Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
16 Juillet 2019 à 09:57:58

  Voir les messages
Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 13
41  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Synchronicité et épreuves dans l’adversité ou équinoxe de la vie. le: 05 Octobre 2017 à 07:59:53


61, la vérité intérieure , totale synchronicité ou confiance
 et 12, stagnation, adversité  ou dysharmonie .



61. ZHONG FU.

Tout en cet hexagramme pivote les mots tel que:
 vérité intérieure, totale synchronicité ou juste confiance.

Le trigramme Vent est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Un marais est balayé par le vent, où l’action est ressentie profondément.
Nous obtenons l’image de la foi.
Foi et droiture sont l’essence de toute transformation.

Les mots : sagesse du cœur – vision – clarté – pureté – connaissance intuitive – conscience – reconnaissance de l’illusion.

Mais aussi :
ZHONG : Milieu. Central. Le  Milieu Juste, la juste mesure, centre, droit, équilibré. Intermédiaire, médiateur, arbitre. L’intérieur.
Le cœur humain, la vie intérieure.
FU : Fidèle, sincère, digne de foi. Avoir foi. Avoir confiance.

Autres symboles :
La flèche se plante dans la cible en rythme avec le tambour – un enfant se laisse porter en toute confiance par les serres d’un aigle bienveillant – en toute confiance, au bon endroit, au bon moment.

Le Ricci : véracité interne, moment où le vide intérieur permet
 aux êtres d’être fidèles à leur réalité propre et
 leur assure la stabilité dans le développement.


Zhong Fu est donc la  confiance intime qui apporte l’équilibre.
Le mot confiance se retrouve dans les six traits :

1)   La confiance doit être ferme et éclairée.
2)   La confiance est la base de la concorde.
3)   Pas de confiance sans maîtrise de soi.
4)   C’est par la confiance qu’on accède aux rangs élevés.
5)    Qu’est la confiance sans fidélité ?
6)   Confiance en soi et ambition sont des contraires.


Alors en lisant le texte sur la " juste confiance ",
 je vous donne celui-ci de Nathalie Chassériau dans sa version du Yi Jing.
L’hexa est composé de deux traits yang en bas, deux yin au milieu et deux yang en haut.
Les deux traits YIN du milieu évoquent
un Cœur vide de toute idée préconçue,
 de toute appréhension ,
un cœur simple et sincère et donc ouvert à l’autre.


Avoir confiance, c’est avant tout croire en soi-même et
 en ses capacités à tenir sa place dans n’importe quelle situation,
 à régler instinctivement son attitude en fonction du moment.

C’est savoir que l’on possède la force et la sérénité nécessaires
pour toucher le cœur des autres et
pouvoir apaiser les querelles les plus virulentes et
 les individus les plus intraitables .


L’hexagramme 61 – un des plus profonds du Yi Jing –
 évoque une personnalité évoluée,
qui sait qu’elle trouvera toujours les mots justes et
 l’attitude adaptée, même lors de circonstances les plus délicates, difficiles.

 Il faut chercher la compagnie des individus sûr d’eux-mêmes
et de leur " vérité intérieure " ;
dépourvus de jalousie et d’instinct de compétition,
ils sont la plupart du temps d’un abord plaisant et
d’un commerce agréable.

 Comment donc cet hexa  "  événementiel ",
évoquant l’action et la pensée peut-il être canalisé ce jour ?
Comment et avec quel guide ?
Sinon  par un H12  pas facile à gérer.


 

P’I : 12, la stagnation, adversité  ou dysharmonie.

Le trigramme Terre est situé en bas surmonté par le trigramme Ciel.
Il y a séparation des forces complémentaires et opposées,
leur direction est en sens contraire ; les deux éléments fondamentaux
à la vie se séparent de façon absolue, cela exprime la fin de tout cycle
et est contenu l’avènement d’un autre nouveau.

Naissance de l’adversité.

Les mots : aliénation – impasse – stagnation – résistance – immobilisation – manque de sensibilité – méfiance.

Mais aussi :
Mauvais, mal, malheur, infortune, bouché, obstrué,
ne pas pouvoir avancer, ne pas pouvoir réussir, etc…
Prononcé FOU : Dénier, refuser, dire non, non, est-ce que… ou non ?

Autres symboles:
Dire non, s’opposer – une bouche – un oiseau qui s’envole – parole oiseuse – obstruction – la parole qui sort de la bouche est tel qu’un oiseau qui s’envole, impossible à rattraper – trop de questions – stagnation – fluidité et stagnation alternent naturellement.

Le Ricci : stagnation, moment où les contraires ne communiquent pas.


Cet hexagramme est totalement l’inverse du 11 la paix, l'harmonie.
P’I  représente deux éléments qui se repoussent.

Le trigramme Ciel est en haut et sa fonction est d’aller vers le haut.
Le trigramme Terre en bas, lui est de s’enfoncer vers le bas.
On dit qu’ils n’ont plus "  commerce " entre eux
d’où la stagnation ou dysharmonie...mais ce n’est pas si simple que cela.

P’i était primitivement l’  "obstacle"  et la bouche,
ajoutée postérieurement à l’idéogramme,
évoque l’idée de " négation ", de refus.
La sentence est cinglante :
 La malhonnêteté conduit à l’insuccès, la sagesse à la réussite.

Quand le grand se déplace il attire le petit.
L’adversité est le temps des vauriens ,
des tricheurs et des affabulateurs.
De ceux qui profitent des fruits du cycle écoulé,
 s’attribuent les reflets d’une gloire imméritée et
 pervertissent la parole.

L’homme de bien se retire dans son for intérieur,
car il possède une qualité éminente,
celle de voir la réalité au-delà de l’instant immédiat.

Savoir plier sans perdre de sa force tel est un peu
 ce qu’il nous faut ressortir de la situation d’adversité redoublée,
 être un peu bambou ce jour.
Se montrer, robuste et souple à la fois en toutes circonstances
 même les plus éprouvantes ou conflictuelles.
Vivons ces instants  "comme ils viennent" 
dans le présent.
Tout en poursuivant un but légitime le retour à une belle alliance du Yin et du Yang.

C’est dans une approche réfléchie que l’on puise de l’harmonie
et la partager c’est bonheur… alors
inopinément on se trouve " bon moment et au bon endroit "
mais parfois l’inverse aussi a lieu,
c’est une épreuve d’être au mauvais moment comme au mauvais endroit.
La discipline ou indiscipline étant souvent en cause.

Ce qui donne comme perspective qu’en pareille situation,
 il est bon de s’accorder aux saisons........qui disciplinent en quelque sorte
l'activité humaine. Un lâcher prise se fait jour.


Associés H61 et H12 posent une évidence,
 tout paroxysme qu'il soit dans une fête ou une adversité,
n’est guère un signe d’harmonie.

Le guide H12 est un avertissement pour réfléchir
avant de se lancer dans une action.
L' exemple le plus flagrant est l'image de troupes armées
 sortant des casernes, lancée au combat,
 il n’y aura pas de point de non retour.

Sans jouer de la fanfare, l’adversité étant au rendez-vous,
une vigilance accrue est nécessaire ainsi qu’une rigueur
et de s'adapter à des perceptions nouvelles.

 Ce n’est pas chose facile de ne pas s’employer
lorsqu’un élan énergique, excessif nous anime...
ou bien lorsque des évènements en contrecarrent d'autres,
de là à émettre cette pensée:


" Tenir sa place et prendre le taureau par les cornes
dans l’instant présent, ou y renoncer "


Cette association H61 et H12, incite à mûrir la conscience intuitive
qui permet de gérer des épreuves lorsque l'équinoxe de la vie survient.

De là à comprendre qu’en tout emballement, les situations se transforment souvent en l’effet inverse que celui qui était recherché…et l’adversité apparaît.

Afin de mieux se gouverner et gouverner les autres,
on fait accepter le farouche au prix d’un effort de retenue,
encore des qualités toutes yin.

En ces H61 et H12 résonne comme
 porteuse de réflexions
afin de puiser en soi, loin des agitations quotidiennes,
tout en suivant les mouvements produits par
 les changements, l’univers existe par ces changements perpétuels.

Ils imposent cependant de tendre à rester en harmonie croissante, décroissante,
ce qui permet de connaître les personnes puisant des aspirations d’harmonie
comme d’autres personne sous l’influence de fils invisibles, imprévisibles.
Cependant un objectif s’impose, rester en harmonie coûte que coûte n'est pas simple.

On émet l’idée de procéder avec une conviction très forte
pour transformer les êtres et les choses après être passé par des épreuves,
ce qui forge le regard intérieur
comme s’il avait manqué une jolie pièce du puzzle de la vie
 et de la comprendre: la synchronicité.

La supériorité du doux, le Vent possède une puissance sans mesure
aussi forte que le Tonnerre.
Voilà à chacun de voir à sa portée,
 cette manière de n’être pas désemparé,
 affecté en des moments
 de connaissance intuitive d’où une adversité qui n’a pas de prise.

Vivons ces instants comme ils viennent.
Et comme le présent nous met en confiance,
l’adversité est mieux acceptée.




Guy H en cet équinoxe.

42  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Suivre avant de trop monter haut le: 07 Août 2017 à 21:36:31
Suivre avant de monter trop haut.


46, la poussée vers le haut ou croissance et
17, suivre.



46, la poussée vers le haut ou croissance

Le trigramme Vent (ou Bois) en bas est surmonté par celui de la Terre.
C’est la croissance du bois qui naît en terre.

Les mots : évolution constante – gain de confiance – acceptation de défis – promotion – reconnaissance .

Mais aussi :
Monter, s’élever. Monter en grade, être promu. Sheng est une ancienne mesure de capacité, environ un dixième de litre.

Autres symboles :
Des céréales à l’intérieur d’un boisseau – une mesure à grain – ascension – monter – promotion – les céréales dans le boisseau se déversent et s’élèvent en un tas.

Le Ricci : promotion, moment où l’élément faible fait effort pour s’élever à un niveau supérieur.


Deux traits composent cette image.
Une côte abrupte, sur laquelle les pas laissent leur trace.
C’est une " ascension lente ".





"  Ce qui est petit grandira un jour !"

Poussée vers le haut, monter, naissance, croissance  SHENG.

Au cœur de la terre naît le bois. Croissance.
Ainsi l’homme de bien grâce à sa nature docile accumule peu à peu pour s’élever et grandir.
Au cœur de l’hexagramme un autre, le 54,
 l’épousée qui est celle qui veut satisfaire son ambition
et s’élever dans la société, mais cela implique des devoirs.

Regardons alors cette complicité de la terre et du bois :
L’une incarne la malléabilité par laquelle on s’adapte,
 l’autre tire de la souplesse son endurance et sa force.

La terre est le centre, le cœur, le vide,
 où la naissance s’ébauche.
Le bois est l’image de l’effort patient par lequel
ce qui veut apparaître finit par prendre forme.
Par leurs actions combinée,
 les forces se concentrent à l’intérieur,
 forgeant dans les profondeurs
 la puissance tenace qui pousse à grandir.

Le temps est long avant que l’on perçoive la lumière
 et finisse par percer.
Un temps où chaque effort est
 un pas supplémentaire vers le Sud.
Un  temps de rudesse, où il faut consentir,
 faire confiance sans savoir.
Jusqu’à ce que peu à peu,
 à force de don et de courage,
 on gagne en solidité,
 en densité, en ampleur.

Jusqu’à ce que l’abnégation conduise à la hauteur.
Il faut pour cela comprendre la qualité première de la terre,
 hexagramme 2
toute de docilité, de flexibilité, d’abandon :


"  L’idéogramme Shun, suivre le flux, comprend les notions de docilité,
d’obéissance, de naturel, de coulant, d’aisé.

Il y a ici l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
de ne pas s’opposer au cours des choses,
d’épouser le mouvement global,
 de ne pas intervenir à tort et à travers."


En fait l’ " homme doué " conseille de comprendre que
 la vie demande parfois de reculer
 en mordant sur le terrain gagné.
Se révolter c’est perdre inutilement de l’énergie.

Cet hexa en événementiel invite à
  "s’abandonner, accepter" les circonstances telles
qu’elles se présentent, n’opposer aucune résistance,
cette attitude permettrait de prendre appui sur un courant plus profond.

De faire appel à des ressources naturelles :
"  Ne plus penser et ne plus sentir, pensée et
sentir seront alors portés à leur optimum de puissance."


L’homme de bien imite la terre lorsqu’il laisse le monde venir à lui
et l’accepte tel qu’il est .
Il imite le bois qui s’enracine lorsqu’il laisse le temps donner forme à ses efforts.
Il fait confiance à ce mouvement simple d’abandon qui recueille.

Il connaît la mécanique sans prétention de
ce qui s’épaissit peu à peu pour s’élever et grandir.
François Roustang ajoute :


 " Sur quoi va-t-il donc prendre appui ?
Sur ce qui ne dépend pas de lui, sur ce qu’il possède
sans en avoir la maîtrise, sur ce qu’il ne s’est pas donné,
sur ce qui lui est le plus nécessaire et qu’il ne peut que recevoir :
son existence en cet instant.

Sur cette existence sans détermination particulière,
il peut faire fond tranquillement, mais à condition
qu’il se défasse de tous ses avoirs ou que, du moins,
il les considère comme découlant de cette source première."


Un guide pour croître dans l’ascension……
ou suivre et trouver " l’homme de bien " ....
serait-ce un livre ? Puis ensuite

" /…se conformer c’est aller avec les choses. "

Citation de Thomas Cleary.

 

17. Suivre, suite ou adaptation.  En chinois SUI.

Le trigramme  Foudre ou Tonnerre est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Suivre, s’adapter, conduit à la liberté.
Il y a nécessité à rechercher l’instant juste.

Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement –
sans motif, sans cause, sans précédent.

Le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte –
 bataille, tâtonne, travaille les ingrédients d’une maturité futur.
Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance et
évolue un peu plus souplement.

Suivre est un guide qui éclaire malgré les images contenues
 dans les trigrammes un " Tonnerre ",
 le trigramme Tchen du bas sort de la Brume le trigramme Touei du haut.

SUI est un mouvement souple, comme si le mouvement
 conduisait à une allure simple, plus ouverte, plus diffuse,
 comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté
qui permet aux forces de s’assembler.

L’homme de bien ne craint pas l’obscurité car il connaît la valeur de l’abandon :
qu’après les difficultés des premières expériences survient
 une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide, plus relâchée, et ainsi plus entière.
 La rencontre peut avoir lieu.
Comme une impulsion est donnée, suivre c’est savoir abandonner
 le volontarisme et laisser le mouvement se poursuivre de façon naturelle.

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.
Une belle leçon d’apprivoisement en fait.
Et nous ne cherchons plus à contrôler,
 nous avons confiance dans le " suivre "
ceci, à l’occasion d’une rencontre opportune.

Jean-François Billeter ajoute :

" L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier
 de diriger les opérations comme elle le faisait jusque là,
et s’oublier elle-même. "


J’aime bien ce suivre il en vient même
à adopter un comportement totalement libre et lorsque la rencontre
 est propice,
l’émergence du Yin est inévitable…
et sans devenir un mouton de Panurge,
le suivre est un mouvement, une situation
qui a toujours un début et une fin.


 A cette association de ces hexagrammes 46 et 17
nous pouvons émettre cette pensée:
travailler notre maturité et de croître naturellement
d’où exploiter des capacités nouvelles d’adaptation.

C’est faire émerger des capacités universelles pour le plus grand bien de l’humanité.

On devient sensible à l’entourage, sensible à l’harmonie qui se dégage
de ces moments "poussant" !

A la lumière de ces H46 et H17,
aller de l’avant et suivre,
il y a beaucoup à apprendre sur soi-même,
sur les peurs ,
la vulnérabilité,
la force d'assumer la responsabilité d’une faiblesse
et la compassion à l'égard de la vulnérabilité des autres.

Les H 46 et 17 avisent
 à ne pas sous estimer les ascensions
qui par trop libre induisent des arrêts,
 des pauses à appréhender.
Avoir confiance en la croissance certes
mais il est utile de cerner les besoins
essentiels de l’existence.



Guy H


43  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Instruire en une juste confiance. le: 07 Août 2017 à 21:26:56
Bravo Izazen

pour cette photo  idéale comme accompagnement !

Merci   Guy H
44  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Suivre avant de trop monter haut le: 07 Août 2017 à 21:25:27
Bel accompagnement
la vie est ............l'eau est essentiel !


Guy H
45  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Approcher le flux universel avec grâce. le: 16 Juin 2017 à 23:37:01

Méditons alors sur la nature transitoire de toute chose,
ce qui allume en soi le désir d’être conscient de chaque instant et
de donner à la beauté de la vie une forme d’expression ou une autre,
même lorsqu’il n’y a pas de communication.



Les étoiles aussi allument le Ciel !

Guy H
46  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Approcher le flux universel avec grâce. le: 16 Juin 2017 à 06:35:03


32 la durée ou constance, endurer et
 22, la grâce, embellir, ornement.


Commentaires comme préambule à ces deux hexas :
cet hexa " évènementiel " indique une permanence d’un comportement conforme aux exigences de la situation…. et un " guide " qui agit par la forme.



32, la durée, endurer ou permanence, constance, mariage.

 Ce H32 a le trigramme Vent en bas surmonté
 du trigramme Tonnerre qui indique une permanence d’un comportement
 disons conforme aux exigences de la situation.

Les mots : constance – continuité – endurance – persévérance – maturité – renforcement – stabilité – engagement profond.

Mais aussi:
Ordinaire, habituel, quotidien, coutumier, durable, constant, continu, permanent, persévérer.

Autres symboles :
Un bateau engagé entre deux rives et un cœur qui bat – avoir le cœur bien accroché pendant la traversée – persévérance – tenir quoiqu’il advienne – se maintenir – quotidien – habituel – durer – longtemps.

Le Ricci : Pérennité, moment où les échanges
 entre le fort et le faible s’effectuent favorablement et assurent la continuité du développement.


Belle image chinoise que ce 32, à gauche un cœur, et,
 par extension, les sentiments ou émotions.

A droite une barque, sorte de bac qui assure
une liaison entre deux rives, c’est un va-et-vient
 permanent ( on peut dire entre Ciel et Terre).
Nous avons alors une belle définition :
 la constance des sentiments.

Comme les chinois place le siège
de la pensée dans cette viscère qu’est le cœur,
 c’est des sentiments qui en  "sortent "
que nous explorerons cet hexa.

Allez savoir qu’avant toute explication détaillée,
 je vous cite les textes des 6 traits.

1)   Agir, au maximum, mais seulement de temps à autre, ne mène à rien.
2)   L’inconstance consolide l’erreur.
3)   La constance prévient l’erreur.
4)   Un homme inconstant est comme une chasse sans gibier.
5)   A chacun ses vertus, qui doivent être constantes : celles de l’homme ne sont pas celles de la femme.
6)   La constance est le contraire de l’effort.


A ces avertissements est contenu un mode
de perception de ce qui est juste et bénéfique.
La durée c’est traverser ( voir la barque)
 différentes périodes sans dommages
 et surtout en s’adaptant à chacune d’elles.
Si le 31 est l’hexa de l’ émotion,
 nous avons dans le 32 la maîtrise de ces émotions.

Tonnerre et vent mêlés donnent la constance,
ainsi l’homme de bien se tient droit sans changement
dans son orientation.
Turbulences, secousses, remue-ménage,
 malmené comme au milieu d’une traversée éprouvante, l
’homme se tient droit dans l’orage,
retient son cœur qui chavire,
surveille les remous qui voudraient l’emporter.

D’un côté, c’est le Tonnerre, le seigneur du mouvement,
 qui agite et entraîne, pressé de découvrir et tourné vers l’ailleurs ( comme le voyageur)
De l’autre, c’est le Vent, la force qui ordonne,
 qui retient et rabat, qui par son insistance fini par faire plier.

Mouvement vers le dehors, pression vers l’intérieur,
des courants qui s’opposent mais se complètent aussi :
 par un enracinement patient,
 les impulsions se changent en force plus intense ,
 comme si se forgeait un art du second souffle,
 comme si se pensait là le pouvoir de durer.
Et quelle belle sentence que voici :

" Accepter de persévérer quoiqu’il advienne,
est la marque d’une maturité, mettons la en pratique
tout en canalisant les ardeurs.
. "


Et quel guide alors enseigne la maîtrise des émotions ?
Faut-il ne rien faire pour les maîtriser ?
Se maîtrisent-elles d’elles-mêmes ?
Le guide entend établir une harmonie par la forme pour illuminer.
Celui qui œuvre simplement par la parure et dans l’ornement  H22.



22, la grâce, embellir, parure, beauté, élégance, la forme.

Le trigramme Feu est surmonté du trigramme Montagne.
Le feu qui éclaire l’intérieur de la montagne est une image
d’une parfaite correspondance entre l’apparence et la réalité.

Les mots : parure – élégance – mis en évidence de la beauté – extérieur, reflet de l’intérieure  - vanité – charisme – expression de soi .

Mais aussi :
Éclatant, brillant, orné, élégant.

Autres symboles :
Ornement – le jaillissement d’une multitude de coquillages, de choses belles et précieuses – émergence, jaillissement de ce qui est précieux : la beauté naturelle – sans apparence – sans maquillage.

Le Ricci : Raffinement, moment où l’harmonie du fort et du faible contribue
à leur mutuel embellissement.


Dans une communauté d’hommes et de femmes,
il y a un temps venu pour la réalité
de se révéler telle qu’elle est,
dans l’instant… …
tout ce qui est valable dans la situation présente demeure,
tout le reste devient de plus en plus difficile à conserver.

La plupart du temps, cette révélation est intérieure ;
elle peut sembler être causée par des circonstances extérieures,
mais en réalité, c’est l’être intérieur
qui de lui-même s’est réaligné sur le Tao…
amenant à un éveil momentané.

Et même en allant de l’avant énergiquement,
tel un jeune cheval fougueux cela fait partie de la vertu du Tao.
Comme tout est accord,
la grâce ou beauté invite à porter notre regard
sur la parure du jour.
Un regard sera à porter à la fois,
sur l’aspect extérieur et intérieur.
L’adversité en est presque jugulée.

Comme tout est accord, la grâce ou beauté invite à porter
une attention sur toute parure, embellissement comme pour
jouer habilement du yin comme du yang.... un but:
parvenir dans l'instant présent à
 canaliser toute adversité
puisqu’en retour de cette canalisation,
des réponses à toutes interrogations se fait jour
comme par enchantement.
Une bonne raison de pousser vers le bas.
C'est se fier à la nature fluide de la vie
qui parfois est perçue
comme la plus grave des menaces,
car l’esprit interprète souvent (et il se trompe)
la vulnérabilité comme une inadéquation.
Embellir ce flux de la vie voilà ce qui est proposé.

Ce 22, guide exprime la beauté de ce qui est éphémère.
Ce qui permet de méditer sur la nature transitoire de toute chose,
ce qui allume en soi le désir d’être conscient de chaque instant et
de modeler la beauté de la vie en une forme d’expression harmonieuse,
en toute circonstance.

 L'art !
Vivre le moment présent est une invitation à briller et faire de son mieux.
C’est un peu comme laisser Mère Nature à être un modèle.
Ne dit-on pas que la beauté de la nature est amour ?
Ce guide difficilement abordable en cette association
est un enseignement, une prise de conscience et
oblige à faire retour sur soi
pour vérifier ses certitudes, et renforcer sa foi.

Seul celui qui vit le lien entre ce qu’il ressent et ce qu’il exprime,
 peut maîtriser ce qui " accable " dès lors un processus
de ce qui est en " haut " rejoint le " bas ".

Et par la citation dans le texte chinois, de prendre exemple sur l’être d’envergure,
à de rares situations ( des 64 hexas) on demande de requérir
à l’intervention directe d’un homme de parole…
et en fait de trouver déjà l’homme,
 d'aller voir quelqu'un d'envergure!
 Et cela peut être n'importe quel quidam.

L’homme de bien ne déroge pas aux vérités qu’il se donne.
Il découvre dès lors, sous l’exigeante contrainte dictée par les circonstances,
 le lien secret entre désir et mandat.
 Il sait que le Yin ne donne pas quelque chose de bon en paralysant
le Yang car c’est lui qui l’anime.
 Et donc, cet homme (ou femme) parle juste !

Sa parole, de confuse et incertaine qu’elle était, devient pouvoir :
l’affirmer au dehors impliquait de savoir la forger
dans une forme solide et durable jusqu’à embellir.
L’homme de bien se met à émettre les mots persuasifs.

Confucius a eu cette citation

 " parler c’est agir " ou,
pour être plus précis, que toute parole qui n’est pas aussi une action
est une parole qui ne mérite pas de voir le jour. " 
Jean Lévi.


Il y a ici en ces H32 et H22, l’idée de se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
d’épouser un mouvement global et de demeurer confiant
de la forme que prennent certaines situations puis vient la contemplation de ce que l'harmonie est développée peu ou prou.
Elle est !

Méditons alors sur la nature transitoire de toute chose,
ce qui allume en soi le désir d’être conscient de chaque instant et
de donner à la beauté de la vie une forme d’expression ou une autre,
même lorsqu’il n’y a pas de communication.

Cette association  32 et 22 est porteuse de réflexions,
 indique que toute entente entre Yin et Yang est " un long fleuve tranquille"  ensuite on se trouve au rendez-vous de l'harmonie.
Comment ?

En suivant les mouvements produits par
 les changements, l’univers existe par ces changements ininterrompus !

Ils imposent cependant de tendre à rester en harmonie croissante, décroissante,
ce qui permet de connaître les personnes partageant des aspirations d’harmonie
et d’autres sous l’influence de fils invisibles, imprévisibles.

On émet l’idée de procéder avec une conviction très forte
pour transformer les êtres et les choses par ce guide inestimable
qui forge le regard intérieur comme s’il avait manqué une jolie pièce du puzzle.

Ces hexagrammes H32 et H22,  invitent à allier subtilement
la constance et la forme, manière idéale de vivre l'instant présent
avec le temps qui lui est aussi constant en cette période ensoleillée.



Guy H
47  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Inciter comme un vol d’oiseau. le: 28 Mai 2017 à 06:39:58
Extra ce clip.
Beaucoup de mots écrits,
 ensuite une vision qui résume le plus simplement le texte.

Bravo,  Izazen d'apporter le petit plus qui fait tout !

Merci

Guy H
48  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Inciter comme un vol d’oiseau. le: 27 Mai 2017 à 10:12:42
Inciter comme un vol d’oiseau.


31, l’influence, attraction, inciter
et 17, suivre ou adaptation.


Le premier hexa évoque l’action d’un déclic qui éveille et
le second de savoir comment suivre si l’on veut diriger,
voici deux hexagrammes en résonance, dans le H31 en la première image se trouve la bouche, bouche fermée
 puis en H17 une image de l’usage d’un outil
d'où qu’une action peut être engagée après avoir mûrit par la parole.



Hexagramme 31, Inciter ou l’influence, rencontre, attraction, l’émotion
Le trigramme Montagne est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Ce qui correspond au jeune homme et à la jeune fille.
Voici donc l’alliance et l’influence mutuelle…libéré du moi.

 HSIEN.
Les mots : séduction – attraction mutuelle – affection sincère – magnétisme naturel – stimulation – connexion –

Mais aussi :
Tous, tous ensemble. Universel, entièrement, continuel. Unir, semblable.

Autres symboles :
Attraction mutuelle – une bouche et une arme – les contraires s’attirent, se stimulent –
Unir – universel – inviter promptement.

Le Ricci : attraction mutuelle, moment où les contraires s’attirent et se stimulent réciproquement.


Son image commence par une hallebarde à croissant, symbole de l’action offensive.
A gauche et en bas de l’image, une bouche silencieuse (fermée par un trait horizontal), évoquant la pensée.
C’est aussi une image universelle, combinaison de bouche et
 d’une hallebarde en fer.
C’est l’aiguille en acupuncture.

Le métal n’agit pas sur le corps, il incite à se réorganiser par lui-même.
Retrouver la fluidité de l’énergie qui l’anime.
L’émotion comme l’acupuncture,
sont des mouvements particuliers qui ont en commun de se propager partout et
de provoquer des effets sans communes mesures avec les moyens employés.

HSIEN est l’union de l’action ( en premier) et de la pensée,
qui indique l’association, la " complémentarité ".

 J.Lavier dans son livre du Ciel et de la Terre ajoute :
c’est par désir d’association et de complémentarité que l’on se marie.

Sur la montagne il y a la brume : émotion.

Ainsi l’homme de bien vide et accueille l’être humain.
Les deux trigrammes  Brume en haut et Montagne en bas se rencontrent,
 c’est la rencontre entre le plus ferme et le plus léger.

La montagne se tient dans sa majesté,
 les volutes de brume l’enlacent librement.
Leurs courbes se ressemblent, comme prêtes à s’échanger.
Attraction, séduction mutuelle.

Nous allons voir en termes imagés que cette attraction mutuelle
 est bien un décorticage de l’émotion.

La brume ralentit ses écheveaux, attirée par cette masse reposante.
La montagne s’ouvre au monde,
intriguée par cette légèreté proche
 d’un invisible qu’elle contient aussi.
Entre les deux, le vide,
 par quoi s’évitent autant l’opposition que la sclérose,
 respiration sereine par où les qualités se cherchent et s’influencent.

Le vide, lieu informel de la transformation,
vrai chant de la peinture chinoise :

" Avec le vide médian, le peintre crée l’impression
 que virtuellement la montagne peut entrer
dans le vide pour se fondre en vagues et
qu’inversement l’eau, passant par le vide,
 peut s’ériger en montagne ".


L’ émotion traverse en permanence le cœur de l’être humain :
Attirance soudaine, affolement, chamade…
Tout nous pousse aussi en de tels moments,
à se réorganiser en soi-même, à retrouver la fluidité de l’énergie qui nous anime.

L’homme de bien ne doit-il pas fuir les affaires du monde,
afin de se protéger des sollicitations incessantes,
des incitations multiples, des réactions désordonnées ?

Non : s’il a la fermeté de la montagne,
 il ne se retire pas pour autant sur des hauteurs inaccessibles
ou au plus profond d'une caverne.
Il s’ouvre
au monde – donc à l’échange et la stimulation -,
il veille à rester ancré en lui-même
 comme la montagne accueille la brume
 sans perdre sa solidité, sans non plus s’emporter :

" Le sage est vide de toute individualisation
 égoïste née de la partialité du désir ou du point de vue…"


vide et disponibilité sont liés.
L’homme de bien reçoit les stimulations sans en être déstabilisé.
Présent à lui-même comme à l’autre, il réagit avec d’autant plus d’à propos qu’il reste vide,
c’est-à-dire libre de toute identification à des images ou des opinions.
( Jamais il ne cède aussi au prosélytisme ).
Tel un miroir qui n’attend rien et ne s’accroche à rien,
 il se laisse toucher sans se laisser troubler,
 ne participant au monde que pour mieux en restituer la fraîcheur.

Comment donc cet hexa  31,
évoquant à la fois l’action, la pensée peut-il être canalisé
par un guide ce jour ?
Avec un hexa qui opère par adaptation, c'est le H17.

 

17. Suivre, suite ou adaptation.  En chinois SUI.

Le trigramme  Foudre ou Tonnerre est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Suivre, s’adapter, conduit à la liberté.
Il y a nécessité à rechercher l’instant juste.

Les mots : loyauté – adaptabilité – coopération – confiance – fiabilité – sensibilité aux autres – service – obtention de conseils.

Mais aussi :
Suivre, se conformer à.
Suivant, selon, d’après, conformément à.
 Au gré de. Au fur et à mesure…etc.

Autres symboles :
Découper de la viande de façon rituelle – se laisser glisser,
 se faufiler dans les interstices – accompagner un mouvement –
sans motif, sans cause, sans précédent.

Le Ricci : conformité au déroulement, moment où l’on s’insère dans le développement universel.


Impétueuse la volonté – poussée par le désir de la découverte –
 bataille, tâtonne, travaille les ingrédients d’une maturité futur.
Arrive un temps où l’effort n’est plus de mise,
 où c’est en lâchant prise que l’on trouve confiance et
évolue un peu plus souplement.

Suivre est un guide qui éclaire malgré les images contenues
 dans les trigrammes un " Tonnerre ",
 le trigramme Tchen du bas sort de la Brume le trigramme Touei du haut.

SUI est un mouvement souple, comme si le mouvement
 conduisait à une allure simple, plus ouverte,
plus diffuse,
 comme si l’impulsivité le cédait à cette légèreté
qui permet aux forces de s’assembler.

L’homme de bien ne craint pas l’obscurité car il connaît la valeur de l’abandon :
qu’après les difficultés des premières expériences survient
 une phase où la conscience claire s’estompe et renonce à ses prérogatives.

Le vouloir laisse alors place à une activité plus fluide, plus relâchée, et ainsi plus entière.
Une impulsion est donnée, suivre c’est savoir abandonner
 le volontarisme et laisser le mouvement se poursuivre de façon naturelle.

C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.

Une belle leçon d’apprivoisement en fait.
Et nous ne cherchons plus à contrôler,
 nous avons confiance dans le " suivre "
ceci même à l’occasion d’épreuves, d'obstacles.

Jean-François Billeter ajoute :

" L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier
 de diriger les opérations comme elle le faisait jusque là,
et s’oublier elle-même. "

J’aime bien ce suivre il en vient même
à adopter un comportement totalement libre et
lorsque la décision est prise de circonscrire un état de corruption,
l’émergence du Yin est inévitable…
et sans devenir un mouton de Panurge,
le suivre est un mouvement, une situation
qui a toujours un début et une fin.


 A cette association H31 et H17
nous pouvons émettre cette pensée:

"  démarrer un jour où particulièrement suivre apporte de nouvelles leçons."
Un réel pouvoir est facile à suivre,
la manière harmonieuse en cette association
 est de s’en remettre à ce qui vient et d'en suivre simplement
 le cours des évènements.

C’est une belle manière qu’a ce guide H17 de
rendre palpable subtilement qu’en toute force à déployer
une observation supplémentaire est la bienvenue et ainsi d’éviter trop de dégâts.
 On peut apparenter cette situation comme réfléchir soigneusement à
tout acte transformateur et faire retour à de l’harmonie.
Ce retour est de suivre.

On se laisse parfois aller à engager trop de paroles sur l'avenir.
Suivre les mouvements produits par
 les changements demande parfois à ce que l’impulsivité
soit maîtrisée comme pour franchir l’infranchissable.

Confucius disait :

" Il est bon d’habiter là où règne l’humanité.
Qui choisit de séjourner là où elle fait défaut,
manque de sagesse."
 
Que dire de plus de cette association:
 qu’il nous arrive de ne pas savoir par où commencer et qu’un remord
 nous assaille, alors avec une petite réflexion supplémentaire,
 une vision fugace, on suit car il n’y a pas d’autre issue dans le moment !


C’est ce qui se produit lorsqu’un apprentissage a été mené à bien :
 les éléments nécessaires ayant été intégrés,
 l’activité est en mesure de s’exercer par elle-même,
 sans que nous ayons davantage à intervenir.
Nous ne cherchons plus à contrôler, nous avons confiance.

Jean-François Billeter ajoute :

" L’oubli est lié à la maîtrise,
il se produit lorsque les forces profondes prennent le relais :
la conscience peut oublier de diriger les opérations comme elle le faisait jusque là,
et s’oublier elle-même."


Que dire de plus entre ce H31 et H17
que l’entente entre Yin et Yang produit des changements dans la façon d’accueillir
l'émotion ou celle d’en être tenté.
La douceur (du Vent) peut secouer l’entendement humain et réveiller le méditant.

Il est bon de méditer à propos
de l’harmonie sur terre à canaliser,
 alors autant consommer les méditations sans modération.
A toute approche dans le bien on calme le corps et le cœur,
on apaise les pensées et l'émotion est maîtrisée.
On assure un potentiel qui en tout temps,
par tout temps ne fait nullement défaillir
et de fait, consommer avec son cœur, il s'en libère de l’harmonie.

Cette approche lente est à l’image d’un volatil qui avec un léger temps de réflexion,
prend son envol pour une première fois en toute confiance.
Il se lance dans le vide et contre vents et tempêtes,
il n’en demeure pas moins dans la confiance…pour aller chercher son repas.

Un réel pouvoir est employé à bon escient pour en retenir la finalité :
une influence dosée, maitrisée. Serait-ce pour prendre un envol ?
J’aime bien ce SUIVRE, on en vient même à faire passer l’ émotion
comme on regarde un vol d’oiseau en plein Ciel.




Guy H

49  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Des obstacles comme travail sur le corrompu. le: 25 Mai 2017 à 19:34:59
J'adore les quelques citations qui accompagnent les hexas du jour.

Voyons celle-ci écrite plus haut dans le H39.


Lorsque la réalité s’oppose à nos projets,
ce n’est pas en cherchant à s’élever mais
en s’arrêtant qu’on prend de la hauteur,
ce n’est pas en forçant le passage
 mais en prenant du recul que le regard s’élargit.

L’homme de bien calque son attitude sur les éléments en présence :
 il sait qu’eau et montagne se rejoignent dans leur savoir du temps.

Revenir à la montagne intérieure, arrêt, silence, tranquillité.
S’adjuger l’endurance de l’eau, sa profondeur, sa régularité, sa patience :
(  et dire que le but était d'aller voir l' EAU !)

Rien n’est plus souple et plus faible que l’eau
Mais pour enlever le dur et le fort, rien ne la surpasse
Et rien ne saurait la remplacer.

Et pour  "passer"  ces difficultés:
".../... l’homme de bien sait se comporter comme l’eau
 qui épouse les reliefs au lieu de chercher à les modifier."


Belle journée  à toi  Izazen !
50  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Des obstacles comme travail sur le corrompu. le: 25 Mai 2017 à 01:41:12



39, les obstacles  ou l'obstruction et
18, travail sur le corrompu.



 39, les obstacles ou obstruction.

Le trigramme Montagne est surmonté du trigramme Eau.
Nous sommes face au péril et à l'arrêt.
Précipice et ravin constituent cet hexa 39, il n'est pas possible d'avancer.
Tchien , est une image très jolie .
Sous un abri, probablement une grange, dans la paille
 ( plantes entreposées),
 un homme repose son pied blessé.

TCHIEN implique la boiterie, l’avance difficile, et symbolise :

  " les difficultés de la vie. "…pour ma part la boiterie est bien imagée.


Cet hexagramme pose deux avertissements:
est-ce à force de trop marcher que surviennent les obstacles ?
A quel moment devoir s’arrêter de suivre une marche, est justifié ?

Bref  encore de formidables enseignements à suivre et de s’y tenir en confiance.

Les mots: obstructions inattendues – frustration – difficultés – sentiments d’impuissance – lutte – découragement.

Autres symboles :
Toits et fenêtres bouchées – le pied ne peut pas avancer – blocage – obstacle – boiter – volonté inadéquate – orgueil – arrogance – marche entravée – peiner – difficultés.

Le Ricci dit du 39 : obstruction, moment où la progression n’est pas possible
et où il faut s’arrêter pour changer ses dispositions.


Comme entrée en matière quelques conseils posés par 4 traits des six de l’hexa 39:
-   la succession des obstacles fait que vous vous trouvez toujours avant l’accomplissement du suivant.
-   le besoin d’aide solidaire est nécessaire pour aplanir l’obstacle, avant qu’il ne s’accomplisse. ( Pas d’orgueil à avoir dans la demande).
-   il faut réaliser une union influente avant d’essayer de surmonter l’obstacle.
-   il faut acquérir de l’aisance avant d’accomplir la traversée de l’obstacle.


Un obstacle, une obstruction survient toujours après une " divergence "
hexa précédent le 38, ou opposition.
Image de l’eau au sommet d’une montagne,
c’est que dans les hauteurs,
une sombre pluie de montagne bouche l’horizon,
amplifiant les eaux qui mugissent dans le creux des ravins.

Tout alentour, la barrière abrupte des rochers
qui se dressent comme pour interdire d’aller plus de l’avant.
Nous faut-il avoir en mémoire le vieil adage ? :
" reculer pour mieux sauter "


Montagnes et précipices :
paysage inquiétant où le chemin s’égare,
où les efforts se perdent,
où l’on se sent cerné par des dangers cachés.
L’eau tourbillonne et la roche emprisonne.
Plus on essaie de le franchir et plus l’obstacle résiste,
plus on avance et plus il semble impossible d’avancer.


Lorsque la réalité s’oppose à nos projets,
ce n’est pas en cherchant à s’élever mais
en s’arrêtant qu’on prend de la hauteur,
ce n’est pas en forçant le passage
 mais en prenant du recul que le regard s’élargit.

L’homme de bien calque son attitude sur les éléments en présence :
 il sait qu’eau et montagne se rejoignent dans leur savoir du temps.

Revenir à la montagne intérieure, arrêt, silence, tranquillité.
S’adjuger l’endurance de l’eau, sa profondeur, sa régularité, sa patience :

Rien n’est plus souple et plus faible que l’eau
Mais pour enlever le dur et le fort, rien ne la surpasse
Et rien ne saurait la remplacer.


Et pour  "passer"  ces difficultés:
".../... l’homme de bien sait se comporter comme l’eau
 qui épouse les reliefs au lieu de chercher à les modifier."


Montagne et précipice, sont les difficultés et
les obstacles qui rejettent l’homme sur lui-même.
Mais tandis que l’homme vulgaire cherche
la culpabilité au dehors,  chez les autres et gémit sur son destin.

L’homme supérieur recherche la faute en lui-même et,
grâce à cette introspection,
l’obstacle extérieur deviendra pour lui
une occasion d’enrichissement et  de développement intérieurs. 
C’est en cela que l’on parle de renoncement mais aux déterminations temporaires.

Abandon, mais pour une considération plus fine de la manière de ressentir.
Dédramatisation, patience, lâcher-prise sont nécessaires.
Alors les difficultés se dissolvent,
 et l’obstacle semble une leçon dans les pages du temps.
J’aime ce que Lao tseu dit des obstacles :
" Le plus tendre en ce monde domine le plus dur.
Seul le rien s’insère dans ce qui n’a pas de failles "


D'ailleurs s'arrêter parfois, est utile, n'est-ce pas ?
Cet arrêt imposé doit servir à préparer le moment  à l’action de réceptivité,
qui ne doit pas nous échapper.
 Ce moment est celui  où l’on n’avance pas car on ne pourrait avancer.

C’est en cela que le guide persuade d’agir au présent.
 Sortir de ces conseils serait ne pas être en harmonie,
 ne pas être en harmonie,
 apporterait alors le lot quotidien d’ennuis dont on se serait bien passé.

Cette réceptivité qui est toujours en éveil,
laissons là un peu se reposer
 trouvons un sommet, un promontoire comme une montagne
ou colline pour y suivre une méditation !

Rien n’est précipité,
 s’attacher à sa réceptivité est d’effectuer un travail réfléchi
qui permet de se maîtriser pour s’en sortir de toute de situation complexe comme la corruption H18.

L'hexagramme 18, a cet avantage de traverser des grandes eaux.

Cet hexagramme particulier,
j’ai eu souvent à l’expliquer à des personnes qui se retrouvaient confrontées à cette situation.
 Pas simple de leur avouer de rompre rapidement avec leurs habitudes.
 De leur dire que c’est en eux, par un lâcher prise
que se trouve la solution à leur problème.
Passons à l'action sans tomber dans l’excès, de plus
 la notion de traverser les grandes eaux est propice.


 

 18. Le travail sur ce qui a été corrompu
 ou réparer les fautes.


Le trigramme Vent est surmonté du trigramme Montagne.
Le vent au pied de la montagne, se heurte à elle, alors il repart en sens opposé.
Bouleversement, inquiétude, trouble, il est temps de revenir à l’ordre naturel.
Et remettre de l’ordre à ce qui a été corrompu n’est pas aisé.


Les mots : guérison – réparation – corrections des erreurs passées – épuration de la corruption – restauration de l’équilibre – action responsable.

Mais aussi :
Venin, poison, maléfice, sortilège. Séduire, ensorceler. Cause de désordre. Affaire.

Autres symboles :
Un vase dans lequel se trouvent trois insectes venimeux – poison – venin – périmé – sortilège – séduire – ensorceler – nettoyer et canaliser – remettre de l’ordre.

Le Ricci : Passage à l’action, moment où l’on entre en action.


Un vase rempli de vers ou d’insectes grouillants est l’image des " soucis ".

En fait les soucis sont utiles, comme les émotions
car ils (elles) incitent à la réflexion,
ce qui permet de les surmonter.

L’image est vent en bas et montagne en haut.
Le vent tournoie au pied de la montagne.
Ses bourrasques entêtantes tourmentent les êtres, les plantes dépérissent,
 les hommes sont énervés, tout semble à la fois agité
 et retenu dans une atmosphère lourde et délétère.

C’est un temps de pourrissement et de dégradation,
mais qui contient malgré tout les ingrédients d’une régénération.

Alors l’homme de bien en stimulant le peuple engendre le pouvoir.

Le nom de cette figure évoque un poison,
un venin, un maléfice mais ce peut-être aussi un remède,
 et l’on sait bien que les potions les plus amères
sont parfois des traitements puissants.

Le vent est tourbillon, mais aussi force de persuasion ;
 la montagne est retenue mais aussi force d’élévation.
Nous avons donc en ce 18, ce travail ardu de surmonter
 la corruption (par l'émotion ?) celle qui a œuvré depuis longtemps,
nous avons une situation dégradée mais
 dont l’homme de bien( ou sage) ne se lamente pas ni ne s’irrite.

Prenant à cœur son rôle qui consiste à éduquer le peuple,
il incite à se défaire des éléments de corruption ;
 il le réveille et  le stimule, tel le vent,
 il le guide et l’élève, telle la montagne.


De cette association 39 et 18, est développé le sens de faire face à l’adversité par le franchissement d’un obstacle précis.

Retrouver la quiétude et le calme nécessaire pour œuvrer de manière précise à réparer toute situation de corrompu.
Engendrer une capacité nouvelle,
 potentielle chez tout être humain consiste à faire éclore
un talent personnel dans une belle action conséquente.

Commençons d’abord par un travail de nettoyage et de retour à l’équilibre
 dans notre petit ego.
 Accordons-lui tout notre amour et toute notre attention.
Sachons pardonner et être totalement diligent,
 " faisons", travaillons, dans ce sens comme un pouvoir
venant du Tao……

Le monde et soi-même ne s’en sentiront qu’harmonieux.
Il est à noter qu'une approche résolue pour faire face à plusieurs
situations dégradées avec le temps demande aussi du temps.

Et par tout temps, en tout temps il est possible
de prendre énergiquement " le taureau par les cornes "
et faire retour sur soi.
Qu’en toute situation rencontrée une approche se fait
 le plus simplement du monde,
ce qui implique de devenir un élément d’inspiration.

Penser grand c’est permettre à quiconque de se maîtriser,
ceci composé par un temps de réflexion...
et de consacrer ce temps à développer du Yin...juste
le temps de réaliser cette approche active des plus harmonieuses.

 J'ajoute qu'à toutes avancées dans le bien,
vécues en une pleine conscience,
est signe de réussite...
ainsi on remédie à des situations des plus compliquées.

A cette association de ces H39 et H18,
le conseil émis est de travailler la réceptivité en chacun,
de la travailler à la racine de soi-même c'est-à-dire dans le coeur,
lieu où tout s’épanouit.
 Ensuite l’obstruction est mieux comprise
et de ce fait des possibilités de résolution s’entrouvrent.
Les obstacles allègrement s'effacent ou s'atténuent.

C’est dans une approche réfléchie (la maîtrise) que l’on puise de l’harmonie
et la partager c’est bonheur… alors
inopinément on se trouve
" bon moment et au bon endroit "
pour agir de manière surprenante
 et les solutions à tout empêchement surviennent comme par automatisme .

 

Guy H

51  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Se réorganiser, s’accroître par le petit qui apprivoise. le: 16 Avril 2017 à 00:18:27


Un hexagramme de perspective permet d’apprendre.

Lorsque l’H 9 est le pouvoir d’apprivoisement du petit, est contenu de la retenue.
Mot qui fait intervenir une pratique subtile.

Si des circonstances, des situations paradoxales se présentent, on se sent comme impuissant  face
à de l’adversité.
Ce moment est pourtant précieux comme invitant à prendre soin des choses insignifiantes, prêter attention aux détails et réparer à ce qui doit l’être, en vue de périodes d’influence plus grande qui arriveront à poindre.

Regardons le symbolisme : le Vent qui souffle au dessus du Ciel ou qui souffle par delà le Ciel.
Son symbolisme au Vent est d’être un moyen de transport, un véhicule qui peut être fort, violent ou doux très doux jusqu’à avoir un pouvoir si puissant qu’il achemine du sable venant du Maghreb  et de le déposer sur les pare-brises des voitures au-delà de la Méditerranée

D’où le Vent implique une disposition à apprivoiser, l’araignée en donne un merveilleux exemple.
Inlassablement elle tisse sa toile à l’insu de tous ceux qui l’entourent.
Peu importe le nombre de fois où son travail est endommagé.
Derechef elle se remet à l’ouvrage et le répare dès que cela est nécessaire.
Ne recherchant pas à attirer l’attention, elle ne remet pas au lendemain ce travail.
Sa force réside en une habilité à se fondre dans l’environnement.
Elle ne gaspille pas son énergie dans la recherche d’une solution rapide, elle fait ce qu’il y a à faire.
Comme elle s’y est bien préparée avec un dispositif élaboré  ….elle est capable de rester totalement immobile et vigilante.
Attendre, confiante que quelque opportunité savoureuse  finisse par croiser son chemin.

Voici  Izazen  une explication imagée d’un apprivoisement (animalier certes) adapté à l’humain.

Il est donc indispensable de ne compter que sur l’énergie intérieure et le travail sur soi ( et non sur soie)  pour transformer l’enfermement ressenti en créativité.
Modération, patience, retenue sont des pouvoirs forts en puissance créative.

A tout un chacun- chacune de voir, entrevoir, palper le sens profond  du H9.

Belle lecture à toi Izazen.

Guy H
52  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Se réorganiser, s’accroître par le petit qui apprivoise. le: 15 Avril 2017 à 07:42:06

 

42, augmenter ou accroissement, enrichissement et
9, le petit apprivoise, le petit arrêt .



42, augmentation ou accroissement, enrichissement.

Trigramme du bas Tonnerre surmonté du trigramme Vent.
Action double, foudre et vent s’augmentent mutuellement.

Les mots : partage – récompenses – débordement – expansion – épanouissement – encouragement – terrain fertile – abondance.

Mais aussi :
Ajouter, augmenter, progresser. Utilité, profit, avantage. Aider, soutenir.

Autres symboles :
Le liquide déborde du récipient – augmentation – accroissement – ajouter – aider.

Le Ricci : Accroissement, moment où ce qui est en haut, en décroissant, favorise le progrès de ce qui est en bas.


L’image de ce 42, est un vase ( en bas) rempli de liquide ( l’eau en haut) qui déborde. YI est la " plénitude".

Et la plénitude est obtenue lorsqu’on a vaincu tous les obstacles.

Vent et Tonnerre se renforcent mutuellement.
En fait, il y a surtout un remue-ménage en cet hexa.
Le tonnerre gronde et remue la terre au tréfonds, le vent agite
et la malmène par assauts répétés.

Comme si un nouvel ordre cherchait à s’imprimer d’en haut,
 la terre est bousculée, amenée à participer
désormais à de nouveaux engendrements.

Aux temps de croissance,
 ce qui avait tendance à s’assoupir est brutalement réveillé.

Une saine remise en cause :
rien ne peut durer sans changer.

Alors le temps de l’accroissement
 est le moment idéal pour observer la nature
 pour qu’elle nous guide,
pour tirer leçon de cette source
abondante et généreuse.

En prenant exemple sur elle, on commence
à comprendre la compassion,
 à expérimenter la sérénité et
 à découvrir sa propre capacité illimitée
de nourrir les autres et soi-même.

En prenant à cœur ses leçons,
on ne peut être empêché
 d’être inspiré à donner le meilleur de soi-même et
 à soutenir à leur tour les autres,
pour qu’ils parviennent à la réalisation
la plus totale de leur potentiel…
jusqu’à aller vers l’accomplissement...
alors croissons les uns les autres.

Le guide est une source d’inspiration et
 sans être dupe des emballements des évènements quotidiens,
 il fait apprécier l’éphémère à sa simple mesure
sans plus en faire l’étalon d’une longue échéance.

 Rien ne sera précipité,
 s’attacher à sa réceptivité est d’effectuer un pas réfléchi
 avant d’en entamer un autre par l’approche d’une souplesse…

L’ H 9, renvoie à une leçon apprise
ou à apprendre comme pour inviter
à commencer par un début mesuré mais ô combien prometteur.
Accroître petitement.
Voyons de quoi est fait ce " petit apprivoise ".


 

9, le pouvoir d’apprivoisement du petit ou gérer l’hiver.
On dit aussi le petit arrêt. Siao Tchou.


Deux trigrammes composent cet hexa:
en bas le Ciel et celui du haut le Vent.
Comprendre que ce qui est élevé est en-dessous de l'humilité.
Arrêter la dureté positive par l'humilité,
la douceur malléable et l'obéissance.
En cet hexa 9 la douceur s'invite.

 Les mots : retenue – autosuffisance – préparations minutieuses – ingéniosité – empêchements mineurs – adaptabilité.

Mais aussi :
Petit, menu, mince. Peu, un peu de. Rapetisser, diminuer, s’amenuiser.

Autres symboles:
Elever de petits animaux - petit élevage - agir avec patience et douceur vis-à-vis de ce qui est petit en germe - vraiment pas beaucoup.

Le Ricci: faible rassemblement, moment où les énergies ne permettent pas de grandes réalisations.


SIAO est quelque chose de très fin, encore divisé ;
Cette image du travail minutieux des artisans chinois évoque la petitesse.

Dans TCHOU, on voit de bas en haut : le champ qui produit une fibre végétale
 mise sur une quenouille, et entreposée sous un toit.

C’est l’image de la connaissance acquise, de l’éducation.
Sia Tchou est la petit éducation ou l’apprivoisement car
 l’homme de bien par la bonté et la douceur affine son pouvoir.
Le vent se trouve au dessus du ciel, il est alors comme le souffle du ciel.

Il en exprime le rythme en sculptant la forme multiple des nuages.
Il en dessine les contours en pliant l’herbe et les arbres sous son pouvoir tenace.
Il en chante la puissance et la courbe en se tenant à la hauteur de sa force invisible.

De françois Jullien :

" Le vent en lui-même est invisible et insaisissable,
mais tout le paysage
– jusqu’au moindre ondoiement de l’herbe ou de la feuille –
 est animé par son passage et le révèle.
Présence diffuse et englobante,
échappant à toute appréhension précise,
mais dont l’influence est immédiatement
 sensible et manifeste "


Ainsi fait un grand vassal, lorsque l’autorité s’emporte,
 le noble sait la délicatesse à adaptée à l’approche des puissants.
 Face à la tyrannie si prompte à s’établir, il ne tombe pas dans la nervosité  ou la colère.
De ce que nous pouvons retenir de ce "pouvoir d’apprivoisement du petit "
 c’est l'avertissement de ne pas étaler nos connaissances,
nos vérités intérieures à qui
 n’est pas prêt à les accepter.


Mais par contre à transmettre notre savoir
à qui n'est pas dans l'attente.
Notre vision circulaire s’entrouvrira un peu plus.
Et si apprivoiser signifie retenir,
 mais sans user de la force brutale et (ou) de la contrainte
plutôt par la souplesse  alors s’adapter à une nouvelle vision
sera profitable.

Apprivoiser pour ne pas trop éblouir,
 oui cela se fait d’abord par une observation très souple,
comme si nous regardions le fil de l’eau… alors…
approchons nous d’une rivière . . . où coule la Vérité,
 mais chut, je ne vous dirais pas où se trouve la mienne.


Une opportunité nous est donnée par ce guide
celle de découvrir que la vie est faite d’extérieure
et d’intérieur, de diminution et d’augmentation.
Des mouvements qui s’y animent
sont remplis de pouvoirs, limitons nous à l’événement
qui surgit venant du dehors ou du dedans,
c’est limiter ces pouvoirs comme toute ardeur pouvant
nous emporter dans un maelstrom.

Le conseil est la prise de conscience de tout ce qui est paradoxal.
L’apprivoisement demande de la réflexion, bien utile.



Guy H

53  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Transformer un conflit en joie. le: 18 Février 2017 à 10:55:12
Doux que ce moment, les yeux, les oreilles sont concentrées!
L'instant présent est si zen.

Merci Izazen pour ce moment joyeux !....... Lèvres scellées



Guy H

54  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Transformer un conflit en joie. le: 17 Février 2017 à 14:42:33



 
6, le conflit ou plaider sa cause et
58, joie du partage, joyeux, échanger.




6 : le conflit ou sentence du juge ou procès,
 plaider sa cause, résoudre les conflits.


Le trigramme de l'Eau est en dessous du Ciel.
On dit que la positivité du Ciel monte
et l'Eau, sa nature est de descendre...
il y a donc séparation, contestation.
Un conflit peut encore être évité.

Les mots :  soif de pouvoir – hostilité – jalousie – entêtement – agressivité – peur – compétitivité – controverse.

Mais aussi :
Ajouter, augmenter, progresser. Utilité, profit, avantage. Aider, soutenir.

Autres symboles :
Le conflit – se plaindre – s’exprimer devant un supérieur – éclaircir des affaires d’ordre privé – pas de convivialité.

Le Ricci : Conflit, moment où l’on rencontre l’opposition et où il faut user de diplomatie avec une extrême souplesse.


En cet hexagramme 6 se trouvent tous les moyens d’obtenir l’aide nécessaire pour résoudre les conflits et d’agir en premier dans le sens d’aplanir les difficultés.

L’image évoquant cet hexagramme est en deux parties :
1) une fleur sortant de la bouche et formant des ondes : c’est la parole.
2) un instrument divise un objet en deux parties égales .
Ces deux images reliées est :  "  la sentence d’un juge ".

Tout quotidien peut être fait de conflit, soit par le fait d’une contestation
 ou bien de divergences que l’on peut considérer à priori comme sincère ;
 de plus cet hexa : le conflit a en son Cœur l’hexagramme 37,
 la famille, car c’est souvent à l’intérieur d’un groupe
d’un clan, d’une famille que des conflits apparaissent.

Il y a donc une invitation à contempler tout évènement survenant
dans le quotidien autour de soi lorsqu’un conflit apparaît,
d’où une progression dans la perception de la résolution de tout conflit.

Changer son regard se transformer après la lecture de l’hexa du
  précieux guide et prendre corps  avec la confiance,
 la sincérité par la méditation pour sortir d’une controverse.

Cet hexagramme concerne toutes sortes de discordes,
 y compris entre des tiraillements de différentes tendances chez une même personne.
Axé sur la résolution du conflit, plaider sa cause
 pose le débat et la discussion, la souplesse  et la modération
comme principales manières d’aboutir à un nouveau départ.

Il s’agit avant tout non pas de se " jouer " le conflit
mais de parler, de s’expliquer sans faire procès à autrui,
 car, persuadé de détenir la vérité,
on se crisperai sur ses positions alors qu’il faut faire évoluer
le conflit dans le but de sa belle résolution qu’il contient en lui.
Et cela en découlera un riche enseignement pour tous.

 Comme nous mêmes  possédons tout en nous pour résoudre nos problèmes.

Fondamentalement, le conflit, ce sont deux volontés qui se heurtent,
et ce clash a lieu avant tout au sein même de chacun des adversaires.

Quand un individu ou un groupe ressent fortement le bien-fondé de ses idées,
 de ses propositions ou de sa façon de faire,… …
il peut facilement perdre de vue un contexte plus large dans lequel
chaque point de vue offre une perspective unique et précieuse.

Ici et maintenant et ne pas rester bloqué sur des positions ?

Ne pas perdre de vue l’ouverture d’esprit indispensable
 pour parvenir à une résolution qui satisferait toutes les parties.
Si cet hexagramme est défini par le mot conflit, il pourrait aussi être intitulé :
 résoudre les conflits, d’explorer ce qui pourrait les éviter
ou aller vers une réconciliation,
d’où l’importance de la parole pour arriver à une conciliation.

Choisir les mots à prononcer est un art qui peut vaincre des réticences
 pour s’avancer en pleine lumière et cependant  mener à une impasse.
Exposer de la souplesse pour acquérir des qualités yang et de ne rien précipité,
telle est la manière d'agir en chaman.

Un chaman puise sa croissance en effectuant un pas réfléchi
 avant d’en entamer un autre…une approche subtile.
C’est s’ancrer toujours à avoir plus de confiance en soi.
De se lancer dans un élan pour dénouer et d’entrouvrir une piste
de résolution. Comment  ? En ne tombant pas dans l’émotion.

Au cœur de l’H 31, l’émotion :
 il y a le 58, le joyeux, celui qui emprunt de calme et de sérénité,
propose une grande possibilité de communication.
Il y a des messages propices de joie qui se transmettent dans l’invisible …
par des conseils, eux bien visibles.



58, le joyeux, joie du partage, échanger.

C’est le Lac ou Brume répété, en bas comme en haut.
Le principe de l’eau étant de se mélanger,
nous obtenons l’image symbolique de l’échange et de l’accumulation.

Les mots : bonheur – ravissement – interaction – bonne volonté – franche communication – persuasion amicale – expression de soi –

Mais aussi :
Echanger, troquer. Transvaser (un liquide), échanger ( de l’argent).

Autres symboles :
Le frère aîné est apte à intercéder auprès des ancêtres – aptitude au rituel – l’échange entre plusieurs plans – la prière – la joie – l’enchantement – la pratique des souhaits.

Le Ricci : l’enchantement, joie, moment où l’expression douce et joyeuse développe la conformité avec le Ciel et la concorde avec l’homme.
Comment communiquer ?

“ Il échangera d’abord, soldera,
 paiera et ensuite livrera…
ses expériences et secrets.”

Deux images de cet hexagramme :
Une bouche qui est symbole de la matrice
 où se préparent les forces accumulées
des pensées condensées à livrer en paroles mesurées.

Paroles fluides.
Cette forme de vie est le verbe,
porteur des germes de création bien avant qu’elle ait pris forme.
La Génèse dit :

" Au commencement était le Verbe ".

Les neufs premiers hexas décrivent le flux dynamique
jaillissant de la Cause Initiale descendant de plan.
En s’accroissant, il s’est discipliné et, par un entrelacement
de forces se divisant et se divisant,
 il atteint un aspect relatif de stabilité.

Ainsi est la Racine Primordiale de la Vie,
base et trône du Pouvoir du Souffle
qui est créé et va créer, ce mot signifiant :
" rendre dense et compact  ".

Cet état de puissance immuable est l’image du Tao
 (mot que l'on évite de prononcer mais dont on peut le rendre palpable)
qui paralyse l’Influx indiscipliné,
incontrôlé avec une rigueur sans merci pour permettre à ceux
qui le vivent de redevenir
libres et sans attache à l’image du Principe.

La joie n’est pas la naïveté ;
elle est l’expression extériorisée d’un esprit libre,
de l’innocence, de la pureté, du sourire intérieur.
Puisque la joie pétille de l’intérieur,
elle est indépendante des circonstances extérieures,
et n’a nullement besoin de reconnaissance ou de gratification.
Tel un parfum, la joie imprègne subtilement
tout ce qui entre en contact avec elle et,
comme l’affirme ce vieux dicton :


  " quand vous souriez, le monde entier sourit avec vous ! "
La vie invite à stimuler,
 à inspirer et à diffuser cette ardeur joyeuse.
Dans des circonstances d’aussi bon augure,
il ne reste qu'à accepter ce rôle
 du joyeux en pleine réceptivité.
C’est l’accueil des partages dans la bonne humeur.

La réflexion supplémentaire est qu’à tout projet de s’attaquer à de la corruption,
La source de réussite continuité des échanges est assurée par ces échanges,
 conseils, informations etc….. joies !
Le méditant joyeux… aime échanger
 et cette joie de communiquer… permet d’émettre des souhaits.

En ce H58
on peut y voir aussi la pratique des souhaits,
comme par exemple de faire un vœux ( parfois lorsque l’enfant paraît)
et de l'envoyer au" ciel."

  Ô combien l’univers est bien fait entre ce yin et ce yang,
 alors tout est en place, dans l’instant présent.
Partager l’harmonie, la sérénité et le flux vital poursuit un éternel chemin
de manière la plus simple,
en des échanges répétés ( ou de fêtes répétées) fort judicieux pour effacer
un conflit ou l'atténuer.

La parole alors est importante,
forte afin de rester maître de ce qu’on organise,
mais réfléchi avant de se lancer dans une action,
en remuant par exemple……
la langue dans la bouche avant de parler.

Et la joie d'exploser ensuite en un élan dynamique généreux !
" Déployer les ailes, ouvre des fenêtres "
,
déverrouiller son cœur et aussi un nouveau mode de pensée
permet de se contenir en toutes situations, même les plus difficiles,
puisque la confiance accompagne toute attitude de méditation
jusqu’à la mesure d’un cœur battant… à l’unisson de cette méditation.

Et commencer à installer un silence paradoxalement dans les échanges.
De Abd-Allah Ibn Mukaffa.

" La condition souveraine du savoir est le silence. "…
c’est la parole ensuite qui en résulte.

La parole est des plus importantes,
forte elle permet de rester maître de ce qu’on organise,
 il est conseillé parfois de contenir tout élan dynamique
et sans précipitation de faire venir à l’existence…l’harmonie.

Tel un parfum, la joie imprègne subtilement
tout ce qui entre en contact avec elle
de là à inspirer, diffuser cette ardeur joyeuse aux alentours.

Dans des circonstances d’aussi bon augure,
On ne peut qu’accepter ce rôle
 du joyeux.
 

Ce guide 58 a la capacité de dissoudre,
de disperser ou de chasser
tout obstacle ou raideur qui a été une entrave à l’unité.

Lorsque les gens ne communiquent plus,
 leurs relations en souffrent.
C'est alors qu'une nourriture (adaptée) se doit d'être administrée,
Comme le rappelle cette recommandation du H27,
si l'on "mange " bien on "parle " bien,
 ce qui est nécessaire pour plaider en tout procès.

Dissoudre toutes les rigidités qui étaient en place
 durant un certain temps exige beaucoup de patience et de tact
et lorsqu’une poussée yang s’exprime,
l’heure est choisie, comptée.

Un savoir faire s’impose, celui d’œuvrer à l’aide
d’un  " homme de bien " (assez yang) suffit d’aller à sa rencontre,
sa contribution est de dénouer !
Émettre de l’harmonie par cette tierce personne…s’en emparer
au prix d’une réflexion supplémentaire, est salutaire ! 
Un jour plein de  réceptivité permet d’être au bon moment et au bon endroit.
 
Cette association 6 et 58 est somme toute stimulante car passés les désaccords voire les conflits ouverts, parfois cela fait revenir à une grille de départ pour accomplir autrement. La glace étant redevenue eau fluide, les molécules s'étant rapprochées.

Une pensée se fait jour.
A situation de tensions qui se libèrent une nouvelle situation apparaît,
une confrontation entre ce qui était et ce qui vient,
une piste : apporter du neuf…la joie !

Que ce jour plein de “ désaccords ”
apporte son lot de nouveautés, sans sous-estimer ces moments qui bousculent,
 ces orages voire même les pires foudres
qui par trop libres induisent des conséquences problématiques.

L’harmonie est à la porte de tout ce qui s’éveille.
A souhait est proposé en cette association,
un éveil-réveil et de regarder autrement les désaccords, griefs, conflits.
A toute méditation pour dénouer, un pouvoir mystique peut entrouvrir un déblocage
et faire s’éloigner les plus gros nuages.

Comme la mer est à marée basse, un point d’inflexion est atteint,
 un processus de désorganisation touche à son maximum,
c’est l’hexa 58 qui invite à éclaircir le ciel,
 son ciel et de s’installer dans la joie du moment !



Guy H



55  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Des échanges préparés en cuisine. le: 30 Novembre 2016 à 23:18:55
" Ô qu'il est bon d’accomplir en pleine confiance... "

Il est bon d'apprendre ensuite de faire et finalement on enseigne.
Le Dalaï Lama a des paroles portant à des distances,
les écouter puis les murir en soi ......
permet à nos actes d'être en harmonie.
C'est mieux se connaître !

Guy H
56  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Des échanges préparés en cuisine. le: 30 Novembre 2016 à 09:56:56



50, le chaudron et 7, l’armée ou discipline.

Voici deux beaux hexagrammes.
Le 50 étant un outil  (de travail, qui permet aux " recettes " d’être) et
le 7 invitant à de la discipline et du courage pour développer un potentiel.




50, le CHAUDRON.

Le trigramme Bois est sous le trigramme Flamme, feu.
Sous la flamme le bois se transforme lentement en braise puis en cendre.
L’effet utile du feu est de cuire ou de brûler.
C’est l’idée symbolique de la cuisson qui est la transformation par excellence.

Véritable lampe d’Aladin prête à l’emploi.

Cette association recommande en fait de maîtriser son
" Athanor ".
Un chaudron et la connaissance de ses capacités,
est d’un apport inestimable pour libérer les talents
de chacun parfois de manière à tout détenir.

Chacun a en soi, sans exception un " chaudron "
dans lequel les aliments se laissent transformer
pour s’élever en offrande vers le Ciel
 ( comme pour convier des forces invisibles à venir partager le substrat de cette transformation)
mais en fait pour devenir nourriture du sage.

Chacun sait que la sagesse est un processus évolutif très lent;
ce qui parfois met du temps, parfois se précipite par un moment d’adversité.



Les mots : alchimie intérieure – maîtrise – renouveau spirituel – réceptacle – rajeunissement – sagesse discriminante –

Mais aussi:
Vase tripode qui servait pour les offrandes et les sacrifices.
Vase rond ou rectangulaire à trois ou quatre pieds pour la cuisson des aliments ou offrandes rituelles. marmite, chaudron.

Autres symboles :
Chaudron – marmite – outil de communication entre les dimensions et les générations – lieu d’échange entre les morts et les vivants – une grosse casserole sur le feu – appeler le nouveau.

Le Ricci : le chaudron dans lequel les aliments se laissent se transformer pour s’élever en offrande
vers le Ciel et devenir la nourriture du sage;
 moment où le faible s’élève vers le fort en s’y conformant, assurant la marche vers le succès.


Cet hexa 50 exprime la nature de notre méditation,
 à l’extérieur immobile et solide,
à l’intérieur dépouillée et vide.
Bois en bas et feu en haut.
Nous savons que le bois alimente le feu,
ainsi s’effectue la cuisson des aliments placés dans le chaudron.

Mais le bois est synonyme de croissance ;
sa poussée, comparable à celle du vent, est l’image de ce qui pénètre
au fond des êtres pour en déterminer la forme,
 ou la remettre à jour ; par cette obstination,
   "les êtres deviennent purs et complets."

Le feu maintenant.
Il est la vivacité qui consume les êtres, mais aussi la clarté
 qui permet d’organiser et de régner :

" les sages se tournaient vers la lumière et ainsi administraient ".

Lorsque bois et feu se rencontrent, une épuration a lieu et la lumière s’élève.
Une matière nouvelle se crée à partir de l’ancienne :
condensation par où une autre forme se révèle,
 régénération qui permet de se reconnaître comme
dépositaire d’un pouvoir.

Il est dit que ce qui pénètre dans un chaudron
en ressortira transformé,
mais ne pourra plus revenir à son état antérieur,
ce qui signifie que les éléments de la situation
 subissent une transformation définitive,
 mais bénéfique, puisque l’objectif est d’alimenter
la situation et ceux qui la compose.

Notons que lorsque nous faisons une recette (culinaire par ex)
 nous y mettons les ingrédients puis les cuisons,
nous en surveillons cette cuisson et
nous la stoppons au bon moment, ensuite on procède au partage .

Qu’est-il nécessaire au chaudron afin de pouvoir expulser les fumées et
 les vapeurs symboliques qui sont dues aux transformations (qui se produisent à l’intérieur)…
de la "percée" ou une résolution ferme ?

Il faut être résolu pour expulser tout
 ce qui pourrait porter préjudice à la finalité de la recette.

Cet outil que chacun possède et qu’il développe
plus ou moins dans son quotidien,
 a été imagé dans l’ancienne Chine comme un trépied ou
 vase sacrificiel avec des " oreilles " pour le porter,
 a été le symbole d’un évènement heureux.
car c’est dans les grandes occurrences que ce vase était utilisé.

Ce chaudron représente une mise au monde,
 une expression de notre propre vision et notre créativité
 qui s’élève du plus profond de notre être.
Prêts à donner naissance à un rêve qui a pris forme en nous pendant un certain temps.
Et pour conclure une belle sentence, le chaudron est le symbole d’une transmutation,
 d’un passage à un niveau supérieur qui s’opère en fondant
du nouveau à partir de l’ancien.

Voilà pour l’hexagramme évènementiel qui " colle " avec un quotidien
où transformer est lié à une pratique visuelle,
l'œil captera toutes les transmutations environnantes.

Et comment donc pratiquer ce 50, avec quel conseil du guide ?
Maîtriser ce Chaudron, c’est l’affaire d’un chaman expérimenté.
Un guide qui surveille de loin en exprimant une émotion au moment où
le point culminant étant sur le point d’être atteint…
 ce chaman sait dire STOP !
 Un peu comme dans le dessin animé «  Fantasia »
où intervient le magicien pour arrêter un usage délibéré
 d’une baguette magique par un magicien en herbe Mickey.

Il y a une poussée vers le haut et la manière de la mettre en place,
par des limites, symbolisées par un ralliement à des " ordres . "
Voyons de plus près.
Face à un mouvement ascensionnel, est imposée une pensée limitée,
 est-ce à dire des paroles disciplinées ?
Rien ne sera précipité, par ce chaman,
il puise sa croissance en effectuant un pas réfléchi
 avant d’en entamer un autre.
Le H 7 suggère d’observer une discipline nécessaire.
 l'acquérir même pour "s'armer"



7, l’armée, force collective ou discipline.
 CHEU ou éduquer la multitude.


Le trigramme eau en bas et la terre en haut qui recouvre l’eau…
l’eau se trouve au milieu de la terre, de là naît la multitude
regroupée puis du pouvoir exercé sur elle.
Tout comme l’armée.

Les mots : exercice de l’autorité – mise en place de limites – prise du taureau par les cornes – élaboration d’une stratégie – mobilisation des forces.

Mais aussi :
Corps de troupes de 2500 soldats ; division. Armée, troupe, multitude. Général. Maître qui enseigne, professeur ; quelqu’un passé maître dans son art, artisan qualifié, artiste.

Autres symboles :
Discipline – général – professeur – maître – un drapeau sur les murs du camp annonce que le général est dedans – tristesse.

Le Ricci : ralliement, moment où, face au danger,
 on rassemble les énergies et établit la discipline.


Le caractère chinois est imagée par deux dessins.
A gauche, un mur, mais ce mur est petit comme inachevé :
c’est la fondation.
A droite sont des racines sous terre.
CHEU est le " maître ",  fondement et racine de toute connaissance.
En quelque sorte le commandant qui dirigera une troupe de combattant.


La sentence qui illumine cet hexa :

" Un vieux maître, qui possède une longue expérience, ne peut se tromper."
D’une armée on dit qu’elle est un regroupement de foule,
une communauté de gens qui sont à la fois disciplinés (il vaut mieux)
mais cantonnés dans une caserne ils sont,
et restent inoffensifs par contre en cas de conflit,
 " sortant " des casernes là est le danger en tant que potentiel guerrier.

C’est pour cela que le trigramme du bas ( le danger)
est en dessous de celui de la terre ( passive).
 Donc en dedans de l’armée un potentiel guerrier pouvant être menaçant mais extérieurement,
 l’armée semble être paisible voire invisible,
presque faisant partie du paysage.

Cette armée représente l’action de discipliner les éléments ou les personnes qui constituent la situation et de les diriger
vers la réalisation de l’objectif,
 dans les meilleurs conditions possibles.
J’ajoute sans trop de " casse " en pertes humaines.
En résumé, l’armée n’est pas trop la chose facile à diriger.

Terre et Eau, l’image est symbolique :
la terre morcelée image de la multitude et l’eau symbolise
 la force cachée qu’elle recèle.

L’homme de bien connaît le courage du peuple mais n’ignore
 pas la dureté qui lui est sous-jacente.
A même de percevoir le potentiel de violence d’une vigueur mal maîtrisée,
 il en comprend les ressorts,
 et plutôt que de condamner sa sauvagerie latente,
il la prend en charge pour en faire la substance d’un ensemble organisé.
Ce qui vaut d’apprendre pour un chef  militaire cela vaut pour l’individu.

Robert Van Gulik écrit à propos de l’un de ses personnages :

" Sa sauvagerie primitive était tenue en respect par la noblesse de son esprit, tandis que sa violence se sublimait pour devenir
un courage presque surhumain. "


Ce guide , révèle à chacun de prendre en charge
 les forces immatures qu’il abrite,
de reconnaître et d’accepter le farouche pour le civiliser .
Difficile de civiliser le vent.

En résumé, à chacun de se transformer et de modeler ses actions
dans l’harmonie, en commençant par adopter une discipline
 qui ne soit pas une contrainte et tout rassemblement est couronné de succès.
Le Yi King par ces conseils est une aide précieuse
qui dans toutes les facettes du quotidien,
 s’avère d’une efficacité impressionnante.

" Ô qu'il est bon d’accomplir en pleine confiance... "

Les gens s’approchaient si près de la nature les Rois d’antan
 avec un art de s’accorder aux mouvements de l’univers…
c’est la condition d’une croissance pérenne à engager sur une grande échelle comme des paroles sur l'avenir.
Suivre les mouvements produits par les changements demande parfois à rester en harmonie croissante, décroissante. Ce qui se pratique en tout art martial.

Le Yi King en fait aide à appréhender
toutes les facettes du quotidien par une discipline volontaire.
Précieuse est l’action de se préparer à l’usage de son chaudron et si l’harmonie est présente,
on se laisse parfois à engager des paroles spontanées qui engagent l'avenir
et alimentent le long terme.

Un conseil est nécessaire :
 les changements ( préparés avrc soin) demandent parfois de rester en harmonie croissante, décroissante.
Ce qui permet de reconnaître les personnes partageant des aspirations d’harmonie
et d’autres sous l’influence de fils invisibles,
de plonger dans une situation difficile, conflictuelle.
Et spontanément on retient "  ce qui vient "comme un fait providentiel.
 
C’est en cela que cet hexagramme conseille de ne pas refuser les disciplines
 que la vie impose,
 d’apprendre à les accepter
 car elles sont un remède à la peur et une assise pour la conscience.
"Obéis et tais-toi"
 dit-on en discipline et ainsi on ne se ronge pas.

Le Yi King en fait aide à appréhender
toutes les facettes du quotidien par une discipline volontaire.



Ce guide H7 , révèle qu’à chacun de prendre en charge les forces immatures qu’il abrite,
de reconnaître et d’accepter le farouche pour le civiliser et le guider même soit-il innocent .
Et donc, nos paroles sorties de la bouche doivent être canalisées
 après en avoir été " préparé " soigneusement " en cuisine

En résumé, à chacun de transformer ses paroles comme  ses actes
 par cette conformité à un peu de discipline ainsi louée par une progression
harmonieuse !

Le Yi King en fait aide à préparer de beaux échanges verbaux qui auront été préparés minutieusement.

Un poète québécois n’a-t-il pas dit dans une de ses chansons:

" ceux qui préparent les plus beaux festins,
ne sont pas forcément les convives,
mais ceux qui sont debout à la cuisine. "





Guy H
57  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Oracle Tao le: 19 Novembre 2016 à 16:48:05
Taoïste affirmée
il y a une connaissance profonde en Ma Deva Padma
de cet outil qu'est le Yi Ching.

En ces 64 images, cartes et le texte qui s'y réfère
nous trouvons une sincère explication des hexagrammes chinois.

Et lorsque je poste un couple d'hexagrammes,
 c'est avec ces cartes
 que je matérialise un tirage du jour.

Précieux il est et je m'en accoutume.
58  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Re : Retour après des divergences. le: 27 Septembre 2016 à 11:17:58
Comme si nous attendions le printemps… en septembre.
Il est en train de poindre.

Guy
59  Au jardin des pensées et philosophies / Questionnements et réponses sur les hexagrammes du jour / Retour après des divergences. le: 26 Septembre 2016 à 11:56:31



38, l’opposition ou divergence et
 24, le retour ou retour à l’ordre.


 

38, l’opposition, divergence ou discorde ouverte.

Le trigramme Brume est surmonté par celui du Feu.
La flamme qui monte et l’humidité qui descend, opposés par nature,
ces deux trigrammes évoquent le sens d’opposition, de séparation.

Les mots : points de vue opposés – différences personnelles – rupture de communication – disharmonie – malentendus – désunion.
Mais aussi :
Divergence au niveau des yeux, différent, discordant, étrange, s’opposer, être en désaccord, éloigné, séparé.

Autres symboles :
Œil – bigler – regard divergent – temps intermédiaire entre la fin et le début de l’année – vaincre sa peur du surnaturel – réaliser que les extrêmes sont en fait les extrémités d’un même ensemble – extérieur.

Le Ricci : opposition, moment où les forces contraires se complètent mutuellement dans une action féconde.


Voyons un peu l’image du 38.
Cet idéogramme représente à gauche le soleil vivifiant,
à droite le soleil desséchant sous la figure d’un rond en paille
ou en rameaux sur lequel on versait des libations
puis que l’on brûlait pour le faire disparaître.

Cette figure était fréquente sur les bronzes antiques chinois.
Elle est importante car pour la première fois
 on montre l’opposition d’un même état :
le soleil donneur de vie ou de mort.

Ces deux essences semblent s’opposer
mais elles ont, en réalité,
la même identité car la dualité vient d’une unité.


"  Le savoir, c’est réunir ce qui est séparé,
 comprendre l’harmonie de la vie,
même dans son aspect qui nous semble destructeur "


dit l’homme doué du Yi Jing.( Ou homme de bien).

La lumière est constante mais en descendant tout au long des étapes de la manifestation,
 son expansion la canalise,
 la coagule petit à petit et lui donne des aspects
qui semblent différents ; le sens " loucher de deux côtés à la fois "
 donne assez bien l’idée de la vue et de ses yeux divergents.

Cet hexa 38 montre la séparation des principes opposés
empêchant le mélange ( de se réaliser) et
faisant perdre à chacun d’eux son individualité première.
Les différences sont exposées.


En haut le trigramme feu se place au dessus de la brume. Divergence.
Ainsi l’homme de bien en assemblant en vient à différencier.

La brume qui s’étend sur le paysage excelle à fondre les matières
 et tamiser les couleurs.
Tel un voile qui annule les différences,
 elle répand ce petit d’air d’entente qui enchante et rassemble.

Le feu est plus violent : il dévoile, il accentue les angles,
il distingue les êtres qui, par lui,
prennent conscience de ce qui les sépare.

Deux désirs donc, mais des allures opposées, des menées différentes :
 il y aura bientôt divergence entre le diaphane et le dur.

Tout individu cherchant sa place dans le monde s’efforce
 de se rapprocher de ce qui le ressemble.
Comportement mimétique, qui stimule et rassure à la fois.
Enfin je rencontre cet autre moi-même, parfaitement identique !
Mais l’illusion ne dure pas, et le mélange
 se défait bientôt sous les feux cruels de la réalité :

Boris Cyrulnik dans Les Nourritures affectives écrit ceci :


" Si l’autre introduit le même monde que le mien,
notre monde interpersonnel sera d’emblée familier.
Ce comportement mimétique crée d’emblée
un monde interpersonnel heureux,
car il stimule sans angoisser.

Mais cette condition du bonheur implique
 que l’autre soit parfaitement identique
car la moindre variation crée une sensation d’étrangeté angoissante
qui risque de nous faire basculer de l’extase
 à l’horreur en nous poussant à éliminer
celui dont la minuscule différence vient de gâcher notre bonheur."


" Mais l’innocence de la brume ne résiste pas longtemps à la clarté du feu. "

S’ensuivent des désaccords et les disputes
qui ne font pas la part entre la remontrance superficielle
 et le vrai différent.

Quand notre façon de penser diffère de celle d’un autre,
 chacun doit prendre du recul vis-à-vis du sujet de controverse
 pour avoir une vision d’ensemble plus juste.

Le plus sage est de se dégager d’abord des frictions trop rapides,
 de s’éloigner des points d’achoppement afin de retrouver un terrain d’entente.
 Cette approche intelligente de l’opposition consiste tout d’abord à le définir
 ce terrain neutre et ensuite à s’y rencontrer.

C’est peut-être une démarche difficile à entreprendre mais, en persévérant,
l’effort en vaut largement la peine car il peut apporter des bienfaits inattendus.

Et comme les difficultés de communications peuvent toujours être surmontées
quand il y a un désir sincère de parvenir à l’harmonie,
nous devons en premier et le premier, assouplir notre mode de pensée
qui parfois est rigide.

De véritables résonances deviennent alors perceptibles,
 des harmoniques communes redessinent le chemin d’une unité possible.
mieux : établir le domaine partagé conduit bientôt à percevoir la différence.
Mais elle n’est plus un obstacle à l’entente.

Ce qui heurtait prend tout son sens,
ce qui était refus de se laisser altérer apparaît peu à peu
comme une nécessité au vu de chaque identité.
La vision des oppositions, des différences dans le quotidien,
ne peut être poussée trop loin afin qu’elle ne se transforme pas
en incompréhension puisqu’elle porte en elle de l’ harmonie.

Pour ne pas tomber " dans une divergence stérile
un guide exprime la sérénité selon les chinois :
…/… elle conduit à tous les biens ".
Tout excès est-il un moyen comme une " planche de salut " ?

Dès lors qu’en bien de divergences il y a séparation,
opposition ouverte, un terrain d’entente s’entrouvre
un guide approprié  l'hexagramme 29,

De véritables résonances deviennent alors perceptibles,
 des harmoniques communes redessinent le chemin d’une unité possible.
mieux: établir le domaine partagé conduit bientôt à percevoir la différence.
Mais elle n’est plus un obstacle à l’entente.

Ce qui heurtait prend tout son sens,
ce qui était refus de se laisser altérer apparaît peu à peu
comme une nécessité au vu de chaque identité.

Notre vision des  "oppositions"
ne doit pas aller jusqu’à être déstabilisé puisque étant en harmonie,
quoi ou qui pourrait déstabiliser ?
Suffit d’adopter un comportement conforme aux exigences de la situation.
D’écouter la nature, déjà par son Tonnerre et sa Terre….c’est le H 24, le retour
qui conseille .



24, le retour ou retour à l’ordre.

Le trigramme foudre ou tonnerre est surmonté du trigramme terre.
Parvenue à son extrême limite, chaque situation connaît un retour
à son opposé.   
Le besoin d’enclencher un nouveau cycle se prépare comme une recette,
pas celle d’hier, non une nouvelle qui ne sera pas du " réchauffé ".
Et cette nouvelle manière d’échanger révèle notre Être,
celui qui bat à un rythme harmonieux, j’ai nommé : le CŒUR !

Les mots : retour – début d’un nouveau cycle – rythme approprié – régénération – caractère inévitable – améliorations constantes.

Mais aussi :
Revenir, retourner, rétablir, restaurer, de nouveau, exempter.
Autres symboles :
Mouvement de renouveau, revenir, retourner – la main qui dit : reviens !

Le Ricci : renouveau, moment où ce qui est fort reprend sa marche ascendante.


A l’inverse du 23, où il y avait un seul trait yang qui était sur le point
 d’être " éjecté ",
 là en ce 24,le retour,
le trait yang a fait sa " réapparition " par le bas et
 cette fois si son rôle sera de pousser les 5 traits yin.
L’image du 24.
A droite on voit le toit et les ouvertures de la maison,
 porte et fenêtre. (C’est du vide qui permet l’usage Chapitre 11 Lao tseu)   
(A noter que plusieurs versions voient en l'image plus qu'une maison mais une cité.)
Ensuite en bas un homme sur le chemin, est évoqué le mouvement.

FOU ou FU est la maison où l’on revient,
 le retour de l’enfant prodigue, l’ " amendement ".

C’est également le pied gauche (faisant un pas en avant),
 qui représente le Ciel, le Yang, dans la Tradition chinoise.
Il va vers la ville, la terre, le Yin.

Cette  "Cité Antique a une double enceinte avec deux portes
opposés surmontées chacune d’une tour ",
elle est l’image de l’Espace terrestre que le temps
 va marquer de son empreinte car
 Temps et Espace sont liés comme les fils d’un canevas.
FOU, est le retour…
 le retour est la fin et le début d’une nouvelle situation.

Les textes disent :
"  Les éléments favorables qui semblaient
 jusqu’alors faire défaut,
 réapparaissent lentement et sont annonciateurs
de la venue prochaine d’éléments complémentaires et concordants."


Qu’y-a-t-il au cœur du 24 ?
L’hexagramme nucléaire 2, l’élan réceptif.
Le réceptif dit-on est l’ouverture nécessaire
qui rend possible le retour des éléments bénéfiques….
ça  " tombe"    bien.

Le Tonnerre se trouve au cœur de la Terre, en fait, il l'ouvre un peu plus..; ce yin parfait.
Au creux de l’hiver, le monde est enveloppé de nuit,
" moment de communion où tout
 est fondu dans la confidence et le rêve.".


La lumière s’est retirée, les êtres ont fait retour à l’indistinct,
c’est le solstice. Mais cet apogée est aussi un tournant.
Déjà une pâle lueur revient,
et l’on entend le tonnerre tressaillir dans le ventre de la terre.

Le tonnerre est mouvement, impulsion, impatience.
Lorsqu’il retentit aux tout premiers jours de l’année,
il annonce le printemps.
Ce n’est encore qu’une promesse,
car ce qui s’est enfoui dans la terre a besoin de temps pour s’affermir
et de sortir un premier germe.

 Écouter toutes les palpitations reconnaissables dans la nature,
 de ce qui s’entend comme de ce qui ne s’entend pas !
Sur terre la nature,
 fait-elle du bruit le matin… ?
Les premières fleurs font-elles un bruit à l'éclosion ?

Si un souffle vivificateur prend son essor observons sa forme nouvelle.
Cela exige beaucoup de patience et de tact
lorsqu’une poussée yang s’exprime,
l’heure choisie est comptée.

Un savoir faire s’impose, celui d’œuvrer à l’aide
d’un  " homme de bien " ( assez yang) suffit d’aller à sa rencontre,
sa contribution est d'engager un cycle qui soit harmonieux !

Et si des conditions sont idéales pour gravir, prospérer , épouser,
il convient d’agir en prenant en compte les difficultés qui peuvent naître...
les divergences.
La force de tout dynamisme est d’appréhender ce qui survient.
L'’unique conseil est qu’à toute situation compliquée, embarrassante,
une force d’acceptation est bien plus utile que celle d’affrontement !

Par un Bois sous la Foudre appelant ce  Tonnerre sous la Terre,
est démontré la valeur du Yin, la réceptivité
puis celle du Yang créatif et d'aller loin ,
cette association permet de se donner les moyens d’être au niveau
de la situation et de la dominer,
souvent c’est le libre arbitre qui en décide.


De cette association des hexas, 38 et 24, c’est un peu
être observateur des divergences puis des convergences d’opinion
qui feront partie de notre quotidien...comme un entraînement à être à l’écoute
 du tonnerre et de la terre, de leurs palpitations reconnaissables...
on se maîtrise pour ne pas démarrer au quart de tour.

Laissons ces mouvements harmonieux se poursuivre de façon naturelle
comme si nous attendions le printemps… en septembre.
Il est en train de poindre.



Guy H


60  La vie du site / Aux présentations / Re : Bienvenue izz871 le: 19 Octobre 2015 à 20:19:29
 Souriant

BIENVENUE à toi izz871........

Ô grand Bern art de poster........!

Plin de belles chauses ici..........et notamment lortau  graf
permet de sans tendre ! Tu voua ce ke je resang !

Amitiés 

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 13


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.164 secondes avec 18 requêtes.