Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
13 Avril 2024 à 01:04:11

Izazen  |  Messages récents
Pages: [1] 2 3 ... 10

 1 
 le: Hier à 18:39:49 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H


 


De C.J.-D..Javary :
Le Yi Jing n’est pas un livre de sorts, il ne prédit pas l’avenir.
Il analyse l’organisation du moment présent de manière à nous aider
 à y insérer au mieux notre action.

C’est fondamentalement un guide de stratégie de la vie quotidienne,
un manuel d’aide à la prise de décision et c’est en cela qu’il est en plein accord
avec la tradition confucéenne.
(p162 : Grandir avec Confucius.)

29, l’Eau, ABYSSE, ou s’entraîner au passage des ravins et 20, la contemplation - méditation, regard ou modèle.

On est proche de la réalité en définissant le H29 comme :
l’entraînement aux abysses.
Ou la traversée de situations obscures, incertaines, difficiles, profondes.

L’expérience humaine est une donnée inévitable par l’épreuve qui conduit ordinairement
 à se laisser désagréger par le doute ou tétaniser par la peur.
Parfois des circonstances évoquant la présence d’un danger
 comme un traquenard de se transformer par une observation franche et saine.



https://astropalais.forumactif.com/t1356-29-danger-repete

K’AN. Entraînement aux abîmes, au passage des ravins.

Le trigramme Eau est répété deux fois, les gouffres sont le domaine de l’eau :
mouvante, insaisissable, mystérieuse, insondable, c’est l’alliée des profondeurs.
Ce H29 est la répétition d’un danger comme un vide qui s’ouvre sous nos pas !

Les mots: danger - engloutissement - caractère imprévisible - conditions hasardeuses - sentiments obscurs - insécurité - confrontation à la peur - courage .

Mais aussi :
S’exercer, s’entraîner à, apprendre, pratiquer, se familiariser avec, répéter un exercice, habitude, entraînement.

Autres symboles :
Le premier envol au-dessus de la falaise – vertige – les ailes se déploient pour la première fois dans le vide – se familiariser avec le vide, l’espace – vers le bas.

Le Ricci : Abîme, successions de dangers, moment où les difficultés multiples suscitent un redoublement d’effort pour atteindre au but.

Le ciel antérieur du H29 est le [H2]. La Terre porte toute chose.
Elle est le lieu du recueil, de la gestation, de la naissance, du soutien.. A son image, l’Être de valeur cultive en lui-même de la force et l’infinie patience qui permettent de supporter êtres et situations tels qu’ils se présentent, tel qu’un ravins ou abysses.


" C’est sagesse que d’avoir peur. "
Carl Gustav Jung.

Xi K’an , l’image comprend deux caractères.
Le premier dessin sont des plumes et le mot blanc ou soleil levant, à son début du jour.
La combinaison des plumes et du « début » a le sens de s’exercer, s’entraîner à apprendre, se familiariser avec, pratiquer allant à répéter un exercice comme pour l’oiseau à son premier vol.

Dessous ce premier caractère, le second a le radical « terre »
mais cette terre est un endroit qui fait défaut, où l’on s’enfonce comme dans une fosse,
 un piège, un abîme, un trou, un précipice où le sol se dérobe sous les pas.
Peurs, vertiges angoisses et d’autres ravins du cœur sont à vivre d’une part puis à franchir.
Autre pensée sur le sujet
 de Sylvie Verbois."Ce qui s’enfonce brusquement : l’être touche les profondeurs du doute et du désespoir."

En la Grande Image est écrit :
L’eau par un cours continuel atteint son but :
l’entraînement aux abîmes.
Ainsi l’Être de valeur,
agissant avec un zèle réitéré,
S’ENTRAÎNE à l’apprentissage des affaires redoutables .
L’homme se sent piégé par un élément qu’il ne contrôle pas.

Alors une expérience passée est à remettre en mémoire, ce qui vient du passé :
 se tenir immobile.
Et si cet hexagramme présente des aspects de crainte,
 il n’en est pas moins un hexagramme
 où se trouve la solution,
 de s’en sortir par un entraînement
à ces "passages" difficiles, une vigilance est de mise !
[Le H27, nucléaire, NOURRIR, se nourrir de cette vigilance, prudence.]

Et oui, plus l’adversité nous atteint et plus
d’expériences de l’adversité sont amassées.

Et quels que soient les dangers encourus,
 il faut garder confiance.

En fait ce H29 des "abysses"
 revient souvent lorsqu’ une expérience passée
nous fait TILT.


Le petit travail d’observation de la situation,
cette expérience qui  "reviendrait" :
 permet d’élever un obstacle pour s’en protéger et
 ne pas retomber dans le danger qui se présente.
 C’est de l’entraînement sans plus.

Revenons à l’image K’AN.
Deux auteurs en parlent de manière identique.

En premier Claude Pipitone en son "Yi King du thérapeute."
"…deux êtres vivent en symbiose, voire en interdépendance.
La plante à gauche inspire du gaz carbonique et expire de l’oxygène et l’homme inspire de l’oxygène et expire du gaz carbonique.
La plante trouve à côté de cet homme ce dont elle a besoin de vivre.
Ce pictogramme au sens littéral du dessin pourrait s’appeler le souffle de l’homme,
 du père…./…"


Marguerite de Surany aborde aussi cette image de Khan en son " Perpétuel Devenir. "
" La petite plante à gauche vient de sortir de terre et commence à croître. Elle assimile et capte l’énergie d’activité Yang solaire et astrale et la distribue.
Le jour elle exhale l’oxygène, la nuit du gaz carbonique. Un circuit s’organise qui va du ciel à la terre et de la terre au ciel.

Cet homme à droite (de l’image) respire ; il prend de l’oxygène et rejette le gaz carbonique. Ses pieds sont sur la terre, sa tête vers le ciel. En lui aussi s’organise un circuit intégration/rejet qui entretient la vie. C’est l’interlude subtil de la force vitale qui comprend le flux et le reflux, le stimulant et la réaction…./…
Cet immense circuit magnétique qui est la Vie est une Chose Unique. Il n’y a pas de matière, il n’y a pas d’esprit, mais seulement une lumière qui en crée une autre, la nourrit qui en recrée une autre…/…"


Et maintenant un plus apparaît en des ouvrages comme ceux de C.D.Javary et D.Bonpaix.
Des plumes, oui qui n’apparaissent pas en d’autres ouvrages !
Ces plumes au-dessus d’un soleil levant signifie le début d’un mouvement d’ailes.
Un apprentissage du vol.
A droite du dessin le signe de la terre et une gorge dont on voit la glotte surmontée de trois traits horizontaux : signe de déficit, du manque. Ces deux parties accolées donnent le sens de " gouffre à franchir ".
Et pour y arriver dans le Jugement du H29 sont écrites quatre phrases :
Il y a onde porteuse.
Unifier le cœur.
Favorisant.
Agir amène à se surpasser.


On en vient de suite aux différents sens du H29 :

-   La peur, l’incertitude, l’inquiétude, l’anxiété, toutes sortes de craintes ou de phobies.
-   La mélancolie, l’abattement, la tristesse, le chagrin, la dépression.
-   Une épreuve émotionnellement fatigante.
-    Une difficulté à avancer.
-   Un blocage intérieur, le manque de confiance.
-   La tendance à dramatiser.
-   La traversée nécessaire de l’obscurité ou de la nuit intérieure.

L’insistance de l’eau : par la reprise incessante de son mouvement,
finit toujours par vaincre.


D’où une insistance à vouloir franchir les obstacles,
 ils n’en seront que plus faciles par la suite à franchir dès lors
qu’ils se présenteront en une même teneur ;
seulement il est important de ne pas atteindre un seuil critique pour ne pas plonger dans l’inconnu.

L’eau qu’elle s’accumule patiemment dans les creux
ou bien revienne par vagues répétées,
 c’est de son obstination que lui naît sa force,
 par la persévérance qu’elle détermine son chemin.
L’humain d’en garder un excellent conseil comme
de faire face à l'emportement de l'eau jusqu'à des catastrophes
comme les inondations.

Sombre comme les ravins où elle s’assemble,
 lourde comme la peine que demande leur franchissement,
l’eau est alliée à l’obscur.
Elle est pourtant source de fécondité.

Telle une lumière céleste, elle agit dans ce qui est
"caché et dissimulé, "
mais aussi dans ce qui a
" le cœur dense ".

Son écoulement continu est l’image
de l’opiniâtreté nécessaire à qui veut sortir de la confusion.
C’est ainsi que l’homme de bien connaît l’importance de la pratique,
qui discipline les forces sauvages et
 rassemble les énergies en une orientation claire.

Cette leçon, il l’étend à ceux qu’il a en charge de guider :
son enseignement ne fait qu’imiter l’écoulement continuel de l’eau et delà
mettre à profit les risques répétés inhérents au moment.
Un mouvement se produit celui de juguler ses peurs.

Et six hexagrammes dérivés aident à apporter un complément bien utile
comme des « compagnons » de route à ces entraînements
 au franchissement des ravins.

H60 : la limitation.
H8 : la solidarité ou alliance.
H48, le puits ou source.
H47, l’accablement ou épuisement.
H7, l'armée ou discipline.
H59, la dissolution ou dénouer.

Voici proposé les six conseils prioritaires !
D’abord trouver une juste mesure des capacités à avoir pour cet entraînement.
Dépasser ses peurs en se recentrant sur de solides appuis et se sortir de toute inquiétude.
Une aide extérieure de venir qui nous enseigne à rechercher en soi une énergie
sachant qu’une contrainte en découlera,
un épuisement ou fatigue.
Vient la volonté de rassembler des forces dans un but de dissoudre en soi des rigidités,
 des blocages, les évacuer alors par une discipline efficace.

Comme l’écrivait Zhu Xi :

" Qu’il s’agisse de se gouverner soi-même ou de gouverner les hommes,
il faut toujours procéder par la répétition de l’exercice et de la pratique ;
ce n’est qu’ensuite que la parfaite habitude assure la tranquillité. "
   

Quel guide pour se donner du cœur à l’ouvrage et
 passer sans encombres une double épreuve,
ravins et précipices au menu ?

Le guide de cet "abysse"
est celui qui porte en lui une forte disposition : l’observation complète.
Intérieur comme extérieur. H20.

Le H20, propose de regarder autrement que par le mental.
Une méditation est-elle possible depuis une hauteur ou un précipice de nous faire face ?
Cette citation de nous donner une belle perception VOIR.

“ L’abandon à soi n’est pas l’abandon de soi,
mais sa floraison.”

“ Whisper in the dark.”.Felicia Simion.


[/color]

https://astropalais.forumactif.com/t1347-20-l-observation-objective

20, la contemplation, regard ou modèle.  KUAN.

Le trigramme Terre est surmonté du trigramme Vent,
le vent court sur la terre atteignant et touchant toute chose.
C’est faire courir aussi le regard.

Les mots : obtention d’une vision d’ensemble – observation libre d’attachements – compréhension accrue – solitude –
intégration grâce à la réflexion.

Mais aussi :
Regarder au loin, observer d’un lieu élevé. Contempler, examiner. Parcourir et visiter un pays. Aspect, vue, apparence. Juger, conjecturer, deviner. Conception, point de vue, idée. Faire voir, faire connaître, instruire, informer.
Lieu élevé d’où l’on peut voir de loin, belvédère.
Monastère, temple taoïste.

Autres symboles : une chouette – l’œil capable de voir dans le noir – le regard de la chouette –
regarder l’invisible de la situation – contempler – observer – un monastère – un belvédère.

Ricci : perception de l’invisible,
 moment où l’on saisit l’influx des énergies cachées .

Le ciel antérieur du H20 est le H7 des gens en arme, l’armée où une discipline
y est appliquée afin d’avoir une visionnaire stratégie.


Cet hexagramme est particulièrement
imagé par les traits (Yin et yang)
 deux traits yang surmontent 4 yin.
 Voici une tour,
de laquelle on peut voir au loin et d’où
également depuis le lointain,
cette tour sert de repère dans la direction à prendre.

Comme dans le passé les habitations ne cachaient pas les églises,
elles étaient vues de loin, de leur observation servait à reconnaître le chemin à suivre.

Autre image par l’idéogramme, à gauche,
 est celle d’un héron, oiseau criard portant une aigrette.
C’est un animal grave et digne et
l’idéogramme qui représente cet animal,
lui donne deux bouches comme pour inciter
 sur sa voix dont la puissance attire la femelle.

A droite un œil est immense, placé sous un homme
qui fait effort pour voir au-dessus de la foule et
cet immense œil montre que l’homme est fasciné et attiré
 … peut-être par l’envie.
 KUAN est
" la dignité que l’on regarde."

Regarder ce qui survient est une double vision si j’ose dire.
 Il est dit, tout le monde regarde et de voir le visible comme l'invisible.

Mais les uns regardent dans l’attente de quelque chose et
les autres à la recherche du moyen d’obtenir ce quelque chose.
Dans tous les cas ce n’est pas au présent
 qu’il faut conjuguer l’objectif mais au futur.

Cela réclame aussi d’avoir une attitude grave, réfléchie dans la contemplation,
où chaque geste aura un sens et des conséquences.

L’objet ou le but visé (en ce H20) doit occuper
tout notre esprit et rien ne doit le distraire
 s’il l’on veut réussir. Ici ce n’est pas la réalisation
ou le but qui sont importants, mais ce qui les précède...
une concorde à établir pour démarrer un projet.

On va donc servir de point de mire à des regards
et agir en conséquence, être attentif aux moindres actes.
On devient un modèle regardé à son tour.

Notre vision de s’élargir car au "cœur"
  de l’hexagramme se trouve  le 23,
 l’éclatement, l’usure, un travail de sape…
 et si une vision nouvelle aurait-elle besoin d’abord
que l’ancienne s’effondre ?
De voler en éclats.
Comme si le temps de la disparition
 (de l’ancienne vision) est propice à l’élévation du regard.


Des hexagrammes dérivés du H20 nous pouvons entrevoir
le comment regardons-nous :
H42 augmenter
H59, dénouer
 H53 progresser pas à pas
 H12, adversité
H23 usure
 et H8 alliance.
Six hexagrammes pour parvenir à plonger dans les différents aspects du regard,
d’une vision sous plusieurs angles.

Regarder, augmenter nos observations, ensuite dénouer ce que nous avons reconnu,
pas à pas notre regard change jusqu’à faire venir de l’adversité,
 parfois de l’effroi.
Cela démontre que nos regards tombés en usure demandent à être satisfaits
et d'aboutir à des alliances, des unions (dans le regard) bienvenues.

[Aparté : et d’ajouter]Lorsque nous apprenons à utiliser les archives akashiques pour exercer la vue, nous pouvons avoir une compréhension claire de la réalité telle qu’elle est
 et la conscience de tout ce qui est contenu en nous,
la perception sensorielle et l’existence phénoménale de l’intérieur.


Regarder en ce H20, c’est élever son point de vue à d’autres visions.
Ce H20 a une importance particulière
 car il plonge le regard,
dans celui de tous les jours et
 manifestement d’aller au cœur de ce qui survient.
Cela interroge sur toute intervention spontanée et de la savoir pourquoi pas programmée comme prévue.
 Cela change notre regard et d’y voir une synchronicité plutôt qu’un hasard.

Ces réflexions mènent au cœur d'un regard
 porté sur le quotidien, porté sur notre alimentation.
Le moment est venu de réfléchir à la vie en harmonie,
de prendre du recul par rapport à l’activité et à l’emprise d’un esprit affairé,
 et d’expérimenter la nature profonde de manger et boire,
en un détachement serein.

François Roustang écrit ceci sur le regard :

" Lorsqu’on fixe un objet, on supprime l’environnement
dans lequel il se situe. Mais alors il devient impossible de voir.
Le rapport de la figure au fond est nécessaire pour qu’il y ait
perception ; si le fond est effacé, la figure l’est aussi. "


C'est un avertissement du Yi Jing que cette association H29 et H20.
Associés, ces deux hexagrammes impliquent
un franchissement d’épreuves émotionnelles
qu'une nouvelle vision permet aussi de se contenir
 en toutes situations même les plus imprévues ou inquiétantes
ceci par un regard différent que l’habituel.
 Un regard original.

La contemplation est précieuse avec le symbolisme des trigrammes
 qui composent ces deux hexas.
Petit conseil :
"Lorsque nous voulons modeler quelque chose, ou quelqu’un,
commençons par adopter en soi une extrême souplesse,
puis trouvant une communauté de gens empruntant ce même chemin,
c’est de concert que le groupe à son tour apprend en toute confiance à se modeler !"
Manière suave d'observer.

Ces H29 et H20  proposent une réflexion par l’image des trigrammes  et de comment ils s'influencent entre eux.

H 29 : le trigramme Eau est redoublée en bas comme en haut
H 20 : le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).

H29 : L’eau se trouve redoublée en ce H29, elle apporte son côté insondable voire même inquiétant.
Elle suit continuellement son cours, patiemment mais obstinément elle reprend, insiste, réitère son mouvement et finit par franchir l’obstacle ou de le contourner.

H20 : la terre de receler des biens précieux, le vent de les mettre à jour.
Ainsi par une modification de notre regard on cherche à se rapprocher de sources invisibles et cachées dans le visuel du moment.
L’heure n’est pas de lever les yeux vers le ciel, mais à percevoir ce qui nous échappe en mettant l’accent sur la concentration, le regard intérieur et le détachement sont de la partie.

Telle est la voie qui s’offre à l’Être de valeur savoir en pareille circonstance
suggérant un temps de ravins ou précipices à franchir.

L’Être de valeur discerne les courants positifs et de mettre
les injonctions négatives de côté. Tout se fera par une observation appropriée, répétée.

Comme l’écrivait Zhu Xi :
"Qu’il s’agisse de se gouverner soi-même ou de gouverner les hommes,
il faut toujours procéder par la répétition de l’exercice et de la pratique ;
ce n’est qu’ensuite que la parfaite habitude assure la tranquillité. "


Cela s’appelle le Yin d'élévation du regard
il est donc aisé d’en appliquer la loi universelle faite d’incessants changements.

Il est très instructif de lire le Yi Jing
sous la forme d’un jeu des paradoxes,
une belle et manifeste gymnastique des paradoxes.

L’homme de bien se retire en son for intérieur,
car il possède une qualité éminente
(à lire le Livre, devenir un gymnaste philosophique),

celle de voir la réalité au-delà de l’instant immédiat.

De faire fi des obstacles, on devient un " cascadeur chevronné " par tant d'épreuves du passé, passées.

Vivre des instants à première vue impossibles à franchir
comme ils viennent.   
dans le PRESENT, tel un entraînement d’aboutir favorablement
seulement en regardant autrement [/color=purple] " en cet instant présent."


Et si c’est sagesse que d’avoir peur Selon C.G. Jung[/color]

et d’ouvrir les portes du Ciel en jouant le rôle féminin,
(selon Lao tseu)
on retiendra que tout entraînement au passage des ravins
et les abysses vécues en une pleine conscience,
 nous assurent d’un potentiel  qui en tout temps,
par tout temps ne nous fait nullement défaillir.

Une finalité heureuse à pareille situation est possible
à qui sait utiliser le pouvoir de l’observation (comme de revivre d’autres franchissements antérieurs),
devenant une aide précieuse.
Magnifique jeu d’enfant restant en mémoire !


 

Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

 2 
 le: 11 Avril 2024 à 01:52:46 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H

 


61,la confiance au milieu juste ou vérité intérieure, totale synchronicité ou confiance
14, la prospérité ou grand réalise, grand accomplissement, grand advenir.



61. ZHONG FU.

Tout en cet hexagramme pivote les mots tel que:
 vérité intérieure, totale synchronicité ou juste confiance.
Avoir confiance c'est avoir confiance dans la vie.

Le trigramme Vent est surmonté du trigramme Brume ou Lac.
Un marais est balayé par le vent, où l’action est ressentie profondément.
Nous obtenons l’image de la foi.
Foi et droiture sont l’essence de toute transformation.

Les mots : sagesse du cœur – vision – clarté – pureté – connaissance intuitive – conscience – reconnaissance de l’illusion.

Mais aussi :
ZHONG : Milieu. Central. Le Milieu Juste, la juste mesure, centre, droit, équilibré. Intermédiaire, médiateur, arbitre. L’intérieur.
Le cœur humain, la vie intérieure.
FU : Fidèle, sincère, digne de foi. Avoir foi. Avoir confiance.

Autres symboles :
La flèche se plante dans la cible en rythme avec le tambour – un enfant se laisse porter en toute confiance par les serres d’un aigle bienveillant – en toute confiance, au bon endroit, au bon moment.

Le Ricci : véracité interne, moment où le vide intérieur permet
 aux êtres d’être fidèles à leur réalité propre et
 leur assure la stabilité dans le développement.
Le ciel antérieur du H61 est le H47  l’ ACCABLEMENT.
Si l’Être de valeur, en faisant aboutir ses aspirations, accomplit son mandat,
ce n’est pas nécessairement un drame que d’être accablé,
juste un temps de désarroi paradoxalement nous permettant malgré tout d’installer  une confiance qui peut en subjuguer plus d’un.



Zhong Fu est donc la confiance intime qui apporte l’équilibre.
On retrouve dans la Grande Image et la Dixième aile les mots :
 Juste Confiance.
Dans le jugement les citations chinoises sont directes et Cyrille Javary et Pierre Faure de décortiquer les phrases séculaires du Livre, la "brique rouge "!

JUSTE CONFIANCE
Porc et poissons
Ouverture
Profitable de passer le grand fleuve
Ténacité profitable.


Les deux animaux qui symbolisent la JUSTE CONFIANCE résument à eux seuls toute la spiritualité chinoise.
Le porc représente les ascendants car la demi-tête de cochon était l’offrande de base du culte ancestral – à partir de là, il est l’image de tout ce qui a précédé.
Le poisson représente les descendants, car un repas de mariage n’est pas concevable sans que soit servit un plat de poisson – à partir de là ; il est l’image de tout ce qui suivra.

Du couplage de ces deux symboles découle toute une conception de la vie, qui se manifeste dans le sentiment d’être à sa place dans le présent, comme un maillon vide et nécessaire dans la chaîne vivante d’ancêtres défunts et d’enfants à venir.

Ouverture et profitable de passer le grand fleuve :
Plus généralement, cette sensation d’une position juste est à la base d’une profonde confiance en soi qui donne le cœur de réaliser ce qu’on croyait impossible et la force de passer le grand fleuve, c’est-à-dire d’aller sans crainte à la rencontre de l’autre.

Cependant, comme le suggère l’absence de la mention favorisant , l’accord n’est pas acquis d’emblée : l’échange est un parcours qui nécessite patience et ténacité.

Qui s’appuie sur ce qui a été pour faire advenir ce qui sera envisage le présent qu’avec confiance.
Les six traits d’être résumé ainsi:

1)   La confiance doit être ferme et éclairée.
Traduis par : rester zen et tout ira bien.
2)   La confiance est la base de la concorde.
Traduis par : manifestez-vous discrètement : on répondra à votre appel.
3)   Pas de confiance sans maîtrise de soi.
 Traduis par : une excessive dépendance peut- être déstabilisante.
4)   C’est par la confiance qu’on accède aux rangs élevés.
Traduis par : gare aux rivalités : il faut garder l'esprit d'équipe.
5)    Qu’est la confiance sans fidélité ?
 Traduis par: vous êtes le maillon clé d'une chaîne indestructible.
6)   Confiance en soi et ambition sont des contraires.
Traduis par : quand la confiance manque, le dialogue s'interrompt.


Alors en lisant le texte sur la " juste confiance ",
 voici la traduction résumée de deux traits du milieu de l'hexa par Nathalie Chassériau dans sa version du Yi Jing.

L’hexa est composé de deux traits yang en bas, deux yin au milieu et deux yangs en haut.
Les deux traits YIN du milieu évoquent
un Cœur vide de toute idée préconçue,
 de toute appréhension ,
un cœur simple et sincère et donc ouvert à l’autre.

" Avoir confiance, c’est avant tout croire en soi-même et
 en ses capacités à tenir sa place dans n’importe quelle situation,
 à régler instinctivement son attitude en fonction du moment.

C’est savoir que l’on possède la force et la sérénité nécessaires
pour toucher le cœur des autres et
pouvoir apaiser les querelles les plus virulentes et
 les individus les plus intraitables ."


Et comme le disent si bien les Upanishads :
" Celui qui habite la terre,
Pourtant si différent de la terre,
Que la terre ne connait,
Dont le corps est terre,
Qui, intérieurement, dirige la terre,
CELUI-CI est ton MOI, ton guide intérieur,
Ton Moi IMMORTEL ! "


Et d’autres d’écrire que " …/… seul l’accès à la connaissance non duelle permet de renaître à la vie spirituelle. "
 Dr Patrick Paul et Pierre Porte en leur ouvrage " Tendre la main au vide ! "

Le H61 – un hexagramme des plus profonds du Yi Jing –
 évoque une personnalité évoluée,
qui sait qu’elle trouvera toujours les mots justes et
 l’attitude adaptée, même lors de circonstances plus délicates.

"Comprendre les autres permet d'agir sur eux.
Soyez droit et ferme. Sachez faire confiance et pardonner."


 Il faut chercher la compagnie des individus sûr d’eux-mêmes
et de leur " vérité intérieure " ;
dépourvus de jalousie et d’instinct de compétition,
ils sont la plupart du temps d’un abord plaisant et
d’un commerce agréable.


Pour faire "passer" ce H61 qui évoque l’action et la pensée,
des changements de survenir, une prospérité est la bienvenue,
 le  H14
d’arriver au bon moment et au bon endroit.


14, prospérité ou faire advenir, le grand réalise et grand accomplissement.

Trigramme Ciel en bas et Feu en haut ;
C’est une position du feu qui est élevée et fait briller
la lumière au loin.

 Les mots : richesse – heureuse fortune – succès – expression de gratitude en aidant autrui – biens matériels -

Mais aussi :
Grand. Important, grandir. Adulte. Noble. Aîné.

Autres symboles :
Un grand potentiel – grande capacité à faire advenir – un œil au-dessus de la foule.

Le Ricci: grande accumulation, moment où les êtres concordent spontanément en répondant à la sollicitation de la douceur.

Le ciel antérieur du H14 est le H33 , faire retraite, le retrait est tellement évident, le Grand Advenir provient d’un temps favorable à réfléchir comment s’appuyer sur des qualités d’adaptation et de souplesse,
 toutes Yin.
D’où cette citation de Carl Gustave Jung :
" Le soleil aussi sacrifie sa force la plus grande pour se hâter d’avancer vers les fruits de l’automne,
qui sont semence et renaissance."


Le Feu étant au-dessus du Ciel. C’est TA YOU.

Ta montre un homme écartant les bras, et signifie " grand ".
You est l’éclipse de lune : une main, symbole d’action,
 domine un morceau de lune.
C’est une allusion à la " puissance " du soleil et donne le sens
 de " faire venir à l’existence ".
(version A.de Beaucorps et D.Bonpaix ).

TA YOU se traduit par " grande puissance ".
Les grands doivent être justes et se garder des sentiments extrêmes.
Ainsi l’homme de bien en atténuant le négatif et encourageant le bienfaisant,
œuvre en conformité avec le bienveillant mandat du ciel.
Anne Cheng à propos de Mencius a eu de bons mots résumant ce H14.

"  Notre potentiel, qui est bon,
ne demande qu’à se réaliser,
il est prêt à le faire à tout moment."

C’est ce que C.Javary émet en première phrase dans sa version :
"  Grand réalise, c’est rendre réel. "

En ce H14 il y a l’idée d’entreprendre et de réussir.
Vaincre ls obstacles, pourquoi pas ?
En fait c’est parce qu’il y a en tout projet conçu avec harmonie
 (en un climat de confiance)
un destin d’aboutir, d’autres d’écrire un espoir.

Nous ne devenons mauvais qu’à force de l’oublier ou
 de le perdre de vue ….CE "rendre réel"
le présent se charge de nous le rappeler.

Mais, à la différence de la chute et de la perte du paradis
qui nous sont contés dans la Bible,
il n’y a là rien de définitif.
Autant la réalisation de notre potentiel
n’est jamais acquise une fois pour toutes,
autant sa perte n’est jamais irrémédiable.
Autant un conflit ne peut demeurer éternellement et d’être devant une porte fermée,
un obstacle définitivement.

Entourant un regard subtil pour "construire"
 et redémarrer une vie,
le guide veille à apporter à tout moment une prospérité utile
comme si un " feu " dans le " ciel "
donne  puissance et éclat…comme si un feu alimente une cuisson préparée
" aux petits oignons "
comme si l'utile est de bruler dans un ciel
pour le rendre lumineux.
Sans pour cela devenir un feu d'artifice fugace.


Le guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en côtoie l’émergence de plus en un état de confiance totale
comment l’adversité pourrait-elle survenir ?

On efface une ardoise sans hésitation comme on dissipe les nuages en écheveaux,
certain d’une chose sur la route à laquelle on s’engage,
qu’elle est la bonne pour y écrire du nouveau.

Cela permet d'accroître une attraction mutuelle inespérée...un cap est défini...
il suffit d'accoster à une nouvelle rive.
Le H14 a un réel pouvoir d'intervention pour faire advenir même en des circonstances extrêmes de confiance.

Des arguments qui permettent de se tenir en harmonie
émerge une prospérité.
Cela tient à peu de chose l’unique trait Yin à la 5èm place est décrit par ces mots:
Quelle onde porteuse
Comme elle met en relation
Comme elle en impose
Ouverture.

Et Dominique Bonpaix d’ajouter : "  C’est une situation où un extraordinaire courant de confiance (encore ce mot du H61) permet de s’ouvrir à tous les possibles. Cet état porteur conquiert naturellement.

L’adhésion se fait totalement et avec enthousiasme. Ainsi les choses se réalisent d’elles-mêmes favorablement, sans prise d’initiative directe ".

L’hexagramme dérivé de l’attester, le H1 et son énergie créatrice, vitale.

La prospérité guidant c’est une certitude d’exalter sa toute-puissance,
le feu s'installant haut dans le ciel. Grand excès, grande prospérité vont très bien ensemble.

Tout progrès peut apparaître
 au grand jour ou bien être contenu voire retenu,
ainsi de rester conscient que si l’on perd de l’harmonie
 avec l’ordre cosmique
aucun lieu n’est favorable d’aller...disent les textes,
le progrès alors patiente mais ne disparaît pas.
Par contre si l'on plonge en cet ordre universel,
 le progrès d’éclore.

C'est ainsi que le Livre donne cet avertissement :
 restaurer tout équilibre en tempérant constance et inconstance,
cela réclame une bonne dose d’harmonie à développer en soi.

Ces H61 et H14 permettent à tout un chacun d’envisager une issue heureuse
 à des situations extrêmes comme si déjà on avait connaissance
(d’autres diraient prescience)
d’un franchissement de difficultés à accomplir comme prévu.

Le poids d’un excès ne fait plus peur car arrivé à son paroxysme,
toute situation se mue !
Ouvrir des espaces… utiliser sa grande capacité
de confiance c'est à coup sûr l'émergence d’actions
pour le plus grand bien de l’humanité…
c’est parti, la prospérité est au rendez-vous !

Est-ce un art de voir grand et de réaliser de manière universelle ?,
La prospérité est au rendez-vous !
Est-ce entrevoir différemment le présent ?
Un détachement nécessaire par un lâcher prise opportun ?

Arrive donc une nouvelle compréhension de comment on partage la richesse des expériences personnelles et d'en faire un bien commun. 
De s’adapter comme pour appliquer un nouveau logiciel en soi, d’avancer en harmonie, au final de l’accroître en soi.

En cette association, il y a de quoi évaluer ce qui forge les travailleurs du temps, déjà par les trigrammes et leur symbolisme.
H61 : le trigramme Brume (du lac) en bas est surmonté du trigramme Vent (ou bois).
H14 : le trigramme Ciel en bas est surmonté du trigramme Feu.

H61 : La brume a un rôle déterminant, découvrir des espaces nouveaux et d’entreprendre la découverte d’autres horizons, d'autres situations et
de pénétrer dans la mémoire. D’autres d’ajouter de plusieurs mémoires.
L'expérience des mémoires antérieures conduit à une extrême confiance
en la vie.

Alliance de la brume par son désir d’expression pousse à se manifester au-dehors. Alliance du vent par sa pression venant du dehors et de remodeler l’intérieure.
L’Être de valeur se maintenant au centre fait sienne la sentence de Guy Corneau:
" Quand on est trop proche, c’est de la fusion, quand on est trop séparé, c’est de l’éloignement. L’intimité a besoin de ce mouvement entre fusion et séparation."

La brume évoque la sérénité et le vent sa dispersion.
On trouve alors de la compagnie sur le chemin engagé,
au moment voulu et à l'endroit voulu. Est-ce le Livre ?
Un vent accueillant qui ne menace pas de s’emporter, lui et de prendre de l’expansion par rapport à la brume.

Un ciel d’y pourvoir et une flamme haut dans le ciel d’illuminer.
L’intervention du ciel majeure est de restaurer la clarté, la lumière pour l’installer durablement en haut de l’affiche et d’aboutir à être maître de l’intuition.

H14 : Lorsque la clarté du feu est en accord avec les mouvements du ciel, l’intelligence guide l’action. On devient alors capable de discerner les courants positifs et de soutenir ce qui cherche à émerger de façon naturelle et juste.

En cette étude la loi du changement, base du Yi Jing apporte la réflexion qu’une abondance à son maximum ne peut que diminuer mais avant d’être dans la diminution un formidable temps de s’ouvrir avec des réalisations sur le plan concret.

La plénitude matérielle est comprise,
la maîtrise des richesses acquise.
Un monde (d’abondance, de pléthore)
 s’entrouvre où les consciences sont éclairées par la parole, c'est penser.

Le guide est aussi nourriture fluidique,
(captée ou pas par les baguettes d’achillée du Yi king),
donnée par la bouche puis de pratiquer la parole harmonieuse pour un advenir lumineux.
 Il est acteur pour le plus grand bien qui se concrétise.

Et l’art de s’accorder aux nouveaux cycles (yin-yang) de l’univers,
fait que le renouveau est accepté sans contrainte.
Une destinée pointe par le H14, elle naît d'une intention mûrie.

" Ô qu'il est bon d’accomplir par une bonne marche dans la bonne humeur.."

En conclusion, il est utile de reprendre la notion de
" Juste confiance" avec l’image d’une cible carrée percée en son centre par une flèche,(Zhong)
 cela évoque la stabilité sereine de l’archer, qui atteint l’objectif au moment voulu avec une précision parfaite.

Le tir à l’arc était dans la Chine ancienne un art d’une grande précision au sein duquel aucun trouble ne pouvait s’insérer sous peine de faire échouer le tireur.
Tout est ajusté dans l’Univers, aucun déséquilibre n’est possible.
L’Univers est dans sa justesse, dans sa vérité pure.
L’archer au moment de libérer la flèche, est devenu flèche en mouvement.

Ainsi à l’homme, d’être en mesure de devenir le propre " auteur " de sa vie.
C'est ainsi que le Yi King abonde en plusieurs hexagrammes de restaurer tout équilibre en tempérant constance et inconstance,
cela réclame une bonne dose d’harmonie à développer en soi
et d’y prendre un bon bain de Jouvence.

Lors de tout instant présent ressenti comme harmonieux,
une modification du regard fait que la situation est acceptée,
la prospérité est au rendez-vous…
on vient de grandir.




Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

 3 
 le: 10 Avril 2024 à 18:13:52 
Démarré par Guy H - Dernier message par Guy H


 


De C.J.-D..Javary :
Le Yi Jing n’est pas un livre de sorts, il ne prédit pas l’avenir.
Il analyse l’organisation du moment présent de manière à nous aider
 à y insérer au mieux notre action.

C’est fondamentalement un guide de stratégie de la vie quotidienne,
un manuel d’aide à la prise de décision et c’est en cela qu’il est en plein accord
avec la tradition confucéenne. P162 : Grandir avec Confucius.

 
6, le conflit, controverse ou plaider sa cause
 et 12, adversité, stagnation automnale.



https://astropalais.forumactif.com/t1333-06-proces-civil

6 : le conflit ou sentence du juge ou procès,
 plaider sa cause, résoudre les conflits.


Le trigramme de l'Eau est en dessous du Ciel.
On dit que la positivité du Ciel monte
et l'Eau, sa nature est de descendre...
il y a donc une séparation qui aboutit en une contestation, une controverse.
Un conflit peut encore être évité, tout est dépendant du guide.

Les mots :  soif de pouvoir – hostilité – jalousie – entêtement – agressivité – peur – compétitivité – controverse.

Mais aussi :
Ajouter, augmenter, progresser. Utilité, profit, avantage. Aider, soutenir.

Autres symboles :
Le conflit – se plaindre – s’exprimer devant un supérieur – éclaircir des affaires d’ordre privé – pas de convivialité.

Le Ricci : Conflit, moment où l’on rencontre l’opposition et où il faut user de diplomatie avec une extrême souplesse.
Le ciel antérieur du H6 est le H23 L’USURE.
Altération ou usure ne permet pas d’avancer. Suivre et s’arrêter, contempler la situation, persévérance et patience sont des qualités à mettre en avant.
L’anxiété et le renoncement sont en balance, en un conflit l’usure est comme
un « sauveur », les énergies toxiques doivent être transmutées.
Une controverse à vivre et d’être en capacité à dire un non.


Voici la controverse, une dispute, une contestation, une plaidoirie, toutes discussions qui s’élèvent, se prolongeant quand chacun ergote et veut à tout prix avoir raison.

Cependant en ce H6 se trouvent tous les moyens d’obtenir l’aide nécessaire pour résoudre les conflits actuels (ou en devenir) et d’agir en premier dans le sens d’aplanir les difficultés.
Le guide d’inciter à la pondération voire même un arrêt comme « faire le mort ».
Le guide H12, préconise même de ne faire aucune communication, faire silence.


Déjà en l’image, il y a une bouche d’où en sort des ondes sonores, harmonieuses.
Est condensée aussi l’idée de mettre en balance
le pour et le contre en toute discussion, ceci par la parole alors que toute rivalité est farouche pour plaider une cause.

L’image évoquant cet hexagramme est en deux parties :
1) une fleur sortant de la bouche et formant des ondes : c’est la parole.
2) un instrument divise un objet en deux parties égales.
Est-ce une balance ?
Ces deux images reliées est : " la sentence d’un juge ".

Tout quotidien peut être fait de conflit, soit par le fait d’une contestation
 ou bien de divergences que l’on peut considérer à priori comme sincère ;
 de plus cet hexa : le conflit a en son Cœur l’hexagramme 37,
(une famille ou un clan) la famille, car  c’est souvent à l’intérieur d’un groupe
d’un clan, d’une famille que des conflits naissent.

Il y a donc une invitation à contempler tout évènement survenant
dans le quotidien autour de soi lorsqu’un conflit apparaît,
d’où une progression dans la perception de la résolution à tout conflit.

Changer son regard, se transformer après la lecture de l’hexa du
  précieux guide H12 et
 prendre corps avec la confiance, la sincérité par la méditation en l'adversité
afin de sortir d’une controverse.
C’est un peu fort de penser en pareille circonstance à demeurer dans le silence ou non communication.

Cet hexagramme concerne toutes sortes de discordes,
 y compris entre des tiraillements de différentes tendances chez une même personne.

Le moi, l’ego, le soi, des mots qui causent aussi un embrouillage,
des incompréhensions flagrantes voire blessantes.
 Le mental restant en ses certitudes et d’en "perdre le Nord. "
Il y a dit-on un embouteillage ! Et non pas " une mise en bouteille. "

Axé sur la résolution du conflit, plaider sa cause
 pose le débat et la discussion, la souplesse et la modération
comme principales manières d’aboutir à un nouveau départ-accord.

Souvent ce H6 est lié à l’expression d’une justice, comme
en l’arcane majeur 8 du tarot.

Une femme tenant un glaive et une balance.
On dit que l’initié a une conception toute autre que la Justice et n’en fera pas son métier.

Avec l’arcane 6 l’Amoureux, lui, a appris que ce qui peut être construit demande
 au départ une affectivité.
 Ensuite avec l’arcane 7, il ira en toute contrée et ensuite de se munir de quoi apprendre
 la justice.
La justice en cet arcane 8, représentée par le Yin, tient la Balance d’or
qui sert traditionnellement à peser les actes ;
 car juger n’est pas autre chose que peser.


Et à tout un chacun de,
 non pas rendre la justice
mais de ne jamais oublier que l’égalité consiste
à traiter différemment des choses différentes,
 des points de vue parfois opposés.
 D'où en certaines occasion de se munir d'un bon avocat.

Il s’agit avant tout non pas de se " jouer " le conflit
mais de parler, s’expliquer sans faire procès à autrui,
 car, persuadé de détenir la vérité ;
on se crisperai sur ses positions alors qu’il faut faire évoluer
le conflit en une belle résolution contenue.

Il en découle un riche enseignement pour tous.
 Comme nous-mêmes possédons tout en nous pour résoudre nos difficultés.

Fondamentalement, le conflit, ce sont deux volontés qui se heurtent,
et ce clash a lieu avant tout au sein même de chacun des adversaires.

Quand un individu ou un groupe ressent fortement le bien-fondé de ses idées,
 de ses propositions ou de sa façon de faire,… …
il peut facilement perdre de vue un contexte plus large dans lequel
chaque point de vue offre une perspective unique et précieuse.


Ici et maintenant, ne pas rester bloqué sur des positions.

Ne pas perdre de vue l’ouverture d’esprit indispensable
 pour parvenir à une résolution qui satisferait toutes les parties.

Si cet hexagramme est défini par le mot controverse, il pourrait aussi être intitulé :
 résoudre les conflits, d’explorer ce qui pourrait les éviter
ou aller vers une conciliation, une réconciliation
d’où l’importance de la parole pour arriver à un accord.

Choisir les mots à prononcer est un art qui peut vaincre des réticences
 pour s’avancer en pleine lumière et parfois mener à une impasse,
alors pourquoi pas selon une démarche appropriée, novatrice ?
L’alliance, la paix à rechercher est une mise à l’épreuve.

Exposer de la souplesse pour acquérir des qualités yang et de ne rien précipité,
telle est la manière d'agir en chaman.
Un chaman puise sa croissance en effectuant un pas réfléchi
 avant d’en entamer un autre… approche subtile.
De s’ancrer toujours à avoir plus de confiance en soi.
De se lancer dans un élan et plaider une cause, c’est déjà entrevoir une piste
de résolution.

 Pour autant qu’il soit court, un objectif humble est de mise :
créer une alliance qui faisait défaut
au moment intense du conflit et
avec ce guide la patience est récompensée
puisqu’il est impossible de traverser un grand fleuve.

L’objectif est accompli lorsque l’on s’ancre en un Yin et Yang,
ciel et terre de s’harmoniser.
Le comportement de s’ancrer, de calmer, de guérir même,
 concède un pouvoir de nous remettre en lien avec
 notre conscience supérieure et nos bonnes vibrations.

Le guide à ce H6 a la capacité de dissoudre,
de disperser ou de chasser tout obstacle ou raideur qui a été une entrave.
Lorsque les gens ne communiquent plus,
 leurs relations en souffrent et engage une action pour rétablir une justice.

Pour sortir de l’impasse du H6, il faut en revenir à ce milieu juste et constant
 caractéristique de l’approche chinoise : " exigence d’équilibre, d’équité et de mesure qui ne cède jamais à l’impulsif, à l’excessif, à l’intérêt immédiat, au calcul partial, à la fantaisie du moment ou au cynisme. " selon la définition d’Anne Cheng.

Wang Bi d’insister sur l’importance de ne pas occuper toute la place :
" il doit y avoir aux affaires quelqu’un qui sache écouter. "

Pourquoi pas de penser de suite à un thérapeute averti qui lui
 a l’avantage d’écouter longuement.

Mais dissoudre toutes les rigidités en place
 depuis longtemps exige beaucoup de patience et de tact.
Choisir de transmettre la joie de vivre?
Pas simple à première vue !

 La souplesse d’être mise à l’épreuve,
alors le guide de ce jour utilise sa grande
 capacité de mesurer ses paroles et détendre l’atmosphère
comme dirait Tchouang tseu par " aller selon" et malgré tout.

Serait-ce un non-agir à engager ?
Mieux, préparer une méditation, d’où découlerait un paisible lâcher-prise.

Tel est le parcours de l’être humain quand il passe d’une pérégrination floue puis d’une controverse à un conflit
un déploiement cadré, mesuré, limité de s’imposer.
Ce sera l’expression du H12 pour rechercher une issue favorable,
paradoxalement d’apparaître sous la forme d’une adversité,
le temps de mettre à profit un temps inapproprié aux échanges.

C’est une [ Séparation dite automnale]

Le H12 parle de nécessité de s’accrocher à ses valeurs personnelles
et faire fi des échanges avec qui on ne peut pas discuter.
Le " beaucoup " peut devenir " le trop " .
Ce H12 est comme un temps de saison automnale qui incite à recréer de la cohérence
et des liens en réveillant des ferveurs communes mais pas avec tout le monde.


L’Être grand sait transformer l’aspiration en véritable vouloir,
dès lors il sait prononcer un non très approprié face à l’adversité.
Du H12, émerge un NON !



https://astropalais.forumactif.com/t1339-12-la-stagnation-la-greve

12, la stagnation ou adversité . P’I.

Le trigramme Terre est situé en bas surmonté par le trigramme Ciel.
Il y a séparation (encore après feu et eau) des forces complémentaires et opposées,
leur direction est en sens contraire ; les deux éléments fondamentaux
à la vie se séparent de façon absolue, cela exprime la fin de tout un cycle.

Naissance de l’adversité, c’est la saison où la nature se retire.
Tous les traits disons, intègrent leur domaine le yang vers le haut, le yin vers le bas,
et de s’inscrire dans la notion de la saison en cours (selon le H12)  annonciatrice de l'hiver.

C’est le H12 qui apporte sa note d’adversité,
associé à cette non-alliance entre Terre et Ciel, Yin et Yang
il propose de méditer sur l’inverse des trigrammes qui se désolidarisent
 l’un de l’autre
alors qu’auparavant ils s’épousaient en H11.

Ce H12, évoque aussi l'approche de l’hiver où il n’y a plus rien aux arbres.
Même des périodes stériles sont propices, il suffit de patienter,
le printemps s’annonce toujours après l’hiver.
 A la fin d’une fête (d’été) on éteint tous les lampions.

Les mots : aliénation – impasse – stagnation – résistance – immobilisation – manque de sensibilité – méfiance.

Mais aussi :
Mauvais, mal, malheur, infortune, bouché, obstrué,
ne pas pouvoir avancer, ne pas pouvoir réussir, etc…
Prononcé FOU : Dénier, refuser, dire non, non, est-ce que… ou non ?

Autres symboles :
Dire non, s’opposer – une bouche – un oiseau qui s’envole – parole oiseuse – obstruction – la parole qui sort de la bouche est tel qu’un oiseau qui s’envole, impossible à rattraper – trop de questions – stagnation – fluidité et stagnation alternent naturellement.

Le Ricci : stagnation, moment où les contraires ne communiquent pas.

 Le Ciel antérieur au H12 est le H18 qui représente
" des affaires empoisonnées" ou de nettoyer des plaies.
Le fondamental de prendre son essor et il est avantageux de franchir un grand fleuve.
Avant le signe " jia " trois jours, après le signe  " jia " trois jours.
Ces trois jours deviennent un temps de réflexion approprié
à la prononciation future d’un " non " .

Une grande transition entre la saison passée et celle à venir s’impose.
On se gonfle d’un souffle et de préparer sereinement la mise en route de forces naissantes, l’émergence du neuf par un temps de stagnation et en l’instant on prononce un NON !
Rien d’autre à faire que d’aller fouiller dans les profondeurs avant de provoquer un remue-ménage. De remonter à une première souffrance nous a inspiré à dire
ce " NON ", le H12 de se le permettre.


Ce H12 est totalement l’inverse du H11.
P’I .
Le trigramme Ciel est en haut et sa fonction est d’aller vers le haut.
Le trigramme Terre en bas, lui est de s’enfoncer vers le bas.
On dit qu’ils n’ont plus " commerce " entre eux
d’où la stagnation ou dysharmonie...mais ce n’est pas si simple que cela.

Paco Alpi et Alain Constantin en leur " Mémoire de la Mue » apportent ceci :
" L’harmonie et la discorde sont inverses et symétriques, un rien les sépare, mais l’harmonie libère de l’énergie, tandis que la discorde la bloque.
L’immobilité induit la stagnation.

L’adversité induit souvent une discorde.
 Et réciproquement…/…(élément probant)
pas plus que l’harmonie, la discorde n’est pas éternelle.
Sans doute sont-elles comme inséparables, au cœur du changement perpétuel."


P’i était primitivement l’ "obstacle"  et le terme bouche,
ajouté postérieurement à l’idéogramme,
évoque l’idée de " négation ", de refus, un NON est induit.

De Confucius une citation de nous plonger en ce H12 :
" A quoi peut être bon un homme qui ne tient pas parole ?
Il n’est guère plus viable qu’un char à bœuf sans joug
ou qu’une voiture sans attelage. "


Toujours dans le « Mémoire de la Mue"
Bouche fermée, des paroles qui disent non, c’est la contradiction, ou le refus.
De l’oppression, de l’injustice, des illusions…
Il faut savoir le dire ce "non", faire obstruction à l’obstruction, voire se révolter quand le fort écrase le faible, quand l’injustice et la calomnie se répandent comme des mauvaises herbes. "

La sentence est cinglante :
La malhonnêteté conduit à l’insuccès, la sagesse à la réussite.

Quand le grand se déplace il attire le petit on dit que l’adversité est
 le temps des vauriens,
des tricheurs et des affabulateurs.

De ceux qui profitent des fruits du cycle écoulé,
 s’attribuent les reflets d’une gloire imméritée et
 pervertissent la parole.

L’homme de bien se retire dans son for intérieur,
car il possède une qualité éminente,
celle de voir la réalité au-delà de l’instant immédiat.

Car chercher à tenir coûte que coûte face à ceux qui nient toute règle est aussi vain
 que de vouloir s’opposer à la venue des gelées.
Dans le trigramme du haut, un seul trait - yang- de se trouver à l'unique place favorable,
cette 5èm position est favorable à l'homme de bien.

Il est rapporté que l’Être Grand ne transige pas sur ses convictions :
 quand il lui est impossible de se faire entendre, il se retire dans l’ombre et s’enracine en lui-même.
Il ne se comporte pas pour autant en vassal :
il veille à préserver sa lumière et à la faire réapparaître quand les temps d’adversité seront terminés.

Savoir plier sans perdre de sa force tel est un peu
 ce qu’il nous faut ressortir de la situation d’adversité redoublée,
le H12 propose de méditer sur le présent comme d'être un peu bambou.
Se montrer, robuste et souple à la fois en toutes circonstances
 même les plus éprouvantes, conflictuelles, usantes.

- apprendre à ne pas s’emporter
- s’abstenir de toute action brutale ou précipitée
- savoir retenir (du yang) la violence, la sienne et celle des autres
- mettre un frein à la suffisance, éradiquer la toute puissance et ses illusions
concentrer sa force pour pouvoir réellement se confronter aux difficultés
- dompter sa force pour donner forme à son désir
- canaliser colère et instincts pour les transformer en une vraie créativité.


Voici des points d’appui pour faire face à toute forme d’adversité, même la plus imprévue.

Vivons ces instants "comme ils viennent" 
dans le présent……pas simple.
Pas simple de prendre acte qu’en pareil H12, il y a impossibilité de communiquer.
Refuser de se soumettre et apprendre à prononcer un non.
S’enraciner dans ses valeurs et de ne pas collaborer avec des gens douteux,
incapables de confiance et de parole fiable.Se méfiant de propositions flatteuses, on apprend à ne pas se placer sous l’influence, la dépendance des autres.

Toutefois un but légitime se fait sentir, un retour à une belle alliance de printemps,
comme le H24 après passé l’hiver.
 De concert on se met en méditation,
on puise une ressource essentielle, l’eau.
Et à plusieurs, cette adversité d’en perdre sa force, une résolution d'éclairer la situation,
de faire son chemin par de petits pas.

C’est dans une approche réfléchie que l’on puise de l’harmonie
et la partager c’est bonheur… alors
inopinément, néanmoins d’être au
" bon moment et au bon endroit "
et l’épreuve est d’être au mauvais moment comme au mauvais endroit
puis de s’évaporer.

C’est un peu une phrase toute trouvée :
« après la pluie le beau temps. »
Ce qui donne comme perspective qu’en pareille situation,
de s’accorder aux saisons et de discipliner en quelque sorte
l'activité humaine et d'obtenir une détermination sans égal.


L’homme de bien se met à émettre les mots justes même étant accablé.
De Pierre Faure : "Comme l’eau (du Yin) qui par un mouvement continuel atteint son but, il se discipline et trouve la force de franchir les difficultés, recréant le lien entre le gouffre intérieur et la bouche qui l’exprime.

L’incompréhension rencontrée au dehors,
 si elle le contraint à un sérieux face-à-face avec lui-même,
 lui offre aussi l’opportunité de trouver le sens de sa vocation véritable.
Obligé de se défaire de ses illusions, il trouve sa cohésion dans la mise en œuvre,
 parfois douloureuse, entre son vouloir et sa force personnelle. "


Sa mutation, sa parole, de confuses et incertaines qu’elles étaient,
devient pouvoir :
 l’affirmer au dehors impliquait de savoir la forger (chaudronner)
dans une forme solide et durable. Paradoxe avec la non communication.

De Jean Lévi.
" Au cœur d’une situation d’empêchement,
il y a un chaos sous-jacent,
 une indétermination à même de faire évoluer ce qui est régulier,
défini ou statique. "


Puis une autre pensée:
"Ce désordre est ce qui rend difficile d’entreprendre à l’extérieur et
 incite à ramener ses forces vers l’intérieur.
En évitant de s’extérioriser quand le désordre règne
(ou les difficultés, obstacles).

On rassemble ses énergies dans un mouvement de gestation
qui prépare les éclosions futures… "
du printemps.
 Citation dans le Yi Jing de C.Javary et Pierre Faure.

Précieuse est l’action d’un arrêt actif car fécondant un grand pouvoir,
jusqu’à engager des paroles sur l'avenir et d’approcher le réel pouvoir d’organiser
l’avenir harmonieux.
Si l’adversité est au rendez-vous,
 la cause provient lorsque le ciel rejoint son domaine
et la terre le sien.

Un réel manque de communication de se faire sentir.
Peu importe, des perceptions nouvelles de se construire et d’éclore plus tard
comme au printemps.

La patience d’une nouvelle saison c'est l'hiver qui le permet
en figeant l'impatience.
Le pouvoir nous est donné d’être à notre tour un élément d’inspiration et
dès lors que le ciel nous procure de l’énergie même lorsqu’une irrésistible
 adversité apparaît.

Alors seulement à bon escient en une telle situation complexe,
des paroles harmonieuses peuvent être déployées et
exceptionnellement en transformer l’adversité.

A souhait est proposé en cette association de faire progresser
 le déploiement des énergies.
Passé ce temps d’arrêt imposé par l’adversité,
on en dégage une perception intuitive.
Tout un art de vivre.

L’art de faire paraître de l’harmonie en soi se conjugue très bien
avec tout moment même le plus complexe d’adversité.

Un plongeon en cette immense flux universel
 fait retrouver une parole sereine... dans un éternel chemin de changements.
Se laisser porter par le flux naturel de l’existence,
d’épouser le mouvement global…et de transformer un imbroglio
en mise en route sereine.

Tout chaman sait faire, de parler plus avec le cœur,
et, de consommer avec son cœur,
 il se libère de l’harmonie.

De l’harmonie le Livre, il en a à revendre.

".../...L'être qui interroge le sort doit convenir d'harmoniser ce qui nourrit.
Ainsi une question majeure apparaît avant de jeter les baguettes : comment poser une question, se limiter ou aller à l’extrême ?"


Ce guide ne subit pas le déroulement des phénomènes qui assaillent,
 il en prépare l’émergence .
Il en prépare une poussée formidable de terre et du ciel.

Est suggéré par cette association une méthode pour déployer
des connaissances acquises
et de savourer le moment propice pour se lancer hors d’adversité.
Voir ces baguettes si proches de coïncider avec
l’instant présent et d'être manipulées à souhait.

Affirmer son propre pouvoir malgré les épreuves, les difficultés et les lenteurs,
sans plus attendre d’autre reconnaissance que de soi-même.
Voici la conclusion à cette étude.

Le flux vital poursuit un éternel chemin…
 puis si l’harmonie est présente malgré tout,
un nouveau regard, une vue nouvelle prend corps progressivement.
C’est parfois en renversant une situation qu’un autre regard se fait jour.


 Écouter toutes les palpitations reconnaissables dans la nature,
 de ce qui s’entend comme de ce qui ne s’entend pas !
Serait-ce un résolution toute trouvée pour une adversité précise ?

Pour l'association de ces deux hexas, le symbolisme des trigrammes,
nous retrouvons cette énergie duelle des trigrammes eau, terre et ciel.

En ces deux hexagrammes le Ciel est très haut c’est qu’il dirige depuis son domaine.
H6 : le trigramme Eau en bas est surmonté du trigramme Ciel.
H12 : le trigramme Terre en bas est surmonté du trigramme Ciel.

H6 : L’eau s’accorderait-elle avec le ciel ?
Oui lorsqu’elle tombe en pluie mais là le trigramme eau est en bas.
L’insondable impose son ordre, il évoque des difficultés et parfois des incompréhensions menant à des divergences et conflits insolubles à première vue.
 Le ciel entend apporter aussi son ordre et de s’exprimer parfois de manière talentueuse. Si il y a avantage à voir l’Être Grand, il n’y a pas avantage à franchir le grand fleuve.

Cette eau de ne pas rester en suspension ramène les êtres dans l’indéterminé,
alors que le ciel mouvement ascendant, suscite et génère, dessine la forme propre.
Une cause menace ou est à défendre.
L’eau mouvement descendant, le ciel mouvement ascendant :
 il y a écartèlement entre deux natures éprises pareillement d’entièreté.
Une controverse de naître, une farouche rivalité entre ce qui emporte au-dehors et ce qui travaille au-dedans. Et si une dispute de poindre, il importe de savoir tout ramener où les choses se sont nouées. Les protagonistes de s’alimenter alors à la même source.

H12 : En ce guide aucune chance de se faire entendre par des êtres obtus placés en position de pouvoir.
Terre et Ciel de jouer à cache-cache .
La terre est le don de soi capable d’accueillir ce qui doit être vu et ce qui vient,
en ce H12, la terre s’enfonce en son domaine, le ciel rejoint son ciel, il y a séparation…dite automnale, le ciel comme la terre de se renforcer pour passer au ralenti,
 deux saisons d’époque, automne, hiver à passer et forger le printemps plus tard.

Ciel comme terre, de rentrer  " chez soi " et
d’œuvrer à être à l’approche d’un non prononcé,
 " être chacun en son domaine " pour plaider une cause déjà comme entendue.

A défaut d’un troisième œil, de lire cette citation de François Cheng :
" Le vrai silence vient au bout des mots,
mais les mots justes ne naissent qu’au sein du silence. "


De Abd-Allah Ibn Mukaffa.
 " La condition souveraine du savoir est le silence. "

Ainsi sortir d’une discorde aisément.

Persévérer en une réflexion opportune fait qu’elle aboutit à du concret pour résoudre tout conflit.
S’approprier toutes les possibilités offertes pour concrétiser une alliance ou accord
et mettre un terme à une controverse en commençant
 par développer du Yin.

Il est bon de méditer à propos de puissantes situations paradoxales présentées
 par le Livre des Changements,
développer du Yin et à la fois une même dose de yang.
Le Yi Jing devient une belle gymnastique du paradoxal.

A chacun alors de brancher son propre anti-malware.

Qu'un jour soit plein de désaccords, il apporte son lot de nouveautés,
 sans sous-estimer ces moments qui bousculent,
 ces orages voire même les pires foudres
qui par trop libres induisent des conséquences problématiques.

L’harmonie est à la porte de tout ce qui s’éveille.
A souhait est proposé en cette association,
un éveil-réveil et de regarder autrement les désaccords, griefs, conflits.

A toute méditation pour dénouer, un pouvoir mystique peut entrouvrir un déblocage
et faire s’éloigner les plus gros nuages.
La parole devient modérée pour exposer un point de vue.
La terre de se pencher sur une lumière sans l’effacer.
Le ciel de l’aider bien que sans contact réel, le ciel sait faire à distance.

Comme la mer est à marée basse, un point d’inflexion est atteint,
 un processus de désorganisation touche à son maximum,
c’est l’hexa 12 qui invite à éclaircir le ciel,
car il s’installe très haut.

Cette étude devient un avertissement pour réfléchir
avant de se lancer dans une action.
Avant de plaider une cause, l’adversité " joue " sa fanfare,
c’est pour cela qu’une vigilance accrue est nécessaire
ainsi qu’une rigueur qui invite à des perceptions nouvelles.

 Ce n’est pas chose facile de ne pas s’employer
lorsqu’un élan énergique nous anime pour en " découdre "
voire même faire un procès...ce n'est pas le moment de s'employer
 en grandes paroles surtout lorsque des événements
 en contrecarrent d'autres.

Chaque jour le quotidien de nous mettre à l’épreuve par une gymnastique
si déconcertante, celle du paradoxal,
 qui n’est pas au programme des Jeux de 2024
 mais bien celle du Livre.


Guy H

[Aparté : A signaler qu'il n'y a aucun rapprochement à des événements actuels,
 et si cela était, complètement fortuit cela serait, car les baguettes utilisées apportent chaque jour des hexagrammes de manière aléatoire pour cette étude.]

Pages: [1] 2 3 ... 10
Izazen  |  Messages récents


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.2 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
SMF Theme © Gaia
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.528 secondes avec 15 requêtes.