Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
27 Novembre 2022 à 06:37:55

Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Hexagrammes à lire (Modérateurs: Izazen, Guy H)  |  Fil de discussion: Émotion à ses débuts. 0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Émotion à ses débuts.  (Lu 9 fois)
Guy H
Modérateur
Liseron du clavier
***
En ligne En ligne

Sexe: Homme
Messages: 180


" Source d'inspiration nous sommes "


Voir le profil
Émotion à ses débuts.
« le: 23 Novembre 2022 à 01:25:42 »




 

31, inciter ou l’influence, attraction ou l’émotion et
3, difficultés initiales ou confusion des débuts.


Le premier hexa évoque l’action d’un déclic qui éveille et
le second un moment d’émergence de difficultés en tout ce qui naît
comme lors d’une toute première émotion.

Une stimulation soudaine, un déclic provoquant un réveil dont les effets pourraient être incontrôlables. Aux risques d'une déstabilisation émotionnelle, un savoir-faire est précieux, vivre l’émotion pleinement.



https://astropalais.forumactif.com/t1358-31-les-fiancailles

H 31, Inciter ou l’influence, l’émotion

" Tout ce qui  n’est pas émotion est un ajournement. " Eric Baret.

Le trigramme Montagne est surmonté du trigramme Brume (ou lac).
Ce qui correspond au jeune homme et à la jeune fille.
Voici donc l’alliance et l’influence mutuelle…libéré du moi.
Un univers de s’entrouvrir.

Pierre Faure d’écrire : " l’émotion échappe toujours.
Soudain, on est touché : le stimulus est si instantané, la réaction se propage si vite dans le corps que nous voilà emporté, mis à nu, sans aucun contrôle, sans saisie possible. Nous sommes désemparés : sans rempart, pris dans l’union immédiate entre dedans et dehors ; en plein désarroi : sans arroi, sans équipage, sans l’armure de nos certitudes, comme livré.

Source de vitalité et de partage, l’émotion appelle, éveille, suscite, elle enclenche joie, trouble, mystère, plaisir…./…"


Et toujours de Pierre Faure d’apporter l’essentiel à ce H31. En son « Le Yi Jing par lui-même » : " Le plus ferme et le plus léger se rencontrent : la montagne se tient dans sa majesté, les volutes de la brume l’enlacent librement.
 Leurs courbes se ressemblent,
comme prêtes à s’échanger. Attraction, séduction mutuelle."


Les mots : séduction – attraction mutuelle – affection sincère – magnétisme naturel – stimulation – connexion –

Mais aussi :
Tous, tous ensemble. Universel, entièrement, continuel. Unir, semblable.

Autres symboles :
Attraction mutuelle – une bouche et une arme – les contraires s’attirent, se stimulent –
Unir – universel – inviter promptement.

Le Ricci : attraction mutuelle, moment où les contraires s’attirent et
 se stimulent réciproquement.


HSIEN.
Son image commence par une hallebarde à croissant,
 symbole de l’action OFFENSIVE.
A gauche et en bas de l’image,
une bouche silencieuse (fermée par un trait horizontal +), évoquant la pensée.
La parole est bien une pensée venant d'un silence.

C’est aussi une image universelle, combinaison de bouche
et d’une hallebarde en fer. C’est l’aiguille en acupuncture.

Le métal n’agit pas sur le corps, il incite à se réorganiser par lui-même.
Retrouver la fluidité de l’énergie qui l’anime, son harmonie.
L’émotion comme l’acupuncture,
sont des mouvements particuliers qui ont en commun de se propager partout et
de provoquer des effets sans communes mesures avec les moyens employés.

C’est ainsi que l’on retrouve en cinq traits, le mot incitation avec des parties du corps humain : gros orteils – mollets – cuisses – muscles du dos – os maxillaires et muscles des joues, de la langue.

Seul le quatrième trait sans référence au corps, est une énigme avec cette phrase mantique :
Présage d’ouverture
Tout regret disparaît
On va et vient indécis comme un enfant
Les compagnons se conforment à tes pensées.


Ce dernier mot écrit avec le signe du cœur et une représentation de la tête, l’idéogramme signifie :
 penser, méditer, réfléchir, idée, sentiment penser avec affection à,
 garder le souvenir de.

Donc c’est en ce quatrième trait que se trouve la définition de ce H31.

HSIEN est l’union de l’action (en premier) et de la pensée,
qui indique l’association, la " complémentarité ".
 J.Lavier dans son livre du Ciel et de la Terre ajoute :
"…/…c’est par désir d’association et de complémentarité que l’on se marie. "

L’émotion précipite aussi dans de chaotiques soubresauts.
 Il faut du temps pour que le corps en prenne conscience, pour qu’il en intègre l’impact, pour qu’elle se stabilise.
D’abord assagir l’émoi, surseoir à toute décision précipitée, laisser à l’organisme le temps de mettre de la distance.
L’instant est toujours enchantement, mais il y a aussi une intelligence des émotions,
 que l’on se doit de cultiver afin de ne pas en être éternellement
 le jouet.


Sur la montagne il y a la brume : émotion.
La montagne doit pouvoir en stabiliser les effets.

Ainsi l’homme de bien vide et accueille l’être humain.
Les deux trigrammes Brume en haut et Montagne en bas se rencontrent,
  " …/…c’est la rencontre entre le plus ferme et le plus léger.
Et l’acceptation de part et d’autre, même dans une brume épaisse. "


Nous allons voir en termes imagés que cette attraction mutuelle
 est bien un décorticage de l’émotion.

La brume ralentit ses écheveaux, attirée par cette masse reposante.
La montagne s’ouvre au monde,
intriguée par cette légèreté proche
 d’un invisible qu’elle contient aussi.
Entre les deux, le vide,
 par quoi s’évitent autant l’opposition que la sclérose,
 respiration sereine par où les qualités se cherchent et s’influencent.

Le vide, lieu informel de la transformation,
un vrai chant de la peinture chinoise apporté par François Cheng
dans Vide et plein:

" Avec le vide médian, le peintre crée l’impression
 que virtuellement la montagne peut entrer
dans le vide pour se fondre en vagues et
qu’inversement l’eau, passant par le vide,
 peut s’ériger en montagne ".


L’émotion traverse en permanence le cœur de l’être humain
(d’un artiste, d’un peintre etc…):
attirance soudaine, affolement, chamade…
Tout nous pousse aussi en de tels moments,
à se réorganiser en soi-même, à retrouver la fluidité de l’énergie qui nous anime.

L’homme de bien ne doit-il pas fuir les affaires du monde,
afin de se protéger des sollicitations incessantes,
des incitations multiples, des réactions désordonnées ?

Non : s’il a la fermeté de la montagne,
 il ne se retire pas pour autant sur des hauteurs inaccessibles
ou au plus profond d'une caverne.
Il s’ouvre
au monde – donc à l’échange et la stimulation -,
il veille à rester ancré en lui-même
 comme la montagne accueille la brume
 sans perdre sa solidité, sans non plus s’emporter par la brume :
Le sage est vide de tout individualisation égoïste née de la partialité du désir ou du point de vue…"
François Jullien.

L’arcane majeur 6 du tarot, « l’amoureux » parle d’un initié plus fort dans les épreuves et prémuni contre toutes tentations.
 Il lui en a fallu traverser des épreuves, des douleurs même et sans doute ses erreurs, (puis de lui en arriver d’autres comme par le guide H3)
ses chutes lui ont, pour une grande part,
fait désirer une initiation qui lui ouvre,
 plus large et plus facile, la voie de lumière.
Il s’est décidé à poursuivre ses émotions et donc a intégré ce H31 !


Vide et disponibilité sont liés.
L’homme de bien reçoit les stimulations sans en être déstabilisé.

Présent à lui-même comme à l’autre, il réagit avec d’autant plus d’à-propos qu’il reste vide,
c’est-à-dire libre de toute identification à des images ou des opinions.
(Jamais il ne cède au prosélytisme).
Tel un miroir qui n’attend rien et ne s’accroche à rien,
 il se laisse toucher sans se laisser troubler,
 ne participant au monde que pour mieux en restituer la fraîcheur.

Au " Cœur " du H31, l’émotion, il y a le H44,
 venir à la rencontre, ou attraction
 pas forcément une rencontre physique,
un texte de Zhuang Zi décrit cette " rencontre " :

" L’homme accompli se sert de son esprit comme d’un miroir,
qui ne raccompagne pas ce qui s’en va,
qui ne se porte pas au-devant de ce qui vient,
qui accueille tout et ne conserve rien,
et qui de ce fait embrasse les êtres sans jamais subir de dommages" .
   

L’union de l’action et de la pensée est réclamée pour inciter, influencer et de se surpasser naturellement.
Mais ce moment ne dure pas, comme un bref coup d’œil,
 il peut y en avoir des conséquences troublantes
 mais possède aussi un potentiel de fécondité remarquable.

L’émotion est utile et ne compte pas les distances, allègrement elles sont franchies.
D’où une autre recommandation,
par ce H31 d’attraction mutuelle stimulante,
 cette dynamique magnétique,
 fortement énergisante ; implique
 qu’un certain équilibre se doit d’être maintenu
 par un guide prêt à modérer,
 non pas ses émotions mais la sensibilité aux autres.
Ainsi une tension féconde est comme remise à plus tard face à une impossibilité de prendre de grandes décisions lorsque des difficultés de démarrage apparaissent.

Comment donc ce H31,
évoquant l’action et la pensée peut-il être canalisé ?
Comment et avec quel guide ?
Celui qui invite à une évolution conforme au moment,
défricher de nouveaux territoires.
Le H3 est tout indiqué avec son « savoir-faire » particulier.


https://astropalais.forumactif.com/t1330-03-la-difficulte-initiale

3, la difficulté initiale, germination ou confusion des débuts.

"J’imaginais par ma précipitation rendre impossible la chute.
Ce sont des erreurs d’apprenti qui durent toute la vie. "

Christian Bobin.

Trigramme du bas Tonnerre, la seule positivité
s’agite sous deux négativités surmonté du trigramme Eau
dont la vertu est le mouvement, une positivité est insérée
entre deux négativités.
Ce sens est une chute, cela demande de la vigilance.
Pas simple de débuter à prendre un envol.


Les mots : douleurs de la croissance – doutes et peurs – maladresse – acquisition de force – vulnérabilité – inexpérience.

Mais aussi:
Difficile, pénible.
Avare, chiche.
Prononcé TUN: réunir, rassembler, amasser. Cantonner des troupes à la frontière.

Autres symboles :
Le début – fondation – la jeune pousse sort de terre – difficile – être visible sans pour autant renoncer à sa demeure.

Le Ricci : Affrontement initial, rencontre des deux termes opposés du rythme fondamental, difficulté des commencements.


L’homme de bien perçoit en tout commencement l’empreinte d’un tohubohu originel.
Nullement désarçonné par le désarroi qui l’environne,
 il ne se laisse ni gagner par le doute,
 ni entraîner dans la confusion,
car il ne confond pas démarrage intempestif
et véritable début. Il patiente et n'est-ce pas là une première difficulté
à affronter ?


Comment se rassembler et autour d’un centre (ou d’un homme de bien) si l'on ne se rassemble pas en soi ?
En s’arrachant à toute précipitation même si la dynamique est là !


Les énergies se cherchent et peinent à s’articuler, tout comme l’humidité des nuages retient le feu de l’éclair.
L’homme de bien prend le temps de réfléchir pour que jaillisse
une vraie émotion en toute intelligence,
alors qu’il a une ferveur à en " s’employer " , partir " tout feu tout flamme " !

Il distingue l’important du secondaire,
 l’essentiel de l’accessoire,
 le structurel de l’évènementiel.

En la Grande Image est écrit :
Nuages et tonnerre
La confusion des débuts.
Ains l’Etre de valeur
démêle la trame et la chaîne.

Il organise son départ, établit son orientation,
 prépare son arroi.
En dressant le cadre,
Il canalise les énergies qui bouillonnent
 pour en tisser la trame de nouvelles aventures.
Il transforme ainsi un imbroglio en mise en route sereine.

Seule une belle manière de se comporter est imagée par l'action du végétal.
Être au diapason avec la flore, et la faune
 pourquoi pas d’agir comme de poser un premiers pas !


Les trigrammes d’esquisser un chemin fait d’émotions sur le point de naître,
 les retenir, les tenir voilés. Non !
En faire patienter leur déploiement.
Delà ressentir une perception intuitive (cet autre regard)
qui fait que l'on vibre à l’écho de l’univers,
 sublime moment de vouloir la partager.

Un symbolisme très fort d’évoquer le flux universel
comme en beaucoup d’autres hexagrammes .

H31: le trigramme Montagne est surmonté du trigramme Brume (du lac).
H3 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Eau.

La montagne fait place au ciel yang et sa finalité est l'expression,
la communication symbolisée par la brume.

Si l'on comprend la sagesse de l'effet montagne, son ciel est manifeste.
Parfois ce ciel de s'emporter, de déborder mais une nécessité de se faire jour,
toujours de penser les paroles afin de les rendre harmonieuses.
Et l’émotion de paraître comme la brume de s’agglutiner autour d’une montagne.

La brume et son savoir-faire est une belle image de partager toute émotion.
Puisque ce seul H31 est nommé à l’aide du signe du cœur, qui désigne
ce qui se rapporte à la pensée et l’émotion.

Un tonnerre de gronder, une eau de décrire une insondable difficulté.
Riche potentiel (qui peut ébranler, désemparer,
c'est être dans les starting-block)
pour celui qui n’attend que le départ prononcé " Go ".

Mais avant, penser à entrevoir, appréhender un démarrage difficile voire raté,
Sont induites des contraintes, des difficultés naissantes nouvelles et
comme à l’approche d’une émotion à venir,
une force de méditation apporte sa part à cet instant.
Naît une intelligence des émotions.

Il y a ici l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
d’épouser le mouvement global, bien que difficile à ses débuts de perception.
Sortir d’une coquille, le poussin le fait très bien.
Tonnerre se trouvant en bas de l’hexagramme cela évoque un essor très fort
mais toute naissance (d’une émotion) impose une rigueur.

Ces deux hexas invitent à percevoir cette immense " boucle du temps "
progressivement…avec cette formule:
" Déployer les ailes, ouvre des fenêtres ",
Certes en toute émotion cela fait du bruit.

Une opportunité nous est donnée par ce guide
celle de découvrir que la vie est faite d’extérieure
et d’intérieur, de diminution et d’augmentation.
Base même de tout ce qui change et des mouvements qui s’y animent dans
" le ici et maintenant. "

De cette étude est a retenir
qu’à chaque transformation qui survient, nous incite à agir avec une sérénité,
c’est un courant de renouvellement qui nous fait face.

A nous de la prendre à " bras-le-corps " cette heureuse évolution puisque tout nous pousse
à aller de l’avant joyeusement.
Et si tout nous pousse à nous contenter des émotions ou du vide de celles-ci,
autant les accomplir de suite.

Le Yin de s’infiltrer
avec ses ondes porteuses, présage d’ouverture,
ces espace-temps " ouverts "
  de nouvelles capacités émergent ;
l’intuition subtile devient utile,
d’exploiter de suite de nouveaux talents mais à bon escient 
puisque les " outils " sont sous la main,
 les paroles et les écrits de paraître au grand jour
après " une nuit qui porte conseil "
à l’émotion nouvelle, les mémoires de rejaillir !



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

Journalisée
Pages: [1] Haut de page Imprimer 
Izazen  |  Au jardin des pensées et philosophies  |  Yi-King : Le livre des transformations  |  Hexagrammes à lire (Modérateurs: Izazen, Guy H)  |  Fil de discussion: Émotion à ses débuts. « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.323 secondes avec 20 requêtes.