Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
18 Juin 2019 à 12:38:10

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 13
1  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Une vision connectée à l’oreille. le: Aujourd'hui à 10:56:08



20, la contemplation, nouveau regard ou vue sur les choses,
 modèle, vision sacrée et
51, le tonnerre, orage, ébranlement, secousse, fracas.


                   

20, la contemplation, regard ou vision sacrée.
  KUAN.


Le trigramme Terre est surmonté du trigramme Vent ou bois.
Le Vent court sur la Terre atteignant et touchant toute chose.
C’est l’image symbolique du regard circulaire.


Les mots : obtention d’une vision d’ensemble – observation libre d’attachements – compréhension accrue – solitude –
intégration grâce à la réflexion.


Mais aussi :
Regarder au loin, observer d’un lieu élevé. Contempler, examiner. Parcourir et visiter un pays. Aspect, vue, apparence. Juger, conjecturer, deviner. Conception, point de vue, idée. Faire voir, faire connaître, instruire, informer.
Lieu élevé d’où l’on peut voir de loin, belvédère.
Monastère, temple taoïste.

Autres symboles :
Une chouette – l’œil capable de voir dans le noir – le regard de la chouette – regarder l’invisible de la situation – contempler – observer – un monastère – un belvédère.

Ricci : perception de l’invisible, moment où l’on saisit
 l’influx des énergies cachées.


Cet hexagramme est particulièrement
imagé par les traits (yin et yang)
 deux traits yang surmontent 4 yin.
 Cette image est une tour,
depuis laquelle il est possible de voir loin mais
d’où depuis le lointain elle sert de repère.
La vision est dite circulaire.
On en vient à la nécessité de choisir ce qui est important de voir
et l’importance de voir le sacré.

Autre image par l’idéogramme, à gauche,
 est celle d’un héron, oiseau criard portant une aigrette.
C’est un animal grave et digne et
l’idéogramme qui représente cet animal,
lui donne deux bouches comme pour inciter
 sur sa voix dont la puissance attire la femelle.

Cet oiseau de ce pictogramme est aussi un rapace nocturne à aigrette,
style chouette avec de grands yeux lui permettant de voir dans l'obscurité et d’être à l’écoute.
Donc nous avons l’œil et le bruit qui parvient aux oreilles du rapace
et la nuit tout bruit est beaucoup plus perceptible que le jour.

A droite un œil est immense, placé sous un homme
qui fait un effort pour voir au-dessus de la foule et
cet immense œil montre que l’homme est fasciné et attiré
 … peut-être par l’envie car tourné vers l’intérieur.

 KUAN est " la dignité que l’on regarde ".
Double vision si j’ose dire.
Il est dit, tout le monde regarde
mais les uns regardent dans l’attente de quelque chose et
les autres à la recherche du moyen d’obtenir ce quelque chose.
Dans tous les cas ce n’est pas au présent
 qu’il faut conjuguer l’objectif mais au futur.

La forme de l’hexagramme représente un temple ou une ancienne tour taoïste, symbole
des différents corps de l’être humain:
physique, astral, mental, âme et spirituel.

Le temple permet de voir et d’être visible, tel un phare ou un modèle,
 soit depuis son portail, soit de puis son sommet.
 Le portail permettant de focaliser la vision.
Le sommet lui représente le chemin permettant d’élever sa vision afin d’acquérir la clarté d’esprit.
La vision sacrée est mise en éveil.

Cela réclame aussi d’avoir une attitude grave, réfléchie dans la contemplation,
où chaque geste aura un sens et des conséquences.
C’est également le temps de faire un bilan…
bilan de ce qui a été accompli et
donc vu sous un autre regard que l’initial.
Voir autrement qu’hier.

L’objet ou le but visé (en cet hexa) doit occuper
tout notre esprit et rien ne doit le distraire
 s’il l’on veut réussir.
Ici ce n’est pas la réalisation
ou le but qui sont importants, mais ce qui les précède.
On va donc servir de point de mire à des regards
et il nous faut agir en conséquence,
 attentif à nos moindres actes.

Et si notre vision s’élargit parce qu’au "cœur"
  de l’hexagramme se trouve  le H23, usure ou l’éclatement…
une vision nouvelle a besoin d’abord
que l’ancienne s’effondre ,
 vole en éclats et de faire apparaître du neuf.

Comme si le temps de la disparition
 (de l’ancienne vision) est propice à l’élévation du regard.
La vision inspirée de la contemplation du divin est dotée d’un pouvoir spirituel.
La droiture s’impose d’elle-même.

Cet hexagramme a une importance particulière
 car il plonge dans le regard,
celui de tous les jours et
 manifestement cette plongée dans
ce regard renseigne, enseigne.
Celui qui a une vision éclairée ne fait pas la différence
 entre lui-même et le reste de l’existence.
Sa vision est portée sur l’aspect universel de la vie en cette planète.

Il n’y a aucune frontière, son point de vue est :
  "Je suis tout ce que je perçois et tout ce qui existe est  en moi. "

On dit que celui qui voit loin et dont la pensée est profonde, inspire
 le respect et influence les êtres sans qu’ils le sachent.
Au cœur du regard porté sur le quotidien……
 est venu l’instant de réfléchir à la vie,
 de prendre du recul par rapport à l’activité et
à l’emprise d’un esprit affairé,
 et d’expérimenter la nature profonde d’un détachement serein.

 François Roustang écrit ceci sur le regard :

"  Lorsqu’on fixe un objet, on supprime l’environnement
dans lequel il se situe. Mais alors il devient impossible de voir.
Le rapport de la figure au fond est nécessaire pour qu’il y ait
perception; si le fond est effacé, la figure l’est aussi."


  " Ô quand tu nous tiens, tu apportes souplesse et don de soi. "
cette citation incite à se limiter à l’instant présent et de contempler ce qui va encore déranger ce regard, une perception nouvelle.
Et pourquoi pas un bruit nouveau ?

A la vue de cette nouvelle vision, il est important de ramener son regard
à son comportement, ses paroles, ses actions avec un paramètre qui surgit soudainement :
le fracas : H51.
Le H51 joue de son tonnerre, d'une secousse parfois bienvenue.



51, l’éveilleur, Tonnerre ou ébranler.

L’hexa est composé du redoublement du trigramme Foudre ou Tonnerre.
Ce double ébranlement est le développement
 de la naissance des êtres, faunes, flore.
C’est une image symbolique qui ébranle et éclaire soudainement.

Les mots : choc – crise – bouleversement – inspiration de crainte respectueuse – importantes modifications du pouvoir – imprévisibilité – réveil en fanfare.

Mais aussi :
Violent coup de tonnerre. Ebranler, mettre en mouvement, exciter puissamment, faire trembler. Tremblement (de terre). Majesté (qui en impose), inspirer la crainte, user de sévérité.

Autres symboles :
Orage printanier – coup de tonnerre et pluie – ébranlement – secousse – qui inspire la crainte, le respect – l’aube – réveil.

Le Ricci : moment où l’effroi du choc suscite un nouvel élan d’activité.


En fait, ce H51 démontre qu'en son guide intérieur
se manifeste l’envoi d’un éveil d’une force naissante parfois avec un effet bousculant, secouant.

Ce qui provoque l’ébranlement au ciel, sur la terre et dans le monde des humains
est de fait naturel,
 ce qui ne doit pas être prit comme de la fatalité.

Mais c’est aussi la crainte et le respect de la sagesse antique et de la nature.
Tout séisme produit la peur d'où cette citation du Livre :
 trois Ho Ho Ho suivis de trois Ha Ha Ha et passé l'effroi on en rit plus tard
puisque nous n'en sommes pas atteints !

Les rituels traduisent un état d’esprit respectueux.

On peut abandonner les rites,
 mais alors il faut conserver le respect dans son esprit,
sinon l’ébranlement de la terre peut être fatal !

Mais la crainte qu’inspire une situation soudaine doit être évacuée.
 En nous, nous avons tous les éléments pour apaiser mais également
 s’il faut " prendre le taureau par les cornes ", et poursuivre une marche
elle se doit d’être énergique et naturelle!

Ce H51, est un peu un éveilleur " miracle " pour celui (ou ceux)
qui reste pantois en sa conviction-divergence.


Le H51 est cet éveilleur qui invite à ne pas manquer la chance d’orienter
la vie (la vue) vers une expérience plus vulnérable
 pour se mettre de nouveau à l’épreuve de la réalité
 de situations stimulantes dès leur émergence…
qu’est l’harmonie.

Big bang ou éclipse ?


 Ces H20 et H51
apportent une cohésion entre œil et oreille.

Les trigrammes sont clairs en symbolisme.
H20 : le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).
H51 : le trigramme Tonnerre, en bas comme en haut.

La terre est le don de soi capable d’accueillir ce doit être vu et ce qui vient,
comme un vent léger ou impétueux.
(Au vent est associé les échanges et toutes adaptations)
Le tonnerre s’entend au loin, un animal criard dans le ciel également.
Deux sens alors s’éveillent à la nature.

Cette association est significative
de se tenir en une position de visualiser grandement
et d’être en mesure de n’être pas effrayé par ce qui réveille,
de se satisfaire d’en être éveillé parfois avec fracas.

C’est une aide à la perception intuitive de chacun.
On vibre alors à l’écho (du fracas) de ce moment crucial
appelé Harmonie – ou rétablissement de l’harmonie perdue.

Plonger en ce flux immense fait entrevoir peu à peu un gage de réussite.
Tonnerre fort, impose un choix dans l’instant et
être éprouvé ou d’éprouver une situation délicate
est difficile à concevoir comme " bienvenue ».

Cela désigne-t-il un niveau de conscience nouveau à appréhender ?
Palper un niveau de conscience nouveau d’une profondeur subtile
et d’aller au plus harmonieux c’est aussi mieux comprendre le Livre.

Nous pouvons dire Ô combien en cette association il y a une alchimie à réussir.
Cela est appellé : Illumination de l’insaisissable
                         " Souple et faible triomphent de dur et de fort. "
Lao zi - Dao de Jing, chap 36.

Un enseignement avec une haute vue d'échanger, de s’exprimer en toute harmonie.
Je tente l'image: tout débute par une vision.
L’harmonie est-elle trop violente à percevoir, voir ?

Je cite souvent l’exemple dans la nature du serpent dont je dirais qu’il 50/50 yin yang. Filiforme yin, rapide, yang rampant sur terre ou nageant dans l’eau, grimpant aux arbres, il est le parfait animal certes craint mais l’harmonie ne devrait pas nous faire peur ; le serpent la vit.
Nos habitudes nous empêchent de saisir visuellement de l’harmonie aux alentours de soi, encore faut-il faire pause,
 s’arrêter et d’entrer en contemplation.

Si l'harmonie est au rendez-vous alors
 une fois la secousse passée on "en revient"
c'est merveilleux.
 Tout à fait en relation avec les mots répétés :
trois Ho Ho Ho (d’émerveillement il y a encore les lettres éveil)
et trois Hi Hi Hi car il faut bien en sourire ou rire.

En des circonstances d’aussi bon augure,
nous ne pouvons qu’accepter d’échanger sur cet effroi, ce qui a bousculé.
Une situation complexe au demeurant trouve une finalité acceptée.

Les chinois attribuent une extrême importance à des relations de solidarité même  lorsqu'un fléau s'abat sur les populations comme un séisme effroyable.

Ainsi on supporte mieux les difficultés du quotidien voire même
 des périodes pénibles lorsque nous avons des soutiens venant de toute part.

Cela dépend toujours d’avoir un regard "circulaire" tout
comme un parfum qui se répand et d’aviver
 l’odeur de l’harmonie jusqu’aux oreilles.

Ce matin exemple de rapprochement avec ces H20 et H51.
J’apprends à la radio qu’une grande marque d’Optique a créé des lunettes connectées.
Si la personne conduit avec ces lunettes et à l’approche d’un état de somnolence,
ces lunettes avertissent la personne de manière sonore,
de plus envoyant un SMS à tous les occupants du véhicule sur leur mobile.

Quel réveil pour avoir une vision intacte !



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]


2  Au jardin des pensées et philosophies / Hexagrammes à lire / Révolution en suspens. le: Hier à 10:33:02



  49, la révolution et
5, l’attente ou attente stratégique.



Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Brume(du lac).
La nature du Feu est de s’élever, celle de l’Eau de descendre.
L’Eau et Feu s’influencent mutuellement,
d’où l’image de séparation nécessaire.

Le Ciel et la Terre changent, les quatre saisons s’achèvent.
Le renouvèlement, la modification, le changement
sont les traces que nous puissions suivre éternellement.

Les mots : transformation – changement radical – abandon de ce qui est vieux pour faire place à la nouveauté – bond en avant.

Mais aussi:
Peau débarrassée des poils, cuir en préparation, cuir.
Peau. Cuirasse. Soldat. Eliminer, abroger, retrancher.
Changer, révolutionner, renouveler.

Autres symboles :
Révolution – une peau de bovidé pour être raclée – raser – recycler – transformer la peau en cuir – abolir l’ancien.

Le Ricci définit ainsi le H49 :
Révolution, moment où deux forces opposées suscitent le rejet
de ce qui est décadent et le renouvèlement de la vie.


Deux hommes écorchent un animal à cornes (un agneau) accroché à une traverse :
c’est le symbole de changer de peau. L’opération de tannage des peaux, dont on élimine les poils en les raclant vigoureusement, jusqu’à la métamorphose de la peau en cuir souple,
 apte à toutes les sortes d’utilisation.
La peau de cet agneau est écorchée, " l’image de chair " de cet animal,
 symbole de l’innocence et de l’obéissance,
va être "renouvelée".

Cette peau a terminé son rôle d’enveloppe matérielle et
 délivre la "Lumière" qui l’a fait vivre
 pour aller prendre "un autre visage".


"  La mue de l’esprit n’est jamais regrettable,
Si on l’oriente vers la justice."


Le temps de la révolution est celui de la rupture quand,
souvent en dépit de ce que vous souhaitez,
les choses anciennes disparaissent remplacées par de nouvelles.
Jamais aucun serpent ne résiste à la mue de sa peau,
quel que puisse être le caractère désagréable de cette expérience.
Le temps de mutation étant arrivé, il importe de s'y employer !

Mais nous, humains, nous avons tendance à résister
aux changements transformationnels,
ne sachant les apprécier en tant que renouveau et
qualité essentielle de la vie.

Créer autant d’espace que possible dans notre vie,
pour laisser de la place à la nouveauté,
voici un bien bel hexagramme qui nous dit comment faire
car  il est temps de passer les changements !

On dit que le feu (trigramme du bas)
 est au cœur de la brume (trigramme du haut).
Ainsi l’homme de bien règle le calendrier afin de clarifier époques et opportunités.

Autre conseil par le texte de Sylvie Verbois sur le 49 :
"…/…il n’est pas encore temps de prendre les armes :
le commandement ne doit pas être incertain di l’être veut être suivi ou rejoint par d’autres personnes.
avancer davantage peut mener au désastre : attendre d’être prêt avant d’agir ;
il convient de se consolider et se préparer avant d’entreprendre l’action décisive.
Différer certaines décisions. "


Feu et brume conjoints :
 le chaud et l’humide mêlés en une atmosphère dense et lourde,
c’est un brouillard épais, une lueur croît en son sein,
 jusqu’à ce que la tension devienne insupportable pour disparaître.

Révolution : deux véhicules pour cette révolution ,
 le feu intérieur comme une certitude
(on ne peut faire autrement)
 et la brume comme désir de se manifester.
(se mettre en avant dans la révolution).

Toute révolution naît lorsqu’il n’y a plus eu d’autre issue.
C’est une poussée toutefois difficile à contenir lorsque
la mise à jour est devenue nécessaire. Dilemme.

Alors, la lucidité soudainement s’exprime
tandis que le bouleversement s’enclenche
 même si de premières difficultés apparaissent,
un nouveau cycle émerge à son heure,
comme si des temps de révolution doivent s’accomplir.
Le guide H43 parle de décision à prendre parfois ultime.

Ce H49 (comme le H5) invite-t-il à appréhender de nouvelles rives
 (comme la rive de la patience)
avant de lancer une révolution ?

Déployer de nouvelles transformations nécessite auparavant
de plonger en une source limpide, et de commencer par faire remonter
les ingrédients nécessaires à la vie.
Le guide H5 propose une stratégie à la révolution :
 l’attente et de s’y installer.



5, l’attente ou attente stratégique.

Le trigramme du bas est le Ciel qui décrit une activité,
incitant à avancer. Surmonté du trigramme Eau qui constitue un danger.
De ce paradoxe résulte la nécessité d’attendre pour ne pas être piégé par ce qui peut nous dépasser: l'imprévu qui inquiète jusqu'à déstabiliser.

Les mots : persévérance – attention portée à l’essentiel – retenue – contentement – modération – rythme juste.

Mais aussi:
Nécessaire. Le nécessaire, avoir besoin. Requérir, réclamer. Être retardé par la pluie, attendre. Hésiter, tergiverser.

Autres symboles :
La plante et son besoin d’eau – attendre – réclamer – ne pas avancer – la pluie –  retarder par la pluie.

Le Ricci : attente confiante, moment où l’on mesure le danger avec l’assurance de le surmonter.


En guide cet hexa indique une belle manière d’attendre… par le manger !
Les trigrammes parlent d’eux-mêmes en bas l’Eau et le Ciel en bas :
Les nuages montent dans le ciel "attente ".
Ainsi l’homme de bien mange et boit dans le plaisir et la joie.

L’eau est une et multiple.
Insouciante quand elle jaillit au moment du jeune fou H4,
 inquiétante quand elle mugit au fond sombre des ravins,H29
 mais prometteuse aussi quand elle en vient à s’assembler en  nuages :
elle symbolise alors la confusion qui préside à tout début H3
ou la tension qui serre le cœur au moment de l’attente H5.

Cette tension est un espoir, certes mêlé d’angoisse,
 mais entièrement tourné vers une éclosion que l’on sent imminente.
L’attente est une gestation, un grossissement.
Imitant le ciel qui retient son désir et guette le moment opportun pour déclencher l’averse,
 l’homme de bien évite le gâchis que provoquerait l’énervement ou l’impatience.
Il est un   "dragon tapi dans l’onde, ne pas agir ".

Sentant le futur sourdre dans le présent, il ne le presse pas,
car il sait distinguer entre attente anxieuse et l’attente confiante :
avoir confiance, est-il indiqué au Jugement de l’attente.

Est-il meilleure méthode pour garder confiance et tromper l’anxiété
 que de partager le manger et le boire ?


Il y a deux hexagrammes qui évoquent distinctement le nourrir,
 le H5 et le H27.
Le corps et l’esprit ne font qu’un :
 la bonne chair change le sentiment,
 et la convivialité désarme les tensions.

Manger et boire, n’est-ce pas se mettre au diapason de cette nourriture attendue,
 n’est-ce pas susciter en une heureuse et positive invocation ?
Conforter se rasséréner le corps,
tout comme les nuages apprivoisent et emplissent le ciel…

Plaisir suggéré par la tiédeur d’une fin d’après-midi ou la douceur d’une caresse,
 détente apportée par des saveurs subtiles ou des timbres lointains…
Prélude à cette heure où le ciel s’apaise en diffusant son éclat en ondes fines et légères.
De François Roustang (La Fin de la plainte) :

" Attendre sans que rien ne vienne.
Car il faut bien un passage par l’impression de vide pour
 que les manières habituelles de penser et d’agir
 soient mises en suspens et déjà en échec.
S’il se passait tout de suite quelque chose,
c’est que l’on aurait fait appel à du déjà vu, déjà reconnu…"


L’attente est donc d’abord un arrêt, une sorte d’interdit adressé
aux manières antérieures de se comporter,
un point final temporairement au ressassement, à la répétition.
Mais parce qu’elle est un instant de vide,
 l’attente réserve aussi une place
à des forces jusqu’alors enfouies
 qui donne au problème posé
 des formes et des figures inaccoutumées.

Serait-ce d’un temple que nous aspirons à établir, à construire
ou accomplir un chemin harmonieux ?
Il ne pourrait se faire qu’après un délai de réflexion comme
à l’occasion d’un repas…
en lisant minutieusement le menu bien avant.


  Cette association H49 - H5 parle à la fois
d’engager une révolution et d’attendre, non pas la différer mais
faire en sorte d’éviter tout emballement pour ne pas être emmené trop loin…
en un point de non-retour.

Une détermination à retenir tout emballement se crée à l’aide
 d’une perception dite intuitive (cet autre regard). Le ciel d’y pourvoir et
 l’eau d’être retenue avant de satisfaire une soif.

La patience en soi est favorisée.
C’est ce qui s’appelle faire décroître le ferme et
croître le souple au moment opportun.
Et cela incite à avoir une hauteur de vue
qui importe pour être au diapason de l’instant juste :
 avancer, stopper ou reculer.
"  Être au bon moment, au bon endroit. "

Une alchimie merveilleuse donne la mesure
à toute action à la fois yin comme yang,
c’est une pleine expression de l’unicité.
A d’autres d’invoquer le Dao en soi.
Un réel besoin d’observer tout ce qui contribue
à harmoniser la vie, impliquent de déverrouiller son cœur
 par un nouveau mode de pensée.
La précipitation n’intervenant plus.
Cela permet de se contenir en toutes situations et
puisque la confiance accompagne toute attitude sage par la patience
jusqu’à la mesure d’un cœur battant…
on commence à installer un silence précieux en soi,
pour soi et autrui.

De Abd-Allah Ibn Mukaffa.

 " La condition souveraine du savoir est le silence. "…

.
On peut apparenter cette situation comme réfléchir soigneusement à
tout acte à prendre et faire retour à de l’harmonie.

N’engageant plus de paroles sur l'avenir
 les mouvements produits par
 les changements demandent parfois à ce que l’impulsivité
soit maîtrisée comme pour franchir ensuite l’infranchissable,
 l’attente le permet,
puis de laisser le temps au cœur de parler.


Si le H5 invite à prendre du temps, de la réflexion, faire une pause,
la révolution n’est pas remise en cause elle se peaufine.

Voyons le symbolisme des trigrammes :
H49 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).
H5 : le trigramme Ciel en bas est surmonté du trigramme Eau.

Le feu éclaire et l’aspect paisible de la brume, le rend « invisible » pour l’instant
c’est en quelque sorte une position de veille.
Puis le feu enflamme la communication, elle peut devenir lumière et d’être aussi véhémente
 et si radicale quelle soit,
paradoxalement peut être harmonieuse et devenir coulante.
Une révolution de devenir violente ou douce comme la révolution des œillets
et bien d’autres avec un caractère original par exemple
 ce qui a lieu à Hong Kong actuellement.

Trop d’eau augmente le caractère insondable et
 les énergies yang ou yin
demandent de vaincre, de combattre, jusqu’au point de fusion,
sinon toute révolution de s’en trouver stoppée.

L’arbre composé de racines, va puiser lentement l’eau de la terre
et les branches de puiser du ciel la photosynthèse.
Il en est de même pour approcher une transformation radicale
en ayant auparavant puisé tous les tenants et aboutissants sans perdre de vue
les éventuels dégâts collatéraux.
 Pas simple de prendre en compte tant de paramètres utiles avant.
Plus le temps permet de penser à des facteurs nouveaux pour enclencher une révolution
et plus la révolution est partagée avec enthousiasme pour être imprégnée par une multitude de gens.

 " L’homme de bien ", lui, n’ignore pas que c’est par la ressemblance
que les êtres se rassemblent (souvent autour d’un but commun : une révolution),
mais il sait aussi que la référence commune
ne suffit pas à définir chaque monde particulier.
Il a donc apprivoisé les forces de la nature pour
le plus grand bien de la communauté.


L’apparition simultanée de forces vigoureuses
 appelle distinction,
répartition,
 organisation.
Il régit donc ce double mouvement :
 d’attirance et d’affirmation de chacun.

L’humain lorsqu’il se regroupe autour de ce qui est commun,
alors la différence trouve sa place.
Ainsi la concorde ne se résume-t-elle pas
 à la recherche fusionnelle d’harmoniques communes,
et devient dialogue entre différents ?
Une seule révolution est en débat ou plusieurs ?

    " Chaque être est stimulé par ce qui lui ressemble par la forme et la catégorie[…]
Quand l’accordeur de luth frappe la corde gong sur un instrument,
 la même corde sur un autre instrument y répond par résonance ;
et quand il pince la corde jiao sur un instrument,
la même corde sur un autre instrument se met à vibrer.
Tel est le phénomène de l’harmonie mutuelle entre des notes semblables. "
 

Et l’art de la patience permet d’épanouir au mieux ... ...
un talent souvent inexploité dans l’art de la révolution.
Cela fait partie de nouvelles leçons à méditer
qui imposent l’émergence de forces Yin auparavant en sommeil.

Et tout quidam qui s’éveille par une révolution résolue, en devient grandi.

C'est une invitation à prendre conscience
du potentiel yin-yang à développer
 (aller de l'avant dans un choc des transformations)
tout en faisant preuve de retenue,
en fait,
de "se jouer" une réceptivité au bon moment,
condition indispensable à la réussite de cette mue.


 
Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuel, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

3  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire. le: 11 Juin 2019 à 10:06:06
"C'est un très beau nettoyage comme également
 gravir une montagne et en atteindre sa rive !"
4  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Profusion, abondance et usure ne peuvent nuire. le: 09 Juin 2019 à 10:23:57



55, l’abondance ou profusion et
18, remédier le corrompu ou travail sur ce qui est corrompu,
nettoyer les plaies.


Appliquer les lois de l'univers génère l'abondance,
un sommet est atteint, c'est briller comme le soleil à midi.
L’abondance est le délicieux moment où l’on récolte les fruits d’un travail
bien fait;
c’est la moisson qui recueille tout ce qui a été semé
et qui le redistribue avec prodigalité.
Le Yi Jing compare l’abondance au soleil lorsqu’il est au zénith,
 revigorant, enrichissant et illuminant tout ce qu’il touche.
Et lorsqu’une corruption est installée cela appelle qu'un changement de cycle s’impose
par une action vigoureuse qui ébranle.



55, l’abondance ou profusion est un tonnerre qui éclate au-dessus du feu.

L’union des êtres produit la perfection de la grandeur.
Le trigramme Feu est surmonté par celui de la Foudre,
cela signifie : profiter de la lumière pour se mouvoir avec intelligence.

Les mots : foisonnement – profusion – générosité – fertilité – mûrissement – récompenses – richesses intérieures – apogée – moisson.

Mais aussi :
Récolte abondante. Fertile, luxuriant, opulent. Abondant, copieux, nombreux, considérable.
Plein, replet.

Autres symboles :
Abondance – offrandes végétales dans un vase en bois destinées aux esprits – des rameaux – une montagne d’offrandes végétales – des sacs de grains.

Le Ricci parle aussi de :
Plénitude de l’abondance, moment où le développement atteint son apogée
avant de commencer à décliner.


L’image est un sacrifice rituel à l’occasion d’une double récolte.
Il s’agit donc d’" abondance ".
Et lorsqu’une telle abondance de richesse est là,
cela nécessite une solide capacité à éclairer et diriger.
L’abondance peut en faire " tourner la tête " à plus d’un.

Au sommet de la grandeur, le prince ne désire plus rien :
c’est le soleil à midi.
Le tonnerre couplé à l’éclair est l’image de la loi.
Un temps pour la définir, afin qu’elle soit promulguée sans l’ombre d’un doute :
c’est l’heure de mordre et unir (H21).
Un temps pour l’exercer, afin qu’elle s’applique sans la moindre faille :
c’est l’heure de la profusion.

Lorsque la clarté (feu trigramme du bas) domine le mouvement (tonnerre, trigramme du haut), on formalise les lois.
Mais lorsque le mouvement s’appuie sur la clarté,
 l’heure est à l’application des peines.


 "Tout comme la végétation se renforce lorsqu’on la taille,
 c’est en tranchant dans la profusion et
en éliminant le surplus que l’on procède
 à la nécessaire régulation de la vitalité." 


Donc l’homme de bien sait se dégager de la confusion qu’entraîne l’abondance.
Conflits, entremêlements, coteries, c’est pour tenir cette prolifération en respect qu’il tranche de manière juste,
 qu’il condamne,
 qu’il sanctionne :
élimination foudroyante de ce qui gangrène et fait perdre le Nord.
Assumant sans état d’âme la position centrale dont le roi est l’emblème,
 il maintient le juste équilibre entre vitalité et pléthore.


 "Les rites ,
c’est ce qui empêche que le mal se produise,
tandis que les lois,
c’est ce qu’on applique une fois que le mal est commis."

Seu-Ma Tsien

Sylvie Verbois dans son " Classique de la simplicité " émet
ceci comme signification qui se rapporte
 encore au monde agricole ou plutôt au monde de la nature.

 " La grandeur :
l’homme récolte ce qu’il a semé.
Sa présence est recherchée, ses idées sont écoutées.
Prospérité et abondance."


Le H55 représente une aire de culture au moment de la moisson,
tout autour le sol aplani sont dressées des bottes et gerbes.
Le moment est opportun pour agir.
Il convient de se rappeler que dans tout état de splendeur,
 il peut exister quelques morceaux obscurs et
 s’en souvenir au moment de l’aide est utile.
Rien ne sera précipité,
 s’attacher à sa réceptivité
 est d’effectuer un pas réfléchi
 avant d’en entamer un autre, tout comme se nourrir naturellement.

Et là, comme guide pour comprendre cette abondance débordante,
et d’œuvrer en harmonie apparaît un travail de longue haleine :
remédier avec le H18
d'où une réflexion utile : apporter un renouveau en bousculant l'ancien.

Participer à un travail de remédier, il n’est pas simple de l’engager.

H18. Hexagramme dont j’ai eu souvent à l’expliquer à des personnes
 qui se retrouvaient confrontées à cette situation et de leur avouer
 de rompre rapidement avec leurs habitudes.
 De leur dire que c’est en eux, par un lâcher prise
 que se trouve la solution à leur problème.
L’abondance (H55) a un rôle prépondérant quoique pas simple dans l’adversité du H18.


 

18. Le travail sur ce qui a été corrompu ou réparer les fautes, nettoyer les plaies.

Les mots : guérison – réparation – corrections des erreurs passées – épuration de la corruption – restauration de l’équilibre – action responsable.

Mais aussi :
Venin, poison, sortilège. Séduire, ensorceler.
Cause de désordre, affaire.

Autres symboles :
Un vase dans lequel se trouvent trois insectes venimeux – poison – venin – périmé – sortilège – séduire – ensorceler – nettoyer et canaliser – remettre de l’ordre.

Le Ricci : Passage à l’action, moment où l’on entre en action.


Un vase rempli de vers ou d’insectes grouillants est l’image des "soucis ".
En fait les soucis sont utiles, car ils incitent à la réflexion,
ce qui permet de les surmonter.

L’image est vent en bas et montagne en haut.
Le vent tournoie au pied de la montagne.
Ses bourrasques entêtantes tourmentent les êtres, les plantes dépérissent, les hommes sont énervés, tout semble à la fois agité et retenu dans une atmosphère lourde et délétère.
C’est un temps de pourrissement et de dégradation, mais qui contient
 malgré tous les ingrédients d’une régénération.

Alors "l’homme de bien" en stimulant le peuple engendre le pouvoir.
Le nom de cette figure évoque un poison, un venin, un maléfice mais ce peut-être aussi un remède,
 et l’on sait bien que les potions les plus amères sont parfois de puissants traitements.

Le vent est tourbillon, mais aussi force de persuasion ;
 la montagne est retenue mais aussi force d’élévation.

Nous avons donc en ce H18, le travail ardu de surmonter une corruption
celle qui a œuvré depuis trop longtemps,
cette situation dégradée ne faiblit pas l’homme de bien qui
 ne se lamente pas ni ne s’irrite,
et d’être inspiré de réflexions en abondance,
il va prendre à cœur son rôle qui consiste à éduquer le peuple.
Il incite à se défaire des éléments de corruption,
 réveillant le peuple, le stimulant, tel le vent,
il le guide et l’élève et en fait une montagne
d'où réussir une stabilisation des soucis.

En procédant d’un côté par la répétition et l’incitation,
de l’autre par le calme et la détermination,
il aide à engendrer une capacité nouvelle,
 potentielle chez tout être humain :
celle qui consiste à faire éclore son talent personnel
en une belle action conséquente même artistique.

Commençons d’abord par un travail de nettoyage (des plaies insiste N.Chassériau) et de retour à l’équilibre
 dans notre petit ego.
Accordons-lui tout notre amour et tout un enthousiasme de naître.
Le monde et soi-même de s’en sentir plus harmonieux.


Comment cette association H55 et H18 peut-elle s’exprimer  ?

H55 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Tonnerre.
H18 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Montagne.

La danse d’un feu accompagné du tonnerre est une profusion qui s’exprime, s’ensuit
une énergie fécondante avec un apport imposant de la montagne, de la terre supplémentaire.
Est-elle de trop ? Annonce-t-elle une fin de cycle à cette profusion
 de feu-tonnerre ?

En ce vent et montagne est induit un comportement qui progressivement a développé :
 " des vers ou insectes venimeux, des serpents même peuvent en surgir. "
Cette dégradation pose une question, comment entamer un travail de longue haleine
en un milieu hostile et comment peut-il réussir ?

Remédier au corrompu, demande de l’opiniâtreté et apporte toujours une finalité heureuse.
Un peu d’enthousiasme pour s’atteler à la tâche ne fait que du bien. Lèvres scellées


La plénitude matérielle est comprise,
la maîtrise des richesses acquise.
Un monde (d’abondance, de pléthore)
 s’entrouvre où les consciences sont éclairées par la parole,
 c'est penser grand face à toute corruption qui a causé des plaies.

La profusion de s’agglomérer au travail de nettoyage des plaies.
Il y a toujours une part de risque.
Nathalie Chassériau en ce H18 indique :
"…/…il va donc falloir procéder par étapes.
1) Avant de soigner une plaie, il faut savoir ce qui l’a provoquée et identifier clairement ce qui a mené à la dégradation.
2) La plaie doit ensuite être vigoureusement nettoyée ; cette phase centrale est la plus délicate, celle qui " fait mal " : il faut avoir le courage d’affronter des vérités pénibles et de renoncer à des habitudes ou à des modes de comportement qui ne vous correspondent plus.

3) Pour finir, il faut suivre pas à pas le processus de « cicatrisation » pour éviter tout risque de rechute dans la corruption du passé."


D’où cette conclusion:

" Tenir sa place en toute confiance et se limiter
à l’instant présent, même si l’on est arrivé,
 pourquoi en serait-il autrement au moment de l’abondance ?"


Abondance et fin de cycle pour conclure :

Un flux d’énergie est déployé et s’apprête à renverser un cycle.
L’usure du temps de corruption freine tout cycle nouveau en formation mais
sans empêcher son avènement.
La profusion, l’abondance ouvrent des
espaces… et pour être à l’écoute de la nature universelle
une force incontestable d’usure œuvre à son usure
d’où paradoxalement :
« un peu d’usure ne peut nuire. »



Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]
5  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : De suivre on gagne à puiser en soi. le: 27 Avril 2019 à 10:32:27
Izazen  merci de ce "Imagine " en groupe.

 "Chaque être est stimulé par ce qui lui ressemble par la forme et la catégorie[…]
Quand l’accordeur de luth frappe la corde gong sur un instrument,
 la même corde sur un autre instrument y répond par résonance ;
et quand il pince la corde jiao sur un instrument,
la même corde sur un autre instrument se met à vibrer.
Tel est le phénomène de l’harmonie mutuelle entre des notes semblables. "


Lorsqu'à plusieurs on résonne en un chant harmonieux quoi de plus simple
pour rassembler et former un chœur !

Merci pour cette vidéo.

Guy H
6  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / De suivre on gagne à puiser en soi. le: 26 Avril 2019 à 12:37:25



17 suivre et 48, le puits.



17. Suivre.

En chinois SUI (C’est presque suivre).
Le trigramme Tonnerre est surmonté par le trigramme brume, lac.
La positivité se trouve au-dessous de la négativité, celle-ci suit avec joie.
Il y a nécessité à rechercher l’instant juste,
mais d’entrer dans le repos afin d’éviter les actions inconsidérées.
Joli conseil en ce H17.


Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement – sans motif, sans cause, sans précédent.

Le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Tonnerre en trigramme du bas et Brume (du lac) en haut.
Le Tonnerre est mouvement et la brume détente, calme du lac.
Le Tonnerre , c’est l’ Est, l’éveil, l’aube, le printemps.
Il enclenche les processus qui poussent à conquérir le monde,
 il est la fougue qui cherche à le faire sien, à y trouver sa place.

La brume vient de l’Ouest et nous parle du soir.
Elle annonce l’automne et invite au repos, elle induit le facile,
le doux, le bienfaisant, le simple, le naturel et la grâce.

De l’aube au crépuscule, qu’advient-il de l’élan ?
Est-il un emportement
 ou trouve-t-il enfin un peu de fluidité et d’aisance.

Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte –
 bataille, tâtonne,
 travaille les ingrédients d’une maturité future.
Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance et
évolue un peu plus souplement.
Comme si le mouvement conduisait à une allure plus simple,
plus ouverte, plus diffuse,
 comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté
 qui permet aux forces de s’assembler librement.

 SUI
Il y a une image dans SUI  qui déconcerte
 mais allons pas à pas avant de suivre.

Une colonne de remparts, des pas, une main gauche,
une équerre et un croissant lunaire.

Nous sommes dans une grande ville (un rempart).
La main sur l’équerre est symbole du travail surmontant
une tranche de viande.
C’est le boucher, au travail répugnant,
mais qu’il doit cependant accomplir chaque jour,
tout au long de sa vie.
Au milieu de l’idéogramme, on voit le pied qui laisse des traces,
indiquant ici une marche lente
 (tonnerre- la marche- et brume s’exprime la lenteur)
 pénible mais inexorable.
SUI est la soumission (d’une marche), suivre.

Si ces pas sont imagés par trois, ces trois pas mesurent l’univers .
Ce que nous aurons à suivre et vaincre trois mondes en trois étapes :
 la terre ( sur laquelle nous reposons)
 le monde intermédiaire ( notre pensée explorera)
 ensuite le ciel  (monde pas si au-delà du temps) !

Nous avons alors un instrument utile, une équerre
 dominant un croissant lunaire entièrement visible :
«  La lune symbolise le temps qui passe
dont elle est la mesure par ses phases successives et régulières.
Elle est l’instrument de mesure universelle. »

L’astrologie chinoise très ancienne était lunaire,
 elle voyait le Temps.
C’est alors, avec ces pas à faire en compagnie
d’instruments utiles…
 ainsi on peut suivre en toute sérénité nos objectifs.
L’homme de bien ne craint pas l’obscurité car
 il connaît la valeur de l’abandon :
qu’après les difficultés des premières expériences survient
 une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide, plus relâchée, et ainsi plus entière.
Alors qu’une impulsion a été donnée ,suivre c’est savoir abandonner le volontarisme et
 laisser le mouvement se poursuivre de façon naturelle,
c’est faire le pas nécessaire pour s’insérer dans un courant porteur.

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage
 a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons avantage à intervenir.
Nous ne cherchons plus à contrôler, la confiance est présente.

Jean-François Billeter ajoute :

" L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier
 de diriger les opérations comme elle le faisait jusque-là,
et s’oublier elle-même. "


S’oublier est-ce rejoindre le flux cosmique ?

C.K.Anthony s’approche de ce "suivre" ainsi:

"  Suivre apporte un succès suprême.
Être fermement correct fait avancer, et est sans blâme.

Suivre notre vérité intérieure dans tout ce que nous entreprenons, c’est là le sens cosmique donné par le Sage à cet hexagramme.
La vérité intérieure est notre mémoire du sentiment d’Harmonie cosmique.
Soumettre la réalité extérieure à notre sentiment de vérité intérieure nous incite à répondre correctement à chaque situation et mène
« au succès suprême.
Lorsque nous suivons ainsi notre vérité intérieure, nous demeurons unis au Tout cosmique."


J’aime bien ce suivre il en vient
 même à donner une méthode
pour déployer toutes connaissances acquises ...
puis après de permettre d'enseigner !

Les oiseaux nous renseignent agréablement.
Comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel et de s'adapter au vent porteur.
Voler dans le Ciel comme une libération voilà qu’un tel guide
s’emploie avec harmonie, avec enthousiasme, joie, exaltation.

 Cependant la souplesse est mise à l’épreuve,
Le guide à cette " approche" apprend (nous prenant la main) à puiser
et conseille à l’aide d’un outil bien concret, indispensable : le puits.
Qu’y-a-t-il à apprendre de cette plongée dans le puits ?



  48, le puits, source de vie.

Le trigramme Bois soulève celui de l’Eau, c’est le puits.
Le bois pénètre au fond de l’eau et la remonte en surface,
ainsi on partage l’eau.

Les mots : quête de la vérité – sagesse – vision – connaissance intuitive – retour à la source – accès au fond des choses.

Mais aussi :
Puits. En bon ordre, régulièrement. Terrain carré divisé en neuf parties égales, comme le caractère Jing.

Autres symboles:
Le puits et ses huit familles - un terrain divisé en neuf parties égales avec le puits au centre - l'espace vide autour duquel s'organise la vie - organisation, ordre et partage des taches - pénétrer, communiquer, traverser librement.

Le Ricci : le puits, moment où il faut descendre dans les profondeurs pour y capter ce qui vivifie sans s’épuiser.


Et si toute lumière doit être " mise en veilleuse "
 par la montée des forces yin,
 il n'y a pas de temps pour se reposer
 vient le temps de plonger dans cette eau, source de vie !

L’eau, c’est le sentiment d’une appartenance commune…
comme un excès commun.

De plus en ce lieu, le puits
où tout le monde vient y puiser son eau quotidienne,
tel un centre caché qui sécrète des liens,
avant de puiser, échanger,
 on communique avant de plonger son "seau."

L’eau va devenir nourriture et se diffuse déjà dans la communication.
A défaut de lumière partageons l’eau de clarté….
Ma Deva Padma écrit ainsi :


" Boire à la source de la clarté
qui se trouve dans les profondeurs de l’être,
 c’est connaître le goût du Tao.
Il est accessible à tous ceux qui ont soif et acceptent
de plonger au cœur d’eux-mêmes pour s’y désaltérer.
Une fois que vous aurez goûté aux eaux claires de la source,
 vous y reviendrez souvent.
Elle est la source qui désaltère et rafraîchit,
celle qui coule éternellement comme une fontaine limpide
tout au long de l’existence. "
   

Ces H17 et H48 invitent à puiser
dans un potentiel sans fin.
Cela exige un travail de communication,
d’échanges réguliers puisés à la source.
Nos émotions se transforment, nous ne "partons " plus au quart de tour.
Nos émotions se transforment et de mûrir à la source.

C’est apprenant alors à comment puiser dans l’excès que des forces
unifiées- unificatrices s’emploient et parfois se contrarient.
Belle manière en fait par ce puits d’approcher des capacités yin
et de ce fait, se pencher sur les demandes parfois les suppliques
des uns et des autres.
A cette association voici une pensée émise:


" Ô qu'il est bon de s’approcher en toute confiance "

de la source d’abondance puis de faire croître !

Voyons le symbolisme des trigrammes :
H17 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Brume
(du lac).
H48 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Eau.

Si le fracas ou tonnerre tonne aux alentours c’est pour secouer, éveiller ce qui dormait, mais là en ce H17, il y a l’élément brume qui s’étend avec un pouvoir de diffusion adapté.
On suit un mouvement qui ne fait plus peur, le tonnerre s’efface face à l’aspect paisible de la brume, il est mis en sourdine.

Le bois est aussi en sourdine,
 tel un arbre composé de racines , elles vont puiser lentement l’eau de la terre
et les branches de puiser du ciel la photosynthèse.
Suivre n’est pas atteindre l’éveil en soi mais s’approcher d’une source qui étanche la soif d’une quête merveilleuse: le Soi.

L’homme de bien, lui, n’ignore pas que c’est par la ressemblance
que les êtres se rassemblent (souvent autour d’un but commun).
Mais il sait aussi que la référence commune
ne suffit pas à définir chaque monde particulier.
Il a donc apprivoisé les forces de la nature pour
le plus grand bien de la communauté.


L’apparition simultanée de forces vigoureuses
 appelle distinction,
répartition,
 organisation.
Il régit donc ce double mouvement :
 d’attirance vers le même et d’affirmation de chacun.

L’humain lorsqu’il se regroupe autour de ce qui est commun,
alors la différence trouve sa place.
Ainsi la concorde ne se résume-t-elle pas
 à la recherche fusionnelle d’harmoniques communes,
et devient dialogue entre différents ?

    " Chaque être est stimulé par ce qui lui ressemble par la forme et la catégorie[…]
Quand l’accordeur de luth frappe la corde gong sur un instrument,
 la même corde sur un autre instrument y répond par résonance ;
et quand il pince la corde jiao sur un instrument,
la même corde sur un autre instrument se met à vibrer.
Tel est le phénomène de l’harmonie mutuelle entre des notes semblables. "
 

A la vue d’une action de suivre en harmonie
tout homme la suivant, la reflète et fait goûter de jolies notes
sans même les avoir lu auparavant, quel exploit.
Les émotions n’en sont que plus fécondes.
Soyons un chef d’orchestre et musicien à la fois en suivant la symphonie.


Mozart a dit : " je mets des notes de musique ensemble et elles s’aiment."
Suivons les !


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements
 actuels ,
 cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées
 apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.


7  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Approche des opposés complémentaires. le: 25 Avril 2019 à 01:52:59
Izazen

très belle réponse à la suite des hexas.

En résumé, ce guide suggère qu’il faut aller son chemin,
parfois énergiquement,
voir les gens et les choses
sous un autre éclairage
et écouter l’avertissement
que donne le réalisme des situations problématiques,
provenant de plus jeune que soi.

Guy H
8  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Approche des opposés complémentaires. le: 24 Avril 2019 à 09:45:01



19 , l’Approche ou avancée positive et 
44, rencontre, résister à la tentation, accueillir ce qui arrive ou
attraction mutuelle.



19 , l’Approche ou gouverner ou avancée positive ou
" Montée de la puissance, moment où une force positive va de l’avant "
comme l’inspiration.

Le trigramme du bas est la Brume ou Lac et celui du haut est la Terre.
C’est la symbolique du rivage. La terre au dessus de l’eau provoque l’image de  surveillance.


Les mots :
Avancée – accueil chaleureux – conditions prospères – influence accrue – optimisme –détente – venue .


Mais aussi :
Abaisser ses regards sur, inspecter.
Daigner venir, honorer de sa visite. Approcher de, arriver, sur le point de, etc.

Autres symboles :
Un personnage aux bras grands ouverts – veille, protège, s’incline vers – trois ustensiles, trois bouches, le peuple.

Le Ricci : montée de la puissance, moment où une force positive va de l’avant.


Composé de six traits, les trois du bas composent le trigramme qui concerne la cause de la situation , ici c’est le lac ou la brume et son côté paisible voire joyeux.

Le trigramme du haut qui concerne l’effet de la situation, ici est la terre, le don de soi ou l’élan réceptif.

Mais l’idéogramme chinois représente un ministre et un prince
qui s’inclinent avec sollicitude sur les voix du peuple
car il y a trois bouches dessinées exprimant la multitude.
Cet hexagramme est le pouvoir de gouverner.
Et pour gouverner nous devons nous approcher du peuple, de ces voix.
En d'autres termes, nous approcher sur ce qui est en devenir.


Approcher c’est se pencher avec bienveillance
sur ce qui s’éveille pour l’aider à grandir.
Une belle définition de l’apprentissage.


C’est un moment de vitalité exubérante et plein de promesses
s’il est accueilli avec sollicitude afin que les énergies neuves
 et fraîches puissent se renforcer par l’échange avec des forces plus expérimentées.

On dit de ces moments d’approche qu’une situation prospère est annoncée,
 mais accompagnée d’une mise en garde concernant les troubles que
 la prospérité ne manque jamais de générer.

 Cette mise en garde est nécessaire car une période d’expansion
ne peut durer éternellement et
que notre tâche consiste à soutenir activement cette situation nouvelle,
avec toute notre énergie et une subtile attention.

Sur 5 traits de l'hexa expliqués on parle de la manière de gouverner :
- en maintenant une ligne de conduite,
- en gouvernant le peuple par les sentiments (deux fois écrit),
- en n’utilisant pas de paroles suaves ni des phrases mielleuses,
- en gouvernant avec intelligence.
Quatre conseils à prendre en considération, à pas comptés !


Le guide proposé à cette " approche" est le H44,
voilà de quoi s’approcher et d’accueillir ce qui vient.
Celui qui ajoute un fait marquant,
 une rencontre
comme une attraction spontanée.


 

44, venir à la rencontre ou attraction des opposés,
être accueillant et résister à la tentation.


Le trigramme Vent en bas est surmonté du trigramme Ciel.
Le vent parcourt l’univers et bouleverse tout ce qu’il rencontre sous le ciel.

Les mots : séduction – tentation – magnétisme – rencontre passionnelle –
 moitié-moitié – mariage – union sexuelle.


Mais aussi :
Rencontre, rencontrer, trouver sur son chemin. Fortuit, bon vertueux.

Autres symboles :
Une femme se penche pour nourrir ceux qui sont au-dessous d’elle
 – une femme impressionnée – rencontre – c’est le souple qui rencontre le ferme.

Le Ricci : rencontre, moment où l’élément faible vient affronter l’élément fort.


 Les deux trigrammes composant cet hexa sont
 l’image du Ciel sous lequel, le Vent souffle.
L’image est un prince à droite, qui se penche et écoute la voix (bouche) de son peuple.
A gauche se trouve dessinée une femme,
c’est la rencontre du prince et de la bergère.

En Chine antique on disait:
" ordre et paix quand les femmes sont à la maison ".
Ici dans l’image, en voici une au dehors de la maison: est-ce une erreur ?
Elle est auprès d’un prince qu’elle essaie d’enjôler
 en s’adaptant aux circonstances et
aux dispositions de l’homme qu’elle veut conquérir et utiliser.

Mais le prince est celui qui dispense ses ordres et
 les proclame aux  quatre orients.
Le ciel est la force qui habite les êtres et les anime sans relâche ;
Le vent est le souffle qui les plie et les contraint à s’établir dans leur forme
Le vent est le messager du ciel.

Il en traduit l’ardeur et freine son élan pour mieux
 le diffuser vers les quatre horizons.
Prodigalité du Ciel, dont le Vent apporte le germe
 que chacun déploiera selon son orient.

En résumé, ce guide suggère qu’il faut aller son chemin,
parfois énergiquement,
voir les gens et les choses
sous un autre éclairage
et écouter l’avertissement
que donne le réalisme des situations problématiques,
provenant de plus jeune que soi.

Les êtres doivent se rencontrer pour fixer des règles,
donner des ordres, recevoir des instructions,
mettre des frontières, nourrir des êtres, et par
ces échanges les amener à  " avancer ".

Nécessaire est cette avancée primordiale vers un nouveau cycle
même si affronter les antagonismes peut effrayer.
Ce qui inspire à comprendre les complémentarités,
un sens universel doit traverser nos regards, la paix !


" Deux oiseaux, dès le lever du soleil,
 viennent sur la terre picorer.
Le soleil s’élève et devient de plus en plus brillant.
Grandeur de l’éclat "
disent les textes.


Que dire de cette association H19 et H44
qu'une harmonie commence par une approche bienveillante.

De plus être accueillant par de la douceur (action du vent)
peut secouer l’entendement humain
et même pénétrer au-delà du pensable.

 Maîtrise et harmonie s'entendent très bien dès lors on mûrit.
Plonger en cet immense harmonie qui bouscule,
c’est entrevoir peu à peu un gage de réussite
 à quiconque veux œuvrer pour l'intérêt général et lever une armée
qui n’est pas dotée d’armes de guerre, de destruction.

Des réactions fortes face à des menaces demandent toutefois à se surpasser,
et peuvent contrarier dans un premier temps comme rechercher le
  " bon moment " la terre, le vent et le ciel sont les trois composantes
déterminantes pour tout humain.

L’apport du vent, un transporteur particulier alimenté par le ciel et sa dynamique
permettent d’appréhender ce qui arrive, la terre son élément principale parachève
la situation par un apaisement, une stabilité, une souplesse.
La vie invite à stimuler,
 à inspirer et à diffuser,
 communiquer par un sourire des lèvres
puis aux paroles de sagesse de naître…
tout contribue à s’approcher du peuple de manière bienveillante.

Une attraction, une rencontre stimule et fait que l’on s’accorde à l’harmonie.
 Ce qui est contenu plus haut par le passage "rencontre du prince et
de la bergère"
est aussi la rencontre du jeune avec un sage.

Chaque jour est un pas nouveau pour voir,
s'adapter en regardant,
contempler
 autrement qu’hier puis de grandir.
On devient réceptif, et la discipline fécondant le présent harmonieux.

Ces H19 et H44 sont porteurs de réflexions judicieuses, des leçons par la connaissance des changements.
Et si une entente entre Yin et Yang se réalise
l’harmonie est au rendez-vous,
c’est dans un but mûrir en restant en harmonie coûte que coûte,
 en toute rencontre.
Il convient d’accueillir ce qui survient sans se laisser déstabiliser
 les secousses bénéfiques (du printemps comme les giboulées de saison)
qui nous arrivent parfois de l’extérieur,
invitent à utiliser des énergies essentiellement Yin.

C’est une belle occasion de se ressourcer encore et encore
par les échanges fortuits de la vie.
Cette association suscite des réflexions sur le "soudain" et à l’aide d’une perception intuitive,
cet autre regard
on vibre alors à l’écho de ce flux vital appelé Harmonie.
Plonger en cet immense entraînement journalier fait entrevoir
peu à peu un gage de n'être pas dépourvu à ce qui survient.

Telle permanence dans le comportement a souvent été exprimée
 par la sagesse orientale et parfois par une discipline proche de l’ascétisme.

Symbolisme des trigrammes.
H19,  le trigramme Brume (du lac) en bas est surmonté du trigramme Terre,
H44,  le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Ciel.

Un peu d’eau qui s’évapore, la terre au dessus représente la multitude,
est-ce par une approche pour accueillir de manière douce comme un vent venant du ciel ?

Suivre les mouvements yin-yang produits par la constance des changements
 et faire corps avec cette constance permet de découvrir de la nature d’une brume et le côté docile, yin de la terre, la lumière.

L'émotion.

La réussite à cette approche réside dans la conscience de l’harmonie à faire paraître. 

Tant que les sentiments rendent dépendants
de choses incorrectes, il est impossible de voir la clarté d'une émotion.
L’action du vent avec une dynamique appropriée permet de se doter d’un regard changé.

 Nous ne pouvons voir la clarté d'une émotion qu’en
se détachant des dépendances incorrectes et
de s’attacher qu’à ce qui est le plus élevé en soi,
et de se sentir être "au bon moment comme au bon endroit."

Cette association H19 et H44
invite à s’approcher d’un potentiel sans fin et de s’y attacher.
Les émotions se transforment,
 il n’est plus question de " partir " au quart de tour.
Les émotions se transforment juste de quoi mûrir
l’harmonie puis de s’en prémunir.


 


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels (quoique un seul rapprochement est distinct, celui d'un discours attendu)
 cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées
 apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.]


9  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Tout épuisement pris à bras le corps. le: 06 Avril 2019 à 23:28:40
Izazen

Voici une photo du plus bel effet
pour imager ce H47.

Il y a à ajouter aussi un court texte de
Dominique Bonpaix (en son ouvrage "Le Yi Jing pour les nuls")
exposant cet épuisement:

"C'est un moment de vérité, une situation difficile d'accablement qui contraint à un face à face avec soi-même.
 Il faut savoir que ce moment d'épreuve est loin d'être stérile et recèle au contraire un formidable potentiel de maturation et d'évolution.
Ne pouvant compter que sur soi, il est impératif de trouver courage et détermination pour sortir de cette situation et rétablir la communication.
Il faut rester dans cette dynamique, même devant l'incompréhension ou le manque de confiance en soi."


Cette source méditative, présente en chacun de soi,
reste pourtant cachée au plus grand nombre
mais surement pas au koala.


Guy H
10  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Tout épuisement pris à bras le corps. le: 06 Avril 2019 à 00:49:18


47, L’épuisement, accablement, oppressé, épuisé et
 21, mordre et unir, intervenir énergiquement.



47, accablement, épuisement, oppression, éreintement, épreuve. KUN.

Le trigramme Eau est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
C'est un excès de la satisfaction et du péril,
réunis ils décrivent le bonheur mis en péril.

Les mots : restriction – épuisement – dépression – diminution des ressources – sentiment d’isolement – punition – confinement.

Mais aussi :
Entourer, encercler. Pauvre, à bout de ressources. Pauvreté, détresse. Difficile. Se tracasser. Souci, anxiété. Fatigue, épuisement. Avoir sommeil.

Autres symboles :
Un arbre aux racines visibles se trouve limité dans son expansion – être encerclé – un arbre en prison – fatigue – incompréhension – toucher le fond – deux arbres en prison se trouvent par hasard nez à nez.

Le Ricci définit le 47 comme suit :
Oppression, moment où face à l’adversité,
la persévérance dans l’effort permet de conduire au succès.


L’image : un arbre, image de la force, de la puissance, de la grandeur, de la croissance est emprisonné, c’est la détresse.
Une sentence est tout de même adressée en terme d’espoir…
dans les difficultés, l’homme fort reste serein.

Sylvie Verbois parle de
" campement dans les bois, c’est aussi s’aguerrir,
s’affermir, ne pas être agité ni désœuvré.
Un homme dort sous un arbre : repos forcé.

Ne plus bouger : avancer mènerai à l’infortune.
Supporter l’entrave c’est convenir de ne pas se débattre,
 on se blesserait inutilement.
Il convient aussi de ne pas être indécis
 mais ferme en s’appuyant sur sa force intérieure.

Résoudre le problème en agissant et non en bavardant :
 rompre afin d’éviter de plus grands blocages …
c’est aussi ne pas se laisser briser mais demeurer silencieux.
On dit que le lac étouffe l’eau courante c’est l’épreuve pour le changement.
Ce qui ne parvient pas à s’exprimer.

Mais piégé dans les hautes herbes,
c’est aussi  restaurer ses forces puis songer
 à faire une sortie en force."


Autre coup de projecteur sur ce 47 : l’éreintement,
le ferme est encerclé, danger et joie… prospérité car faste pour le Grand Homme,
hors d’atteinte. Des paroles sont énoncées mais demeurent incomprises.

Autre aspect de cet hexagramme.
Pour les religions révélées comme pour les grandes traditions de sagesse,
les difficultés devaient être accueillies comme des cadeaux du Ciel,
 car elles nous permettent de nous révéler à nous-mêmes
en nous obligeant à puiser à la source même de notre être.


Cette source, présente en chacun de soi,
reste pourtant cachée au plus grand nombre.
La capacité à faire face aux pires dangers est
 le propre de " l’honnête homme " tel que l’entendait Confucius.


"  Bien sûr que l’honnête homme  peut tomber dans la détresse.
Dans la détresse, seul l’homme vulgaire se laisse démonter."


Cette façon de voir les choses paraît bien discutable à
celui qui se trouve au cœur de la tourmente et
a d’autres soucis que de savoir s’il est un honnête homme
ou un homme vulgaire.

Mais tous ceux qui ont su traverser de terribles épreuves
sans se laisser détruire, pourront vous le confirmer :
on ne sort pas indemne des grandes crises de la vie
– elles laissent toujours des cicatrices –
mais considérablement enrichi et
 mieux armé pour le reste de l’existence.

Comme la plupart du temps la souffrance provient d’expériences imprévues pour lesquelles nous ne sommes pas armés…
 si l’on est préparé on peut les prévenir.

Cette situation du  47 très utile recommande
de rester serein en dépit  de tous les dangers,
 et la fermeté est plus forte que le destin.

Il n’est pas simple de renverser une situation à vivre.
Le 21, ne cède pas à la " prison " du moment,
 à tout accablement il en prépare un sursaut.

En cuisine se prépare un met des plus subtils de promesses… l’harmonie:
mordre et unir à la fois.H21.



21, Mordre au travers et unir, intervenir énergiquement.

Le trigramme Foudre ou Tonnerre est surmonté du trigramme Feu.
Il y a en cet hexagramme 21 un redoublement d’énergie, en haut clarté en bas ébranlement.
Les choses de ce monde ne peuvent suivre librement leur cours,
car il existe des causes de désunion.
Il faut éliminer l’obstacle pour établir la libre communication.

Les mots : accomplissement d’actions décisives – rétablissement de l’ordre – usage sensé de la force – justice – dévouement tenace à la tâche.

Mais aussi :
Shi : Mordre, mâcher, manger. Atteindre, arriver à.
He : Unir, ensemble, fermer. Boire.

Autres symboles :
La bouche d’un chaman, celui qui utilise un texte écrit sur bambou, réunit ce qui était séparé – mâcher – trancher – la bouche se referme aussi aisément que le couvercle s’emboîte sur le récipient – les chamans mènent l’enquête – manger.

Le Ricci définit ainsi le 21 : intervention active, moment où l’emploi des mesures vigoureuses rétablit l’harmonie entre le haut et le bas.


SHI HE.
SHI est la parole (une bouche à gauche dans l’image) du devin à son consultant :
à sa droite, les deux hommes sont entre ciel et terre,
et la barrière de la science les sépare,
car l’un sait et l’autre ne sait pas.

HE , est unir, ensemble, former, boire.
En haut de ces hommes, deux tiges d’achillée,
l’herbe aux devins (les baguettes utilisés pour les tirages).

En ce 21, mordre à travers et unir (au cœur de l’hexa il y a le 39, l’obstacle)
 un obstacle  et c’est celui-ci qui doit être " mordu ",
 pour pouvoir passer au travers et ensuite rétablir
 une harmonie ! Et l’excès confirme toujours d’agir vite.

Parmi tous les conseils de l'image du 21,
il faut entendre par :
" il se mijote quelque chose."
La nourriture fluidique, captée par les baguettes d’achillée du Yi king,
et donnée par la bouche des devins qui pratiquent,
 est la même que celle reçue par la bouche sous l’aspect
de la nourriture terrestre mijotée dans une marmite ;
les deux semblent différents et pourtant si l’on coupe
avec les dents les aliments de la terre, on en extrait l’énergie,
le prana, le Thin, et lui seul nourrit.

A cette image en supprimant l’apparence, on soulève le voile
et on trouve l’Essence Unique.
Etre prévoyant , au lieu de " chercher les nourritures terrestres ",
 pense le Yi King,

"mieux vaudrait assimiler les nourritures célestes".

retrouver son prana….et celui des autres ensuite…
par et en un chemin facile, celui de son corps physiologique.
Une alchimie s’y prépare encore faut-il rendre harmonieux toute progression.
Le succès est au bout du chemin mais encore faut-il trancher.

Une réaction énergique est contenue dans l’hexa 21
qui demande à se surpasser et
ce "
  mordre au travers " contribue à tout développement de l’harmonie produisant un changement heureux.

 On approche de l'essentiel par l’observation et les conditions de réunir,
 de rétablir de l’harmonie, s’imposent.
A l’œil de le (les) cerner (discerner) et être soumis aux convenances du moment.
Puis avoir le geste utile, il en ressort des transformations qui secouent
l’entendement humain.
Cela invite à modifier la manière de percevoir,
 ressentir intérieurement afin
de s’adapter à toutes les situations.

Ce qui donne comme perspective :
d’avoir un impact approprié par le long terme
 et s’accorder avec harmonie aux saisons.
Se doter de patience dans tout échange autour de soi.
Échanges de paroles, d'actions, d'expériences
comme si l’eau coulait alors qu’elle avait été gelée.
Suivre le dégel et l’écoulement ne demande pas un trop gros effort
mais d'attendre la saison.

C’est être prévoyant , et au lieu de chercher les nourritures terrestres ,
 pense le Yi King,  mieux vaut assimiler les nourritures célestes.
Un rythme juste est développé  par
une attente soutenue et comme en un  " déclic " :
la réaction énergique est de s’en tenir au simple.
D’où l’expression être au
" bon moment et au bon endroit ".

47 et 21 demande à observer le visible et l'invisible.
Rassembler ses forces et porter sa vision sur l’harmonie qui doit s’exprimer et
d’avoir l’assurance en soi pour appliquer l’ordre et parfois par la loi.
Le symbolisme des trigrammes.
H47 : le trigramme Eau en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).
H21 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Feu.

L’eau est de l’insondable et renferme des inquiétudes pour certains des angoisses et la brume, diffuse de l’eau en mesure. Malgré des dispositions qui empêchent une communication, la parole est tout de même énergique, un dynamisme ambiant fait « feu de tout bois ».

C’est dans une approche réfléchie que l’on puise de l’harmonie
et la partager c’est bonheur… alors
inopinément on se trouve
" bon moment et au bon endroit " pour " mordre ".
Ce qui donne comme perspective :
de s’accorder avec harmonie aux saisons.
Se doter de patience dans tout échange autour de soi.
Échanges de paroles, d'actions, d'expériences
comme si l’eau coulait alors qu’elle avait été gelée.
Cela ne demande pas un trop gros effort
que celui de patienter la saison à venir.

Puiser en toute source bienfaitrice fait naître l’émergence de l’harmonie
et ensuite de décréter efficacement.
On parvient ainsi à appréhender les forces de la nature en osmose.
Un bouillonnement est manifeste
au cœur de la réceptivité qui
elle est dotée d’un grand pouvoir en celui
qu’elle rejoint, le Ciel.
Cela s’appelle le Yin d'élévation du regard
il est donc aisé d’en appliquer sa loi .


 Quand arrive  ce moment de mordre le cycle de l’accablement
 prend fin jusqu’à s’effacer.

Connaître les transformations auxquelles chacun fait face chaque jour,
c’est prévoir mais lorsque la puissance céleste s’en "mêle"
alors nous sommes parfois décontenancés.
Secouer sa torpeur,
épurer son regard,
rectifier sa posture,
c’est comme si notre esprit avait mué…
alors qu’il était oppressé.
En fait c’est une transformation à vivre, une de plus,
un changement par la décision énergique est décrété.

 

Guy H


[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels ceci est totalement fortuit puisque les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.]
11  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Des évolutions accomplies. le: 14 Mars 2019 à 23:14:16
C'est tout à fait cela….: " cacher sa lumière !"
 et de plus ne pas montrer son visage harmonieux !


Guy H
12  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Des évolutions accomplies. le: 14 Mars 2019 à 14:05:20


  36, l’obscurcissement ou assombrissement de la lumière et
63, où tout est à sa place.


Attachez vos ceintures et respirez à fond, ça va méditer.


   

36, l’obscurcissement de la lumière.

Obscurcissement, assombrissement, voilement de la lumière et pourquoi pas vivre caché !

Le trigramme Feu est en dessous du trigramme Terre.
Le feu est caché, cela convie à la prudence et donne
l’avantage de la connaissance du danger.

 Les mots : adoption d’un profil bas – difficultés – regard tourné vers l’intérieur – prudence et modération – atténuation du caractère brillant.

Mais aussi :
Briller, éclairer, lumière, clarté, brillant, lumineux. Lucide, intelligent. Distinguer clairement. Manifeste, évident.

Autres symboles :
La clarté de la lune à travers la fenêtre – éclairage lunaire – lumière – lucidité – camouflage – intelligent – un arc de grande taille – blesser – un potentiel caché – un oiseau blessé – gestation – châtiment, retranchement

Le Ricci : expansion progressive, moment où ce qui est lumineux se répand sur l’obscur.


Si le H35 est  avancer au grand jour",
le suivant en est son contraire.

Ne pas se mettre en lumière ou la voiler.
Trois éléments sont concentrés en ce H36.
Une fenêtre, la lune et un barbare et son arc.
La lune réfléchit la lumière du Soleil qui a disparu.
C'est la nuit. La clarté est faible et troublante.

Ce barbare est en contact avec les forces de la nature:
 il connaît cette clarté qui est celle de son royaume.
Elle lui est propice.
Ce Prince des Ténèbres guette le moment
où la clarté faiblissant disparaîtra:
il règnera alors en Maître.

Cet idéogramme est le dernier des huit du trigramme Li,
le feu répété (ou hexa 30).
La lumière fulgurante du H30
est descendue des plans subtils aux plus denses:
 sa clarté diminue d'intensité par la réflexion de plan en plan.


En ce H36, la lumière s'enfonce dans les Ténèbres
semble être en lutte:
 c'est un jeu de l'illusion car les ténèbres sont la Lumière.

La lumière n’a pas d’ombre.
Et pourquoi cela ? La lumière a besoin d'une source d'énergie
 ......renouvelable, un processus constant.
 La lumière s'attache à cette Source, repose sur Elle... ...
 conditionnée par Elle et ne peut être séparée de la Source pour briller.

Le soir le soleil semble se noyer dans la mer
 ou s’enfoncer dans la terre comme d’être blessé
et sur le point de mourir.
En fait, il se cache, et c’est l’obscurité qui règne,
 jusqu’au retour de la lumière qui finira
toujours par triompher des ténèbres.

C’est ainsi qu’il convient d’agir comme
 parfois est associé cet hexagramme avec la carte 9,
du Tarot, l’Ermite qui n’éclaire de sa lumière
que devant lui et la cache au poursuivant
mais de plus il sonde de son bâton les forces de la terre, le Yin.
Ce Yin qui contient tout ce qui germe, féconde.

Karol Anthony donne un autre éclairage de ce H36.
" L’assombrissement peut désigner une personne qui tente de résoudre un problème à l’aide du Yi Jing et qui perd espoir d’y parvenir un jour,
 suspectant même des forces invisibles d’être contre elle et d’envisager d’abandonner son chemin.
Sa lumière intérieure est menacée car elle regarde la situation du point de vue de l’ego, comme si elle portait des lunettes noires et que tout était estampillé
« pas mieux » ou « pire ».

De là, l’assombrissement peut désigner une situation extérieure dans laquelle
 il serait dangereux ou malavisé d’exposer la clarté de sa vision,
 ou de dire la vérité. "


Revenons au symbolisme des trigrammes.
La terre est sombre : elle confond les êtres
 dans sa pénombre et les confine dans le froid de l’hiver.
Elle n’aime guère l’éclat qui illumine
d’un dessin trop vif, trop lucide, trop tranchant.
De plus la lumière est difficile d’accès à celui qui porte des lunettes noires.

Ce qui met l’Homme de bien à savoir calquer
son attitude sur les circonstances,
 on dit qu’il gouverne le vulgaire en se servant
 de l’obscurité pour l’éclairer.
Paradoxal dirions-nous ?

A l’ombre imposée il est donc répondu une ombre choisie.
Un voilement volontaire.

" Ô quand tu nous tiens, tu apportes souplesse et don de soi. "
"Sache le bien, le monde hait ce qui est pur.
L’homme à l’esprit noble cache son éclat ".

Li  Po.

Comment donc cet hexa  "  évènementiel ",
ce voilement volontaire peut-il être canalisé par un guide ?

Qu’un guide parvienne à apporter de sa lumière,
 il aura tout pour " le faire "…
car il adopte ce qui doit être accompli.
H63 intervient à sa manière, accomplir parfaitement,
c’est calquer toutes actions sur le cours du ciel,
et cet accord avec le temps permet
à chacun d’épanouir sa nature propre.

C’est ce que nous pouvons rapprocher de la phrase un peu ésotérique :
Vivre le
ici et maintenant .


63, déjà traversé, ou après l’accomplissement, après l’achèvement,
 ordre parfait où tout est à sa place et accompli.


Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Eau.
L’Eau et le Feu s’unissent, ils joignent leurs effets,
L’ordre est établi.

Les mots : réalisation finale – victoire crescendo – travail bien fait –perfection – performance optimale – prudence.

Mais aussi :
(Marque du passé, de l’accompli) déjà fini, achevé, écoulé, cela étant, ensuite.

Autres symboles :
Le riz est déjà consommé – la rivière est déjà traversée – les épis sont ordonnés – l’ordre – fin de l’aventure, début des déboires – pacifié.

Le Ricci : terme de l’accomplissement, moment où tout est achevé mais où l’inaction peut entraîner un retour du désordre.


Cet hexa est l’avant dernier du livre mais c’est celui qui arrive à la suite d’un long parcours,
 celui de la réalisation d’une union symbolique difficile à admettre
 celle du feu (trigramme du bas) et de l'eau (trigramme du haut).

Comme tout long chemin identique à la quête du Bateleur (carte 1)
dans le tarot et qui aboutit au Mat, l’arcane sans nom (accompli lui aussi);
on l’a aussi défini de Fou mais il porte bizarrement son baluchon de sa main droite mais sur l’épaule gauche. De plus son visage porte un masque. Il masque l’éclat de son éveil qui peut effrayer car lumineux ou luminescent.

On parle aussi en cet H63, " d’étape finale de l’accomplissement, par transformation,
D’une tâche qui est en accord avec l’harmonie cosmique. "
Karol Anthony.

Il y a aussi l’idée de repas avalé, d’achèvement montrant un guide arrivé par les difficultés diverses (des méditations) de sa vie à se dire accompli.
Mais cet état d’être accompli par les épreuves n’est peut-être que provisoire comme s’il était nécessaire de redonner un second " tour " de roue à la roue de la vie et de passer encore au H64.Un renouveau à vivre.

Et qui de plus " accompli " peut donner une belle image de ce 63…
que Lao tseu :
" Ce qui est en repos est facile à tenir
ce qui n’a point éclos est facile à prévenir […]
Sois attentif au terme comme au germe
jamais tu ne connaîtras l’échec. "


J’ajoute et de connaître le succès, le mot bonheur apparaît au 5èm trait de l’hexagramme.
Cette puissance d’action qui contribue au succès
 doit raisonnablement être utilisée,
et à la connaissance de cet accomplissement qui œuvre,
on ne peut que s’en éblouir en restant anonyme.

Combien de guides " accomplis " autour de soi conseillent…
en ce moment apportant un petit plus
 face à toute la force de paix capable d’être déployée ce jour ?
Bonne question, ne perturbons pas alors cet équilibre atteint
en un moment idéal et un endroit parfait!
Le 6èm trait apporte un avertissement, un conseil :

" Il s’agit de regarder la réalité en face : le bon ordre établi ne peut que se défaire.
Refuser le passage à une situation nouvelle serait perdre la tête et tout simplement dangereux."

D.Bonpaix en sa version, « le Yi Jing pour les nuls. »
En résumé il y a nécessité d’appréhender les choses dans une vue à plus long terme et chercher à se rallier à un objectif commun.


Que dire de ces H36 et H63 ?
Chiffres inversés.
Le symbolisme .
H36 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Terre
H63 : le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Eau.

Feu par deux fois se trouve en trigramme du bas, il naît.
Pour être couvé à ses débuts de vie (il ne s'enflamme pas encore) car un périple plus audacieux s’annonce celui de fusionner avec son élément complémentaire l’eau. Une alchimie a accomplir qui se prépare, se projette
sur le long terme pour goûter ensuite à l’harmonie.

Un déclic se produit par un guide disciplinant car engagé en une action énergique,
rétablir de l’harmonie, cela demande quelle soit bien préparée en amont par des préparatifs, secrets, cachés, souvent la méditation le permet.

Associés, ces deux hexagrammes permettent de
tenir sa place en toute confiance à l’aube d’une ère nouvelle
même contre vent et tempête,
 pourquoi en serait-il autrement ?

Combien de guides " accomplis " veillent
pour apporter un petit plus à l’entendement humain
face à toute la force capable d’être déployée pour réussir un retour à soi ?
Ensuite de saluer cet accomplissement réussi.


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels en France, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.]
13  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Alliance en pleine lumière, en famille. le: 28 Février 2019 à 01:34:46
Izazen...merci

toujours aussi parfaite la réplique à l'association des hexas du jour.
Comme cela "colle" bien au texte.

Et l'image attendrissante, certes apporte un autre texte aussi beau, est de la poésie des yeux en quelque sorte.
Et j'adore sur le côté le petit "rouge gorge" !

Guy H
14  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Alliance en pleine lumière, en famille. le: 27 Février 2019 à 13:28:20


8, l’union ou alliance, civilisation
 30, la saisie ou filet d’oiseleur et 37, la famille, le clan.


 

8, la solidarité, l’union, l’alliance.
Trois hexas à lire.

Cet hexa 8 signifie le rapprochement ou aide.

Le trigramme Terre est surmonté du trigramme Eau.
Cela signifie que la condition humaine oblige les hommes
à s entraider mutuellement...et c’est à cette seule condition
 que nous pouvons jouir de la paix.

Les mots : union – coopération – solidarité – appartenance – travail d’équipe – participation – choix.

Mais aussi :
Voisinage, voisin. Conforme, égal. L’un après l’autre. Concourir, égaler.
Anciennement : alliance mutuelle de cinq familles.

Autres symboles :
S’allier – s’associer – deux personnes qui se suivent – le voisinage – joie.

Le Ricci : Coordination, moment où les énergies se rassemblent
autour de la force centrale, où tous s’unissent autour du chef.


PI.
Image de deux hommes se suivant.
 En fait ils agissent dans le même sens,
cela évoque l’idée de " concorde ".

La solidarité est bonne et présage d’heureux développements,
à condition que l’entente soit parfaite.
On rencontre également les mots comme
se joindre à un autre, coopérer, conspirer,
examiner, juger, comparer, proportionner, assortir, faire la paire.
Dans un très ancien sens oraculaire il y a cette double idée.


  " Un homme cherche à se joindre à un autre,
 d’où découle le double sens de coopérer et de conspirer.
 Il y a coopération s’il y a sincérité et confiance réciproque ;
 il y a conspiration si les hommes sont indignes,
une personne du groupe pouvant "se retourner " et dévier de son engagement. "

( Sylvie Verbois)
C’est en ce sens que seul cet hexagramme 8 a une particularité
 connue par tous ceux qui ont tirés ce  PI,
 celle de réinterroger l’oracle une nouvelle fois.
Un doute est émis autant avoir une certitude et le doute de s’effacer.

Car chercher à s’associer pour réaliser une grande œuvre est louable,
 mais savoir avec qui s’allier,
 se regrouper est lourd de conséquence
 si au " fil du temps " la confiance n’est plus.

Un autre hexagramme est nécessaire de connaître pour appréhender cette confiance
car d’autres questions aussi fondamentales viennent.

Commencement et fin de la situation d’alliance ?
Accord durable ou pas ?
Harmonie durable ou pas ?


Sachant qu’au Cœur du 8, il y a le H23 et
un risque d’effondrement ou d’usure, voici les raisons essentielles
 pour lesquelles le besoin d’aide solidaire se fait sentir.
Le besoin de tirer une seconde fois est nécessaire.
Nous aurons donc deux guides pour réfléchir et le second pour révéler s’il y a sublimation.

 Deux guides pour donner une pleine expression d’un partage pour venir en aide,
approchons nous du premier : H 30, avec une citation propice :
"Il répond aux changements et se plie au mouvement du temps,
agissant au bon moment et s’ajustant à la situation.
A travers mille mouvements et dix mille changements, son dao reste un. "


Un premier guide de feu, brillant, éclatant va illuminer pour ce "dessein" universel :
établir l’harmonie avec soi-même,
 avec ses compagnons et avec la Nature, la plus belle des alliances.



30, le feu ce qui s’attache ou saisie ou l’éclat ou filet d’oiseleur.

Les mots : feu – illumination – inspiration – dévotion - passion dévorante – régénération – spiritualité – vertu – éveil –

Mais aussi :
Quitter, se séparer, s’éloigner, s’écarter (de la norme).
Deux ensemble. Rencontrer par hasard. Appartenir à, adhérer à.

Autres symboles :
L’arrière-train d’un bovidé, sa tête surmontée de corne et un oiseau – un buffle d’eau et son petit héron, image de ce qui est lié – pique-bœuf – hésitation entre partir et rester – un filet – un réseau – fascination – lumière – vers le haut.

Le Ricci : splendeur, moment, où, des profondeurs,
surgit l’éclat multiple de la beauté.


Pour qu’un nouvel élan (afin de réaliser une alliance)
 soit plaisant et librement consenti,
 il faut faire face à son éclat, comme le rayon de lumière qui éclaire subitement la situation.
La lumière dit-on resplendit deux fois.
Une première fois dans le cœur du sage,
 dont c’est toute la noblesse que de se prêter à cette gloire.

Une seconde fois lorsqu’il la transmet au-dehors,
 pour mieux l’enraciner dans le concret de la terre.

Répétition, qui n’est qu’imitation de la lumière elle-même.
Majesté de qui rayonne à partir d’un autre lieu que lui-même.


"  Tu t’exerçais à être aveugle pour mieux saluer cette clarté
que seule l’obscurité possède : celle qui est hors de vue
et qui enveloppe le secret. Non pas un secret dissimulé
mais l’évident, le manifeste secret de l’ être, de la vie, la mort. "

Jean-Luc Nancy dans Hommage à Jacques Derrida.

Une belle image est donné par ce H30, le feu, la flamme,
laquelle dépend de ce sur quoi elle brûle et
de plus si elle n'est plus alimentée, elle s’éteint.

La flamme, de par sa dépendance et sa docilité, émet de la lumière.
L’image laisse entendre que la clarté s’obtient grâce à la dépendance vis-à-vis de quelque chose de plus élevé que soi-même et grâce à la docilité.

Tant que nos sentiments nous rendent dépendants de choses incorrectes,
 nous ne pouvons pas voir avec clarté.
En nous détachant des dépendances incorrectes et
en nous attachant à ce qui est plus élevé que nous-mêmes,
 nous atteignons la clarté.

Ce premier guide manifeste un éclairage pour solidifier toute alliance ou union…comme
un premier avertissement qui menace quiconque cherche à s'élever sans s'assurer des bases concrètes de telles ou telles actions...
 et aussitôt un autre avertissement...
se remettre brutalement  les pieds sur terre...
bien évidemment au prix d'errements bien nécessaires comme de vouloir s'envoler.

Voyons le second guide en final.
Trop top : un guide qui émet l'idée d’organiser un clan, une famille.

Le H8 résonne mieux avec ces deux guides,
alors que le premier parle d’attraction, de lumière,
jusqu’à l’éblouissement,
 le second annonce qu’il y a toujours des tiraillements (en tout clan, famille) mais
Ô combien à la fois yin et ce yang sont
 dans l’instant présent, des changements harmonieux.
H37, la famille ou clan!



Le trigramme Feu surmonte le trigramme Vent.
Un feu est attisé par le vent, d’où l’idée symbolique
que l’intérieur rejaillit sur l’extérieur.

Les mots : hérédité – liens du sang – âmes sœurs – ancêtres – vie de famille – communauté – relations intimes – famille du même genre.

Mais aussi :
Maison, demeure, logis, foyer. Habiter. Famille, parenté, clan.
Maison de commerce, école de pensée ou artistique
Maître. Personnes, gens.

Autres symboles :
Un cochon sous le toit et des êtres humains – la maison – la demeure – réunion des êtres humains autour de l’offrande rituelle d’un cochon – une école – une famille – une structure – intérieur.

Le Ricci : clan familial, moment où chacun se tenant à sa place,
l’harmonie règne et l’univers est en paix.


Deux mots représentent l’idéogramme de la famille.
 Porc dans une maison et l’homme.
Deux images seulement :
 on nous montre une maison avec des porcs à l’intérieur
 car ils entraient librement dans la maison chinoise,
y assurant la voirie ( par des passages incessants) et le mot homme.
Ces deux images désignent " les personnes d’une même famille ".

Quel est la signification de ce H37, le clan ou la famille ?
Les textes chinois mentionnent que c’est
par une organisation structurée (la famille) que nous perdurons…


  " La voie se réalise à mesure que nous y cheminons ;
 les choses deviennent ce qu’elles sont à mesure que nous les disons telles."


Tout tourne autour de la parole.
La parole dite et celle à conserver en son for intérieur donc
celle aussi qui ne sera pas dite.
Le clan, donne de la solidité à la parole,
qui par sa vérité devient pouvoir d’agir sur le réel
 et par son insistance prend pouvoir sur le temps :
à paroles vraies, action durable.

L’hexagramme famille ou clan se place sous le signe de réunion
entre membres d’une même famille ou de plusieurs. 
C’est la fête commune puisque la famille désigne
 l’appartenance à un groupe dont les origines sont communes.
Cela peut concerner tous ceux qui en sont issus.

C’est pourquoi on peut parler de clan,
 ce qui inclut tous ceux dont les intérêts et
 les activités sont étroitement liés.
On dit encore le clan ou les gens du clan.
Ce H 37 conseille de reconsidérer le lien (les liens) avec le groupe
ou l’école à laquelle on appartient,
 ou à trouver  la capacité d’organiser l’ensemble
des forces en présence
autour  d’un point de référence.

Se tourner  vers ce pôle à la fois caché et ouvert
permet de replacer les problèmes du moment
dans un cadre temporel plus vaste.

On trouve dans toutes les cultures,
une multitude de prédictions affirmant que le début du XXIème siècle
sera l’aube d’une ère nouvelle.
Ce moment crucial arrive comme chaque année depuis des millénaires.

Franchir le seuil de la nouveauté implique de laisser
derrière soi les peurs,( soucis, obstacles)
 profondément ancrées,
vis-à-vis des autres et de la nature en général.
Le meilleur endroit pour commencer est son propre foyer,
 avec les relations familiales (à rénover, découvrir ?).
En commençant simplement là où l'on est,
on peut réellement procéder à un changement positif,
en éliminant en soi toute tendance instigatrice de division ,
 de prise de contrôle ou de manipulation des autres.


Il est grand temps de cesser de croire qu’en créant douleur et
discorde la vie va s’améliorer et de se sentir en sécurité.
Le changement commence par soi, maintenant… par la parole
avec un guide assez singulier: les gens du clan

De cette association particulière où union, émotions, oppression font partie du lot quotidien des événements, il émane de la famille une vision qui favorise toute entente
jusqu’à mettre en chantier un projet social partagé.

Comment faire pour projeter une alliance, une union durable,
se centrer (en un homme de bien) si l'on ne se rassemble pas en soi.
Déjà en s’arrachant à toute précipitation même si la dynamique est là !

Tout comme l’humidité des nuages retient le feu de l’éclair,
L’homme de bien prend le temps de réfléchir pour que jaillisse
 un vrai projet
alors qu’il a une ferveur à en " découdre " !


Il distingue l’important du secondaire,
 l’essentiel de l’accessoire,
 le structurel de l’évènementiel.
Il organise son départ, établit son orientation,
 prépare son arroi.
En dressant le cadre,
il canalise les énergies qui bouillonnent
 pour en tisser la trame de nouvelles aventures.
Il transforme ainsi un imbroglio en mise en route sereine.
Seule une belle manière de se comporter est imagée par l'action du végétal.
Etre au diapason avec la flore, et la faune
 pourquoi pas pour agir comme de poser un premiers pas grandiose !


Les trigrammes respectifs éclairent ce passage.

H8   :  le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Eau.
H30 :  le trigramme Feu en bas comme en haut et est dit redoublé.
H37 :  le trigramme Feu en bas est surmonté du trigramme Vent.

A la vue d’une communauté d’hommes préparant une alliance
(Terre et Eau sont les fondamentaux de la vie)……
et d’émettre de l’harmonie…
 une concorde s'établit pour décider le plus lucidement,
 c'est devenir lumineux et prospère.
Seuls les mots mesurés qui résonnent doivent nous faire avancer quant aux autres,
 les laisser en suspend pour qu’ils " travaillent " bien plus tard.

Avancer par une autodiscipline mène à se doter d’un nécessaire harmonieux
pour remplir sa hotte.
Démontrer qu’au grand jour un ordre s’établit dans la mesure
alors tout partage même difficile s’en trouve harmonieux
et de vider un "sac à dos" c’est un partage assuré dans la joie.

Il est bon de canaliser les énergies qui bouillonnent
pour en tisser la trame de nouvelles unions.
En fait en tout travail en amont sur un projet d’alliance,
d’union, d’accord,
il est bon de commencer à bâtir pour sa durabilité,
déjà par une famille, d’assurer les fondations puis
passer à des actions convenues en un projet d’union,
cette fois ci avec une étendue plus large,
 un regroupement de gens.
La multitude à satisfaire socialement.


 
Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels en France, cela est complètement fortuit car les baguettes utilisées apportent
chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.]


15  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Suivre des signes spontanés. le: 23 Février 2019 à 19:03:31
Magique, merveilleuse approche de ces hexas par ces nuages……..
 comme le trigramme Brume qui diffuse, disperse le mouvement en l’adoptant.

"Ce qui est départi à chacun, quel que soit son énormité ou sa ténuité,
correspond dans chaque cas exactement à la raison d’être de sa destinée
 sans qu’il y ait jamais d’erreur."

Guy H


16  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Suivre des signes spontanés. le: 23 Février 2019 à 11:11:08


25, l’innocence ou agir dans la spontanéité et
17, suivre ou la suite.


Je mentionne pour cette association:
que le H25 est totalement lié à de l’imprévu, d’inattendu, du spontané
et comme le H17 parle de suivre...
voici de quoi laisser passer cet imprévu, le laisser s’exprimer.



25, l’innocence, l’intuition connectée ou le spontané.

Le trigramme Foudre est surmonté du trigramme Ciel.
Le tonnerre ou foudre exprime le mouvement (parfois fort)
or le mouvement obéissant au Ciel est dans l’ordre du monde,
tandis que le mouvement ou l’acte né du désir humain
engendre le plus souvent le désordre et la peine.
Ce H25 est celui de l’extrême sincérité…ou
Wou Wang.

Les mots : nature confiante – originalité – spontanéité – franchise – simplicité – inattendu.

Mais aussi :
WU :Non, ne…pas. Négation.
Wang : vain, téméraire, mensonger. A tort, à la légère, sans fondement. Désordonné. Insensé, déraisonnable.

Autres symboles :
Ne pas laisser la femme disparaître - ne pas se couper du réel par la culture de certitudes erronées – fantasmes – attitude libre de préjugés favorisant attention et intuition – ne rien attendre – inattendu.
 
Le Ricci : Non errance, moment où la fidélité des êtres leur permet de procéder avec assurance.


Wou, est imagé par un homme faisant des efforts pour dépasser
 une ligne horizontale au dessus de lui,
univers impénétrable par l’homme
c’est le domaine du non manifesté,
 domaine qui est impénétrable, dit : en dehors de l’univers sensible.

Donc le mot ainsi dégagé est  " impossibilité ".
Wang montre en haut un homme qui se cache dans un coin, avec une femme en bas, d’où
l’idée de " une mauvaise conduite ".

Les deux images réunies donnent : " l’impossibilité de se mal conduire "
ou " l’honnêteté morale."
En fait cette situation (l’hexa 25) est la seule qui soit nommée par une négation,
comme si ce dont il s’agit, dépassant le cadre de notre entendement usuel,
ne pouvait pas être cerné que par la description de " ce qui n’est pas."

En fait, Wou Wang, son nom se présente donc comme " négation de l’errance "
 ou non divagation ou non désordre.
Et c’est pour cela que le mot spontanément fut retenu pour souligner
la stratégie qui découle de cette perspective de non errance.

Entrons dans le sujet de : agir spontanément.

La spontanéité est le contraire de la préméditation.
La parole ou l’action ne se base pas sur un long raisonnement
 mais sur l’intuition claire et immédiate
du comportement juste en fonction des circonstances.

Ajoutons cette citation de Ma Deva Padma sur cet hexagramme 25.

 "Chez l’adulte, l’innocence n’est pas la même chose que la crédulité ou la naïveté ;
c’est une qualité qui accompagne la maturité et qui provient de l’expérience,
tout au long de la vie, du fait que se fier aux conseils de son propre cœur
s’est toujours révélé être la meilleure façon de faire face aux aléas de l’existence.

L’innocence est la capacité de prêter attention à la voix de l’intérieure de l’intuition
 et de répondre avec spontanéité à ce que la vie nous réserve à chaque instant… "


Qui agit spontanément ne se préoccupe pas d’être raisonnable,
mais plus simplement d’être en accord avec lui-même.

C’est inventer son attitude en fonction des circonstances.
Être à l’écoute de l’instant, agir sans préconçu,
se départir de toute idée préalable de manière
à pouvoir répondre avec justesse aux sollicitations du moment.

Bien que faire confiance à son intuition dans des contextes
dont on ne peut rien prévoir ne soit guère rassurant,
 pareille attitude ne débouche sur des catastrophes que
si l’on est pas en harmonie avec sa nature propre.


Les Chinois font confiance au flux vital , ( T’ai Tchi)
même lorsque son fonctionnement prend des formes inattendues ou scandaleuses.
Leur langue reflète ce point de vue :
 la même expression signifie à la fois nature,
ce qui est par soi-même,
et spontané , ce qui a pour origine soi-même.

Version P.Faure & C.Javary.
C’est là que le mot errance est prononcé.
Cependant le fonctionnement aléatoire de la nature n’est pas une errance,
mais au contraire l’expression d’un ordre sous-jacent,
dont la permanence et la finalité se maintiennent,
quelque soit le diversité des êtres
ou des situations, sans s’opposer à la créativité ni à la liberté.

Une belle phrase résume cet hexagramme :

  " L’attitude à adopter  ici n’est pas basée
sur l’innocence,
au sens de simplicité d’esprit ou non culpabilité,
 mais plutôt sur l’aptitude à se mettre
 au diapason de ce qui surgit. "


Faire confiance au Flux vital à la Grande Energie de l’Univers
mais avec tous.

"  Ce qui est départi à chacun, quel que soit son énormité ou sa ténuité,
correspond dans chaque cas exactement à la raison d’être de sa destinée
 sans qu’il y ait jamais d’erreur."


L’hérédité cosmique et individuelle est donnée par l’Énergie Antérieure qui crée, façonne, discipline, conditionne, nul n’y échappe puisque chaque être, chaque chose est
 cette Énergie Antérieure.

Les êtres doivent-ils se rencontrer dans l’inattendu,
 tout ce qui  permet ensuite de fixer des règles,
 donner des ordres, recevoir des instructions,
 mettre des frontières et nourrir d’autres êtres.

Ce H17 va transporter cette énergie antérieure comme pour dissoudre d’autres énergies spontanées. Suivre est déterminant pour vivre ce qui vient.


 

17. Suivre.  En chinois SUI.

Le trigramme  Foudre ou Tonnerre est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Suivre, s’adapter, conduit à la liberté.
Il y a nécessité de rechercher l’instant juste.

Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement – sans motif, sans cause, sans précédent.

le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte – bataille, tâtonne, travaille les ingrédients d’une maturité futur.

Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance
 et évolue un peu plus souplement….. !

Se tenir toujours dans l'acceptation de ce qui "arrive"....
 en suivant jusqu’à " plus soif ",
ou bien en refusant, refoulant de suivre , dilemme …?

Suivre est un guide qui éclaire malgré les images contenues
dans les trigrammes un " Tonnerre " le trigramme Tchen du bas,
sort de la Brume ( ou parole) le trigramme Touei du haut.

SUI est un mouvement souple,
 comme si le mouvement conduisait à une allure simple, plus ouverte, plus diffuse,
comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté qui permet aux forces de s’assembler.

L’homme de bien ne craint pas l’obscurité
car il connaît la valeur de l’abandon :
 qu’après les difficultés des premières expériences
survient une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide,
 plus relâchée, et ainsi plus entière.
Alors qu’une impulsion a été donnée, suivre
c’est savoir abandonner le volontarisme et laisser
 le mouvement se poursuivre de façon naturelle .

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.

Et en ne cherchant plus à contrôler, on a confiance à suivre autrui.

Jean-François Billeter ajoute :

  " L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier de diriger les opérations
 comme elle le faisait jusque là,
et s’oublier elle-même " .


J’aime bien ce suivre
 il en vient même à faire accepter à se tenir "autrement",
faire place par un autre regard de comment "se tenir"...
un peu comme on regarde un vol d’oiseau en plein Ciel.

Ces deux hexas invitent à modifier la manière de percevoir,
 ressentir intérieurement afin
de s’adapter à toutes les situations même les plus inattendues.

S'accorder avec l’harmonie...par ce SUIVRE,
on en vient à suggérer une méthode pour déployer des connaissances acquises ...
puis après de permettre de s’accorder aux situations les plus subtiles !


 De l'association de ces H25 et H17,
l’interaction des trigrammes est claire.
H25 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Ciel.
H17 : le trigramme Tonnerre en bas est surmonté du trigramme Brume (du lac).

Par deux fois à la base: un mouvement, fort comme le fracas se manifeste d’une part avec l’aide du ciel, manne logique venant de l’immensité fluidique et d’autre part à l’aide d’une brume qui diffuse, disperse le mouvement en l’adoptant.

Les conseils invitent à expérimenter la méthode de se laissez couler
 en tout ce qui surgit et de se diffuser aussi vite qu'il a surgit.
Comme le non-agir puis après de se permettre de l'enseigner !

Apprendre à s'élancer dans le ciel…spontanément.

Les oiseaux comment apprennent-ils à voler ?
En s’élançant dans le ciel… spontanément.
Chaque jour est comme un vol d’oiseau
majestueux, libre comme  le vent.

L’oiseau suit le vent et le vent le lui rend bien.



 


Guy H

17  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Prendre le temps de cuisiner pour grandir. le: 17 Février 2019 à 23:06:47
Izazen 
merci de ton approche à ces deux H50 et H19.

Illustration parfaite et avec un peu d'effet cinématographique
on va au-delà de ce qui est éprouvé, la transformation présente !

Guy H
18  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Prendre le temps de cuisiner pour grandir. le: 16 Février 2019 à 12:51:10


50, le chaudron et 19, l'approche ou devenir grand.

Deux beaux hexagrammes à expliquer.
L’un étant un outil H50 (de travail, qui permet aux « recettes » d’être) et
le H19,  un état où l’on grandit en empathie et delà de devenir soi-même grand
par une approche compatissante.

Dans l’ordre de succession des hexas, le H50 est le Bois sous la flamme qui se transforme lentement en braise puis en cendre.
L’effet utile du feu est de cuire ou de brûler.
C’est l’idée symbolique de la cuisson, la transformation par excellence.

Puis après avoir découvert
le lieu de la transformation,
 l’objet du travail et l’opérateur,
il est utile d’engendrer des valeurs à ces transformations.
La Foudre, l’ébranlement de s’exprimer ensuite par le H51 et effraie au premier abord.
 Mais voilà c’est le H19 qui s’y colle en cette association ce samedi.

Si le H19 paraît c’est qu’il revient "sur le devant de la scène" et demande alors à parfaire les transformations, parfaire le manger.

Cette association recommande de ne pas considérer seulement cet
" Athanor " comme une baguette magique…il est bien plus
et comme dans le film d’animation "  Fantasia ",
le personnage de Mickey rappelle le conseil de maîtriser l’usage d’une baguette magique
comme celui du chaudron.

De l’usage du chaudron, la connaissance de ses capacités,
est d’un apport inestimable pour libérer tous les talents,
parfois les transformations obtenues sont stupéfiantes.

J’associe TING, le CHAUDRON à cette lampe magique d’Aladin…
qui permet à tout chaman de pouvoir parler en paraboles
ou d’exploiter le symbolisme dans le quotidien,
sachant que d’importantes transformations
 sont aussi l’œuvre de méditations,
 certaines avec une résultante, une approche opportune qu’est ce H19.



50, le CHAUDRON.



Cette association recommande en fait de maîtriser son
" Athanor ", un chaudron et la connaissance de capacités
 d’un apport inestimable pour libérer les talents
en chacun parfois de manière à acquérir une pratique
pour harmoniser des " repas " de toute sorte.

Chacun a en soi, sans exception un " chaudron "
dans lequel les aliments se laissent transformer
pour s’élever en offrande vers le Ciel
 (dans l’antiquité chinoise c’était pour convier des forces invisibles à venir partager le substrat de cette transformation)
mais en fait pour devenir nourriture du sage.

Chacun sait que la sagesse est un processus évolutif très lent;
ce qui parfois met du temps, parfois se précipite en des circonstances qui ébranlent l’entendement humain ainsi que le mental.


Les mots : alchimie intérieure – maîtrise – renouveau spirituel – réceptacle – rajeunissement – sagesse discriminante –

Mais aussi:
Vase tripode qui servait pour les offrandes et les sacrifices.
Vase rond ou rectangulaire à trois ou quatre pieds pour la cuisson des aliments ou offrandes rituelles. marmite, chaudron.

Autres symboles :
Chaudron – marmite – outil de communication entre les dimensions et les générations – lieu d’échange entre les morts et les vivants – une grosse casserole sur le feu – appeler le nouveau.

Le Ricci : le chaudron dans lequel les aliments se laissent se transformer pour s’élever en offrande
vers le Ciel et devenir la nourriture du sage;
 moment où le faible s’élève vers le fort en s’y conformant, assurant la marche vers le succès.


Ce H50 exprime la nature de cuire et de transformer,
 à l’extérieur immobile et solide,
à l’intérieur dépouillée et vide.

Bois en bas et feu en haut.
Nous savons que le bois alimente le feu,
ainsi s’effectue la cuisson des aliments placés dans le chaudron.
Mais le bois est synonyme de croissance ;
sa poussée, comparable à celle du vent, est l’image de ce qui pénètre
au fond des êtres pour en déterminer la forme,
 ou la remettre à jour ; par cette obstination,
   "les êtres deviennent purs et complets."

Le feu maintenant est la vivacité qui consume les êtres, mais aussi la clarté
 qui permet d’organiser et de régner :

" les sages se tournaient vers la lumière et ainsi administraient ".

Lorsque bois et feu se rencontrent,
 une épuration a lieu et la lumière s’élève.
Une matière nouvelle se crée à partir de l’ancienne :
condensation par où une autre forme se révèle,
 régénération qui permet de se reconnaître comme
dépositaire d’un pouvoir.

Il est dit que ce qui pénètre dans un chaudron
en ressortira transformé,
mais ne pourra plus revenir à son état antérieur,
ce qui signifie que les éléments de la situation
 subissent une transformation définitive,
 mais bénéfique, puisque l’objectif est d’alimenter
la situation et ce qui la compose.

Notons que lorsque nous faisons une recette (culinaire par ex)
 nous y mettons les ingrédients puis les cuisons,
nous en surveillons cette cuisson et
nous la stoppons au bon moment, ensuite on procède au partage.

Qu’est-il nécessaire au chaudron afin de pouvoir expulser les fumées et
 les vapeurs symboliques qui sont dues aux transformations
 (qui se produisent à l’intérieur)…
une "percée" ou une résolution ferme ?

Il faut être résolu pour expulser tout
 ce qui pourrait porter préjudice à la finalité de la recette.

Cet outil que chacun possède et qu’il développe
plus ou moins dans son quotidien,
 a été imagé dans l’ancienne Chine comme un trépied ou
 vase sacrificiel avec des " oreilles " pour le porter,
 a été le symbole d’un évènement heureux,
car c’est en de grandes occurrences que ce vase était utilisé.

Ce chaudron représente une mise au monde,
 une expression de notre propre vision et notre créativité
 qui s’élève du plus profond de notre être.
Prêts à donner naissance à un rêve qui a pris forme en soi
 durant un certain temps.

Et pour conclure une belle sentence, le chaudron est le symbole d’une transmutation,
 d’un passage à un niveau supérieur qui s’opère en fondant
du nouveau à partir de l’ancien.

Voilà pour le H50 évènementiel qui peut " coller " avec un quotidien
où transformer est lié à une pratique visuelle,
l'œil capte toutes les transmutations environnantes.
Et comment donc pratiquer ce H50, quel guide peut organiser
la façon de chaudronner ?

Maîtriser ce Chaudron, il suffit d’un Chaman expérimenté
qui " surveille "  de loin la " cuisson " et d’atteindre un sommet d’harmonie.
Maîtriser ce Chaudron, par un Chaman expérimenté,
peut déboucher vers une expérience exceptionnelle
une approche hors norme puis de transmettre les recettes à autrui.

C’est mettre du cœur à l’ouvrage et savoir
 se " retrousser les manches " pour un travail d'approche à des réflexions utiles.
Rien ne sera précipité par ce chaman,
il puise sa croissance en effectuant un pas réfléchi
 avant d’en entamer un autre
En s’ancrant toujours à avoir plus de confiance en soi.[/b]
Et de se pousser dans un bel élan créateur par un guide tel
 que celui qui indique qu’une approche est en cours.

L’approche par ce H19.




19 , l’Approche, gouverner ou avancée positive, grandir.

Le trigramme du bas est la brume ou lac et celui du haut est la terre.
C’est la symbolique du rivage. La terre au dessus de l’eau provoque l’image de  surveillance.

Les mots :
Avancée – accueil chaleureux – conditions prospères – influence accrue – optimisme –détente – venue .


Mais aussi :
Abaisser ses regards sur, inspecter.
Daigner venir, honorer de sa visite. Approcher de, arriver, sur le point de, etc.

Le Ricci: " Montée de la puissance, moment où une force positive va de l’avant "……comme l’inspiration.


Et pour gouverner c’est devoir s’approcher du peuple,
de ces voix qui viendraient à s’exprimer.
Approcher c’est se pencher avec bienveillance
 sur ce qui s’éveille pour l’aider à grandir.

C’est comme l’image des deux trigrammes :
La Terre ( en haut de l’hexa) délimite le Lac (en bas) ,
Cette humidité dit-on l’enrichit et lui permet de nourrir
 toutes les créatures sans limites.
De même , le sage enseigne aux autres sans compter
et nourrit l’être intérieur.

S’approcher est un moment de vitalité exubérante et plein de promesses
 s’il est accueilli avec sollicitude
afin que les énergies neuves et fraîches
puissent se renforcer par l’échange avec des forces

Ce, ces guides ne seraient-ils pas comme ces jardiniers qui accueillent le printemps avec joie et exubérance,
 répondant à l’abondance par une profusion de préparatifs minutieux et
 de travaux laborieux ?


    "  L’influence du Sage :
 efficience trop subtile et trop progressive pour être perceptible
 et qui agit en autrui comme une incitation
 à la fois indirecte et infinie,
de sorte que celui-ci se transforme
 de lui-même et spontanément.
…/…Efficience trop subtile pour être concrètement
appréhendable, pénétrant autrui de façon diffuse et à son insu,
et si discrètement assimilable
qu’autrui l’éprouve spontanément comme sienne. "

  François Jullien.

Il est temps maintenant pour être un bon jardinier,
de sorte que,
 quand l’automne vient,
la récolte est là qui peut nourrir et
se sustenter durant l’hiver
qui ne manquera pas de patienter la saison suivante,
le printemps.

Ce guide invite souvent à aller en notre "jardin "
et y faire les plantations et germinations utiles ….
 Préparons alors dès ce jour, les futurs récoltes puisque
 les pluies salvatrices seront de la partie. 

Aller de l’avant ou se retenir,
il y a beaucoup à apprendre sur soi-même,
sur les peurs,
la vulnérabilité,
la force d'assumer la responsabilité d’une faiblesse
et la compassion à l'égard de la vulnérabilité des autres.
Cela peut figer, c’est alors que la retenue s’impose.

La parole alors est importante,
forte afin de rester maître de ce qu’on organise ;
 il est conseillé de réfléchir avant de se lancer dans une recette.

Commençons très tôt à avoir cette discipline et contenir tout élan dynamique.


   L’harmonie est à la porte de tout ce qui éveille
 et s’éveille comme une saison nouvelle.
Les trigrammes parlent :
H50 : le trigramme Vent (ou bois) en bas est surmonté du trigramme Feu (ou lumière).
H19 : le trigramme Brume (du lac) en bas est surmonté du trigramme Terre.

Le bois brûle et sous le feu afin d’être mené à son terme (apporter chaleur et concevoir des cuissons, la chaleur est un bien précieux, ingrédient indispensable) un besoin de communiquer se fait sentir (par la brume qui se diffuse) puis à la terre
nourricière de parfaire cet ensemble cohérent,
 satisfaire une alimentation.

Il y a dans la brume l’image d’un communiquant en marche, il diffuse et,
 transporté par le vent, il obtient une réflexion utile provenant du Yin de la terre.
Une réflexion toute yin.
A souhait est proposé en cette association,
 autant de réveils que de méditations.
C’est un peu concevoir ce que fait tout jardinier.
Il plante selon les saisons avec Harmonie.
Ce qui était entrevu comme excès n'est plus.

 Il en ressort ceci :
connaître les transformations auxquelles nous faisons face chaque jour,
c’est prévoir et lorsque toute les conditions sont propices au changement,
 un courant de renouvèlement s'installe, qui pousse à se jeter en un flux
d’harmonie.
Le chaman sait faire.
De parler plus avec le cœur,
et, de consommer avec son cœur
 il se libère de l’harmonie.

Ce guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en prépare l’émergence .

Il est suggéré par cette association une méthode pour déployer des connaissances acquises
et de savourer le moment propice où les partages de nourriture seront engagés.

L’usage du chaudron, c’est de proposer des  " recettes "
réfléchies ou non, de convenir d’ingrédients choisis ou aléatoires
puis d’inclure une cuisson surveillée constamment,
et lorsque tout est enfin prêt à être partagé
on pense déjà aux recettes futures !


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels en France, (quoique)
cela est complètement fortuit
car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire.]


19  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Créer de l’enthousiasme. le: 24 Janvier 2019 à 11:28:27
Merci Izazen  de cette vidéo,
manifestement:
" L’Influx dynamique a donné son pouvoir
à sa création qui chante sa joie."


Chanter en cœur et dans le chœur c'est beau !

Guy H
20  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Le un spontanément. le: 23 Janvier 2019 à 20:03:43

Amie Izazen,

Il y a deux jours lorsque tu as posté ce clip vidéo de Björk,
je me suis retenue comme de penser "autrement". Lâcher prise
et de ne pas apporter de commentaire, ce que je fais tout de même ce mercredi.

J'adore Björk chanteuse avec sa voix yang, j'en reste toujours coi.

Ce lundi il y avait le 1 (encore lui) et le 25.
J'étais dans le spontané qui m'a fait de ne pas surcharger ton post.

Et ce mercredi: 16 (enthousiasme où l'on parle de musique) et encore ce 1 qui paraît. Va savoir pourquoi les baguettes de manière aléatoire apportent encore un rapprochement avec ce qui surgit.

Dernière citation des hexa de ce jour :

" Pour rester en harmonie avec le cours des choses et
 bénéficier ainsi des ressources infinies du Créateur,
il est utile de demeurer sur le qui-vive à tout ce qui surgit.
Le pouvoir nous est donné d’être à notre tour un élément d’inspiration.
C’est de penser grand jusqu’à enthousiasmer un voisin, un ami, un proche ou éloigné. "


Dès que le UN paraît c’est de l’harmonie en conserve dit-on, et à Björk d'affirmer qu'elle en conserve beaucoup !

Guy H
Pages: [1] 2 3 ... 13


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.259 secondes avec 18 requêtes.