Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
29 Février 2024 à 09:23:02

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 9
1  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / L’équilibre atteint délibérément l’abondance. le: Aujourd'hui à 02:13:17



De C.J.-D..Javary :
Le Yi Jing n’est pas un livre de sorts, il ne prédit pas l’avenir.
Il analyse l’organisation du moment présent de manière à nous aider
 à y insérer au mieux notre action.

C’est fondamentalement un guide de stratégie de la vie quotidienne,
un manuel d’aide à la prise de décision et c’est en cela qu’il est en plein accord
avec la tradition confucéenne.
(p162 : Grandir avec Confucius.)

63, l’accomplissement réalisé,
 avoir accompli, déjà traversée ou après l'achèvement,
et 55, profusion, abondance ou plénitude matérielle.


Deux hexagrammes presque identiques l’un parlant d’un accomplissement réussi, final et le second parlant de se livrer à la profusion, s’y baigner allègrement.



https://astropalais.forumactif.com/t1390-63-mutation-apres-la-realisation

63, déjà traversé, accomplissement réalisé ou repas avalé.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Eau.
L’Eau et le Feu s’unissent, ils joignent leurs effets,
La symbiose est établie.

Les mots : réalisation finale – victoire crescendo – travail bien fait –perfection – performance optimale – prudence.

Mais aussi :
(Marque du passé, de l’accompli) déjà fini, achevé, écoulé, cela étant, ensuite.

Autres symboles :
Le riz est déjà consommé – la rivière est déjà traversée – les épis sont ordonnés – l’ordre – fin de l’aventure, début des déboires – pacifié.

Le Ricci : terme de l’accomplissement, moment où tout est achevé mais où l’inaction peut entraîner un retour du désordre.
Le ciel antérieur du H63 est le H11 Ciel et Terre de s’épouser, milieu fortement prospère, les souffles Yin et Yang vont à la rencontre l’un de l’autre et se compénètrent, c’est l’essor et l’abondance comme « arrivé » à la subtile et finale harmonie.
 


Tchi Tchi.
Le premier Tchi montre le grain d’une céréale dont la soupe est humée et avalée par l’image du gosier.
On a avalé la soupe, le repas est " terminé. "
Le second Tchi comporte à gauche le cours d’eau,
à droite des épis de céréales bien rangés.
Ce caractère évoque l’idée d’achèvement.
Tchi Tchi est l’achèvement accompli.

D’ailleurs les six traits qui composent ce H63, sont dits être à la bonne place c’est-à-dire : Yang- Yin- Yang- Yin- Yang- Yin-, l' harmonie est réalisée.


Cet hexa est l’avant dernier du livre celui qui aboutit à la suite d’un long chemin,
un long périple passant par les 62 autres plus un le H64(ou hexa zéro) .
Ce H63 est la réalisation, l’union du feu (trigramme du bas) et de l’eau (trigramme du haut)... union impensable.
(On peut y voir aussi en cet hexa l'image du parcours de la Kundalini).

Cela ne s’est pas fait sans mal, hâte et ou précipitation, retenue et engagement,
tel a été le lot de tous les hexagrammes précédents.

L’idée de repas avalé, d’achèvement montre un être arrivé par les difficultés
 diverses de sa vie à ressentir le "accompli. "

Cet homme est dit "de bien " que l’on retrouve souvent dans les hexagrammes, homme de bien pour ses qualités morales et sa sagesse acquise.
 
Mais cet état d’être accompli par les épreuves ne sont que provisoires
 comme s’il était nécessaire de redonner un " tour " de roue, par d’autres épreuves
de la vie , comme repartir tout de même avec le H64 ou H0.

Et qui de plus " accompli " pouvait donner une citation de sagesse à ce H63… ?
Lao zi :

"   Ce qui est en repos est facile à tenir
Ce qui n’a point éclos est facile à prévenir […]
Sois attentif au terme comme au germe
Jamais tu ne connaîtras l’échec. "


Dans ce H63, 
« après la traversée » c’est un dispositif où tout est en ordre, à sa place.
Moment fragile aussi où prévaut l’impression que « dans ce monde, le haut et le bas, le clair et l’obscur, l’éternel et l’éphémère se tiennent dans un équilibre parfait. » (J.Arp)

Cependant, notre univers étant habité d’un constant désir d’évolution,
cette harmonie peine à se maintenir et bascule tôt ou tard verts une fin,
 laquelle débouchera nécessairement sur d’autres agencements, vers d’autres horizons. Il est temps d’harmoniser l’extériorité et l’intériorité.

Un départ vers de nouvelles rives à aborder, ceci en accord avec d’autres animés d’une même conviction pour un projet identique.
Aider à rendre harmonieuse la vie sur cette planète.

 Le trigramme de l’eau est au-dessus de celui du feu.
C’est le " Déjà traversée ".
Rivière, épreuve, vie ?
On dit qu’ainsi l’homme de bien se souvient du malheur afin de s’en prémunir. Il anticipe les difficultés à venir et lui permet d’en identifier les prémices.

Le feu brille au-dedans et la flamme s’élève.
L’eau est à l’extérieur et s’écoule vers le bas.
Eau et feu se croisent et s’accordent,
se contenant paisiblement l’un l’autre.
En fait c’est la fusion.
Yin et Yang en une heureuse disposition :
chaud et froid les énergies s’équilibrent,
 dynamisme et flexibilité s’harmonisent,
 le clair et le caché se tiennent en respect.

Comme une cuisson tranquille qui se prolongerait sur un feu bien réglé,
l’humide absorbe la chaleur, le sec trouve un lieu où se résorbe sa fièvre.

Dedans et dehors en accord.
Moment précieux où la clarté personnelle profite aux relations,
 où le sentiment partagé n’est pas prétexte à sombrer dans la confusion.
Tant de luttes et d’épreuves sont nécessaires
 pour atteindre cette juste répartition des places, des tâches, des esprits !

Enfin un ordonnancement calme où la vitalité s’épanouit dans des relations fluides.
L’eau et le feu pour un temps alliés, en une fragile symétrie… !
Ce n’est pas commun que deux antagonistes pareils peuvent s’épouser,
s'entremêler !

Cet achèvement (si fugace), l’homme de bien s’emploie à le savourer
comme un trop rare présent, sans pour autant se laisser endormir.
Il se souvient des batailles et des calamités, si promptes à resurgir.
Il connaît l’eau sournoise qui s’insinue et attend ;
il se méfie du feu qui éclaire, réchauffe, puis soudain, aveugle et brûle.
Ainsi l’homme de bien ou sage alors que tout est en ordre
est conscient des risques inhérents à toute situation arrivée à son apogée.

Savoir maintenir la quiétude est un art.
Trop de langueur et l’apathie s’installe, trop de vivacité et
 le sentiment s’évapore.

Fugacité de l’instant, fragilité de ce présent que tout menace !
Et comme présence en ce H63, au cœur est induit de repartir de zéro.
L’hexagramme nucléaire est le H64
le pas encore accompli est de circonstance, il colle au H63.


" La tristesse survient quand la joie est à son comble "
dit un proverbe chinois.
Il ne faudra pas la laisser s’installer :
que la fluidité demeure,
que rien ne s’épuise ni ne se fige.

 « Be water »!
 Fameux mantra de Bruce Lee !
Etre comme l’eau, c’est-à-dire sans forme rigide prédéterminée, afin de déjouer la dépression.
Épouser la contrainte, comme l’eau coule dans un bol, mais la contrer aussi :
quand on frappe l’eau, c’est toujours elle qui gagne.

À l’origine de cette maxime mondialement célèbre, il y a une épiphanie, racontée par Lee dans une dissertation de philosophie à l’université de Washington, alors qu’il vient d’arriver sur la côte ouest des États-Unis.
Revenant sur son apprentissage du kung-fu auprès du grand maître Yip Man,
lequel lui reproche alors sa « fureur », qui lui fait oublier le relâchement nécessaire à l’artiste martial.

Bruce Lee de se souvenir :
 " Après des heures passées à méditer et m’entraîner, j’ai tout lâché pour aller naviguer seul sur une jonque.
Sur la mer j’ai pensé à tout ce temps passé à l’entraînement :
 je m’en voulais tellement que j’ai frappé l’eau avec mon poing !
 C’est alors — à ce moment précis — qu’une pensée m’a saisi :
l’eau n’était-elle pas l’essence par excellence du kung-fu ?

 N’avait-elle pas illustré à l’instant son principe même ?
 Je l’avais frappée mais elle n’avait pas souffert. (…)
 Cette substance, la plus souple du monde, pouvant être contenue dans le plus petit des bocaux, semblait si faible. En réalité, elle pouvait pénétrer la substance la plus dure du monde.
 Voilà ! Je chercherais désormais à être comme l’eau. "


Lucide comme le feu, profond comme l’eau,
l’homme de bien veille à tenir le danger à distance.
Il détecte les maux qui se profilent derrière les apparences :
un peu d’inertie, un rien de complaisance, un brin de suffisance,
alors que paradoxalement les tendances de se porter en avant sont vives et décidées.

Dans le livre du prince Shang, on peut lire une citation très claire sur le " achevé " :
" Le sot ne voit même pas ce qui est achevé,
le sage voit ce qui n’est pas encore germe."


Et encore cette ultime maxime, en final du Livre des Transformations
version Wilhelm :

" Si l’on comprend la manière dont l’arbre
se concentre dans la graine,
On comprend le déploiement futur
 de la graine en l’arbre. "


Ce H63 peut être interprété comme une métaphore de l’âge mûr,
 juste avant " l’entrée en vieillesse"
plus précisément le moment où l’on est sur le point de prendre une retraite ;
où l’on devrait profiter de ce moment de plénitude où tout
est à sa place comme on se l’imaginait. Succès.

Carol K.Anthony et Hanna Moog d’exprimer un avis à ce « Après l’achèvement ».
Par une question sibylline ;
Qu’est-ce qui, au juste, rend le succès durable ?

Le Sage aborde la question dans cet hexagramme, lequel est décrit ce qui permet d’inscrire dans la durée le succès auquel nous sommes parvenus grâce à nos efforts.
C’est là le sens cosmique de « l’achèvement ».
Ici, comme dans l’hexagramme 64, le mot « achèvement » désigne l’étape finale
de l’accomplissement,
par transformation, d’une tâche qui est en accord avec
 l’harmonie cosmique.
Toute tentative d’atteindre un objectif requiert l’Aide de la Transformation…./…


Et qui d’autre de s’être harmonisé avec le cosmos ?
Qui d’autre a déjà traversé et accompli ?
 
L’arcane majeur du Tarot :
le Mat, le fou, ou plutôt l'arcane sans nom ni numéro.
représente cet homme accompli.
Un Fou accompli comment cela ?
Arrivé/achevé est le mot double approprié.

 En sa main droite il tient un bâton de pèlerin,
 baguette magique de couleur rouge symbolisant l’aide spirituelle accordée
tout au long du chemin.
Bizarrement il tient en sa main gauche un autre bâton de couleur verte
 qu’il passa sur son épaule droite,
il a donc fait passer tout le négatif sur le côté positif et
à bien regardé l’image il n’y a plus rien à sa gauche
 car même sa main gauche est figurée à droite.

Au bout de son bâton, le balluchon représentant toutes les possessions du FOU qui, comme la couleur en témoigne, sont spirituelles.
Ce MAT ayant passé par toutes les étapes possibles de son développement
sur terre, est parvenu à l’échelon supérieur.
Sa conscience s’est unie à la conscience divine.
Sa phrase clé pourrait être " tous les chemins sont mon chemin."
 C’est ainsi qu’il porte un masque car son réel visage si illuminé ne peut être vu
 par le commun des mortels. Il évoque un énorme élan d’énergie.
 Où qu’il aille, il apporte avec lui cette impulsion vitale.


Est-ce le point d’avoir accompli devenant un point de non-retour ?
Si tout est à sa place un guide peut paraître inutile,
Un moment propice fait comprendre qu’un seuil est atteint.

Est-ce encore question d’un lâcher-prise atteint avec ce H55 ?
Souvent le mot profusion est associé au mot confusion.

Aborder sereinement l’abondance, la profusion fait beaucoup parler.
De André du Bouchet:
 " Il s’agit simplement que notre soleil intérieur corresponde
exactement au soleil. "




https://astropalais.forumactif.com/t1106-55-l-abondance-la-plenitude

  55, l’abondance, profusion ou plénitude matérielle.

L’union des êtres produit la perfection de la grandeur.
Le trigramme Feu est surmonté par celui de la Foudre,
cela signifie : profiter de la lumière pour se mouvoir avec intelligence.

Les mots : foisonnement – profusion – générosité – fertilité – mûrissement – récompenses – richesses intérieures – apogée – moisson.

Mais aussi :
Récolte abondante. Fertile, luxuriant, opulent. Abondant, copieux, nombreux, considérable.
Plein, replet.

Autres symboles :
Abondance – offrandes végétales dans un vase en bois destinées aux esprits – des rameaux – une montagne d’offrandes végétales – des sacs de grains.

Le Ricci parle aussi de :
Plénitude de l’abondance, moment où le développement atteint son apogée
avant de commencer à décliner.

Le ciel antérieur au H55 est le H14 c’est le souffle de l’UN.
Un puissant souffle de se déployer dans le visible, l’énergie de se manifester et de faire apparaître une abondance. Le feu en base est vivacité mais aussi lucidité et jointe à du tonnerre, c’est la voie libre à des débordements,
d’actions et de nombreuses paroles,
 c’est l’abondance.


L’image est un sacrifice rituel à l’occasion d’une double récolte.
Il s’agit donc d’ " abondance ".

Au sommet de la grandeur, le prince ne désire plus rien (car il a tout pouvoir):
c’est le soleil à midi,
c’est l’heure de la profusion dans la mesure.

Lorsque la clarté (feu trigramme du bas) domine le mouvement (tonnerre, trigramme du haut), on formalise les lois.
Mais lorsque le mouvement s’appuie sur la clarté,
l’heure est à l’application des peines.


  "Tout comme la végétation se renforce lorsqu’on la taille,
c’est en tranchant dans la profusion et
en éliminant le surplus que l’on procède
 à la nécessaire régulation de la vitalité. "


Abondance
Favorisant
Le Roi s’y relie
Ne pas s’attrister
Il convient d’être le soleil au zénith.

 "Abondance est un moment de profusion féconde qui requiert une double capacité de favoriser l’épanouissement de l’élan vital et
d’en contenir la prolifération."
Écrivent Pierre Faure et Cyrille Javary.

 Dominique Bonpaix de préciser :
Une situation d’abondance demande à avoir la position juste, l’assumer,
 afin de pouvoir maîtriser l’abondance tout en la respectant.


Donc l’homme de bien sait se dégager de la confusion qu’entraîne l’abondance.
Conflits, entremêlements, coteries,
 c’est pour tenir cette prolifération en respect qu’il tranche de manière juste,
 qu’il condamne, qu’il sanctionne :
élimination foudroyante de ce qui gangrène et fait perdre le Nord comme
les difficultés à stopper une pandémie .

Assumant sans état d’âme la position centrale dont le roi est l’emblème,
 il maintient le juste équilibre entre vitalité et pléthore, il est à la fois référence de l’organisation sociale et représentant de l’ordre universel.
" Les rites , c’est ce qui empêche que le mal se produise,
tandis que les lois,
 c’est ce qu’on applique une fois que le mal est commis."

Seu-Ma Tsien.

Ou encore ceci : . " Le vrai châtiment doit viser à le rendre inutile ".
 Puisque Le ciel antérieur au H55 est le H14
c’est le souffle de l’UN.
Puissant souffle de se déployer dans le visible, l’énergie de se manifester et de faire apparaître une profusion.


" L’homme de bien ne gouverne pas par la force
mais par la droiture et la bienveillance,
il est à l’écoute des paroles et des arguments.
Il s’emploie à persuader et s’abstient de condamnations sévères.
Adepte de l’art de réguler,
il se place au centre, là où les choses se rejoignent,
 il se place au cœur, là où elles sont ressenties…/… "

Citation de Pierre Faure dans : " Le Yi Jing par lui-même ".

Ceci n’est possible que dans une attitude réceptive
bien entendu car si fermé soit-on intérieurement
comment pouvoir alors entendre le conseil du jour ?


L’abondance du feu présente en ce H55 invite à se mouvoir avec intelligence.
Le fracas ou tonnerre (trigramme supérieur) est éloigné, le feu est maintenu à distance,
ça chauffe tout de même !

Le H55 est nécessaire, pas forcément pour vivre caché mais en retrait,
celui qui demande conseil au Livre, il connaît le beaucoup
et perçoit le trop plein.

Cette situation de « trop plein » invite à ne pas déployer les ailes trop tôt
 de même, paradoxalement,
d’ouvrir les fenêtres,
 de déverrouiller son cœur et
aussi un mode de pensée.

De Saint Exupéry en son « Petit Prince »  ceci :
    – L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.
    – C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante répliqua le renard.
    – C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose… fit le petit prince, afin de se souvenir.
    – Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier.
 
Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.
Tu es responsable de ta rose…
– Je suis responsable de ma rose… répéta le petit prince, afin de se souvenir.

Par ces mots, le renard insiste sur la nature des liens d’amitié, qui, lorsqu’ils existent, changent radicalement notre perception des autres et du monde,
nous faisant entrer dans une nouvelle réalité......celle de l'abondance du cœur


A son heure l'harmonie est enclenchée.
Et à l’aide d’une perception intuitive (cet autre regard-ou renard, ou nouvelle réalité) on vibre alors à l’écho de ce moment crucial.

"Celui qui se maîtrise lui-même détient la vraie puissance ".
Ensemble ces deux hexas évoquent la situation suivante:
lorsqu' une circonstance de manger « autrement » est exprimée,
elle se heurte à des débordements et un retour à un équilibre sain est nécessaire.

" La voie se réalise à mesure que nous y cheminons ;
 les choses deviennent ce qu’elles sont à mesure que nous les disons telles."
Simplement de prendre conscience à se conduire en harmonie
 avec le Tout cosmique par une alimentation appropriée à cette conscience nouvelle.

Le « Fou ou Mat » du tarot se dit voilà;
" pourquoi je porte un masque, les défis en moi
je les regarde autrement que vous tous."


Une méditation parvient au cœur de celui, celle qui a accompli.

L’association H63 et H55
conserve toutefois une capacité d'harmonie exceptionnelle.

H63: le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Eau.
H55 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Tonnerre.

H63.Eau et feu s’entendent très bien lorsque le feu est dessous l’eau.
Si un feu est trop fort l’eau s’évapore, s’il est trop faible les bouillons s’échappent par petites doses
 et finissent par éteindre le feu.

 Ce « accomplissement réalisé » démontre que les curseurs des éléments vitaux à la vie sont harmonieux,
feu et eau d’être très bien ensemble, de réussir à fusionner agréablement et de s’apprêter
 à reprendre « la route » par le H zéro..

H55 : La danse d’un feu accompagné du tonnerre qui a remplacé
 l’ EAU, c’est une profusion et ne demande qu’à être transportée, partagée avec générosité.
Si le tonnerre a sa place au sommet et de susciter l’agitation, il est aussi intervention diligente tandis que le feu, celui-ci est vivacité et aussi lucidité.
ABONDANCE
Favorisant
Le Roi s’y relie.

Il y a ici l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
d’épouser le mouvement global jusqu’à un trop plein.

Tchouang-tseu d’ajouter :
"Redresse ton, corps,
 unifie ta vision et l’accord céleste viendra.
Rentre ton intelligence, unifie ta tenue et l’activité merveilleuse
 viendra se loger en toi."


Tout un art de s’accorder aux mouvements de l’univers,
le lâcher-prise est la condition d’une vision de la vie.

 Ô combien l’univers est bien fait entre ce yin et ce yang,
 alors tout est en place, dans l’instant présent.
Tout devient aisé d’accomplir en un accord anticipé et de devenir réalité.

Des exemples de surgir par exemple, lorsqu’un défunt cause un vide
dans un couple, une famille, un clan,
faire face à une absence durable demande surtout
 une « conscience salutaire » et une "aide"
de se manifester malgré tout en pareille épreuve de deuil.

A cette étude, le principal conseil émis est de travailler à aller sans cesse vers l’harmonie
 qui sommeille ou qui s’exprime en tout un chacun.

L’harmonie, la travailler à la racine de soi-même c'est-à-dire dans le cœur
dont le potentiel est inépuisable. La source en est pure.
Lieu où tout s’épanouit. Ensuite l’obstruction/épreuve est mieux comprise
et de ce fait des possibilités s’entrouvrent pour assurer une alliance, union, accord.

Et de se trouver immanquablement au
" bon moment et au bon endroit ".
Ce qui donne comme perspective :
de s’accorder avec harmonie aux saisons,
se doter d’une extrême patience, car la plupart du temps, nous ne voyons pas,
 nous ne faisons que reporter sur le présent des impressions passées et parfois nocives.

Échanges de paroles, d'actions, d'expériences
comme si l’eau coulait alors qu’elle avait été gelée.
Cela ne demande pas un trop gros effort
que celui de patienter le moment à venir, favorable
et de faire naître l’accomplissement d'une harmonie
tant souhaitée, un bien être qui arrive
agréablement.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

2  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Utiliser son chaudron au grand jour. le: Hier à 02:00:20
 


De C.J.-D..Javary :
Le Yi Jing n’est pas un livre de sorts, il ne prédit pas l’avenir.
Il analyse l’organisation du moment présent de manière à nous aider
 à y insérer au mieux notre action.

C’est fondamentalement un guide de stratégie de la vie quotidienne,
un manuel d’aide à la prise de décision et c’est en cela qu’il est en plein accord
avec la tradition confucéenne.
(p162 : Grandir avec Confucius.)

35, le progrès, avancer au grand jour et
50, le chaudron.


C'est ainsi que l'humain lors de son incarnation dans la matière,
 met en place des "écrans" pour survivre dans l'inconscience
de la matière. La 3D quoi !

C'est l'entrée dans un progrès grandiose qui vient à petits pas.
Le temps de chaudronner à petit feu puis plus tard à grands feux !



https://astropalais.forumactif.com/t1362-35-la-progression

35, le progrès ou avancer au grand jour.

Les mots : avancement – obtention de la reconnaissance – appréciation – accomplissements – accélération – gains réguliers – clarté accrue.
Mais aussi :
Avancer, progresser, s’élever, être promu.

Autres symboles : élever de petits animaux - petit élevage - agir avec patience et douceur vis à vis de ce qui est petit, en germe - vraiment pas beaucoup.

Le Ricci : Expansion progressive, moment où ce qui est lumineux se répand sur l’obscur.

Le ciel antérieur du H35 l’ AVANCEE est le H44] LA RENCONTRE ! C’est le temps du contact, de la conception, de la gestation, en résumé une progression qui conduit à se révéler . C’est ainsi lors d’une rencontre, tous les souffles sont ramenés vers le dedans pour se concentrer dans la graine et se prêter à la germination.


Le trigramme du Feu se trouve placé dessus celui de la Terre.
Est évoqué en cette image, une belle idée :
l'éclat prend une place idéale, au-dessus de la terre.

Est-ce pour nous appeler à observer la nature "autrement" ?
Autrement que le regard habituel, cela demande de se poser comme s'asseoir et porter notre regard, lentement le voir changé et l’accueillir, l’installer !

L’image de cet hexagramme :
en bas il y a un soleil qui va se lever,
sur terre, les oiseaux au nid vont bientôt prendre leur vol.
Le soleil qui va paraître et monter dans le ciel,
 les oiseaux qui vont s’envoler,
donnent l’idée de la loi naturelle de  " progrès "
car la vertu de la nature est de croître joyeusement……s’élever !

Ces oiseaux picorent sur terre mais en dessous séparé par un trait horizontal :
le SOLEIL ! Il se lève à l’horizon, la lumière arrive et ces oiseaux de s’envoler.

Idée de progrès mais aussi idée d’ avancer au grand jour
en pleine lumière, c'est un essor lent mais continu comme toute fécondation annoncée en ce H35. Fécondation de projet, d’avenir.

Deux trigrammes,en bas la terre, en haut le feu.
La terre est le domaine de la nuit.
Elle est l’abri obscur où les forces se reposent et se fondent,
 les formes s’y préparent en une lente gestation.

La lumière est le pouvoir d’apparaître,
 de révéler,
 de resplendir.
Quand la lumière s’élève au-dessus de la terre,
elle s’en dégage comme d’un giron, qui la nourrit mais la retient aussi.
Tiraillement, résistance, difficile ascension
par où une force secrète cherche à se transformer en clarté véritable.

S’arracher à la nuit qui enveloppe et protège,
en extraire un improbable éclat,
tel est le modèle qui s’offre aux humains à chaque lever du jour.

Un enjeu important est dans la " balance ".
Découvrir un art, faire éclore un talent qui a été juste ressenti.
Faut-il attendre d’être sûr de soi ? Non !

C’est en avançant que l’on trouve des ressources
qui n’apparaissaient pas,
des capacités secrètes qui étaient en suspend car
 elles n’existaient auparavant qu’à l’état informe de potentiel.
Est-ce révéler enfin sa perle à qui se veut être huitre ?

C’est à chacun d’œuvrer par soi-même à
l’émergence de son pouvoir propre, des talents en sommeil
 et d’expérimenter cette règle :
on trouve les choses en les faisant.
Commençons par se tenir en toute circonstance dans une progression,
lente gestation et ainsi apprendre à la vivre harmonieusement.

 Fort de ce conseil, quel guide pour accomplir ce travail
et d’emmener vers plus d’authenticité ?

Un guide d’aller vers un potentiel manifeste
réaliser par une croissance naturelle et assez prodigieuse,
à l’aide d’un chaudron. H50.



https://astropalais.forumactif.com/t1377-50-le-chaudron


En cette association l’augmentation se conjugue avec le chaudron
 c’est une progression rapide ou lente qui se doit d’être maîtrisée par cet
" Athanor. "
malgré les secousses possibles par son usage.
Lampe d'Aladin, baguette magique ou chaudron ?

Le trigramme Bois est sous le trigramme Feu.
Sous la flamme le bois se transforme lentement en braises puis en cendres.
L’effet utile du feu est de cuire, brûler et réchauffer en symbolisme,
 il s’attache.
Ce H50 est l’idée symbolique de la cuisson qui est la transformation par excellence.
Véritable lampe d’Aladin prête à l’emploi.

Les mots : alchimie intérieure – maîtrise – renouveau spirituel – réceptacle – rajeunissement – sagesse discriminante –

Mais aussi:
Vase tripode qui servait pour les offrandes et les sacrifices.
Vase rond ou rectangulaire à trois ou quatre pieds pour la cuisson des aliments ou offrandes rituelles, marmite, chaudron.

Autres symboles :
Chaudron – marmite – outil de communication entre les dimensions et les générations – lieu d’échange entre les morts et les vivants – une grosse casserole sur le feu – appeler le nouveau.

Le Ricci : le chaudron dans lequel les aliments se laissent
se transformer pour s’élever en offrande vers le Ciel
et devenir la nourriture du sage ;
 moment où le faible s’élève vers le fort en s’y conformant,
assurant la marche vers le succès.

Le ciel antérieur au H50 est le H10 LA MARCHE.
Petite recommandation avant de produire une transformation d’avec un chaudron.
 Une marche rituelle est nécessaire, et respecter l’usage de SON
Chaudron commence par un respect à cet outil fabuleux.

Jean Lévi d’apporter une très simple citation, réflexion d’usage :
" Les destin d’un homme se reconnaît à sa marche. "
La MARCHE d’une cuisson parfois peut être à haut risque, elle se doit d’être respectée, veillée.
Cependant une recette peut être « ratée », de convenir à ne plus reproduire d’erreur de cuisson.


Utiliser son "chaudron" c’est :
avancer d’un pas assuré,
demeurer sans inquiétude
mais en n'en restant pas moins vigilant à la recette qui se transforme.
Un chaman averti conseille un bon usage du Ting.

Cette association recommande (comme ayant plusieurs cordes à son arc) de se maîtriser par son " Athanor " ou de plusieurs.


Le chaudron trouve idéalement sa place par son principe éternel :
il est dit que ce qui pénètre dans un chaudron en ressortira transformé,
 mais ne pourra plus revenir à son état antérieur,
ce qui signifie que les éléments de la situation (les échanges) subissent une transformation définitive,
mais bénéfique, puisque l’objectif est d’alimenter la situation pour croître en patience.

Le regard de se transformer de même lorsque nous faisons une recette
 (culinaire par ex) dans la marmite nous y mettons les ingrédients, il y a un temps de cuisson,
la surveiller et la stopper au bon moment, ensuite de procéder au partage.
On procède à des échanges harmonieux, on exhale une joie, des moments agréables.

Apporter le nécessaire simplement pour changer un regard, une observation, un point de vue (pas abstrait) et de participer efficacement à l’enthousiasme.

" …/…La parole est nourriture, forte idée, la nourriture est souffle, inspiration vitale, c’est pourquoi
 il convient de veiller à les mesurer, pour qu’elles soient justes, équitables et substantielles.
 Le sage veille à ce qui entre et sort de sa bouche, il pèse ses mots, et mesure ses aliments.
Modération, respectueuse de soi et des autres, des ressources et des recettes, simples principes, en principe évidents…/…"

De Paco Alpi et Alain Constantin : « le Mémoire de la Mue ».

Qu’est-il nécessaire au chaudron afin de pouvoir expulser les fumées
 et les vapeurs symboliques qui sont dues aux transformations 
(qui se produisent à l’intérieur)… de la " percée " ou résolution,
faut-il être résolu pour expulser tout ce qui pourrait porter préjudice
à la finalité de la recette ?
Ou la finalité d’une joie.

Cet outil que chacun possède et qu’il développe plus ou moins en son quotidien
a été imagé dans l’ancienne Chine comme un trépied ou vase sacrificiel
avec des "oreilles " pour le porter,
ce chaudron a toujours été le symbole d’un événement heureux.

D’ailleurs les premiers chaudrons comportaient en leur intérieur des idéogrammes symboliques d’une haute teneur et non visibles par les personnes extérieures à la préparation. On en cachait déjà au profane une ou plusieurs
 " recettes "
comme inscrites et visibles par celui qui procédera au nettoyage du chaudron.

C’est préciser la part de l’usage du chaudron qui ne doit pas devenir quotidien
et d’être utilisé qu’en de grandes occasions, des fêtes par exemple !
Il en est de même lors d'un calcul d'hexagrammes avec les baguettes ou pièces de monnaie, ce moment doit être choisi, d’en sortir une ou plusieurs transformations.

En cette association cela permet d’occuper le mental,
de laisser de côté ce qui oppresse, perturbe, isole, en résumé : accable.
Et ce nouveau regard tant espéré d’advenir, de paraître, on sourit alors !

Une citation de François Cheng d’éclore :
" Le vrai futur est la métamorphose de tout le passé vécu. "

Ce chaudron représente une mise au monde ,
une expression d’une vision personnelle et de créativité
qui s’élève du plus profond de son être.
C’est être prêt à donner naissance à un rêve
qui a pris forme en soi, il y a un certain moment et

 Ô combien il est plus simple d’enfouir le réel
que de se défaire du rêve !
Voir Matrix "résurrection."

Et pour conclure, une belle sentence :
 le chaudron est le symbole d’une transmutation,
d’un passage à un niveau supérieur
où un signe d’une progression régulière
dans l’harmonie se propage,
 prospère par l'usage répété de ce chaudron.

Il est question dans l’usage d’un chaudron,
de pratiquer naturellement le
 " bon moment par excellence "
et la pratique quotidienne venant…
le bon moment arrive immanquablement.
 
Toutefois l’exploit est possible en réunion à plusieurs
animés d’une même intention,
 d’une même confiance,
autrement résumé par une harmonie commune !

De biens beaux hexas ce jour
à l'aide de son "chaudron" la réussite est à ceux qui transforment leur regard intérieur
 (entre autre par une maîtrise de l’impatience).
Entendre par ceux qui se ressemblent,
en qui résonne le même son du cœur.

Développer, faire croître " son chaudron "
c’est se mettre à parler avec son cœur
pour le plus grand bien des situations du moment.

A chacun de découvrir ce bel "Athanor",
ce chaudron céleste dans lequel se mesure l’évolution spirituelle
ainsi que les choix de la vie à partager ensemble.

Le chaudron devient une boîte crânienne et c’est dans la tête que la marmite bouillonne.
D’autres de parler du Yin d'élévation du regard !


Symbolisme des trigrammes.
En cette étude de rassembler les mots suivants et d’en être au diapason
c’est : s’élever, grandir , s’augmenter, progresser avec une bonne dose de transformations en un chaudron, son chaudron.

Symbolisme des trigrammes,
un symbolisme très fort évoquant le flux universel
comme en beaucoup d’autres hexagrammes .

H35 : le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Feu.
H50 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Feu.

C’est la terre " nourricière " le yin qui finalise un partage encourageant.
Il est dans sa pleine représentation de réceptivité, à l’extrême de participer à l'expansion du feu, selon le Yi Jing, le feu correspond au sud, au rouge, à l’été, au cœur.

Soit qu’il symbolise les passions (notamment l’amour et la colère).
Soit qu’il symbolise l’esprit (le feu de l’esprit, le souffle)
ou bien la connaissance intuitive.
C’est un feu qui lèche la terre mais ne la brûle pas.

La signification surnaturelle du feu s’étend des âmes errantes
jusqu’à l’Esprit divin.
ET parcourant la terre ce feu apporte progrès en toutes contrées et ses habitants.

La terre d’intervenir par le haut et le vent par le bas
c’est une prospérité d’advenir, une fécondation,
acceptant tout ce qui va et vient en elle.
Discipline t-elle le feu ?
C’est le vent qui s’en charge

L’arbre est un guide souterrain.

La terre est le centre, le cœur, le vide, où la naissance s’ébauche.
Le bois est l’image de l’effort patient par lequel
ce qui veut apparaître finit par prendre forme.
L’arbre aussi fini par le feu.

Par leurs actions combinées, les forces se concentrent à l’intérieur,
 forgeant dans les profondeurs la puissance tenace qui pousse à grandir.,
a éclore au moment précieux.

Le temps est long avant que l’on perçoive la lumière et finisse par percer.
Un temps où chaque effort est un pas supplémentaire vers le Sud.
Un temps de rudesse, où il faut consentir, faire confiance sans savoir.
Jusqu’à ce que peu à peu, à force de don et de courage,
 on gagne en solidité,
 en densité, en ampleur.

Il y a ici l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
de ne pas s’opposer au cours des choses,
d’épouser le mouvement global,
de ne pas intervenir à tort et à travers.
Faire en sorte que nos pas progressent comme instinctivement.

Le progrès d'apparaître
 au grand jour ou bien être contenu,
ainsi de rester conscient que si l’on perd de l’harmonie
 avec l’ordre cosmique
aucun lieu n’est favorable d’aller.

Le progrès de patienter à l’abri près d’un chaudron et tout un chacun
 de s’activer à préparer les plus beaux festins.
Le moment favorable à tout progrès d’apparaître enfin.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuel. Si cela était, complètement fortuit cela serait car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]
3  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Révolution et pouvoir en veille. le: 27 Février 2024 à 08:28:53

 


De C.J.-D..Javary :
Le Yi Jing n’est pas un livre de sorts, il ne prédit pas l’avenir.
Il analyse l’organisation du moment présent de manière à nous aider
 à y insérer au mieux notre action.

C’est fondamentalement un guide de stratégie de la vie quotidienne,
un manuel d’aide à la prise de décision et c’est en cela qu’il est en plein accord
avec la tradition confucéenne.
(p162 : Grandir avec Confucius.)

  49, la révolution et 9, le pouvoir d’apprivoisement du petit.

La nature du Feu est de s’élever, celle de l’eau de la Brume de descendre.
Brume et Feu s’influencent mutuellement jusqu’à produire une révolution,
d’où l’image d’une séparation induite, il y a une nécessité absolu de se transformer
agréablement par le H49 et
le guide d’évoquer un vent transporté haut dans le ciel et de tendre vers une créativité véritable en un pouvoir d’apprivoisement par le petit, le H9.



https://astropalais.forumactif.com/t1376-49-la-revolution

49, révolution.

De quoi est directe cette citation de René Char :
" Enfin, si tu détruis, que ce soit avec des outils nuptiaux. "

Le Ciel et la Terre changent, les quatre saisons s’achèvent.
Le renouvèlement, la modification, le changement
sont les traces que nous puissions suivre éternellement.

Une révolution n’est pas simple révolte, c’est une transformation profonde :
une mue.

Les mots : transformation – changement radical – abandon de ce qui est vieux pour faire place à la nouveauté – bond en avant.

Mais aussi:
Peau débarrassée des poils, cuir en préparation, cuir.
Peau. Cuirasse. Soldat. Éliminer, abroger, retrancher.
Changer, révolutionner, renouveler.

Autres symboles :
Révolution – une peau de bovidé pour être raclée – raser – recycler – transformer la peau en cuir – abolir l’ancien.

Le Ricci définit ainsi le H49 :
Révolution, moment où deux forces opposées suscitent le rejet
de ce qui est décadent et le renouvellement de la vie.

Le ciel antérieure du H49 est le H5 : et selon François Roustang :[.../…]
" l’attente, elle réserve une place à des forces jusqu’alors enfouies.../...." on ne déclenche pas une révolution si elle n’a pas été fécondée jusqu’au terme d’une gestation harmonieuse, l’éternelle patience réclamée pour une dame enceinte.


Commence cette image de l'hexagramme Révolution.

Deux hommes écorchent un animal à cornes (un agneau) accroché à une traverse :
c’est le symbole de changer de peau.
L’opération du tannage des peaux, dont on élimine les poils en les raclant vigoureusement,
jusqu’à la métamorphose de la peau en cuir souple,
 apte à toutes les sortes d’utilisation.
La peau de cet agneau est écorchée, " l’image de chair " de cet animal,
 symbole de l’innocence et de l’obéissance,
va être "renouvelée".

Cette peau a terminé son rôle d’enveloppe matérielle et
 délivre la "Lumière" qui l’a fait vivre
 pour aller prendre "un autre visage".


"  La mue de l’esprit n’est jamais regrettable,
Si on l’oriente vers la justice."


Le temps de la révolution est celui de la rupture quand,
souvent en dépit de ce que vous souhaitez,
les choses anciennes disparaissent remplacées par de nouvelles.
Jamais aucun serpent ne résiste à la mue de sa peau,
quelque puisse être le caractère désagréable de cette expérience.
Le temps de mutation étant arrivé, il importe de s'y employer !

Mais nous, humains, nous avons tendance à résister
aux changements transformationnels,
ne sachant les apprécier en tant que renouveau et
qualité essentielle de la vie.

Créer autant d’espace que possible dans notre vie,
pour laisser de la place à la nouveauté,
voici un bien bel hexagramme qui nous dit comment faire
car il est temps de passer les changements !

On dit que le feu (trigramme du bas)
 est au cœur de la brume (trigramme du haut).
Ainsi l’homme de bien règle le calendrier afin de clarifier époques et opportunités.

Le pictogramme chinois rappelle la colonne de Dad des Egyptiens qui était la représentation d’Osiris, montrant que la vie se manifeste par le moyen de la mort.
Osiris, le soleil nocturne, symbolise la continuité des naissances et des renaissances.
C’est la détermination des époques par des révolutions successives.

Feu et brume conjoints :
 le chaud et l’humide mêlés en une atmosphère dense et lourde,
c’est un brouillard épais, une lueur croît en son sein,
 jusqu’à ce que la tension devienne insupportable pour disparaître.

Révolution : deux véhicules pour cette révolution ,
 le feu intérieur comme une certitude
(on ne peut faire autrement)
 et la brume comme désir de se manifester.
(se mettre en avant dans la révolution).

Autre point de vue émis par C.K.Anthony et H.Moog sur le mot révolution :
Le terme « renouveau » est préférable à celui de « révolution ».
 En effet, la révolution désigne la manière dont l’ego collectif procède pour opérer des changements radicaux, tandis que le renouveau désigne la manière dont le Cosmos transforme constamment les choses de l’intérieur.

La différence est que la révolution remplace une forme de domination de l’ego par une autre, alors que le renouveau ré-harmonise et réunit les aspects de nous-mêmes qui ont été dissociés par la force ou l’oppression.

De plus, le mot " révolution " fait référence à des changements négatifs (j’ajoute parfois entraînant des actes violents) : la vénération de ce qui était autrefois méprisé, ou encore le remplacement d’une croyance établie ou d’un faux enthousiasme par une nouvelle croyance ou un nouvel enthousiasme.

Par contraste, le « renouveau » implique une action intérieure qui consiste à nous débarrasser de nos croyances corrompues…/…


Aperçu d’un autre auteur  Jacques.E.Deschamps :
" 64 réponses pour ouvrir sur soi
et la vie les portes de la sagesse. "

et d’apporter un autre mot que révolution. :
RENAISSANCE

«  Rien n’arrive sur cette Terre que le Ciel ne ramène à nouveau dans le cercle de ses révolutions. »
Zhou yi.

« Il n’y a pas d’ailleurs, tout se passe au présent.
Le temps n’existe pas et l’espace non plus.
Tout ce qui fut sera, tout ce qui sera est, tout ce qui est varié selon qui tu veux être.
Renaître de soi-même est un acte évident, accompli mille fois lors de mille existences.
Un jour on naît, un jour on meurt, c’est notre histoire.

L’enfant meurt un matin, le soir naît un adulte ! L’heureux meurt à midi, le triste lui succède, le triste meurt la nuit, au matin naît l’heureux !

L’image d’un passé, proche et pourtant lointain, défile sous les yeux de ma mémoire ancienne…
A-t-il été un temps où j’étais confondu à l’harmonie du Ciel, de la Terre et des mondes ?
Ce que j’ai su un jour et que je ne sais plus, pourrais-je le savoir à nouveau aujourd’hui ?
Combien de vies d’humain ai-je donc traversées ?
Le karma est un jeu où s’enferme notre être, le karma est un fait qui dépasse notre être.

Se placer en dehors du karma est facile : si la lumière naît dans la nuit des mémoires,
une image apparaît et la lumière éteint le brasier du karma.

Ce sont les souvenirs qui nous privent de naître, c’est-à-dire de vivre en toute liberté.
Le sage peut trier, entre toutes images, celles dont les erreurs surgissent dans la nuit
et celles où le jour engendre le savoir.

Effacer le passé en effaçant le temps et effacer le temps en s’acceptant soi-même,
renaître par amour de l’instant que l’on vit,
 tout cela est aussi simple que respirer. »


Toute révolution naît lorsqu’il n’y a plus eu d’autre issue.
C’est une poussée toutefois difficile à contenir lorsque
la mise à jour est devenue nécessaire. Dilemme.

Alors, la lucidité soudainement s’exprime
tandis que le bouleversement s’enclenche
 même si de premières difficultés apparaissent,
un nouveau cycle émerge à son heure,
comme si des temps de révolution s'approchent pour s’accomplir.

Ce H49 invite-t-il à appréhender de nouvelles rives avant de lancer
une révolution ?
Déployer de nouvelles transformations nécessite de la lucidité
avant de voir un bouleversement s’enclencher
et de voir apparaître les premières difficultés.

Alors , à l’heure juste, la lucidité soudainement s’exprime
et le bouleversement s’enclenche comme émergeant à son heure.


Pour ne pas être ébranlé par des temps de révolution,
il suffit qu’un guide tel que le H9,
d’apporter une AIDE précieuse lorsque l’on se trouve à un moment de
renoncer ou pas à une grande transformation.

C’est un moment de solitude dans le Yin
comme (paradoxalement) en suspendre sa réceptivité et de déclencher
une belle créativité.


https://astropalais.forumactif.com/t1152-09-le-pouvoir-d-apprivoisement-du-petit

  9, le pouvoir d’apprivoisement du petit.
On dit aussi le petit arrêt et aussi pouvoir du faible.
 Siao Tchou.


Deux trigrammes composent cet hexa:
en bas le ciel et celui du haut le vent.
En cet hexa, il est possible d’arrêter la dureté positive par l’humilité,
 la douceur malléable et l’obéissance.

 Les mots : retenue – autosuffisance – préparations minutieuses – ingéniosité – empêchements mineurs – adaptabilité.

Mais aussi :
XIAO : Petit, menu, mince. Peu, un peu de. Rapetisser, diminuer, s’amenuiser.
XU : Faire paître, élever du bétail. Nourrir des animaux. Prendre soin de, entretenir, recueillir, supporter, tolérer.

Autres symboles :
Elever de petits animaux - petit élevage - agir avec patience et douceur vis-à-vis de ce qui est petit en germe - vraiment pas beaucoup.

Le Ricci: faible rassemblement, moment où les énergies ne permettent pas de grandes réalisations.

Le ciel antérieur du H9 est le H31 l’EMOTION.
Eric Baret de définir le plus simplement : " Tout ce qui n’est pas émotion est un ajournement. "
L’émotion est à vivre dans l’instant présent, comme volatile elle est. C’est une sensation éphémère qui sitôt apparue, elle s’estompe. D’autres émotions de laisser une trace durable mais rares sont les imprégnations profondes. Ainsi ce H9 apporte un conseil utile : de ne pas forcer, ni précipiter ce qui doit éclore à son heure.

SIAO est quelque chose de très fin, encore divisé.

Cette image du travail minutieux des artisans chinois évoque la petitesse.
Dans TCHOU, on voit de bas en haut :
 le champ qui produit une fibre végétale mise sur une quenouille, et entreposée sous un toit.
C’est l’image de la connaissance acquise, de l’éducation.
Sia Tchou est la petit éducation ou l’apprivoisement
 car l’homme de bien par la bonté et la douceur affine son pouvoir.

Sylvie Verbois donne un sens oraculaire à ce H9:


" Les terres sont verdoyantes, couvertes d’herbes ;
il est temps de mener paître le petit bétail.
C'est le petit commencement. Il faut débuter par quelques têtes de bétail afin de faire fructifier le patrimoine.
Accumuler petit à petit.
Aller à pas mesurés comme le paysan lorsqu'il se rend) à ses champs.
Contenir ses énergies et ses forces.
Ralentir le rythme, se freiner.
Ne pas être intempestif et pressé.
Ce qui est retenu et contenu : le pictogramme "champ" nous indique que deux canaux d'irrigation se croisent afin de distribuer petit à petit de l'eau.
Entraver ce qui est fort comme dans un filet.../...
demander de l'aide, se faire aider dans sa tâche,
régler les petits détails"


En cette exposition de ce qui est petit, la situation ne donne qu'un contrôle limité.
Si l'on désire d'aller de l'avant (enclencher une révolution) alors que la puissance créatrice est là, plusieurs facteurs d’évaluer les capacités à mettre toutefois sous le boisseau
retarder des projets car tout ne s’emboîte pas comme on le on souhaiterait.

On trouve l’occasion de retenir l’énergie et l'occasion de méditer autour du texte du Livre.
.
On trouve deux fois le mot « faste » et une fois « pas de faute ».
Ce qui importe est de s’en tenir à de petites réalisations,
et de ne pas « partir en campagne » c’est-à-dire planifier de grands projets.
Rester en ce Yin, la réceptivité et méditer sur terre.

Si une grande force est présente, elle est retenue.
Il y a des qualités typiquement Yin en ce H9.
Modération, patience, souplesse d’une efficacité telle qu’elles arrivent
à amadouer (les) la force Yang, d’en gommer la brutalité instinctive,
à en civiliser l’aspect pulsionnel et sauvage.
Car force n’est pas puissance, la révolution n’est pas remise aux calendes grecques,
le H9 propose de surseoir par une influence discrète, efficace
à restreindre,
 freiner,
 empêcher
 bloquer
 retarder toute action significative.....comme attendre des jours fastes.

On ne peut alors faire plus que ce que la situation le permet.
Une éducation est nécessaire pour que l’élan vigoureux du yang
soit apprivoisé et le changer en créativité.

Le Vent se trouve au-dessus du Ciel, il est alors comme le souffle du ciel.
Il en exprime le rythme en sculptant la forme multiple des nuages.
Il en dessine les contours en pliant l’herbe et les arbres
sous son pouvoir tenace.
Il en chante la puissance et la courbe
en se tenant à la hauteur de sa force invisible.

C'est ainsi que l’Être de valeur imite le vent quand il est face à la colère
ou l'entêtement des puissants.
Comment le suivre sinon par être sous son influence, ses paroles,
 tel un souffle de vent apportant ses précieux messages
et de parvenir à modérer les tensions.
Évident conseil, maîtriser les émotions, garder un sang-froid,
se montrer doux, sage, modeste et simple.

De François Jullien :

  " Le vent en lui-même est invisible et insaisissable,
mais tout le paysage –
 jusqu’au moindre ondoiement de l’herbe ou de la feuille –
 est animé par son passage et le révèle.
Présence diffuse et englobant,
 échappant à toute appréhension précise,
 mais dont l’influence est immédiatement sensible et manifeste .../..."


Ainsi fait un grand vassal, lorsque l’autorité s’emporte,
 le noble sait la délicatesse à adaptée à l’approche des puissants.
 Face à la tyrannie si prompte à s’établir,
il ne tombe pas dans la nervosité ou la colère.

De ce que nous pouvons retenir de ce
 " pouvoir d’apprivoisement du petit "
 c’est être dans le « apprendre »
 à apprécier les périodes où l’influence est limitée et seulement
 ensuite de s’en servir.
(voir un rapprochement avec le vide exprimé en ce chapitre 11 du Tao te king)

A cause de circonstances qui ne sont pas de votre ressort,
 la portée de tout ce que vous entreprenez actuellement
 ne peut-être expérimentée que d’une façon subtile
qu’elle semble pratiquement invisible.

Apprivoiser signifie retenir,
mais sans user de la force brutale et (ou) de la contrainte.
La souplesse et l’adaptation sont nécessaires.
Prenons l’exemple de l’araignée.


"Elle travaille inlassablement à tisser sa toile
à l’insu de tous ceux qui l’entourent.
Peu importe le nombre de fois où son travail est endommagé,
elle se remet à l’ouvrage et le répare dès qu’elle en voit la nécessité.
Elle ne remet jamais à demain ni ne cherche à attirer l’attention.

Sa force réside dans son habileté à se fondre dans l’environnement.
Elle fait ce qu’elle a à faire, sans gaspiller son énergie et,
quand tout le dispositif est prêt,
elle est capable de demeurer totalement immobile et vigilante et d’attendre, confiante,
que quelque opportunité savoureuse finisse par croiser son chemin ".

   de Ma Deva Padma.

Mais l’indication principale c’est qu’il y a dans cette situation du H9,
 une résistance non déclarée.
Elle prend l’apparence de la soumission passive,
alors qu’en fait elle est très active.
" Accepter de persévérer, quoi qu’il advienne,
est la marque d’une maturité qui ne peut naître que de l’expérience."


Symbolisme des trigrammes :
H49 :  le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).
H9 : le trigramme Ciel en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).

H49 : Un feu couve et demande qu’à se diffuser en gouttelettes d’eau avivées par un feu. Incompréhension possible, paradoxale,
 feu et légère eau car feu et vraie eau deviennent H63, fusion parfaite.
Il n’est pas l’heure à fusionner mais de révolutionner.

Là on avance l’idée d’un feu oppressant au cœur de la brume qui veut exprimer
 sa clarté car c’est dans le cœur que toute expression de sérénité naît.

L’être de valeur porté par un immense désir de changement comprend la brume
 pour en étendre une révolution subtile.
La brume de se diffuser avec parcimonie.
Une révolution est-elle une affaire pour engendrer un fracas ?
Ou un fracas sortir de terre le plus naturellement.

H9 : Le trigramme ciel en bas… est créativité qui ne demande qu’à s’élever.
Le trigramme Vent (ou bois) en haut, ne demande qu’à descendre, rejoindre le sol.
Non le vent de rester très haut et de se mouvoir dans le ciel,
 il viendra le temps de courber tout ce qui est "courbable" sur terre.
Le vent soufflant sous le ciel donne le 44, rencontre, le ciel de répandre toutes les graines avec l'aide du vent.

Ici Ciel et Vent de faire se rapprocher tout de même feu et brume, pas simple.
Un extrême rapprochement est en gestation et doit avoir lieu:
cependant faire patienter une agréable révolution.

Le guide de s’approprier ce déclenchement de la révolution
 de la manière la plus harmonieuse, pour se faire,
d’user tout le yin possible.

Au fond de soi on sait s’adapter et endurer ces révolutions-évolutions.

Provoquant aussi un ébranlement des consciences a tout individu non prêt
 à entendre puisque son mental n’est pas en éveil.
La terre s’en trouve secouée et les humains d’en être désemparés.
Est-ce le réveil d’un autre cycle, d’une conscience nouvelle ?
D’une année nouvelle ?

Une force de persuasion est opportune comme la brume d’un étang va entourer les rives de façon paisible, une endurance sans égale puisque le feu pourvoit en une constance certaine !
Cela exige beaucoup de patience et de tact pour entrevoir une révolution,
lorsqu’une poussée yang s’exprime, l’heure choisie est comptée, escomptée.

Le printemps est souvent propice à voir se déclencher de belles révolutions
 toutes naturelles, et c'est au ciel de s’en occuper,
les humains de partir dans toutes les évolutions
 scientifiques, intellectuelles, artistiques et culturelles, cultuelles  etc.
du quotidien...
puis tel un entraînement de se mettre à l’écoute des palpitations de toutes
 les planètes de notre système solaire.

En cette étude, on ne démarre plus au quart de tour,
c’est se maîtriser et prendre conscience d’un pouvoir d’apprivoisement subtil.

On peut avoir une petite réflexion supplémentaire,
 une vision fugace, un regard nouveau de ce
 qu'une révolution peut secouer passagèrement ou brutalement.

Parfois au travers de paroles qui peuvent ébranler, secouer
tout l’entourage, elles résultent d’une observation singulière
comme regarder sous plusieurs angles la situation et de convenir
qu’il y a deux changements qui s’entrechoquent.

L’un frontal, direct, énergique, du Yang et
le second comme dû par un puissant Yin
qui va satisfaire la révolution dans son aspect serein et non violent.

Penser et agir Grand par exemple, en se révoltant à volonté
mais au moment idéal, propice.




Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuel, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

4  Au jardin des échanges / Au jour le jour... / haïku du jour le: 09 Septembre 2023 à 20:53:24
Un haïku
C'est où quoi
et comment
En un coup
On est Soi
Et content.


G H
5  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Dimanche 11 juillet 2021 le: 12 Juillet 2021 à 11:04:52
Izazen

fort justement ce clip correspond au "coeur" du sujet .
Merci infiniment.


Guy H
6  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Dimanche 11 juillet 2021 le: 11 Juillet 2021 à 07:37:04

11, harmonie, paix, concorde ou prospérité et
33, nécessité du retrait stratégique ou faire retraite.


Une première d'un titre appuyant une idée, celle de l'instant.




11, la Paix, concorde ou prospérité.

Le trigramme Ciel est surmonté du trigramme Terre.
Les éthers du ciel et de la terre s’unissent et s’harmonisent.
Nous sommes dans l’émerveillement de l’harmonie.

Les mots : harmonie – équilibre- perfection- stabilité – sentiment de bien-être- conditions favorables- expansion.

Mais aussi :
Grand, éminent. Suprême, extrême. Très. Paisible. Excessif, fastueux, prodigue.

Autres symboles :
Fluidité – extrême – de l’eau coule entre les mains – fluidité et stagnation alternent naturellement.

Le Ricci : prospérité – développement harmonieux, moment où les contraires communiquent.


Quelle bien belle image ce H11.

http://www.thetaooracle.com/print-peace.htm

Image à visionner sur le site de Ma Deva Padma, puis cliquer sur sample cards et ouvrir la carte Peace ou une toute autre
elles sont toutes à visionner sur le site.

D’abord visualiser les deux éléments qui composent cet hexagramme.
En bas ; dans les trois traits du bas, que des traits Yang, se trouve l’image du Ciel
et en haut dans les trois traits yin, c’est l’image de la Terre.

Comme la nature du Ciel et son mouvement est d’aller vers le haut,
 et la nature de la Terre a son mouvement de s’enfoncer en terre,
ces deux éléments fondamentaux s’épousent la plus harmonieusement si harmonieux ce mouvement est créateur de prospérité.

On dit qu’il y a une harmonie complète et tout expansion
est favorisée alors que les éléments néfastes
sont refoulés naturellement et rien ne favorise leur développement.

Une belle citation de Jean Lévi dans  " Les Fonctionnaires divins" :

  " La seule conformité aux rythmes saisonniers le métamorphose en roi,
car il accomplit par ce seul geste un acte de gouvernement."


L’idéogramme chinois très beau, enseigne de grandes idées.
Un homme en haut dispose de ses deux mains pour cultiver (son champ)
 et d’eau ( en bas de l’idéogramme) pour l’ irriguer.
C’est là le symbole de la  "paix dans le travail ".
Est-ce la définition de gouverner ?

Quand le grand et le petit vont devant l’un de l’autre, c’est l’harmonie générale.
Ciel et Terre communiquent, les rapports de force Yin et Yang s'interpénètrent,
 favorisant la floraison de tout ce qui pousse à travers les saisons.

Cette prospérité qui est liée à ce moment parfait " d’épousailles "
 entre ces deux éléments forts, est décrite comme un moment
riche de possibilités et de tranquillité.

C'est gouverner les éléments Yin et Yang, les plus opposés et complémentaires.
D'œuvrer face aux forces de méditation qui s’engagent n’est pas perçu au premier abord pour un jeune.

Le conseil donné par le H11 est un parfait équilibre qui s’instaure
 entre les polarités Yin et Yang du printemps.
Le cycle poursuit son déroulement jusqu’à ce que les positions
s’inversent lors de la séparation automnale.

La configuration finit ainsi par se renverser :
 les deux figures ne sont pas seulement en opposition,
elles sont le retournement et l’aboutissement l’une de l’autre, comme avec les H23 et H24.

Ce retournement est annoncé dans chacun des deux hexagrammes.
 H11 et H12…ete H23 et H24.
En résumé dans l’usure (H23) est liée une mutation importante
et la prospérité en est l’aboutissement en retour. (H24).
Si l’on use de trop de discipline on obtient l’effet inverse que celui qui était recherché à l’initial.

Prospérité est un contexte d’échange, où la rencontre entre
 Ciel et Terre permet l’exubérance printanière (un peu de folie ne nuit pas)
puis, les relations se durcissent
 (comme les conflits, d’où parfois l’intervention de gens armés)
 et au fil du temps, les difficultés apparaissent,
 d’où des récoltes bonnes ou mauvaises.

D’où des considérations de ce que l’homme a fait de la nature.
Pierre Rhabi apporte une tonalité à la prospérité sur cette planète.

"Un jour, il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation
Qui n’est pas de produire et de consommer sans fin, mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes !"


Carol.K.Anthony et Hanna Moog en leur ouvrage " Yi King l’Oracle de la Voie du Cosmos" cernent le problème lié à une prospérité débridée:
" Le Sage nous apprend, dans cet hexagramme, que le « petit » doit tout d’abord « s’éloigner » pour que le « grand » puisse approcher, sous la forme d’harmonie, de paix et de prospérité.
Le « petit » désigne ici les idées de base, ou prémisses, inventées par l’ego collectif, qui sont les « meneurs » du désordre.
Nous sommes guidés afin de les identifier, puis de les éliminer.
La première d’entre elles est l’idée que les humains sont spéciaux au sein de la création et que l’univers tourne autour d’eux. Cette idée de base a généré la « bande de gazon » de croyances erronées sur la Nature, lesquelles sont responsables du désordre.
 Ironiquement, les versions traditionnelles de cet hexagramme considèrent ces croyances comme des vérités ancestrales, alors que c’est précisément sur elles que l’ego collectif fonde son autorité pour établir et maintenir sa domination sur la Nature et la société…./…

[deux phrases à retenir des versions traditionnelles.]
 « l’homme à pour destinée de représenter la volonté du ciel et de la terre » et
« l’homme a pour tâche d’ordonner la Nature. »
Version Wilhelm qui devient dans la « brique rouge » de C.Javary :

  " Les Souverains ainsi
par leur capacité à parachever
le Dao du Ciel-Terre
accompagnaient l’adéquation
du Ciel-Terre
et aidaient ainsi au bien-être de tout
le peuple. "

 
Et cela débouche sur une antique citation (énigmatique qui nécessite une explication)
Au sixième trait du H11:

  " …/…le rempart fait retour au fossé. "
C.Javary et P.Faure apportent cette explication.

"A ce niveau (de la prospérité), comme souvent au niveau de sortie d’un hexagramme, la situation bascule et un mouvement de repli se manifeste.
Après avoir culminé à la ligne précédente, la PROSPERITE « se fane » comme l’ADVERSITE (H12) au dernier trait de l’hexagramme opposé H12…/…
L’interaction entre souffles créatif et réceptif cesse de se produire.
L’échange se sclérose et tourne au rapport de forces.
Les relations se transforment en rigidités défensives symbolisées par
 le rempart, dont l’écroulement évoque une retombée
à la mesure de la position élevée atteinte au stade précédent (5èm trait). "


Cela se termine (cette prospérité) par une appréciation mantique négative en ce H11
 par « présage de gêne ! »
 C'est si peu dire lorsque l'écologie est au cœur de cette gêne !

Toutefois, un nouvel espoir est né, la paix est la bienvenue.
Le cycle du temps met en valeur le bien-fondé et l’unité des contraires.
C'est ce qui guide de ne pas faire d’effort pour surmonter une oppression.
Persévérer dans une réflexion fait qu’elle aboutit au concret.
C’est qu’il est bon de méditer à propos de situations paradoxales présentées
 par le Livre des Changements,
développer du Yin mais en garder très haut du Yang.

Ces périodes d’harmonie constatées
sont la marque de la délicate
 phase de transition entre l’obscurité et la lumière,
 l’aube et le crépuscule,
quand tout semble être à sa juste place dans le monde et
que l’on expérimente un sentiment profond de bien-être et de liberté.

De tels moments rayonnent et étincèlent de promesses.
Le Ciel se manifeste sur Terre et la vie semble divine.
C'est un moment de grande fluidité entre créativité et réceptivité.

Et cette paix renvoie à des leçons apprises.
On ne peut être empêché
 d’être inspiré à donner le meilleur de soi-même et
paradoxalement si tous les feux semblent être au vert,
on manifeste la nécessité de faire retraite avant de changer de cycle.
Le H33 est recommandé.



Nécessité du retrait stratégique ou faire retraite.

Le trigramme Montagne est surmonté du trigramme Ciel.
Le ciel par sa nature est au-dessus.
Néanmoins la montagne demeure immuable
et conserve ses forces, même si elle est dominée.

La réflexion de faire retraite passe à la
dimension des actes à accomplir,
d’un retrait ou de plusieurs .
Guidé par la manière d’inciter autrui, cela induit
un cycle naturel des choses, nouveau, celui de faire retraite
en ne s’exposant pas.

Les mots : départ à point nommé – lâcher prise – repli – réévaluation – retrait – conseil de s’en aller sans la moindre hésitation (de la situation).
Mais aussi :
S’enfuir, s’échapper.
Se cacher, se dérober, disparaître. Tromper.

Autres symboles :
Le porcelet qui s’enfuit ou se cache à l’approche du danger – reculer – s’enfuir – se cacher – céder – se retirer.

Le Ricci : retraite, moment de recul qui permet de l’emporter sur les forces adverses.


Après avoir duré, enduré, la manière dont notre endurance (H32) a duré… … vient le retrait.
".../...Non pas un sauve-qui-peut qui s’installe
 mais ainsi par un retrait
on abandonne pas purement et simplement le champ de bataille à l’adversaire.
 On lui rend plutôt l’avance difficile en manifestant encore
 de la résistance en des point isolés.
De cette manière on prépare déjà la contre-offensive dans la retraite "
 
R.Wilhelm.
Cette première phrase citée est l’une
des plus prisée pour désigner une décision
 difficile à prendre car elle demande d’agir
de manière paradoxale à l’endurance.
Cela jusqu’à désarçonner l’entourage.
Même des généraux lors de batailles.

Voyons l’image de ce TOUN.
De droite à gauche, un sanglier au clair de lune marche lentement.
L’idée suggérée est celle de "dissimulation" dans le sens que :

  "C’est dans une vie sans éclat que le petit réussit. "

Et par extension un vieil adage chinois invoque par :
"Mieux vaut attendre longtemps pour s’unir que mal s’unir."

C’est ce qui est contenu dans la manière d’agir d’un chamane,
qui s’applique à s’éloigner des hommes inférieurs sans haine,
 mais sans sévérité.

Si se tenir en retrait est devenu nécessaire face à
 l’arrivée d’éléments perturbateurs dans la situation,
 il s’agit d’un acte volontaire car comprendre
 la loi d’une telle retraite active n’est pas aisé
 voire même pour des stratèges militaires, c’est inacceptable.
En fait le but du retrait est de conserver sa propre liberté
et de ne rien se laisser imposer .

Sous le Ciel il y a la Montagne… retrait.
Le ciel est la fermeté par qui le monde suit son cours.
Son mouvemente est fluide ; il s’éloigne et revient,
de déploiement en replis,
 s’imposant des détours pour mieux
 inscrire sa course en une patiente échéance.

La montagne touche au ciel.
C’est pour toucher au ciel que les ermites trouve ce lieu montagnard,
idéal à s’y retirer,
préférant au contact des hommes la proximité de ce qui préside
au fonctionnement des choses.

La montagne est la gardienne du ciel.
Par sa masse importante, elle arrête,
oblige à la hauteur qui voudrait s’aventurer par-delà cette porte.
C’est un surplomb qu’elle propose,
qui mène à replacer la perspective dans le paysage,
 l’instant dans la saison,
c’est une belle invitation à percevoir l’immense boucle du  temps.

Ainsi par le retrait, l’homme de bien connaît le temps.
Pas de mouvement sans retrait,
 pas d’expire sans inspire, pas d’aller sans retour.
Il sait que, dans le pas en arrière, un en avant prend son élan.

Et donc l’homme de bien se voit confronté à l’homme de peu qui
lui est dans l’incapacité à voir au-delà de la circonstance immédiate.

Nous arrivons à un point cruciale de la situation TOUN.
Lorsqu’arrive le moment de se désengager de l’œuvre accomplie,
 l’homme de bien ne se laisse pas dicter sa conduite
par ceux que leur intérêt et leur petitesse aveugle.

Étant à lui-même sa propre référence,
 il sait garder son orientation sans perdre sa stabilité ;
 il ne subit pas la relation.

Connaître les transformations auxquelles chacun fait face chaque jour,
c’est prévoir mais lorsque la puissance céleste s’en "mêle"
alors nous sommes parfois décontenancés et sans réaction,
sinon celle de se mettre en retrait, d’autres d’écrire à l’abri.

Secouer sa torpeur,
épurer son regard,
rectifier sa posture,
c’est comme si notre esprit avait mué…
alors qu’il était oppressé.
En fait c’est une transformation à vivre, une de plus,
un changement par le retrait……décidé.
 De Confucius :

" L’homme de bien connaît le juste,
l’homme de peu ne connaît que le profit. "


Par l’image de la montagne
est toujours proposé l’exercice d’une méditation.
Cela permet à tout un chacun de se découvrir ou bien de se retrouver......
se maîtriser.
C’est sur le faîte d'une montagne à gravir que les vallées
 de la conscience sont remplies comme celles de la confiance.

" Ô qu'il est bon d’accomplir en pleine confiance une retraite. "

Symbolisme des trigrammes,
un symbolisme très fort évoquant le flux universel
comme en beaucoup d’autres hexagrammes .

H11 : le trigramme Ciel en bas est surmonté du trigramme Terre.
H33 : le trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme Ciel.

Voici une énergie yang et son complément yin, ciel et terre, ce qui produit
une prodigieuse prospérité.
En cette prospérité garante d’une bonne marche, une ascension se prépare,
celle de la montagne et une inspiration (espérance) de voir le jour, atteindre le ciel,
mais pas de suite.
Seulement après un lent, patient retrait qui prépare une créativité.

Quoi de plus beau que d’aller en un pas nouveau
à la construction de relations sociales nouvelles
comme si déjà un immense océan était à franchir,
une montagne à gravir,
sortir d’une coquille,
ou bien gréer un navire.

Ces H11 et H33 permettent cependant d’avancer en confiance
et de toucher le ciel seulement arrivé au sommet d’une montagne.

Jolie conclusion à cette étude.

Comprendre la nécessité d’un retrait ou de prendre du recul, se détache,
faire confiance au ciel ayant gardé une foi dans les changements,
on demeure libre de choisir
les moyens opportuns suivant les circonstances
sans miroiter de grandes réussites pour l’instant.

Quand arrive l’heure du retrait,
 des forces se rassemblent et de songer déjà aux cycles futurs.
Solidité de la montagne qui maintient à distance,
aisance du ciel qui ne s’éloigne dans l’obscur
que pour mieux demeurer  LUMINEUX.


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]
7  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Se tenir dans les divergences. le: 08 Juin 2021 à 12:15:15



38, l’opposition, divergence ou discorde ouverte
et 15, se tenir ou la modestie, humilité.


Cette étude du H38 et H15 apporte des informations sur l’apparition de discordes, de différents expliqués non expliqués, des points de vue divergents,
 certains de ne déboucher sur aucun accord et
d’autres par contre de sortir par le haut après des partages opportuns.
Après une décision mûrement réfléchie, acceptée et une attitude harmonieuse, se tenir..

C’est ainsi qu’en fin d’étude de ces hexas, je suis allé retrouver une très ancienne anecdote chinoise du début de notre ère. Une belle illustration à cette association avec l’exemple de Huineng devenant le 6èm patriarche de l’école Tch’an.



38, l’opposition, divergence ou discorde ouverte.

Le trigramme Brume est surmonté par celui du Feu.
La flamme qui monte et l’humidité qui descend, opposés par nature,
ces deux trigrammes évoquent le sens d’opposition, de séparation, désunion, divergence ouverte.

Les mots : points de vue opposés – différences personnelles – rupture de communication – disharmonie – malentendus – désunion.

Mais aussi :
Divergence au niveau des yeux, différent, discordant, étrange, s’opposer, être en désaccord, éloigné, séparé.

Autres symboles :
Œil – bigler – regard divergent – temps intermédiaire entre la fin et le début de l’année – vaincre sa peur du surnaturel – réaliser que les extrêmes sont en fait les extrémités d’un même ensemble – extérieur.

Le Ricci : opposition, moment où les forces contraires se complètent mutuellement dans une action féconde.


Voyons un peu l’image du H38.
Le pictogramme représente à gauche le soleil vivifiant,
à droite le soleil desséchant sous la figure d’un rond en paille
ou en rameaux sur lequel on versait des libations
puis que l’on brûlait pour le faire disparaître.

Cette figure était fréquente sur les bronzes antiques.
Elle est importante car pour la première fois
 on montre l’opposition d’un même état :
le soleil donneur de vie ou de mort.

Ces deux essences semblent s’opposer
mais elles ont, en réalité,
la même identité car la dualité vient d’une UNITÉ.

"  Le savoir, c’est réunir ce qui est séparé,
 comprendre l’harmonie de la vie,
même dans son aspect qui nous semble destructeur "
,
dit l’homme doué du Yi Jing (ou homme de bien).

La lumière est constante mais en descendant tout au long des étapes de la manifestation, son expansion la canalise,
 la coagule petit à petit et lui donne des aspects qui semblent différents;
 le sens " loucher de deux côtés à la fois "
 donne assez bien l’idée de la vue et de ses yeux divergents…
le strabisme progresse jusqu’à la divergence d’esprit, le mental s’interroge.

Ce H38 montre la séparation des principes opposés (yin-yang)
empêchant le mélange (de se réaliser) et
 faisant perdre à chacun d’eux son individualité première.
Chacun gardant son point de vue, il y a même absence de partage pour l’instant.

La difficulté consiste à bien comprendre ce qui différencie le H38 du H39 à commencer par
penser que notre point de vue n’est pas « juste »
tandis que celui de l’autre serait « faux » ;
c‘est la coexistence des deux qui est utile. Il ne s’agit donc pas ni de céder
ni de triompher d’un adversaire.
Il est plutôt question d’une opposition susceptible d’évoluer.

Souvent ce H38 vient en réponse à des situations de négociation lorsque les deux parties sont égales.
En haut le trigramme feu se place au-dessus de la brume. Divergence.
Ainsi l’homme de bien en assemblant (tout de même) en vient à différencier.

La brume qui s’étend sur le paysage excelle à fondre les matières
 et tamiser les couleurs.
Tel un voile qui annule les différences,
 elle répand ce petit d’air d’entente qui enchante et rassemble.

Le feu est plus violent : il dévoile, il accentue les angles,
il distingue les êtres qui , par lui,
prennent conscience de ce qui les sépare.
Et des paroles de s'enflammer, d’attacher.

Deux désirs donc, mais des allures opposées, des menées différentes :
 il y aura bientôt divergence entre le diaphane et le dur.
Il n’est pas question de fusionner entre eau et feu comme avec le H63.

Tout individu cherchant sa place dans le monde s’efforce
 de se rapprocher de ce qui le ressemble.
Comportement mimétique, qui stimule et rassure à la fois.
Enfin je rencontre cet autre moi-même, parfaitement identique !
Mais l’illusion ne dure pas, et le mélange
 se défait bientôt sous les feux cruels de la réalité :

Boris Cyrulnik dans Les Nourritures affectives écrit ceci :

" Si l’autre introduit le même monde que le mien,
notre monde interpersonnel sera d’emblée familier.
Ce comportement mimétique crée d’emblée
un monde interpersonnel heureux,
car il stimule sans angoisser.

Mais cette condition du bonheur implique
 que l’autre soit parfaitement identique
car la moindre variation crée une sensation d’étrangeté angoissante
qui risque de nous faire basculer de l’extase
 à l’horreur en nous poussant à éliminer
celui dont la minuscule différence vient de gâcher notre bonheur."


L’innocence de la brume ne résiste pas longtemps à la clarté du feu.
S’ensuivent des désaccords et les disputes,
qui ne font pas la part entre la remontrance superficielle et le vrai différent.

Quand notre façon de penser diffère de celle d’un autre,
 chacun doit prendre du recul vis-à-vis du sujet de controverse
 pour avoir une vision d’ensemble plus nette.


Lors d’un conflit entre l’intuition et la rationalité,
le plus sage est de se dégager d’abord des frictions trop rapides,
 de s’éloigner des points d’achoppement afin de retrouver un terrain d’entente.
Pas de précipitation dans une résolution à envisager.

 Cette approche intelligente de l’opposition consiste tout d’abord à le définir
 ce terrain neutre et ensuite s’y rencontrer.

C’est peut-être une démarche difficile à entreprendre mais, en persévérant,
l’effort en vaut largement la peine car il peut apporter des bienfaits inattendus.

Et comme les difficultés de communications peuvent toujours être surmontées
quand il y a un désir sincère de parvenir à l’harmonie,
nous devons en premier et le premier, assouplir notre mode de pensée
qui parfois est rigide.

De véritables résonances deviennent alors perceptibles,
 des harmoniques communes redessinent le chemin d’une unité possible.
mieux : établir le domaine partagé conduit bientôt à percevoir la différence.
Mais elle n’est plus un obstacle à l’entente.

Ce qui heurtait prend tout son sens,
ce qui était refus de se laisser altérer apparaît peu à peu
comme une nécessité au vu de chaque identité.
La vision des oppositions, des différences dans le quotidien,
ne peut être poussée trop loin afin qu’elle ne se transforme pas
en incompréhension puisqu’elle porte en elle de l’ harmonie.

 Afin de ne pas "tomber " dans une divergence stérile un guide est tout à fait approprié : l’hexagramme 15.
Celui qui s'adapte en toutes circonstances.

Ce guide  incontournable vise à nous faire découvrir ce qui,
 en nous, est opposable…. même un pouvoir, celui de dire non !
Ce guide se le permet… puisqu’il se tient en toute circonstances.



15, l’humilité, modestie ou se tenir.

Les mots : modération – humilité – simplicité – absence de prétention – respect de soi – sincérité – respectabilité .

Mais aussi :
Respectueux. Qui cède volontiers aux autres. Qui se met au-dessous des autres. Poli, humble, modeste.

Autres symboles:
Parole - gerbes de céréales tenue en main - paroles ordonnées comme les tiges tenues en main - respectueux et vif.

Le Ricci : insuffisance, moment où le manque tend à être comblé.


La modestie est la vertu dominante du sage.
L’art de la parole juste est aussi employé par tout diplomate.
Ne dit-on pas la parole est d'argent mais le silence est d'or.

En ce H15, modeste guide une image double :
à gauche du caractère, la parole et, par extension,
celui qui parle et qu’on écoute.
Un maître.
A droite une main réunit deux tiges de céréales,
 en fait, une botte,
 allusion aux travaux des champs.
Donc, celui qui parle et qu’on écoute n’hésite pas à accomplir
les rudes travaux.

L’humilité ou réserve enseigne à résumer
ses forces et à tenir sa place.
Se tenir ainsi dans et par la communication.
Trouver l’équilibre entre le dedans et le dehors.
Toute progression, " poussée vers le haut ",
sera harmonieuse car emprunte de cette humilité qui fait défaut
aux " juvéniles ".

Entre la réserve et l’affirmation, entre l’excès et le manque,
 le guide apprend qu’en certaines circonstances subtiles,
 il est recommandé de dire :  non
 et cela sans que nous rejetions
la différence exprimée par autrui.
Peut-être faut-il en ces deux hexas avoir la présence d'exprimer
 un non paisiblement manifesté ?

La modestie implique d’être sûr de soi.
A quoi sert d’en « rajouter » lorsqu’on a une idée précise
 de sa valeur ?
Si nous évitons de les souligner, nos talents seront plus facilement acceptés par les autres.


A cette étude des H38 et H15,
il est proposé que tonnerre brume-eau, montagne et terre trouvent à s'accorder.
Ils réclament cet accord disons naturellement.

Voyons les trigrammes et leur symbolisme.
H38 : trigramme Brume (du lac) en bas est surmonté par le trigramme Feu.
H15: trigramme Montagne en bas est surmonté du trigramme Terre.

Il y a deux façons de s’adapter en cette association :
1) la méthode douce du lac qui fait s’estomper celle yang du feu,
2) puis celle de la stabilité de la montagne avec la fécondité de la terre.
En filigrane nous avons une cohésion harmonieuse par les différences.

La montagne se met à « parler », la terre de la magnifier.
Si la montagne représente une stabilité, un promontoire fait de terre,
elle permet à tout un chacun d'observer tout azimut et par-dessus,
 une autre terre qui féconde,
 permet de se tenir dans le Yin.
Inexprimable Yin à suivre.

D’exprimer un yin de manière humble puis d’apprivoiser à une petite échelle.

Et en plusieurs textes d’autres hexagrammes du Yi King...
est contenu le temps de penser utile pour inspirer l’harmonie
 aux alentours de soi et d’agir en un déclic lors d'une divergence qui survient.

L’approche judicieuse de la brume en éloignant l'énergie du feu permet de réaliser
 un projet colossal d'une concorde et des chances d’aboutir . Ce H15 expose cette manière d'agir subtilement en harmonie.

On émet l’idée de procéder avec une conviction très forte
pour transformer les êtres et les choses !
Pour construire de nouveaux rapports harmonieux,
souvent cela commence par apporter un bouquet de fleurs inattendu.

L’humble connaît cette phrase et l’utilise à bon escient…
(celle de dire non)
il aura exprimé un non qui n’est plus dualité,
puisqu’il l’aura exprimé avec un grand sentiment d’humilité et de vibrer à l’écho de cet ordre naturel appelé Harmonie.

Un plongeon en cette immense flux universel
 fait retrouver une parole sereine... dans un éternel chemin de changements.



L’humble connaît cette phrase et l’utilise à bon escient…
(celle de dire non)
 même avec un enthousiasme certain…
 il aura exprimé un non qui n’est plus dualité,
puisqu’il l’aura exprimé avec un grand sentiment,
paradoxalement celui de réunir les avis de chacun.

Je reproduis le début du H38, par la définition du Ricci :
moment où les forces contraires se complètent mutuellement
dans une action féconde puisque la nature nous apprend à se tenir.

Mon propos fait suite à une relecture d’un plus bel effet de la compréhension du taoïsme.

Anecdote.
En Chine lors de la désignation du 6èm patriarche Tch‘an,
Huineng (638-713 de notre ère) simple assistant cuisinier auteur d’un poème de quatre vers,
poème devenu légendaire par la suite.

L’histoire est qu’il était temps de céder la place du 5èm patriarche dans un monastère Tch’an.
Shenxiu fin lettré du monastère, proche d’accéder au patriarcat se lance et à la porte de la chambre du patriarche vieillissant, dépose le poème suivant qui doit refléter l’entendement zen.

Le corps est l’arbre de l’éveil
Le cœur est comme le support d’un clair miroir
Sans cesse il faut l’épousseter avec vigilance
Afin de ne pas attirer les poussières du monde.

Et tous les moines de réciter par cœur ce quatrain de celui qu’ils estimaient devenir leur futur patriarche.
Le lendemain certains disent deux jours après, Huineng qui ne savait pas écrire, affecté aux cuisines de se faire aider fut l’auteur d’un second quatrain remis au patriarche.

Au fondement de l’éveil il n’y a pas d’arbre.
Un clair miroir, lui non plus n’a pas de support.
Fondamentalement il n’y a aucun être,
Où donc attirer les poussières du monde ?

Le patriarche avait compris que Shenxiu n’avait pas franchi la porte de l’Illumination et ne connaissait pas sa nature propre. Les moines eux ne le comprirent pas.

Le patriarche clandestinement remit le bol et la robe symboles de son autorité à Huineng.
Cela provoqua une bronca et Huineng dut s’enfuir.
Le monastère se divisa en deux.
L’école du Nord qui défendit suivant la logique de son quatrain, l’éveil graduel.
Et l’école du Sud qui défendit l’éveil subit.

En conclusion le Zen est comme un miroir.
Le miroir n’est jamais souillé par le reflet.

Huineng étant celui qui par son humilité extrême (et illumination)
a su faire comprendre au patriarche qu’il était nécessaire de se TENIR !
Huineng revint au monastère et entouré par des moines (dont Shenxiu) s’ouvrait une nouvelle ère du taoïsme zen. Ce n’est qu’après sa mort qu’il devint le 6èm patriarche Tch’an puisqu’il refusa d’en endosser le titre de son vivant.


H38 et H15 belle inspiration.



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit se serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]
8  Au jardin des pensées et philosophies / Vos inspirations personnelles ou autres et poèmes / Re : François Cheng le: 07 Avril 2021 à 20:26:16
Hou la la !

Que de belles images ajoutées d'un poème savoureux ......
encore encore !

Et d'accompagner ces mots et images d'une pensée subtile à partager.

Merci Izazen !

Guy H
9  Au jardin des pensées et philosophies / ☯ Méditations du TAO ☯ / Re : ☯ Méditations du TAO ☯ rassemblées par Jean-Paul Bourre le: 02 Mai 2020 à 18:03:40
Depuis le 30 mars, nous sommes le 2 mai 2020

Je découvre cette rubrique et vais donc la suivre doré navant !

Des événements actuels de cette pandémie, un sujet si exceptionnel fait l'objet d'une recherche parmi les chapitres du Dao de Jing.

Je l'intitule :



FAUSSE ROUTE

«Les hommes sont égarés et cela dure depuis longtemps»
 trouve-t-on dans le Dao de jing (chap. 58, trad. Daniel Nazir).

Quelle est donc cette erreur commune à tous les hommes ?
Le Dao de Jing donne quelques éléments de réponse.

- «Quand le grand Tao fut délaissé… les Etats souffrirent de la corruption, du désordre»
(chap. 18, idem);

- «Lorsque le Tao fut délaissé il y eut... désordre»
 (chap. 38, idem);

- «Il n’est pas de plus grande erreur que de vouloir satisfaire ses désirs» (chap. 46, idem);

- «Le moi est ce par quoi on a des tribulations» (chap. 13, idem).;.

- «Connaître la loi éternelle (tout retourne toujours au Dao*),
 c’est être éclairé; l’ignorer est un aveuglement qui rend malheureux»

(chap. 16, idem).

D’où il ressort que l’erreur constante de l’homme est de se prendre pour une entité (assimilation à l’ego désirant) séparée du Tout - le Dao - par méconnaissance de soi.
«Celui qui se connaît lui-même est réellement éclairé» (chap. 33, idem).

Mieux vaut donc, pour l’être humain, suivre le conseil du chapitre 41 du Dao de Jing:
«Le lettré supérieur écoute la Voie et la met en pratique»
 (trad. James TAPP/Christine Destruhaut).

Quelle est la pratique du sage taoïste ?

Pour lui, il s’agit de «n’agir que par le non-agir» (chap. 63, trad. Rémi Mathieu).

 «L’homme prend modèle sur la terre...» (chap. 25, idem).

 Il est «telle une femelle» (chap. 10, idem).

Il «se place en arrière» (chap. 7, idem),

«éclairant mais non point éblouissant» (chap.58, idem).

 Il «désire être sans désir» (chap. 64, idem)
 car «celui qui agit selon la voie diminue chaque jour» (chap. 48, idem).

Pour «retrouver» le Dao, la Voie,
 on pourrait résumer la pratique du daoïsme ainsi :
Derrière, Dessous, Dedans.

A chacun d’y voir ce que contient le Livre et de ne pas faire fausse route
 en ces temps de pandémie !

Guy H



10  Au jardin des échanges / Psychologie / Re : Quand ça va trop vite... le: 28 Mars 2020 à 11:33:32
" nous avons profondément besoin de vivre à notre rythme "

11  La vie du site / Aux présentations / Re : Anniversaires le: 21 Mars 2020 à 12:40:05
J'adore les pandas

Guy H
12  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue Licorne le: 21 Mars 2020 à 12:39:01
COUCOU   Licorne…

heureux de ta présence en ces lieux
  tellement il y a à découvrir !



Guy H
13  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue Pepi le: 22 Octobre 2017 à 14:50:30
Bien venue  Pepi


J'ajoute Pepi tôt c'est mieux que tard.... Lèvres scellées


14  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue izz871 le: 19 Octobre 2015 à 20:19:29
 Souriant

BIENVENUE à toi izz871........

Ô grand Bern art de poster........!

Plin de belles chauses ici..........et notamment lortau  graf
permet de sans tendre ! Tu voua ce ke je resang !

Amitiés 

15  Au jardin des échanges / Au café du jardin / Re : à tous :-) le: 25 Décembre 2014 à 10:25:33
Merci Izazen

Les fêtes, les fêtes... chaque jour est une fête !
OUI c'est possible.

Bonnes fêtes !

Guy H
16  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue TaoSeul le: 02 Décembre 2014 à 11:28:09
Petite info...
3 000 ans avant notre ère sous Babylone, les chiffres étant connus,
l'idée du zéro était née,
mais pas sous une forme......elle était née sans plus.
Alors pour se satisfaire du zéro non créé,
exemple l'écriture de 103... on créa
le BLANC !

Un espace entre le 1 et 3.

De là à y voir que le zéro prenait forme venant du  vide !

Etonnant non ?

Guy H
17  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue TaoSeul le: 01 Décembre 2014 à 11:19:06
Bonjour TaoSeul, soulate, louates, touales, etc.....

" le rien en fait l'utilité "  chapitre 11....

" Mais qui tiens la souris du grand Ordinateur Universel ?
Celui qui ouvre toutes les windows ?"

Belle journée à toi  Guy H
18  Au jardin des pensées et philosophies / Textes à méditer / Re : L'Amour selon Osho le: 21 Juillet 2014 à 09:42:13
 
Puiser en soi ces phrases concrètes,
 puiser en soi la nature des mots,
 ensuite que d'harmonie échangée !

Du bonheur pour la journée !

 Guy H
19  Au jardin des échanges / Psychologie / Re : Les 15 choses que vous devez abandonner pour être heureux le: 13 Mars 2014 à 11:16:57
Le flux universel est amour.
Ah le mot est parfois si beau que peu l'emprunte
ou à qui "mieux mieux "!

Ataraxie ? Stoïcisme ? Ni l'un ni l'autre.
S'attacher aux mots pourquoi pas mais
 parfois s'en libérer est gage d'en comprendre d'autres !
Les plus simples qui remontent jusqu'au subconscient.

Bonne réflexion à toi Moguilev, paix en retour !

Guy H
20  La vie du site / Aux présentations / Re : Anniversaires le: 04 Mars 2014 à 11:07:13
Merci à toi Mogui !  Vais de ce pas boire une Leffe  Moguilev !

belle journée à toi !

Guy H
Pages: [1] 2 3 ... 9


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 10.482 secondes avec 18 requêtes.