être formulée puisqu'on trouve
inopinément, spontanément la personne appropriée !

Guy H
Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour  |  Fil de discussion: La réceptivité est un atout pour dissoudre. « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.461 secondes avec 19 requêtes.